En direct
Best of
Best of du 22 au 28 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces très sérieux effets secondaires des quarantaines

02.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

03.

Nouvelle vague de migrants syriens : l’épreuve de trop pour l’unité de l’Union européenne ?

04.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

05.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

06.

Ségolène Royal amoureuse d’un banquier belge; Laeticia Hallyday devient américaine; Céline Dion veut adopter une petite fille; La fille adoptive de Spielberg se lance dans le porno; Genoux ou glouglou ? Johnny Depp ne tient plus debout, Madonna à peine

07.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Ensemble contre le virus
Coronavirus : l'union sacrée du monde politique est-elle possible ?
il y a 24 min 45 sec
pépites > International
Déferlante
Erdogan assure que 18.000 migrants ont traversé la frontière vers l'Europe en une journée
il y a 2 heures 18 min
light > Culture
Fête du cinéma
César 2020 : "Les Misérables" grand gagnant, Roman Polanski sacré meilleur réalisateur
il y a 3 heures 24 min
décryptage > France
La Gare de Lyon, c'est aussi de leur faute…

On sait que 79% des Français éprouvent de la méfiance ou du dégoût à l’égard des politiques. Les principaux - mais pas les seuls - responsables de ce chiffre angoissant : les macronistes !

il y a 3 heures 58 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Premier "flic" de France : le jour où Christophe Castaner est devenu ministre de l’Intérieur

il y a 5 heures 53 min
décryptage > Culture
Bonnes feuilles

"Le Bouquet de tulipes" : la provocation de Jeff Koons face à un marché démesuré de l’art contemporain et un pied de nez à la mairie de Paris

il y a 5 heures 54 min
décryptage > International
Victimes

Syrie : qui peut sauver les populations civiles d’Idlib ?

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Société
Nuances

Tempête sur les César : ces fondamentaux de la nature humaine que ne comprennent pas les guérilleros de la justice morale

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Science
Un jour de plus

29 février : si vous pensez savoir à quoi nous devons les années bissextiles, voilà pourquoi l’explication réelle est plus complexe

il y a 5 heures 54 min
pépite vidéo > Social
Violence
Incendies déclenchés à Paris lors d'affrontement entre manifestants et force de l'ordre
il y a 20 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le muguet de Noël" : Un pur divertissement

il y a 2 heures 48 sec
pépite vidéo > Culture
Polémique
"Bravo la pédophilie !" Adèle Haenel quitte cérémonie des César lors du sacre de Polanski
il y a 2 heures 50 min
décryptage > Santé
Solution PAS miracle

Coronavirus : ces très sérieux effets secondaires des quarantaines

il y a 3 heures 50 min
décryptage > International
Epée de Damoclès

Nouvelle vague de migrants syriens : l’épreuve de trop pour l’unité de l’Union européenne ?

il y a 4 heures 5 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment la crise des Gilets jaunes a conduit Emmanuel Macron à s’appuyer sur le soutien des maires de France et à renouer le dialogue avec les citoyens et les élus à travers le Grand débat national

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le discours de François Fillon au Trocadéro : un des tournants majeurs de la campagne présidentielle de 2017

il y a 5 heures 54 min
décryptage > Europe
Stratégie de communication

Voiture bélier au carnaval de Volkmarsen : le silence risqué des autorités allemandes

il y a 5 heures 54 min
décryptage > International
Bon côté des choses

Politique, économie, progrès scientifique : la crise du coronavirus va peut être nous rendre intelligents et chasser les sorciers et autres porteurs de fake news

il y a 5 heures 54 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Ségolène Royal amoureuse d’un banquier belge; Laeticia Hallyday devient américaine; Céline Dion veut adopter une petite fille; La fille adoptive de Spielberg se lance dans le porno; Genoux ou glouglou ? Johnny Depp ne tient plus debout, Madonna à peine
il y a 5 heures 54 min
pépites > Consommation
Consommation
Les steaks hachés bio de supermarché épinglés par 60 millions de consommateurs
il y a 21 heures 12 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Progrès à marche forcée

Démocratie libérale en danger ? De quoi le progressisme macronien est-il vraiment le nom ?

Publié le 28 mars 2019
Dans leur essai "Le progrès ne tombe pas du ciel", Ismaël Emelien et David Amiel proposent une définition du progressisme afin d'en faire le pilier du corpus idéologique de La République en Marche. Le "point essentiel" de ce progressisme est selon les deux auteurs "la méthode d'action publique".
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Vincent, ancien élève de l’ENA, est professeur d’économie à Sciences-Po Paris. Il est l’auteur de Qu’est-ce que le conservatisme (Les Belles Lettres, 2016). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Jean-Philippe Vincent
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Philippe Vincent, ancien élève de l’ENA, est professeur d’économie à Sciences-Po Paris. Il est l’auteur de Qu’est-ce que le conservatisme (Les Belles Lettres, 2016). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans leur essai "Le progrès ne tombe pas du ciel", Ismaël Emelien et David Amiel proposent une définition du progressisme afin d'en faire le pilier du corpus idéologique de La République en Marche. Le "point essentiel" de ce progressisme est selon les deux auteurs "la méthode d'action publique".

Atlantico : Dans leur essai Le progrès ne tombe pas du ciel, Ismaël Emelien et David Amiel, anciens conseillers d'Emmanuel Macron, proposent une définition du progressisme afin d'en faire le pilier du corpus idéologique de La République en Marche. Le "point essentiel" de ce progressisme – qu'ils distinguent du libéralisme - est selon les deux auteurs "la méthode d'action publique", reconnaissant qu'"il est plus difficile encore pour les progressistes d’exercer le pouvoir que de le conquérir". Ces difficultés ne sont-elles pas précisément importantes parce que le progressisme macronien a du mal à accepter la composante libérale de l'exercice démocratique ? Parler de "méthode d'action publique" – comme les progressistes de Terra Nova parlaient de "pédagogie" – ne montre-t-il pas une forme de frilosité démocratique ?

Edouard Husson : Vous touchez au cœur du sujet. Il ne faut pas oublier que ce qu''on appelle néo-libéralisme est en fait le dévoiement d'une révolution conservatrice. Reagan est à la fois antisocialiste et porté par le renouveau chrétien américain des années 1970. Margaret Thatcher veut réhabiliter l'éthique des entrepreneurs qui était celle de 1900. Les années 1980 sont aussi des années de réaction à 1968. 

Tout cela change dans les années 1990. Margaret Thatcher est renversée par les européistes de son parti, qui dévoient sa révolution: le renouveau libéral n'est plus pensé dans le cadre national. Au même moment les yuppies s'emparent de la libération de la finance et de la réforme des mœurs. Vous avez des modes comme le DINK ("Double Income. No Kids"). Toute l'éthique thatchérienne est balayée, en même temps que le souverainisme dans lequel se déployaient ces réformes. Cela donne quelques années plus tard  Tony Blair; le Labour s'empare du thatchérisme mais pour le transformer en néo-libéralisme. Au même moment que la chute de Margaret Thatcher arrive Bill Clinton, moralement aussi vertébré qu'un mollusque, et qui trimballe, sous l'influence de sa femme, tout l'héritage progressiste. 

Le trait caractéristique du néolibéralisme c'est qu'il s'éloigne de plus en plus du libéralisme politique au fur et à mesure qu'il devient progressiste. Clinton et Blair font la guerre en violant leurs parlements respectifs. Toute une flopée d'anciens trotskistes américains viennent parasiter le parti républicain américain en inventant le néo-conservatisme. 

Le macronisme est le dernier avatar du progressisme néolibéral et il en partage une caractéristique majeure: l'abandon du libéralisme politique. On ne doit pas être étonné de la répression du mouvement des Gilets Jaunes: parlementarisme et démocratie sont des freins à la finance sans limites, au capitalisme de connivence, à l'individualisme absolu des mœurs, à la mise en place d'un gouvernement supranational voire mondial. 

Jean-Philippe Vincent : Je n’ai pas lu le livre d’Emelien et Amiel. Pour être très franc, d’ailleurs, je ne compte pas le lire ! Ce sera ma façon d’exprimer mon malaise avec l’idée de « progressisme ». Ce dernier, en définitive, c’est tout ce qui reste à un homme de gauche quand il a renoncé au progrès. Raymond Aron avait écrit un livre intitulé les « Désillusions du Progrès ». Mais que devrait-on dire des désillusions des progressistes ! Les progressistes sont des idéalistes qui constatent leur faillite. Ça doit être très, très amer. Et la constatation d’une faillite de la pensée ne fait pas une idéologie. Il est tout à fait vrai, cependant, qu’il est plus difficile d’exercer le pouvoir que de le conquérir. Mais dans le cas des progressistes, c’est encore plus vrai. En effet, un progressiste prétend agir dans le présent en fonction d’un futur rêvé, idéalisé, fantasmé. Dès qu’il est confronter au réel et non au fantasme, un progressiste est dans la désillusion. La méthode d’action publique me fait l’effet d’un « cache-sexe » assez misérable. En gros, cela veut dire : naviguer sans cap, à la godille, à l’estime, sans l’estime. On connaît ça très bien et on en fait l’expérience tous les jours. Mais de là à en faire la théorie et l’apologie, non merci.

Quelle relation entretiennent la tradition politique libérale et le mouvement philosophique du progressisme ? Jusqu'à quel point un libéral peut-il être "progressiste" ? 

Edouard Husson : En fait il faudrait se débarrasser du mot libéralisme. Au commencement est la liberté, qu'il s'agisse de la République romaine ou de l'élection du roi dans la tradition celte ou germanique. Le progressisme est une façon polie de dire que l'on restreint les libertés. Au nom de l'efficacité, de l'accroissement de la taille des entités politiques, de l'organisation d'un Etat moderne, d'un effort de guerre à mener, de la raison, de l'égalité des conditions sociales etc. Regardez par exemple comme Voltaire se prosterne devant Frédéric II ou Diderot est amoureux de la Grande Catherine. Emmanuel Macron a commencé son quinquennat devant une pyramide, symbole du plus grand despotisme que l'humanité ait connu avant les régimes totalitaires du XXè siècle.  

Tous ceux qui aiment la liberté politique ne peuvent qu'admirer la manière dont les Britanniques reviennent régulièrement à la liberté politique des origines. Grande Charte, Glorieuse Révolution, Brexit! 

Jean-Philippe Vincent : Il existe et a toujours existé un « libéralisme progressiste » de même qu’il existe et a toujours existé un « libéralisme conservateur ». Certains libéraux anglais du XIXe siècle, John Stuart Mill, par exemple, peuvent être regardés comme des libéraux progressistes. Mais fondamentalement, le libéralisme repose sur une idée essentielle : si l’on fait confiance à la liberté des individus et si l’on respecte les règles de la liberté et de la démocratie, alors, on a fait l’essentiel. L’important n’est pas le résultat : le progrès, même s’il n’est évidemment pas négligeable, l’important c’est de se donner les moyens – la liberté – d’y arriver. C’est au fond ce que Robert Nozick appelait la « justice procédurale pure » : si l’on respecte les bonnes règles, alors on est dans la bonne voie, celle de la liberté, et c’est l’essentiel. Le résultat ne peut pas être garanti, mais la procédure, elle, doit être respectée. Le progressisme est le contraire de cela puisqu’il s’agit de garantir un résultat, en ne s’interrogeant guère sur les moyens démocratiques qui permettraient d’y parvenir.

Emelien reconnait que dans le passé, le PS, en théâtralisant son opposition au FN, a pu engranger des soutiens mais a renforcé à terme le Front National. En opposant progressistes et populistes, notamment dans le cadre des prochaines élections européennes, Emmanuel Macron ne commet-il pas dès lors une bonne stratégie électorale mais une piètre stratégie politique d'un point de vue idéologique ? Le progressisme d'En marche est-il une émule de celui de Terra Nova ?  N'est-il pas d'une certaine façon acteur – comme Orban ou Salvini – de la pente illibérale sur laquelle semble s'aventurer l'Europe ?

Edouard Husson : Quand sortirons-nous de l'emprise de cet ambitieux éminemment pervers qu'était Mitterrand? Il a d'abord instrumentalisé le progressisme pour assouvir sa soif de pouvoir. 1981 est le résultat le plus grotesque de notre histoire politique. Un renégat de la droite a fait l'union des forces de progrès. Le même renégat, ensuite, crée la zizanie dans cette droite qu'il connaissait si bien et où de Gaulle lui avait barré la route. Il s'appuie sur l'absence de colonne vertébrale d'un ancien militant progressiste venu au gaullisme par ambition, Jacques Chirac, pour sceller l'unité de tous les progressistes contre le Front National, dernier refuge du sentiment national et donc de l'attachement aux libertés. Mitterrand réécrit Astérix en version grinçante et vu du point de vue des Romains, lui-même se réservant le rôle de César. Jean-Marie Le Pen crée un village gaulois qui ne cesse de résister à l'envahisseur tout en se complaisant dans son enfermement dans un Finistère politique.  

La grande astuce de Mitterrand c'est de transformer le patriote français en "Gaulois réfractaire". Macron n'a rien inventé. C'est le patronat français et la gauche caviar qui ont fait, par leurs décisions à courte vue, de l'immigration une question centrale de la politique française! Ce n'est pas le Front National! Que Jean-Marie Le Pen ait alimenté le jeu mitterrandien en acceptant cette réécriture d'Astérix où les Gaulois deviennent les méchants et Abraracourcix fait des calembours scandaleux, c'est une chose. Que, sur le fond, le patronat français ait préféré la main d'œuvre étrangère bon marché à la robotisation et la gauche cassé cette magnifique machine à assimiler qu'était l'école du Malet-Isaac et du Lagarde & Michard, c'est la vraie racine de nos problèmes. 

Nous ne sommes pas les seuls à subir les conséquences du progressisme. Angela Merkel fille d'un pasteur compagnon de route du parti communiste allemand, éduquée elle même en RDA, a voulu faire du progressisme l'idéologie de toute l'Europe. Contre tout respect des institutions démocratiques, elle a imposé à l'Allemagne le retour aux centrales à charbon et à l'Union Européenne une immigration massive- avec la bénédiction dans les deux cas d'un pape péroniste! Les illibéraux, ce sont ces gens, non Orban ou Salvini, qui essaient de substituer au despotisme éclairé qu'est le merkelisme une démocratie conservatrice. 

Jean-Philippe Vincent : Le populisme est un des fruits du progressisme : il est un retour à l’ultra-réalité, de façon très crue et très excessive. Cette réalité, les progressistes la détestent et la réalité déteste les progressistes. De Gaulle, s’exprimant un jour à la télévision en 1965, disait : « Il n’y a pas de politique en dehors des  réalités». Il avait évidemment raison. La « méthode d’action publique » n’est pas une façon de faire dans la réalité, c’est une façon d’y échapper, une fuite en avant quand on a perdu le cap. Les conservateurs, eux, pensent qu’il faut faire avec la réalité et même que la réalité peut être belle. C’est une pensée qui a été naguère très bien exprimée par le philosophe hongrois, Aurel Kolnai quand il parlait des ravages causés par l’esprit utopiste. Il faudrait le relire, car il exprime très clairement et finement le bonheur des réalités. Et nous avons besoin de réapprendre à être dans la réalité avec bonheur et avec joie. Elle n’est pas triste. Il n’y a que les progressistes pour penser cela.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces très sérieux effets secondaires des quarantaines

02.

Selon Aurélien Taché, Caroline Fourest a gravement fauté en qualifiant les étudiants de "bande de petits cons". Il n'a pas tort : elle aurait dû dire "bande de sales cons"

03.

Nouvelle vague de migrants syriens : l’épreuve de trop pour l’unité de l’Union européenne ?

04.

“Il ne faut pas que le Brexit réussisse” : Le pari perdant perdant d’Emmanuel Macron

05.

L'enseignant de 60 ans décédé des suites du coronavirus était aussi atteint d'une "autre maladie" qui a "contribué à son arrêt cardiaque"

06.

Ségolène Royal amoureuse d’un banquier belge; Laeticia Hallyday devient américaine; Céline Dion veut adopter une petite fille; La fille adoptive de Spielberg se lance dans le porno; Genoux ou glouglou ? Johnny Depp ne tient plus debout, Madonna à peine

07.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Risque de pandémie au Coronavirus : l’étrange silence des agneaux écolos

06.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Ecoutez l'autocritique (sincère ?) des candidats LREM qui s'étaient prononcés contre le mariage pour tous et contre la PMA. Mais le peuple, très vigilant, ne sera pas dupe de leur double langage…

03.

“Il faut sauver l’hôpital” : mais comment expliquer la pénurie dénoncée par les soignants au regard du montant des dépenses publiques ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

06.

L'étrange sous-entendu de l'accusation lors de l'ouverture du procès Fillon

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
guzy1971
- 29/03/2019 - 12:43
Il a pas tort Husson, mais
...il réécrit un peu l(Histoire concernant Thatcher. celle-ci disait que la société n'existait pas que seuls des individus libres existaient, ce qui n'a rien à voir avec un conservatisme classique ; elle se contredisait de fait car son souverainisme sourcilleux était contradictoire avec ce propos, mais enfin a a bien contribué à diffuser ces idées. Il est vrai qu'elle n'a pas été porté au pouvoir pour ça, mais j'ai coutume de dire que ce sont les idées plus que les individus qui sont au pouvoir, Thatcher était le produit de son temps et de l'esprit de ce temps.
Ganesha
- 29/03/2019 - 10:24
Espoir et Illusion !
Amis Ripoux-Blicains, vous vous préparez à aller voter dans l'espoir, absurde et dérisoire, de retarder encore un peu l'arrivée de la ''PMA pour Toutes'' en France, rejoignant ainsi les autres pays européens.

Mais, en réalité, et en pratique, vous n'êtes que des Pétainistes résignés à accepter une Europe allemande !
Benvoyons
- 29/03/2019 - 09:18
La Politique & les différentes tribus fonctionnent aussi en
regroupement pour la coupe du Monde de Foot, les Jeux Olympiques , l'Opéra, les 80000 personnes pour Johnny, les Associations pour les aides, les ONG etc.. en fait tout cela est plus souple & changeant car le savoir amène à cette plasticité & en aucune manière au simple individualisme.