En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Crédit
Fallait-il donner un tour de vis au crédit bancaire ?
Publié le 27 mars 2019
Face à un risque d’emballement du crédit constaté pour janvier 2019, le Haut conseil de la stabilité financière, l’Autorité macro-prudentielle française vient de prendre une mesure visant à freiner le cycle financier.
Dominique Perrut est docteur en sciences économiques (Paris-1), chercheur et consultant dans le secteur financier à Paris. Egalement l’auteur de communications, articles et ouvrages portant sur les intermédiaires financiers, la régulation et l’Europe...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Perrut
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique Perrut est docteur en sciences économiques (Paris-1), chercheur et consultant dans le secteur financier à Paris. Egalement l’auteur de communications, articles et ouvrages portant sur les intermédiaires financiers, la régulation et l’Europe...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Face à un risque d’emballement du crédit constaté pour janvier 2019, le Haut conseil de la stabilité financière, l’Autorité macro-prudentielle française vient de prendre une mesure visant à freiner le cycle financier.

Face à un risque d’emballement du crédit constaté pour janvier 2019, le Haut conseil de la stabilité financière, l’Autorité macro-prudentielle française vient de prendre une mesure visant à freiner le cycle financier. La Fédération bancaire française, syndicat professionnel des banques, a aussitôt manifesté son désaccord. Selon elle, cette décision ne serait cohérente ni avec politique monétaire de la BCE, ni avec l’orientation du gouvernement français. Qu’en est-il ? Points de repère sur une polémique.

Présidé par le Ministre de l’économie et des finances, le Haut conseil vient en effet de décider, le 18 mars 2019, d’un relèvement de 0,25 % à 0,50 % du « coussin contracyclique », consistant en un supplément de fonds propres (ou de capital) que les banques doivent constituer en regard de leurs risques (crédits et autres engagements). Le cadre réglementaire, rappelons-le, est dicté par le dispositif international dit de Bâle III, transposé dans l’Union européenne par le « paquet » CRD IV, du nom de la directive correspondante.

De prime abord, on peut s’étonner de cette mesure, au vu d’une conjoncture économique hésitante. La mesure du Haut conseil tend en effet à ralentir, un peu, la distribution du crédit. On relève au passage que l’usage qui est fait de l’instrument contracyclique reste fort modéré, puisqu’il se limite à 0,5 % des risques pondérés, tandis qu’il peut être relevé jusqu’à 2,5 % et même plus si nécessaire. Le régulateur motive notamment cette mesure par la croissance soutenue du crédit bancaire aux entreprises et aux ménages, (+ 6 % sur un an en janvier 2019) et par le niveau élevé de l’endettement privé (133 % du PIB à la fin de 2018). Dans ces conditions, l’expansion du crédit, à un rythme bien supérieur à celui de la croissance, pourrait entraîner la formation de bulles spéculatives conduisant à des crises financières, selon un schéma analogue à celui de la crise de 2008, présente dans tous les esprits. On observe, depuis trois siècles, que les crises financières sont alimentées par le crédit aussi sûrement que l’incendie par le combustible.

Dans ce contexte, ce nouvel outil, qui joue un rôle d’amortisseur du cycle financier, est particulièrement bienvenu, notamment dans la zone euro, car il permet de moduler la pression réglementaire en fonction des conditions économiques nationales. Il permet ainsi aux autorités nationales de la zone euro de s’affranchir quelque peu des contraintes de la politique monétaire unique menée par la BCE. Celle-ci peut être porteuse d’effets négatifs car elle s’applique uniformément à des pays soumis à des conjonctures différentes : actuellement, le crédit bancaire dans la zone euro est en croissance de 2,8 %, contre + 6 % en France, soit plus du double.

Une telle prise en compte par le Haut conseil de la particularité française n’entre nullement en contradiction avec la politique monétaire très accommodante de la BCE. Le régulateur s’inscrit bien dans l’esprit du dispositif réglementaire post-crise pour les banques. Celui-ci permet un pilotage fin des conditions financières nationales pour éviter une surchauffe du crédit sans entraver la nécessaire croissance. On doit se féliciter de voir la mise en œuvre de ce nouvel instrument, dont certains craignaient encore récemment qu’il ne soit ignoré par le régulateur national sous la pression des professionnels.

Si, par la voix de leur Fédération, les banques renâclent devant cette mesure un peu pénalisante à court terme, elles devraient songer qu’elles ont tout à gagner à un exercice plus sûr de leur métier grâce à ce nouveau pilotage dont le but est de prévenir la réapparition d’une crise financière telle que celle dont elles viennent de faire l’amère expérience.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
04.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Merci Trump ! Pourquoi Trump est utile en nous forçant à changer nos habitudes économiques
07.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
05.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
06.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
06.
Les nouvelles figures « modérées » de l’islam de France et l’ombre des Frères-musulmans
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires