En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 47 min 39 sec
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 1 heure 32 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 3 heures 1 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 3 heures 33 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 4 heures 40 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 4 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 5 heures 33 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 5 heures 42 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir le Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 17 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 7 heures 43 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 1 heure 20 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 2 heures 50 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 2 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 4 heures 35 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 4 heures 51 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 11 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 5 heures 38 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 5 heures 52 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 7 heures 9 min
décryptage > Education
Personne n’en veut

« Cherche professeur pour remplacer Samuel Paty »

il y a 8 heures 3 min
© Eric CABANIS / AFP
© Eric CABANIS / AFP
Avec des pincettes

Les évêques de France embarrassés par les nouvelles générations de catholiques

Publié le 02 avril 2019
Les évêques de France se réuniront à partir de ce mardi 2 avril à Lourdes pour élire le nouveau président de la Conférence des évêques de France.
Jean-Baptiste Noé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Baptiste Noé est docteur en histoire, rédacteur en chef de la revue de géopolitique Conflits.  ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les évêques de France se réuniront à partir de ce mardi 2 avril à Lourdes pour élire le nouveau président de la Conférence des évêques de France.

Atlantico : Les évêques de France se réuniront à partir de ce mardi 2 avril à Lourdes pour élire leur nouveau président. Une nouvelle génération d'évêques devrait faire son apparition : quelles sont ses principales caractéristiques ?

Jean-Baptiste Noé : Phénomène normal de la démographie, la génération des années 1960-1970 est en train de partir à la retraite. Les évêques restent en poste jusqu’à l’âge de 75 ans. Mgr Pontier quitte donc la ville de Marseille comme Mgr Ricard celle de Bordeaux l’année prochaine. C’est une nouvelle génération de prêtre qui devient évêque et qui occupe les postes de direction dans les diocèses.

L’ancienne génération est marquée par l’esprit du concile et par le progressisme des années 1960-1970 qui a délité l’Église catholique en France, qu’elle y ait adhéré ou qu’elle l’ait subi. Cela a marqué leur façon de voir le monde et d’agir.

C’était aussi une génération beaucoup plus indépendante à l’égard de Rome : critique de Paul VI, notamment sur Humanae vitae, opposition feutrée à Jean-Paul, comme lors de son voyage en France en 1980 et des JMJ de 1997. Nombreux étaient les évêques d’alors qui avaient trainé des pieds pour freiner l’organisation des JMJ et il fallut toute la détermination du cardinal Lustiger pour que celles-ci se déroulent bien et qu’elles soient un succès.

La génération actuelle est davantage marquée par les pontificats de Jean-Paul II et de Benoît XVI. Les dernières nominations d’évêques ont permis à de nombreux fils spirituels du cardinal Lustiger d’accéder à cette charge. Soit qu’ils furent ses secrétaires particuliers, comme Mgr Rougé, soit qu’ils aient exercé leur ministère à Paris quand il était évêque, comme Mgr Aupetit (Paris), Moulins-Beaufort (Reims) et Dinechin (Soissons et Laon).

Quels sont les principaux sujets qui vont être évoqués ? Comment cette nouvelle génération se place-t-elle par rapport au pape sur ces sujets ?

La question des abus sexuels sera bien évidemment évoquée, ainsi que de nombreux autres sujets. L’évangélisation et l’accompagnement auprès de la jeunesse notamment, à la suite du synode qui s’est tenu à Rome à l’automne dernier. 

Certains catholiques font de leur religion le ferment d'une identité européenne qu'il faudrait reconstituer. Quelle est la part d'identitaire dans la nouvelle génération ? Comment se situe-t-elle par rapport à cette partie des catholiques ? 

Le terme « identitaire » est à prendre avec précaution, car il ne signifie pas grand-chose. Toute personne a une identité et elle doit veiller à conserver son être sous peine de disparaître. La nouvelle génération est beaucoup moins complexée que l’ancienne pour parler de sa foi et pour la vivre. Ce n’est plus l’époque de la théorie de l’enfouissement et de la dénégation de soi.

Les évêques et les structures diocésaines ont perdu la main sur l’organisation des mouvements de jeunesse. Les aumôneries des universités et des écoles n’attirent pas grand monde et les rassemblements officiels sont assez poussifs. L’action catholique n’est plus d’actualité et les grands mouvements type JOC ou JAC sont en perte de vitesse. Les jeunes s’organisent en dehors des cadres classiques et de façon plus spontanée et informelle.

En revanche, le scoutisme, les associations d’étudiants, les pèlerinages, notamment celui de Chartres, sont beaucoup plus dynamiques et attirent davantage la jeunesse. Ce sont les nouveaux points de rencontre et de formation du creuset catholique.Ce sont des mouvements catholiques, mais indépendants des administrations diocésaines. Ils répondent davantage à ce qu’attend la jeunesse d’aujourd'hui : des moments de camaraderie et une réelle formation religieuse et spirituelle.

Sur la question migratoire, il y a autant d’avis que de catholiques. Tout dépend des lieux où les personnes habitent et des traditions familiales et sociales. C’est une question qui traverse la société française et qui concerne donc aussi les catholiques, qui font partie de cette société. Les évêques ont intérêt à éviter le cléricalisme et à laisser les laïcs s’occuper des questions politiques pour se recentrer sur le cœur de leur mission et de leur sacerdoce : parler de la théologie et du Christ et éviter la politisation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Motlibre
- 03/04/2019 - 12:00
Changer de peuple, puis changer de catholiques ?
Certains de nos dirigeants, aujourd'hui, hésitent à peine à considérer qu'ils ont raison et que le peuple a tort...
En irait-il de même du côté de l'Eglise catholique, en tout cas en France ? Laquelle, pour moi, a connu, ces dernières décennies, une contagion intense en provenance des errements à la mode de notre Éducation nationale, en manifestant des visions "pédagogiques" relativement proches de celle-ci, ainsi qu'en provenance de certaines tendances "politiques" imposant à notre société, parfois, une morale toute... protestante.

Pour ma part, plus ça va, donc, plus j'appelle de mes vœux, en effet, que l'Eglise catholique en revienne à une séparation franche entre le politique et le religieux. Qu'elle se préoccupe plus de l'âme humaine que des fondements politiques de notre société et de son supposé "progressisme", quand je constate, pour ma part, un manque crucial de spiritualité chez nombre de nos jeunes et des adultes qui, eux, désertent de plus en plus l'église...