En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

06.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

07.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

06.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Laïcité
Loi sur le séparatisme : pour Jean-Luc Mélenchon, "ce qui est visé, c'est l'islam"
il y a 4 heures 46 min
pépites > Politique
Lui aussi
2022 : Jean-Christophe Cambadélis est "vraiment" intéressé par la présidentielle
il y a 8 heures 4 min
pépite vidéo > France
Catastrophe
Inondations dans le Gard : deux personnes disparues et d'importants dégâts
il y a 9 heures 33 min
pépites > Politique
Il y pense en se rasant
Présidentielle : Xavier Bertrand se dit "plus déterminé que jamais"
il y a 10 heures 47 min
pépites > International
Balance à droite
Cour suprême américaine : Donald Trump veut nommer "très rapidement" une remplaçante à Ruth Bader Ginsburg
il y a 11 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Vaincre l’ennemi intérieur

il y a 12 heures 41 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 13 heures 35 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 13 heures 37 min
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 13 heures 38 min
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 13 heures 39 min
pépite vidéo > Insolite
La tour infernale
Rennes : les habitants d'un immeuble dont le bardage émet un bruit de scie circulaire vivent un enfer
il y a 7 heures 6 min
décryptage > Religion
Tribune

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

il y a 9 heures 22 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Feu vert pour la construction de la mission de défense planétaire Hera ; La Nasa envisage une mission pour rechercher la vie dans les nuages de vénus en 2027
il y a 9 heures 50 min
pépites > Education
Education
Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs
il y a 11 heures 58 sec
pépites > Politique
Cote
Popularité : Macron en hausse, Castex en baisse
il y a 11 heures 45 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé
il y a 12 heures 50 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 13 heures 35 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 13 heures 39 min
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 13 heures 41 min
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
© LIONEL BONAVENTURE / AFP
Mauvais Match

"L’amour sous algorithme" : description juste, interprétation à côté de la plaque ?

Publié le 26 mars 2019
Le livre "L'amour sous algorithme" de Judith Duportail critique la marchandisation de l'amour sur Tinder en omettant de dire que c'est un pur produit des comportements amoureux modernes.
Nathalie Nadaud-Albertini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le livre "L'amour sous algorithme" de Judith Duportail critique la marchandisation de l'amour sur Tinder en omettant de dire que c'est un pur produit des comportements amoureux modernes.

Atlantico : Dans L'Amour sous algorithme, Judith Duportail décrit le fonctionnement de Tinder et notamment la manière dont l'algorithme du géant de la rencontre sélectionne les bons profils et met à l'écart les mauvais sur des critères spécifiques. Qu'en est-il réellement ? Quels sont ces critères ?

Nathalie Nadaud-Albertini : Pour vous répondre, je vais reprendre le propos de Judith Duportail que vous citez, puisque le fonctionnement de cet algorithme n’est pas communiqué publiquement.

Selon l’autrice de L’Amour sous algorithme, ces critères sont l’âge, le niveau d’études, le niveau de revenus, le QI (évalué selon des tests de linguistique analysant le contenu des messages postés), la localisation géographique, ainsi que les centres d’intérêt communs.

Si l’on suit la journaliste, ces critères sont obtenus à partir de l’analyse des données personnelles des utilisateurs : heures et lieux de connexion, contenu des conversations, compte Facebook, limites d’âge appliquées aux recherches, lieu de travail, niveau diplôme, photos Instagram.

Judith Duportail blâme l'application pour une raison principale : l'injustice du système, qui empêcherait les utilisateurs moins désirables selon l'algorithme (donc moins riches, moins intelligents et moins beaux), d'apparaître dans les résultats de recherche et donc de trouver un partenaire. Avec l'apparition des sites de rencontre, a-t-on vraiment assisté à une accentuation de l'endogamie ou ces sites ont-ils au contraire participé à lever les barrières sociales de l'amour ?

Pour vous répondre, je vais m’appuyer en grande partie sur le livre de Marie Bergström, sociologue à l’Ined, Les nouvelles lois de l’amour. Sexualité, couple et rencontres au temps du numérique, paru le 14 mars dernier aux éditions La Découverte.   

D'après Marie Bergström, tout dépend de la trajectoire biographique des utilisateurs et de la place sociale qu’ils occupent déjà. En effet, les personnes en phase d’ascension sociale ou de déclassement vont rechercher davantage des partenaires en fonction de critères liés au niveau d’études ou à la profession. Pour elles, le statut social du partenaire potentiel est important, car il fera partie de la caractérisation de leur propre statut social. En revanche, les utilisateurs dont le statut social est considéré comme un acquis dont découle un certain mode de vie vont avoir un rapport au monde qui relève d’une sorte d’évidence. Ils ne questionneront donc pas leur place dans la société et s’envisageront nettement moins comme ayant à la justifier, de sorte que leurs critères seront moins explicitement spécifiés à l’avance. Ils expliqueront qu’en consultant les profils, ils sont sensibles à la personnalité, à la qualité de la relation que l’on peut avoir avec le partenaire potentiel. Cependant, lorsque la phase de consultation des profils est dépassée et que l’on arrive à celle de l’échange par écrit, la sélection selon le niveau d’études et le bagage culturel intervient bel et bien à travers le rapport à l’orthographe et aux références culturelles. En effet, les mieux dotés en capital culturel vont envisager le rapport à la maîtrise de la langue et à la culture comme une évidence et s’attendront donc à la retrouver chez les partenaires potentiels. Quand cette maîtrise est absente, il est rare que l’échange écrit se prolonge, et encore moins qu’il débouche sur une rencontre de visu. Cela dit, ce n’est pas impossible non plus. Certains utilisateurs racontent qu’ils ont trouvé telle personne touchante, attachante, et ont eu envie de la rencontrer. Dans ce genre de cas, si la rencontre débouche sur une relation, cette dernière rencontrera une autre épreuve : la présentation aux amis et à la famille, où les critères de rapport à la culture entreront à nouveau en ligne de compte.

On reproche surtout à Tinder d'être responsable de cette marchandisation de l'amour contraire à l'idéal romantique. N'est-ce pas blâmer Tinder pour ce qui est ou bien banal (toutes les relations amoureuses proviennent d'une évaluation sur des critères objectifs) ou bien un phénomène actuel que l'application ne fait que révéler : l'apparition d'une société en silo où les gens se rencontrent moins et s'évaluent de plus en plus sur des critères objectifs ? Les utilisateurs de Tinder n'ont-ils pas déjà validé, en utilisant l'application, cette marchandisation ?

Ah la fameuse tension entre marchandisation et amour romantique… On adressait déjà les mêmes critiques aux annonces et aux agences matrimoniales au début du 20ème siècle.

Afin de comprendre pourquoi cette tension existe et perdure de façon aussi forte, il faut revenir sur l’apparition des services proposant de rencontrer un partenaire de vie et ce qui en est à l’origine. À cet égard, le livre récemment paru de Marie Bergström s’avère particulièrement éclairant. Il explique en effet qu’il convient de remonter à la deuxième moitié du 19ème siècle, où l’industrialisation et l’urbanisation donnent une certaine indépendance vis-à-vis du milieu d’origine. Les conjoints se rencontrent alors moins dans l’univers immédiat que par le passé, et les mariages sont nettement moins le fruit de rencontres arrangées par les familles. Les partenaires doivent ainsi se rencontrer par eux-mêmes, ce qui donne un nouveau statut à la rencontre et au lien conjugal. D’un côté, on les investit fortement des codes de l’amour romantique : la rencontre doit être le fruit du hasard, à la fois une évidence et un choc qui viennent bouleverser la vie. Dans le même temps, elle devient la responsabilité des futurs partenaires, ce qui permet au marché de la rencontre aidée de se développer. Cependant, ces services, nés des modifications de conditions de la rencontre, entrent en contradiction avec l’imaginaire et les normes dont elle est investie. On la veut fortuite, et ces services la proposent comme étant provoquée. D’où des débats normatifs et éthiques sur ce que devrait être l’amour accompagnant l’évolution de ces services au cours du temps, dont l’apparition des sites de rencontres.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires