En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

02.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

03.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

04.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

05.

Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille

06.

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

07.

Union européenne : la réglementation sur les travailleurs routiers déchirent les Européens

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

06.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
Et en même temps

Emmanuel Macron, Président de droite à l’insu de son plein gré ?

il y a 26 min 37 sec
décryptage > Politique
Le grand flou

Le mystère du financement de la relance

il y a 55 min 50 sec
décryptage > Politique
Oral de rattrapage

Macron, l'incompris... mais la faute à qui ?

il y a 1 heure 39 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 18 heures 53 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 20 heures 8 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 20 heures 46 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 21 heures 45 min
décryptage > Media
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 14 juillet en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 23 heures 6 min
décryptage > Société
Inclusivement vôtre

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

il y a 23 heures 54 min
décryptage > International
INTERNATIONAL

Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

il y a 1 jour 13 min
décryptage > Consommation
Révolution

Covid-19: le monde des supermarchés d’après est arrivé

il y a 32 min 50 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

il y a 1 heure 28 min
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 18 heures 42 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 20 heures 37 sec
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 20 heures 32 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 21 heures 15 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 22 heures 2 min
décryptage > Société
Des mots pour mentir

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

il y a 23 heures 38 min
décryptage > France
BACCALAURÉAT 2020

Baccalauréat 2020 : la cuvée coronavirus a été livrée

il y a 1 jour 3 min
décryptage > Economie
WIKI AGRI

Quand le budget européen prévu pour gérer les crises agricoles est affecté au maintien des migrants syriens en Turquie

il y a 1 jour 29 min
© XAVIER LEOTY / AFP
© XAVIER LEOTY / AFP
Grand Débat

Fin du Grand débat en vue : pourquoi Emmanuel Macron pourra difficilement apaiser le pays sans repasser par la case élections

Publié le 01 avril 2019
Alors que la fin du Grand débat se profile, le passage par les élections semble nécessaire pour que la crise, elle, puisse s'achever.
Chloé Morin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chloé Morin est ex-conseillère Opinion du Premier ministre de 2012 à 2017, et Experte-associée à la Fondation Jean Jaurès.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la fin du Grand débat se profile, le passage par les élections semble nécessaire pour que la crise, elle, puisse s'achever.

Atlantico : Alors que la fin du Grand débat se profile et qu'il y a consensus sur le diagnostic des problèmes en France, les revendications émises par les différentes parties peinent à se trouver une cohérence. Alors qu'aucune décision du gouvernement ne pourrait réellement résoudre les divisions, peut-on envisager une solution forte telle qu'une dissolution suivie d'une nouvelle élection ? Cette décision pourrait-elle apaiser la grogne populaire ?

Chloé Morin : Je ne suis pas certaine, tout d’abord, qu’il y ait consensus sur les problèmes prioritaires en France. Il existe un certain nombre de revendications fortes et largement partagées, certes : la demande de justice sociale, le pouvoir d’achat, l’intégration de davantage d’horizontalité dans nos processus de prise de décision… mais de manière générale, on peine à voir émerger un consensus autour d’une plateforme programmatique cohérente et alternative à celle du gouvernement. C’était d’ailleurs sans doute là un des objectifs du Grand débat, que de mettre à jour les contradictions internes à des oppositions au pouvoir qui n’ont pas grand chose de plus en partage que leur rejet de la politique actuelle et du Président…

Dès lors, on peine à imaginer quelles pourraient être LA ou LES mesures susceptibles de contenter l’ensemble des personnes qui, gilets jaunes ou non, se déclarent insatisfaites de leur situation. Il n’y a pas de recette magique, et c’est bien là le problème - les 10 milliards déjà annoncés au début de la crise ont sans doute contribué à dégonfler le mécontentement, mais de manière marginale, et se demande bien quels pourraient être montants nécessaires pour apaiser tout le monde dans ce contexte… C’est moins un cumul de mesures techniques qu’une attitude - l’écoute et la considération, l’humilité… - et qu’un chemin - construire les conditions d’un progrès partagé par tous, lutter contre le sentiment de dépossession individuelle et collective - qui me semblent être attendues. 

A l’absence de mesure consensuelle et évidente, s’ajoute le fait que sur le plan de la méthode, le défi du gouvernement sera de construire l’acceptation de ses décisions de sortie de crise. Si tout le monde ne se dira sans doute pas satisfait, il est indispensable pour le gouvernement qu’une large majorité considère à tout le moins avoir été écoutée et respectée, et retrouve dès lors la forme d’attentisme dans laquelle elle s’était installée pendant la première partie du quinquennat. 

Il me semble d’ailleurs que, bien plus que les mesures de fond qui seront annoncées, c’est bien cette méthode qui s’avèrera cruciale. Or, actuellement, il me semble que le gouvernement s’est installé dans un face à face avec les Gilets jaunes (les irréductibles), marginalisant en grande partie les oppositions institutionnelles. Dès lors, les Français accepteront-ils qu’il soit « juge et partie » en proposant lui même, en dehors de toute procédure d’arbitrage extérieure comme un vote, les mesures de sortie de crise? Il en a la légitimité institutionnelle, évidemment, mais les Français qui protestent acceptent-ils encore ces règles du jeu, eux qui ont été nombreux depuis mai 2017 à vouloir « refaire le match » (pour ce qui est des sympathisants LFI et RN), et qui pour beaucoup, aux côtés des Gilets jaunes, s’opposent au principe même de représentation sur lequel est fondé notre système institutionnel? Je ne sais pas si une dissolution résoudrait le problème, mais ce dont je suis convaincue, c’est que la priorité pour le gouvernement actuellement devrait être autant de trouver des « mesures » que de trouver le moyen d’une acceptation large - même résignée - des décisions qu’il s’apprête à prendre. Le pire serait que les Français qui ont joué le jeu du grand débat restent avec l’amer sentiment d’avoir joué le jeu pour rien.

En dépit de l'impopularité d'Emmanuel Macron et de son gouvernement, l'état de l'opposition ne garantit pas une déroute pour LREM. Quelles seraient les chances du parti majoritaire de remporter ces potentielles élections ?

L’opposition se caractérise depuis mai 2017 par une extrême fragmentation. C’est un atout majeur, dont le parti présidentiel bénéficie encore à plein. On le voit dans les intentions de vote en vue des Européennes : aucun parti de gauche ne parvient à ce stade à s’imposer comme un vote utile d’alternative à Emmanuel Macron, la droite a un positionnement encore assez peu lisible, et le RN conserve un socle que l’on dirait irréductible, mais ne bénéficie d’aucune dynamique réelle. 

Dans ce contexte, il est à ce stade encore difficile de voir quelle sera la dynamique de la campagne, car je suis persuadée que les Français ne sont pas encore « dedans ». Qui plus est, l’offre est à peine en train de se constituer (liste LREM dévoilée il y a une semaine à peine, alliance Place Publique-Nouvelle Donne-PS il y a quelques jours seulement, tête de liste LR encore peu connue…). A ce stade, on peut imaginer au moins trois dynamiques possibles :

- une dynamique purement nationale - le « référendum anti-Macron » que Jean-Luc Mélenchon avait tenté d’installer dès l’automne dernier. Dans ce cas-ci, l’enjeu sera d’apparaître, pour les partis d’opposition, comme le meilleur opposant à Emmanuel Macron. 

Cette option est possible, surtout si la sortie de crise des Gilets jaunes est mal gérée par le gouvernement. Néanmoins, le poids du contexte Européen (Brexit, tensions avec l’Italie, montée des populismes, prégnance de la question climatique dont tout le monde accepte désormais qu’elle doit être gérée à grande échelle…) plaide plutôt pour d’autres options...

- une dynamique fondée sur le « choix de l’Europe que l’on veut » : il s’agirait alors de voter pour les meilleures idées, pour changer une Europe qui ne satisfait personne - que ce soit sur la politique économique, sociale, migratoire ou encore climatique, l’Europe actuelle ne bénéficie pas de jugements majoritairement positifs. Dans ce cas, LREM apparaît plutôt, dans nos enquêtes, comme le garant du statu quo, et pourrait donc être mis en danger au profit de partis plus petits et plus libres de proposer sans se préoccuper d’expliquer comment appliquer leurs décisions.

- enfin, un autre scénario est possible : un référendum sur l’Europe elle-même, où le mot d’ordre « sauvons l’Europe » s’opposerait à un front des anti-européens. Avec le Brexit, la montée des populismes, beaucoup de Français pro-européens ressentent actuellement avec acuité la nécessité de préserver ce bien commun, certes imparfait, qu’est l’Europe. Si le souhait de « restaurer notre souveraineté » domine largement l’opinion, il n’y pas de majorité ni pour sortir de l’Euro, ni pour mettre en danger l’Union. Dès lors, si LREM parvient à imposer aux plus pro-européens l’idée que « l’Europe est en danger » et qu’il faut donc « voter utile » pour la préserver (ne pas prendre le risque de disperser les voix pro-européennes et voir les populistes gagner), et si par ailleurs LREM parvient à s’arroger le monopole du vote « pro-européen » utile, alors il a de bonnes chances de sortir en tête. 

Quelles autres options possédait Emmanuel Macron afin de regagner la confiance des Français ?

L’opinion publique se caractérise par une extrême volatilité, qui conduit à des chutes de popularité et des ruptures parfois brutales et inattendues. En revanche, la confiance est d’autant plus difficile à renouer qu’elle est devenue une denrée extrêmement rare en politique - pour preuve, regardons les niveaux de popularité des principales figures concurrentes au Président, ou le taux de popularité des institutions démocratiques, des syndicats aux partis politiques… Dès lors, je ne crois pas à la recette magique, à la mesure miracle qui permettrait de faire table rase du passé et de repartir sur des bases saines. Vraisemblablement, regagner la confiance d’une majorité de Français sera pour Emmanuel Macron un processus lent, où la constance et la cohérence seront déterminantes. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 01/04/2019 - 16:24
La grande frousse française
Une société qu'on a volontairement déboussolée pour la manier à son aise. Elle fut depuis les années sombres de 89 construite sur une opposition systématique entre ceux qui possèdent et ceux qui ne possèdent pas encore, entre les religieux et les athées (renommés laïcs pour la bonne cause), entre les patrons et les prolétaires, entre les bienpensants et les fachos, etc. On n'a pas voulu constater que les « aristos », excepté quelques grandes familles, étaient en fin de compte fauchés comme les blés et commençaient depuis longtemps à se marier à des familles bourgeoises, que les patrons dont la fortune distribuée n'aurait payé à chacun qu'un demi salaire étaient plus nécessaires que nuisibles, etc. Macron qui ne contentera à la fin, quoi qu'il fasse, qu'un nombre restreint de personnes se verra reconduire par le fait que la majorité du pays voudra retenir le médiocre qu'il connaît trop bien plutôt que le pire qu'il ignore. J'ai retrouvé un vieux slogan, peut-être de 68 : « Plutôt rouges que morts ! »
cloette
- 01/04/2019 - 15:17
@Ullman
Bravo !!
Gpo
- 01/04/2019 - 13:27
Case élections pour virer celui qui est cramé
Il n'est plus crédible tant il a usé de ressorts en communication et tant il a insulté, et méprisé les citoyens (surtout lorsqu'il était à l'étranger)...
Le pays doit retrouver calme et sérénité pour mettre en place un vraie vision de souveraineté une affirmation des valeurs laïques et républicaines..Ce petit monsieur a assombri notre horizon et tué nos espoirs...qu'il parte..vite