En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

07.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 2 min 21 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 1 heure 3 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 1 heure 11 min
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 13 heures 35 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 16 heures 16 sec
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 17 heures 13 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 19 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 19 heures 50 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 20 heures 49 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 21 heures 33 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 44 min 37 sec
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 1 heure 10 min
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 1 heure 36 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 15 heures 37 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 16 heures 25 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 18 heures 25 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 19 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 20 heures 6 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 21 heures 28 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 21 heures 50 min
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
© CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Courrier des stratèges

Le progressisme, ce nouveau nom de l’élitisme sous l’ère Macron

Publié le 01 avril 2019
Le progressisme est la punchline de La République En Marche pour les élections européennes et la reconquête de l’opinion. Ce mot, qui fleure bon le marxisme des années 70, prend un tout autre sens dans la bouche de la majorité présidentielle.
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le progressisme est la punchline de La République En Marche pour les élections européennes et la reconquête de l’opinion. Ce mot, qui fleure bon le marxisme des années 70, prend un tout autre sens dans la bouche de la majorité présidentielle.

Le progressisme est la punchline de La République En Marche pour les élections européennes et la reconquête de l’opinion. Ce mot, qui fleure bon le marxisme des années 70, prend un tout autre sens dans la bouche de la majorité présidentielle. Ce faisant, reste à savoir si le pari qui est lancé portera chance à un Président dont l’assise paraît désormais fortement fragilisée. 

C’est la novlangue macronienne: le progressisme est le maître mot de sa campagne électorale, emportée par l’ouvrage d’Ismaël Émélien qui justifie sa démission récente de l’Élysée, sans éclipser son rôle de barbouze dans l’affaire Benalla. Ce sera aussi le maître mot des (soporifiques) discours de campagne de Nathalie Loiseau, tête d’affiche LREM aux européennes. Pour tous ceux qui se souviennent de ce qu’était le progressisme dans les années 70, des discours enflammés et des utopies auxquelles il donnait lieu à cette époque, la récupération du mot par les macroniens ne peut que soulever quelques questions. 

Le progressisme des années 70 était un populisme

Souvenons-nous de ce qu’était le progressisme à l’époque. Fondamentalement, il reposait sur la conviction très marxiste que la classe ouvrière, que le prolétariat, étaient l’avenir de l’homme. La notion de progrès trouvait d’ailleurs sont son origine dans la philosophie politique de Marx, pour qui l’histoire avait un sens construit par la lutte des classes. Être progressiste, c’était alors croire que, dans la dialectique du capitaliste propriétaire rentier d’un côté, et du prolétaire spolié de l’autre, le deuxième exproprierait nécessairement le premier et amènerait quasi-mécaniquement l’avénement d’une société sans classe, sans exploitation et sans aliénation. 

D’où l’idée que tout ce qui venait du prolétariat avait la valeur quasi-sacrée de la tunique de Jésus. 

Le progressisme de Macron est un élitisme

À l’inverse, le progressisme sauce Macron ne respire pas beaucoup la religion du prolétariat. On pourrait même dire l’inverse. Le pauvre, l’exploité, l’opprimé, le sans-diplôme représente plutôt l’anti-thèse du progrès selon les adeptes de la République En Marche. Il suffit de lire, d’écouter, les propos tenus par la majorité sur les Gilets Jaunes pour comprendre que les marcheurs ne placent aucune ambition ni aucune espérance historique dans la prise de pouvoir par les petites gens. 

On ne trahira même pas beaucoup leur pensée en affirmant que le prolétaire est le repoussoir du macronisme. Elle est loin l’utopie post-marxiste des Trente Glorieuses. 

Peuple et populisme, les deux bêtes noires de la macronie

Sur le fond, d’ailleurs, le macronisme s’est construit tout entier sur une image dévalorisée du « peuple » et sur une haine farouche du « populisme ». Pour Macron, et il ne s’en est jamais caché, le petit peuple est fait d’illettrés, de rien, de réfractaires, de gens peu enclins à l’effort. Et les populistes sont cette lèpre nationaliste qui nous prépare au pire. Jamais probablement, on avait poussé aussi loin, en politique, le mépris et la stigmatisation pour les Français ordinaires, jamais on ne l’avait autant assumé. 

L’Europe des Lumières contre l’Europe des Nations

Dans la sémantique macronienne, il faut entendre par « progressisme », tout autre chose que le progrès social porté par la gauche d’antan. Le progrès macronien est plutôt le progrès des Lumières, porté par les savants, les intellectuels, les honnêtes hommes du dix-huitième siècle, face aux obscurantistes de l’Église et aux paysans incultes. À chaque discours sur l’Europe d’ailleurs, Emmanuel Macron adore exalter cette Europe de l’élite opposée aux barbares du petit peuple croyant. 

D’où les thèmes de campagne défendus par Nathalie Loiseau contre la barbarie nationaliste. 

Un thème utilisé à contretemps

Chacun pensera ce qu’il voudra du bien-fondé idéologique de cette campagne et de ce progressisme. On constatera simplement qu’il clive les opinions et les programmes sur des archétypes sociaux. D’un côté les gens éduqués, de l’autre les ignares. D’un côté les civilisés, de l’autre barbare. Là encore, la macronie innove en politique, mais dangereusement, en plaçant des marqueurs sur des stéréotypes sociaux très caricaturaux. 

En pleine crise des Gilets Jaunes, c’est-à-dire au moment où les petites gens sont dans les rues pour dénoncer l’arrogance macronienne, on s’interrogera sur l’habileté politique du Président qui ne cherche manifestement plus à fédérer, mais qui joue clairement la division. On a envie de lui rappeler ce simple dicton: qui sème le vent récolte la tempête. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
TPV
- 02/04/2019 - 06:37
Progressisme alias cache sexe de la transgression
Parti des minorités qui méprisent le provincial, le banlieusard, le bac moins quelquechose, le face de craie, le français...
spiritucorsu
- 02/04/2019 - 00:13
Le spectre du progressisme.
L'avenir de la macronie s'assombrit si les anciens chantres du monarque en arrivent à mettre en doute sa divine pensée jupitérienne,et c'est vraiment là qu'il y a un signe qu'il y a péril en la demeure pour le gourou et sa secte,et surtout que le naufrage n'est pas loin.Des articles en provenance de certains sites(voir planet.fr)font état d'un burnout du capitaine du rafiot macronesque au moment où la tempête du siècle s'annonce et alors que certains membres de l'équipage ont courageusement déserté ce qui nest bientôt plus qu'une épave hantée par quelques damnés du progressisme et le spectre qui leur sert de chef.Au delà de ce commentaire,très bon article de mr Verhaegue qui est cette fois bien inspiré.
Anouman
- 01/04/2019 - 20:41
D’un côté les gens éduqués, de l’autre les ignares.
Sauf que les gens éduqués et dotés d'un minimum de capacité de raisonner savent très bien où se situent les ignares, à la tête de l'état Français.