En direct
Best of
Best of du 14 au 20 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

04.

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

05.

SDF : Ophélie Winter à la rue !; Laeticia Hallyday exhibe son nouvel homme à Paris, Valérie Trierweiler le sien dans Match; Rihanna d'humeur bébé, Liane Foly qu’on lui passe tous ses caprices; La reine bat froid à Meghan

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Grève mondiale pour le climat : ces confusions qui polluent le débat public sur les défis environnementaux

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

Le moment Xavier : quel logiciel pour construire le bertrandisme ?

06.

L’hiver 2020 sera-t-il aussi froid que le prévoit une équipe d’experts météorologistes britanniques ?

ça vient d'être publié
light > Culture
Héritage
Plus de 12 millions de visiteurs ont participé aux Journées du patrimoine en France
il y a 4 heures 49 min
pépite vidéo > International
Epicentre
L'Albanie a été touchée par le séisme le plus fort depuis plus de 20 ans
il y a 7 heures 8 min
pépites > Politique
Secret de polichinelle
Municipales à Paris : Anne Hidalgo devrait officialiser sa candidature "dans les prochaines semaines"
il y a 8 heures 37 min
décryptage > Politique
Effet de mode ?

Vraie fausse valeur : de Meghan Markle à Jean-Luc Mélenchon, anatomie de l'insoumission contemporaine

il y a 10 heures 29 min
light > Insolite
"Pleure pas nostalgie"
Didier Barbelivien relate le souvenir du jour où lui et Nicolas Sarkozy ont failli mourir en avion
il y a 11 heures 30 min
pépites > Politique
Vision politique
Valérie Pécresse plaide pour un "choc d'autorité" sur la question de l'immigration
il y a 12 heures 24 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ovni : l’U.S. Navy dévoile des vidéos de "phénomènes aériens non identifiés" ; Un fossile rare datant de 10 millions d’années éclaire l’évolution de l’Homme
il y a 14 heures 59 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Les aléas financiers : l'épée de Damoclès au-dessus des agriculteurs

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Education
Plus vert que ça tu meurs

Jean-Michel Blanquer êtes-vous tombé sur la tête ? 250.000 "éco-délégués" dans les écoles dont vous avez la charge !

il y a 15 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Les quatre coins du cœur" : un roman "inédit" de Françoise Sagan, publié aux éditions Plon

il y a 15 heures 40 min
light > Culture
Chiffres pharaoniques
1,42 million de personnes ont visité l'exposition Toutânkhamon
il y a 5 heures 21 min
pépite vidéo > Environnement
Pollution
Journée sans voiture : les images surréalistes des rues de Paris
il y a 7 heures 49 min
pépites > Société
Engagement
Extension de la PMA : Agnès Buzyn ne partage pas les réserves émises par l'Académie de médecine
il y a 9 heures 17 min
pépites > Justice
Cour de justice de la République
Affaire Karachi : Edouard Balladur et François Léotard sous la menace d’un procès
il y a 10 heures 54 min
décryptage > France
Entretien

Camille Beaurain : "Il n’y a pas un responsable mais plusieurs du suicide de mon mari agriculteur"

il y a 12 heures 10 min
pépite vidéo > Politique
Convictions
"ONPC" : François-Xavier Bellamy interpellé sur sa position sur la PMA et l'avortement
il y a 13 heures 31 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Le chemin intérieur des prêtres face à la crise des vocations

il y a 15 heures 5 min
décryptage > Finance
Bonnes feuilles

L'opacité de l'utilisation des deniers publics : un véritable fléau français

il y a 15 heures 17 min
décryptage > Société
Etat nounou, Papa Macron

Enfance : ces autres besoins nettement plus urgents que d'accompagner les parents pendant les 1000 premiers jours de leurs bébés

il y a 15 heures 35 min
décryptage > Economie
Etat des lieux

A la suite de politiques de Quantitative Easing, l'ensemble des banques centrales du monde se trouvent dans un corner

il y a 15 heures 55 min
© JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Contre-productif

Directive droit d’auteur : pourquoi l’Europe assombrit l’avenir de ceux qu’elle entend défendre

Publié le 26 mars 2019
La directive sur le droit d'auteur numérique doit être soumise aujourd'hui au vote du Parlement européen.
Pierre Bentata, Fondateur de Rinzen, cabinet de conseil en économie, il enseigne également à l'ESC Troyes et intervient régulièrement dans la presse économique
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Bentata
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Bentata, Fondateur de Rinzen, cabinet de conseil en économie, il enseigne également à l'ESC Troyes et intervient régulièrement dans la presse économique
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La directive sur le droit d'auteur numérique doit être soumise aujourd'hui au vote du Parlement européen.

Atlantico : La directive sur le droit d'auteur numérique doit être soumise aujourd'hui au vote du Parlement européen. Cela signe la fin d'une bataille entre les plateformes géantes du web d'un côté, rejointes par les partisans d'un internet libre, et certains producteurs de contenu (artistes, journalistes, rédactions, etc.) de l'autre. Quel est l'objectif d'une telle directive ? Quels sont les articles majeurs qui vont être proposés par la Commission et le Conseil ?

Pierre Bentata : Ce qui pose problème aujourd'hui, c'est la combinaison de l'article 13 et de l'article 11 de la proposition de directive. Pris ensemble, ces deux articles vont contraindre les agrégateurs de contenus, les réseaux sociaux et toutes les plateformes où des contenus transitent, à contrôler directement les contenus sous peine d'être tenus pour responsable. Jusqu’à présent la règle était simple : si un utilisateur violait les droits d'auteurs ou utilisait du contenu illégal, il fallait par la suite qu'il y ait une plainte, ou que quelqu'un vienne contrôler en demandant à la plateforme de retirer le contenu. Aujourd'hui les agrégateurs de contenu sont chargés de vérifier tout ce qui transite sur leur plateforme : on a une inversion juridique, un renversement de la charge de la preuve et de la règle de responsabilité. Cela contraint les sites à contrôler ce qui passe sur leurs réseaux, or c'est impossible pour la plupart des sites : seuls les très gros peuvent le faire. Par exemple Google expliquait que l'algorithme de YouTube coutait plus de 300 millions de dollars. On oublie ce problème en parlant de meilleure "concurrence" mais dans les faits, on interdit aux petits réseaux de pouvoir entrer dans cettee concurrence, car ces derniers seront tenus pour responsables tout le temps !  

Dans quelle mesure la rémunération des premières sources d'une information risque-t-elle également d'aboutir à une situation problématique pour les éditeurs ?

Ce qui m'inquiète, c'est que cela va être problématique pour la presse elle-même, pas seulement pour les agrégateurs de contenus. La conséquence de ces deux articles combinés pour les éditeurs de presse, cela va être de négocier, arguant que l'on utilise leurs droits d'auteurs sans autorisation. Les éditeurs de presse vont pouvoir exercer une menace sur les agrégateurs et les sites, Google et Facebook en particulier. Pour l'un et pour l'autre, les éditeurs de presse iront les voir en disant "vous avez partagé mon contenu, je veux une rémunération ou alors vous le retirez". Pour préparer le terrain, les plateformes et agrégateurs de contenus vont vouloir négocier avec les éditeurs de presse. D'un côté le bloc du numérique, de l'autre les éditeurs, et chaque année l'on négociera en fonction du nombre de clics, un droit de péage, une sorte de rente. Évidemment on peut se dire que le problème est pour Google et Facebook, mais en réalité le problème est pour la presse. L'argument de la presse est "il faut que l'on ait des droits d'auteurs pour mieux négocier avec les agrégateurs". Ce serait vrai si l'on ne lisait la presse que sur les réseaux sociaux, et si les sites perdaient des recettes publicitaires.

Mais une quinzaine d'études menés par des économistes tendent à prouver le contraire : plus les contenus sont proposés par des agrégateurs comme Google + ou des réseaux comme Facebook, plus les gens vont cliquer pour avoir des infos. On comprend ici quel est le problème : entre 6 et 14 % de trafic est réalisé par Facebook et Google. Si vous interdisez les contenus de presse sur Facebook et Google, si ces plateformes déréférençaient tout ce qui a trait au droit d'auteurs, les éditeurs de presse perdraient entre 6 et 14 % de visiteurs, et les recettes publicitaires qui vont avec. Ce que la presse a intérêt à faire, c'est de favoriser le clic sur les réseaux sociaux, et d'en tirer une rémunération. Donc on transforme complètement la relation de la presse aux agrégateurs de contenus : maintenant vous devrez faire un maximum de buzz sur les réseaux sociaux.

Qui en tire parti ? Par exemple ce week-end, c'aurait été le site Sputnik avec une fausse information concernant Marlène Schiappa. La presse aura tendance à créer une information énorme pour peu cher parce que la valeur augmente avec le nombre de clics. Vous incitez donc les journalistes à faire des fakes news, puisque tout ce qui compte c'est le clic. Il n'y aura à termes plus aucun intérêt à faire partie d'une maison de presse, même pour les journalistes eux-mêmes. Autant être journaliste Free-lance et balancer ses infos directement sur Facebook et Google pour faire du Buzz ! C'est vraiment le rôle de la presse à moyen terme, on la transforme en esclave des agrégateurs de contenus puisque c'est eux qui distribueront l'argent.

Mais n'est-ce pas déjà le cas ? Beaucoup de médias sont "putaclic" sur les réseaux sociaux, ils n'ont pas attendu cette loi…

Pour l'instant vous ne pouvez pas vous en sortir autrement puisque c'est la page d'accueil qui est la plus rémunérée ! En ce sens ils râlent après les réseaux sociaux, mais avec cette loi la presse dans son ensemble sera obligée de faire du "putaclic". Ce n'est pas le cas aujourd'hui, vous ne dépendez pas directement du trafic qui est généré via les réseaux sociaux.

D'après vous, d'autres solutions pour améliorer la rémunération des éditeurs et le contenu sur internet sont-elles préférables ?

L'ensemble des recherches de la presse se porte là-dessus. Est-ce que le modèle de presse tel qu'on l'a connu jusqu'en 2000 et la démocratisation d'internet (qui est la vraie date du début du déclin de la presse) peut perdurer ? Le modèle publicitaire d'internet en tant que tel fait décliner la presse et on peut s'interroger sur comment le remplacer ?

On peut remarquer certains cas de vrais succès en France comme Mediapart qui est pérenne actuellement. Aux Etats-Unis certains gros journaux fonctionnent très bien en mettant en ligne du podcast de leurs informations du matin. Lorsqu'on interroge les utilisateurs, ils mettent en avant les problèmes de plage horaire ou de contenu qu'ils n'ont pas le temps de lire. Si on leur mâche le travail, ils sont ouverts à la qualité.

Il y a une pédagogie à faire vis-à-vis des internautes pour qu'ils acceptent de payer des services dans une image d'internet "tout-gratuit", nous sommes encore dans une phase où les internautes ne comprennent  pas qu'ils payent via de la Data. Mais d'un autre côté nous avons affaire à des éditeurs de presse qui ne se remettent pas en question sur le fait que leurs contenus ne sont pas bons. Quasiment tous les sites se contentent actuellement de faire de la reprise de dépêche AFP avec des fautes d'orthographe !

Pourtant, les sites fonctionnant le mieux via le modèle du tout-gratuit actuellement semblent tout de même être les "pure-players" comme Konbini qui ne placent pas la qualité journalistique comme cheval de bataille.

Nous sommes probablement face à un secteur qui va se séparer entre du divertissement  et quelque chose de sérieux, au contenu spécialisé qui sache vraiment à qui il s'adresse. Mais il est évident que la presse telle qu'elle est actuellement ne peut pas survivre. Elle est trop en concurrence avec d'autres secteurs, d'autres entreprises proposant d'autres types de contenus.

Elle ne pourra donc pas survivre via de la publicité uniquement. Son modèle est encore trop internet. Il y a ensuite certaines exceptions. Le Figaro par exemple a su se placer dans le numérique de façon efficace. C'est la preuve que vous pouvez vous placer avec un modèle "à l'ancienne" si vous optimisez certains secteurs comme la donnée, pour attirer un certain type d'individu et mieux la cibler.

Il est certain que si l'on se base sur les capitalisations boursières de Google et de Facebook et qu'en plus ils captent 80% des recettes publicitaires sur internet, c'est eux qui doivent donner de l'argent. Moi je ne suis pas particulièrement inquiet pour Google ou Facebook, mais pour l'indépendance et la qualité de la presse, c'est la pire incitation possible. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires