En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Au pays de l'or noir

“Pic de Hubbert” : le graphique qui montre à quel point nos prédictions peinent à anticiper les niveaux réels de production de pétrole

Publié le 27 mars 2019
M. King Hubbert prévoyait en 1956 un pic de la production pétrolière américaine au tournant des années 70. Voici pourquoi il s'est trompé.
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Perrin a travaillé pendant plusieurs années comme journaliste et consultant indépendant sur l’énergie et les matières premières. Il est chercheur associé au Policy Center for the New South (Rabat) et directeur de recherche à l'IRIS (Paris).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
M. King Hubbert prévoyait en 1956 un pic de la production pétrolière américaine au tournant des années 70. Voici pourquoi il s'est trompé.

Atlantico : En 1956, M. King Hubbert publiait la "courbe de Hubbert" annonçant un pic de la production pétrolière américaine au tournant des années 70, avant son déclin progressif. Une courbe qui a annoncé de façon assez précise l'évolution réelle de la production pétrolière américaine jusqu'aux années 2000, avant que celle-ci n'explose à la hausse ? Quelle est l'explication de cette "erreur" commise en 1956 ? 

Francis Perrin : Ces prévisions ne portaient que sur le pétrole conventionnel. Or, dans les années 2000, commence ce que l'on a souvent appelé la révolution américaine du pétrole et du gaz non conventionnels qui va permettre aux Etats-Unis de devenir le premier producteur de pétrole et de gaz naturel dans le monde devant la Russie qui était précédemment le numéro un dans ces deux domaines. Cette révolution repose, sur le plan technologique, sur la combinaison de la fracturation hydraulique et des forages horizontaux. Il faut d'ailleurs noter que ces deux technologies n'étaient pas nouvelles. Ce qui était nouveau, c'était la combinaison entre deux technologies existantes. L'industrie pétrolière américaine a donc pu commencer dans la décennie précédente à exploiter le potentiel considérable du pays en pétrole non conventionnel.

L'impact a été énorme car les Etats-Unis ont pu, à partir de la fin des années 2000, inverser la tendance au déclin de leur production pétrolière qui était souvent présentée comme irrésistible. Depuis une dizaine d'années, cette production est constamment à la hausse à la seule exception de 2016 (les prix étaient alors tombés à des niveaux très bas) et cette progression ne sera pas terminée en 2019. Elle devrait se poursuivre pendant encore plusieurs années.

La production de pétrole brut des Etats-Unis était de 10,95 millions de barils par jour (Mb/j) en 2018, contre 9,4 Mb/j en 2017. Pour 2019 et 2020, les projections du département de l'Energie des Etats-Unis sont de 12,3 Mb/j et de 13 Mb/j respectivement. En février 2019, on était déjà à 11,9 Mb/j. Si l'on ajoute au pétrole brut les liquides associés au gaz naturel, le niveau était de 15,5 Mb/j en 2018. Ce pays devrait devenir un exportateur net de pétrole en 2020 ou en 2021, c'est-à-dire demain, ce qui sera une première depuis des dizaines d'années. De plus, les Etats-Unis pourraient devenir le deuxième exportateur mondial de pétrole derrière l'Arabie Saoudite d'ici cinq ans.

Courbe de Hubbert en rouge et production réelle de pétrole conventionnel aux Etats-Unis. Source : Wikimedia Commons, author : Plazak.

En quoi cette situation peut-elle nous faire relativiser nos capacités de prévisions dans de tels domaines ? 

Les prévisions reposent souvent sur des extrapolations et on se trompe très fréquemment lorsque l'on se contente d'extrapoler des tendances actuelles. Ce qui a beaucoup été sous-estimé dans cette affaire, c'est à la fois le potentiel pétrolier des Etats-Unis et la capacité de l'industrie pétrolière à trouver les moyens technologiques d'exploiter de très importantes ressources de brut non conventionnel.


Un troisième facteur dans la décennie 2000 a été la très forte hausse des prix du brut entre 2002 et 2008 qui a permis de rentabiliser l'exploitation de pétrole plus coûteux que le pétrole conventionnel. C'est donc une combinaison de la géologie, de la technologie et de l'économie et, pour les Etats-Unis, cela a constitué un trio gagnant. Parmi ces trois éléments clés, le facteur technologique a été essentiel. Cette expérience devrait nous conduire à plus de modestie dans les prévisions. Mais, sur ce dernier point, je ne suis pas sûr que tout le monde retienne cette leçon de prudence.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

06.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

07.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires