En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

04.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

05.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 26 min 16 sec
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 1 heure 27 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 5 heures 37 min
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 6 heures 33 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 7 heures 58 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 8 heures 55 min
décryptage > International
A l'intérieur comme à l’extérieur

Le régime iranien confronté à une double contestation

il y a 9 heures 24 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opération du siècle sur "Aramco" se présente mal : les milieux boursiers ne font pas confiance aux Saoudiens

il y a 10 heures 17 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 55 min 19 sec
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 2 heures 2 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 3 heures 20 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 4 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 5 heures 50 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 7 heures 8 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 8 heures 41 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Environnement
"J’ai trois Greta Thunberg à domicile"

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

il y a 9 heures 50 min
décryptage > France
Rapport

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

il y a 10 heures 31 min
© DAMIEN MEYER / AFP
© DAMIEN MEYER / AFP
Chaleurs extrêmes

La canicule, nouvel objet politique non identifié qui fait vaciller la société française (et comment éviter la double peine pour les plus fragiles…?)

Publié le 28 mars 2019
La canicule est devenu un sujet politique et médiatique à part entière, ce qui confirme la tournure irrationnelle et extrême du débat sur l'environnement.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chirurgien de formation, également diplômé de Science Po, d'Hec et de l'Ena, Laurent Alexandre a fondé dans les années 1990 le site d’information Doctissimo. Il le revend en 2008 et développe DNA Vision, entreprise spécialisée dans le séquençage...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Laurent Alexandre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chirurgien de formation, également diplômé de Science Po, d'Hec et de l'Ena, Laurent Alexandre a fondé dans les années 1990 le site d’information Doctissimo. Il le revend en 2008 et développe DNA Vision, entreprise spécialisée dans le séquençage...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La canicule est devenu un sujet politique et médiatique à part entière, ce qui confirme la tournure irrationnelle et extrême du débat sur l'environnement.

Atlantico : La question écologique semble être entrée dans une nouvelle ère dans le débat politique français, surtout en ce temps caniculaire. En quoi cette question est-elle devenue un des sujets centraux du domaine politique et médiatique ?

Bruno Cautrès : Il y a très clairement une prise de conscience forte des Français, comme de nombreux européens, d’une urgence climatique et environnementale. Mais tout cela ne date pas d’aujourd’hui et ce sont des tendances de fond des opinions publiques européennes et même mondiales. Mais une fois dit cela on n’a toujours rien dit…On voit que dès qu’il s’agit de mettre en balance l’urgence écologique et l’urgence sociale, les points de vue commencent à se nuancer et à se diversifier. L’idée d’inverser la priorité en faveur de l’écologie est plus forte mais moins soutenue que l’idée de « verdiser » les programmes socio-économiques par exemple. De même lorsque l’on demande aux Français ce qu’ils seraient prêts à faire par eux-mêmes comme action ou comme modification de leur mode de vie pour mieux protéger la planète (par exemple ne plus prendre l’avion), là encore on voit que les choses sont moins simples. Cela ne veut pas dire que la prise de conscience de niveau général n’a pas débouché sur des réalités de la vie tous les jours et sur une demande de vivre différemment qu’il y a 30 ou 40 ans. Cela veut simplement dire que traduire en actes les demandes et la prise de conscience est une tâche de longue haleine, même si l’on bien que nous ne vivrons plus dans les décennies qui arrivent comme avant.

Laurent Alexandre : Je citerais Bruno Latour : "L'apocalypse c'est enthousiasmant". Dans le débat médiatique, avec la place des réseaux sociaux, sortir du bruit est devenu extraordinairement difficile. La surenchère et l'hystérisation du débat écologique est un moyen de vendre des bouquins, de passer dans les médias. Fred Vargas a affirmé que 4 milliards d'êtres humains allaient mourir de façon certaine dans les prochaines années si l'on dépassait les 1,5°C d'augmentation de la température. De la même façon, comme l'a répété l'ancien ministre de l'écologie Yves Cochet, il y a 50% de chance que l'humanité disparaisse complètement dans les prochaines années.

On est donc passé d'un discours climatique passionné mais raisonné à un discours apocalyptique de nature religieuse : un discours de fin du monde qui attire énormément de public, c'est ce qui le rend attirant pour les gens en mal d'audiences.  

Quelles sont les différences d'intensité de la demande écologique en fonction des différentes catégories de l'électorat, aussi bien politiquement que sociologiquement ? 

Bruno Cautrès : Si l’on regarde les préoccupations en matière écologique pour le dernier scrutin européen, on voit que parmi les principaux enjeux cités par les Français comme motivation de vote, la lutte contre le réchauffement climatique arrive en premier ou à égalité avec la lutte contre le terrorisme, la maîtrise des flux migratoires, la lutte contre le chômage. La lutte contre le réchauffement climatique et la protection de l’environnement est néanmoins davantage mise en avant par les électeurs potentiels de EELV, bien sûr, mais aussi l’électorat centriste du Modem ou de la République en Marche. C’est néanmoins également un thème fortement soutenu par les électeurs potentiels de la France insoumise et du PS. Sociologiquement, la thématique environnementale n’est pas que la caricature que l’on pourrait en donner d’une thématique de « la France qui va bien », de la « France des bobos », c’est nettement plus subtil et complexe que cela même si l’on voit que les catégories sociales à fort capital culturel (niveau de diplômes élevés) soutiennent encore davantage ces enjeux que les autres.

Y a-t-il néanmoins un lien établi entre canicule et réchauffement climatique ? Sont-ce avec les pics de chaleur qu'on établit une tendance générale ?

Laurent Alexandre : C'est très compliqué de faire un rapprochement entre un réchauffement général du climat et un pic de température. Il faut des séries longues. Lorsqu'il y a eu les grandes tempêtes de 1999 en France à 24h d'intervalle on y a vu un phénomène exceptionnel et on s'attendait à une hausse du nombre de tempêtes. Pourtant depuis 20 ans il n'y a pas eu de phénomène comparable.

Il faut un peu de recul pour juger ces pics même si la tendance générale au réchauffement est indéniable.

Comment expliquer que, désormais, chaque parti et chaque personnalité politique se réclament écologistes ? 

Bruno Cautrès : Il existe en politique et surtout en matière de campagne électorale une très intense bataille autour de ce que les spécialistes de sociologie électorale nomment de « issue ownership », c’est-à-dire la capacité des acteurs politiques à se réclamer et prétendre être les seuls porteurs légitimes d’un enjeu. Pour les partis qui ne sont pas les partis écologistes et qui se positionnent toujours en ayant en tête leur stratégie vis-à-vis de la présidentielle, il s’agit donc de ne pas laisser « le monopole du vert » aux seuls partis ou mouvements écologistes, EELV en particulier. Au cours des dernières années, la plupart des partis politiques et candidats à la présidentielle ont donc introduit de fortes dimensions écologiques dans leur programme (à gauche Benoit Hamon ou Jean-Luc Mélenchon notamment ; à droite les LR ou le centre droit). La bataille va donc progressivement se déplacer sur le centre de gravité de cette tendance : quels sont les partis ou mouvements qui vont explicitement dire que l’urgence écologique commande tout et que les autres en dépendent ?

Il convient également de remarquer que le sujet climatique se semble même plus être un sujet politique comme les autres : il est présenté comme une question de vie ou de mort. Pourquoi cette présentation angoissante (cartes en rouge vif, soulignement de températures ressenties extraordinaires) et culpabilisante d'un fait isolé comme la canicule? Un cabinet, Carbone 4, a pourtant présenté dans une étude que les objectifs de l'accord de Paris étaient très majoritairement atteignable grâce à des changements de politique publique ou au sein de l'entreprise, et non individuels.

Laurent Alexandre : La course à l'audience et le désintérêt des Français pour le débat droite/gauche traditionnel, qui a été accentué par le fait que Macron a tué la droite et la gauche, a amené la disparition de l'opposition traditionnelle. La mort du PS et de LR fait que finalement il y a le macronisme face aux extrêmes. Parmi ces discours extrêmes il y a les discours gauchistes apocalyptiques puisque l'essentiel du discours collapsologique est situé à l'extrême-gauche - même si l'on en trouve une faible quantité à droite.

On a là une des conséquences du fait qu'il n'y a plus qu'un parti de gouvernement et que les autres ont disparu. Cela favorise l'hystérisation et la polarisation du débat comme on a pu le voir à d'autres époques. Ça n'est pas une première mais si l'on prend les grandes craintes des années 60 sur la famine, elles n'avaient pas été relayées à ce point.

Certes les livres de Paul Ehrlich alertant sur les risques de famine dus à l'explosion démographique se vendait déjà à plusieurs millions d'exemplaires. Il prévoyait des centaines de millions de morts à cause de la famine (pour une population de 3 milliards) et il en prévoyait même aux Etats-Unis. Ca n'est pas arrivé, et on sait qu'il y a aujourd'hui beaucoup moins de malnutrition qu'à l'époque et beaucoup plus de diabètes de type 2 et d'obésité dans les pays émergents qu'il n'y a de malnutrition.

A l'époque ces prévisions apocalyptiques avaient eu un certain succès, avaient permis à Ehrlich de vendre de nombreux livres et d'être invité partout. Mais ça n'était pas diffusé sous une forme aussi hystérique qu'aujourd'hui.

N'y a-t-il pas un risque d'infliger aux catégories populaires, qui se soucient pourtant des questions environnementales, une double peine : subissant davantage le changement climatique, ils subissent aussi les mesures contraignantes qui viennent d'une forme de catastrophisme ?

Laurent Alexandre : Les catégories populaires vont être les cocus de l'affaire. A force d'être décroissantiste et apocalyptique, on recule sur le plan technologique. Si l'on écoute Aurélien Barrau, la 5G tue il faut l'interdire. Ca ne fera pas progresser des technologies numériques face aux GAFA et aux Chinois. Ce discours décroissantiste accroit notre retard et si on baisse sur le plan technologique, les Gilets jaunes vont être de plus en plus pauvres. Les élites vont partir, les pauvres auront une baisse de leurs revenus dans un territoire de plus en plus dévitalisé à cause du recul technologique de pays comme la France.

Ce discours a deux graves inconvénients : il déprime les gens, on remarque tous ces jeunes qui veulent se faire stériliser. Il conduit aussi les gens à aller dans la mauvaise direction. Quand on voit que 85% des jeunes de 18 à 34 ans pensent que le nucléaire est responsable du réchauffement climatique, c'est affolant. La seule façon de fabriquer de l'énergie sans CO² c'est le nucléaire, qui est de loin la solution la plus vertueuse sur le plan climatologique. Donc on pousse à fermer du nucléaire, ce qui augmente les émissions de CO², c'est absolument délirant.

Ce discours va conduire à appauvrir les Gilets jaunes, à accroitre notre déclin technologique, à faire moins de nucléaire donc plus de gaz donc à augmenter le réchauffement climatique. C'est affolant de voir à quel point ce délire nous emmène dans la mauvaise direction. La France est le pays le plus touché au monde par ce délire parce que l'extrême-gauche a récupéré cette théorie apocalyptique. C'est plus facile de faire la Révolution en expliquant qu'on va tous griller qu'en expliquant qu'il faut prendre le modèle vénézuélien ou nord-coréen car l'immense majorité des Français ont désormais remarqué que l'idéologie marxiste est loin d'être idéale pour la liberté ou le pouvoir d'achat. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

04.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

05.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

06.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

07.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
salamander
- 29/06/2019 - 17:17
excellent article
les commentaires de Laurent Alexandre sont tirs très pertinents.
on peut rajouter que oui depuis 150 ans la température a monté d'environ 1 degré mais avant c'était le petit âge glaciaire (le Rhône gelait parfois jusqu'à Arles...)
qui lui-même succédait à l'optimum médiéval.
Il ya 2 charts fondamentaux que l'on trouve facilement sur le net:
1. les alternances d'optima avec les petits âges glaciaires depuis la déglaciation il y a 12 000 ans.
2.la formidable décrue de la concentration en co2 dans l'atmosphère depuis 600 millions d'année (on parle de 40 fois les valeurs actuelles alors ) jusqu'à sa légère remontée dans le siècle écoulé de 0,03% à 0,04% !

Tout "réchauffiste " qui ne sera pas troublé par ces 2 graphs peut être considéré comme entré dans l'ère religieuse du nouveau millénarisme eschatologique.(celui qui annonce la fin des temps)

jipebe29
- 29/06/2019 - 11:45
Il faut citer les vrais chiffres de tendance
« la tendance générale au réchauffement est indéniable ». Encore faut-il la préciser : elle n’est que de +0,1°C/décennie (mesures satellitaires UAH), ce qui n’a rien d’alarmant.
jipebe29
- 29/06/2019 - 11:41
« Y a-t-il néanmoins un lien
« Y a-t-il néanmoins un lien établi entre canicule et réchauffement climatique ? » La France n’est pas la planète. Il y fait en général plus ou moins chaud en été, surtout dans les régions du Sud et de l’Est. Une canicule a pour seule cause des remontées d’air chaud des basses latitudes, en fonction des mouvements méridiens des anticyclones mobiles polaires, elle procède donc de la météo, et en aucun cas d’un réchauffement climatique épouvantables, de +0,7°C en 130 ans, et qui a quasiment cessé depuis près de 20 ans. La tendance actuelle n’est que de +0,1°C/décennie, et ce que racontent les affreux alarmistes, notamment jean Jouzel, champion national des mensonges et de la désinformation, ne vaut pas un clou.