En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

05.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
décryptage > Consommation
Evènement

Salon 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 49 min 34 sec
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 1 heure 36 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 1 heure 43 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 2 heures 9 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 2 heures 18 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 11 heures 59 min
light > People
Parisian Way of Life
Une plaque a été installée dans un restaurant KFC à Paris après le passage de Kim Kardashian et Kanye West
il y a 16 heures 39 min
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 19 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 21 heures 3 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 1 heure 20 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 1 heure 43 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 1 heure 43 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 2 heures 12 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 45 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 11 min
light > Culture
7e art
"Soumission" : le roman de Michel Houellebecq sera bientôt adapté au cinéma par le réalisateur Guillaume Nicloux
il y a 18 heures 21 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 20 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 21 heures 24 min
© Tolga AKMEN / AFP
© Tolga AKMEN / AFP
Disraeli Scanner

La liberté de l’Europe se joue au Parlement britannique

Publié le 01 avril 2019
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXè siècle.
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXè siècle.
Londres, 
Le 31 mars 2019
 
Mon cher ami, 
 
Theresa est incroyable ! A peine avait-elle perdu pour une troisième fois un vote sur l’accord Robbins-Barnier, qu’elle parlait d’un quatrième vote. Et puis elle a déployé un volet politique du Project Fear: désormais elle menace les parlementaires conservateurs d’une nouvelle élection générale - sachant parfaitement que ce serait une défaite cinglante et l’arrivée de Jeremy Corbyn à Downing Street. Avant le troisième vote, elle menaçait de ce que le Brexit n’ait pas lieu. Il y a bien eu quelques Brexiteers intransigeants pour voter, finalement, la mort dans l’âme. Mais cela n’a pas suffi. 
 
En fait, on aura rarement vu de façon aussi évidente que les intentions des acteurs peuvent arriver à un résultat opposé à leurs attentes. John Bercow, le Speaker, a bloqué pendant plusieurs jours un troisième vote. il est connu pour son europhilie; mais en acceptant que l’Accord de Retrait passe finalement devant les députés, il a renforcé la méfiance d’un certain nombre de Brexiteers, qui ont d’autant moins voté. Le Labour a voté contre l’Accord pour mettre en difficulté les conservateurs et provoquer une élection générale; ce faisant, il a servi son pays bien que n’ayant que des intentions partisanes. Je vois bien comme mes amis Brexiteers que la Chambre compte un nombre important de Remainers prêts à s’asseoir sur le mandat qu’ils ont reçu du peuple à la dernière élection générale (« Réaliser le Brexit »); cependant, le fait de ne pas voter l’Accord défendu par Theresa May constitue en soi un refus du diktat de Bruxelles et de l’autoritarisme du 10 Downing Street. Je veux bien que l’accord d’Oliver Robbins et Michel Barnier ait été un moyen d’annuler le Brexit sans le dire. Cependant, si c’était complètement le cas, les Remainers, masqués ou non, l’auraient voté comme un seul homme. 
 
Non, il se joue quelque chose de beaucoup plus profond. L’Accord n’avait de sens que s’il était voté rapidement et constituait la base d’une négociation rapide de l’accord de libre-échange ultérieur entre la Grande-Bretagne et l’Union Européenne. Même un troisième vote positif - sur lequel j’avais parié - n’aurait pu passer que dans la foulée du dernier Conseil Européen. 
 
En fait, mon cher ami, je crois que j’avais moi-même sous-estimé - bien que l’ayant souvent dénoncé - l’effet contreproductif du comportement de l’UE sur les parlementaires britanniques. Et je crois qu’il faut d’ailleurs remettre la palme du champion toutes catégories, de ce point de vue, à votre président, Emmanuel Macron. En insistant pour qu’on ne laisse qu’un délai très court aux Britanniques, il a contribué à tuer l’effet d’un débat serein avant un troisième vote. On en vient à se demander ce que veulent donc les Remainers et leurs alliés européistes sur le Continent. Pousser le débat à bout en espérant que la menace d’un No Deal enclenche, par une dialectique pas très subtile, un second référendum? Et montrer l’inutilité, dans tous les cas, d’un No Deal puisqu’ Emmanuel Macron et Angela Merkel vont rencontrer Leo Varadkar ce mardi 2 avril afin de préparer une “absence de frontière dure” en cas de rupture sans accord? La réalité est sans aucun doute plus complexe. Il y a l’impatience allemande face aux atermoiements de la Chambre des Communes. Il y a aussi l’illusion macronienne de “prendre la place de la Grande-Bretagne”. Et puis, c’est bien de la gestion d’une frontière et pas d’une “non-frontière” que vont parler les trois interlocuteurs le 2 avril. 
 
Que va-t-il se passer? Il y a deux groupes décisifs à la Chambre des Communes, bien identifiables. Le premier est celui, très déterminé, des Brexiteers intransigeants. Ils ont fait le choix de pousser à l’échec du plan d’Accord Robbins-Barnier. Et le soutien envers leur position va monter dans l’opinion. C’est un groupe dont il n’existe aucun équivalent en France ou en Allemagne: ni la CDU ni Les Républicains ne seraient capables, sur quelque sujet que ce soit, de faire preuve d’un tel courage politique. Le second groupe est celui des Remainers masqués; ils avancent en crabe et sont assez timorés. Ils n’osent pas pousser à fond le thème d’un second référendum. Ce qu’on essaie de nous faire passer, c’est un “soft Brexit” qui n’en serait pas un: l’union douanière. En pratique, les objections faites à l’accord de retrait s’appliquent encore plus: le Royaume-Uni n’aurait aucune liberté pour signer des accords de libre-échange; au nom de l’amalgame croissant entre l’industrie et les services, la nasse se refermerait sur notre pays. Je m’attends à ce que, ce lundi 1er avril, la solution “union douanière” soit très poussée à la Chambre des Communes lors d’une nouvelle série de votes indicatifs. 
 
Est-il possible un projet de “soft Brexit” est adopté par la Chambre des Communes cet après-midi? Je ne pense pas en effet que le “second référendum” sera voté. Les Remainers masqués ne seront pas assez courageux pour pousser le second référendum. Chacun sait bien que la réaction de l’opinion sera très dure. Mais on pourrait essayer de faire passer en contrebande un projet qui serait emballé dans un paquet “Brexit”, en espérant que le Premier Ministre soit si affaibli qu’elle ne puisse pas s’opposer à un coup de force parlementaire.  Il ne s’agirait, bien entendu, que d’un vote indicatif. Mais une vague n’est-elle pas en train de monter qui va balayer l’illusion de la sortie pure et simple de l’UE? Pour ma part, je ne le crois pas car c’est le même parlement qui a voté, très largement, qu’il ne puisse pas y avoir de levée de l’article 50. Surtout, le No Deal continue à monter dans l’opinion - c’est la vague de fond qui est en train de monter. 
 
En fait, je continue à recommander à mes amis Brexiteers de garder leur sang froid. Chaque jour qui passe nous rapproche du No Deal. C’est là que l’on peut remercier votre président de nous avoir ainsi mis sous pression ! Il me paraît impossible, pour la Chambre des Communes, de voter la tenue d’élections européennes en Grande-Bretagne: elles ne peuvent pas être improvisées. Et, si elles avaient lieu, elles enverraient sans doute un groupe extrêmement nombreux de députés UKIP. Comme Madame May est incapable de représenter son projet d’Accord, le compte-à-rebours pour la sortie est engagé. 
 
Mon cher ami, je reviens à ce que je vous disais en commençant: quelles que soient les intentions de certains, ce qui s’impose à la Chambre des Communes, c’est une immense poussée de liberté. On n’y veut ni du diktat de Bruxelles ni des manipulations du 10 Downing Street. En fait, ce qui se joue à Westminster, c’est la liberté politique en Europe.   
 
Bien fidèlement
 
Benjamin Disraëli 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

06.

Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée

07.

Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

05.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

06.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Péache
- 01/04/2019 - 23:43
Brexit
Courage, messieurs les députés du Royaume Uni.
Vous avez déjà sauvé le monde en maintenant Churchill comme premier ministre pendant la guerre (41 ou 42, pardon de mon ignorance). Gardez votre calme et sauvez la liberté politique en Europe, vous dit M. Disraëli Bis. Oui, ne succombez pas aux sirènes malveillantes des européens bruxellois. Et construisons ensemble, après, au delà des hommes d'aujourd'hui, une Europe des nations, des diversités, des excellences, parce que chacun y donnera du sien et non du bruxelles à la mauvaise sauce.
Courage et ouvrez-nous le chemin !
Benvoyons
- 01/04/2019 - 12:06
La négociation suite à la demande de l'UK de quitter
l'UE est faite suivant les accords qui ont été signés par l'UK pour y entrer. La demande d'y entrer & d'en sortir ne sont que du fait de l'UK. En aucune manière l'UE n'a interféré sur le sujet. Donc en effet la Liberté existe dans l'UE. Si l'UK ne veut pas respecter sa signature qu'elle a faite au moment ou elle est entré dans l'UE à sa demande & bien elle peut de ne pas la respecter. Bien évidement si" No deal "comme l'a toujours fait l'UK dans son Histoire les négociations seront plus difficiles pour celui qui ne respect pas sa signature. L'UK ne va pas dire l'inverse de ce qu'elle a toujours fait dans son Histoire. Elle a trop de respect pour son Histoire pour déroger à ses principes. En fait par lâcheté l'ensemble des Politiques de l'UK ne veulent aucunement voire apparaître leurs noms dans cette Histoire de balle dans le Pied dans son pays.
L'UK a du mal a assumé sa Liberté qu'elle avait pour entrer dans l'UE comme celle d'y sortir :)::))
Donc les lâches de l'UK & avec insistance cherchent leur "lâchexite "