En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© BERTRAND GUAY / AFP
Futur incertain

Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »

Publié le 24 mars 2019
Henri Guaino vient de publier "Ils veulent tuer l'Occident". Il y évoque l’Occident engagé sur une pente qui pourrait bien lui être fatale. Dans cet entretien, il souligne qu'à partir des années 80, l'Occident a jeté les leçons de la crise des années 30 aux orties. Elles avaient pourtant permis les « 30 glorieuses » en domestiquant le capitalisme.
Henri Guaino est un haut fonctionnaire et homme politique françaisConseiller spécial de Nicolas Sarkozy, président de la République française, du 16 mai 2007 au 15 mai 2012, il est l'auteur de ses principaux discours pendant tout le quinquennat. Il...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Guaino
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Guaino est un haut fonctionnaire et homme politique françaisConseiller spécial de Nicolas Sarkozy, président de la République française, du 16 mai 2007 au 15 mai 2012, il est l'auteur de ses principaux discours pendant tout le quinquennat. Il...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Guaino vient de publier "Ils veulent tuer l'Occident". Il y évoque l’Occident engagé sur une pente qui pourrait bien lui être fatale. Dans cet entretien, il souligne qu'à partir des années 80, l'Occident a jeté les leçons de la crise des années 30 aux orties. Elles avaient pourtant permis les « 30 glorieuses » en domestiquant le capitalisme.

Atlantico : Votre dernier livre "Ils veulent tuer l'Occident" (Odile Jacob) pose un diagnostic sur la crise partagée par nos démocraties libérales, dont le dernier avatar est apparu en France sous la forme du mouvement des Gilets jaunes. Comment ce mouvement s'inscrit-il dans la crise occidentale que vous décrivez ?

Henri Guaino : Avec ce livre, je fais le pari qu’en parcourant à grandes enjambées l’histoire de l’univers mental de l’Occident, on est mieux à même de comprendre ce qui nous arrive. Alors que dans les désordres du monde l’occident, malgré sa puissance matérielle, paraît  très affaibli parce qu’il ne sait plus très bien au fond ce qu’il a encore à défendre, il est urgent de se souvenir de la leçon de la Grèce: « connais-toi toi-même ».

Le mouvement des gilets jaunes n’est que l’un des symptômes avancés de l’état moral, psychique de nos sociétés qui menace de les faire basculer dans une spirale de violence incontrôlée, émancipée de toutes les règles, de tous les interdits qu’imposent la vie en société. Car à côté du problème de maintien de l’ordre, de répression posé par les groupes extrémistes hyper violents qui profitent de toutes les occasions pour ébranler l'ordre social, il y a un autre phénomène plus grave: le caractère épidémique de la violence, la tolérance, la légitimation même de la violence de la part d'un nombre de plus en plus grand de gens qui jusque-là semblaient immunisés contre ce genre de comportements. Des braves gens gagnés par des attitudes qui leur auraient paru, quelques mois plus tôt, inadmissibles, cela a toujours été, dans l’histoire des sociétés, le signe avant-coureur du malheur. On n'arrête pas avec la police et la gendarmerie une telle épidémie qui se répand dans toutes les sociétés Occidentales bien au-delà du cas particulier des gilets jaunes.

À quoi attribuez-vous cette épidémie de violence ?

La violence épidémique c'est le symptôme d'une civilisation qui se fissure, de l'affaiblissement de ce que la civilisation a mis de civilité dans l’homme au point de ne plus pouvoir empêcher la remontée de toutes les pulsions sauvages qu'elle réprime habituellement. Ce que les violences libérées par la crise des gilets jaunes nous fait entrevoir c'est l'ouverture de la boîte de Pandore de toutes les colères, les frustrations, les souffrances de sociétés qui n'en peuvent plus et qui se fracturent de toutes parts.

Si la question et la critique d'un libéralisme -sous un forme absolue- est intégrée dans votre approche, vous percevez des racines plus profondes du mal qui nous touche.

Pour bien savoir au bord de quelle gouffre nous marchons, il nous faut réfléchir à l'idéal de l'homme civilisé que la pensée occidentale à forgé durant des millénaires et que sont en train de détruire tous les idéologues du nouveau monde et de l’homme nouveau déraciné, hors sol et hors temps qui ne devrait rien au passé, qui n’aurait rien à en apprendre. Mais nous nous inscrivons tous, consciemment ou non, dans une histoire collective qui nous dépasse, spirituelle, intellectuelle, culturelle, dont nous sommes malgré nous imprégnés.

Quelles sont ces racines ?

Tout vient de la Grèce, de Rome, du christianisme, de l’humanisme, des Lumières… Et de ce que nous faisons de cet héritage.

Je pense par exemple à la révolution intellectuelle, que nous devons, dans la philosophie, à Platon et, dans la religion, au monothéisme, et qui place dans le ciel des idées l’idée pure de dieu mais aussi l’idée pure de la Vérité, de la Justice, de la Raison ou de l’Homme, avec des majuscules, et qui nous pousse à distinguer, par exemple, le spirituel et le temporel ou, comme dirait saint Augustin, la cité de dieu et la cité des hommes. A cette révolution intellectuelle nous devons l’universalisme. Ce fut une magnifique conquête pour la liberté de l’Homme. Mais le risque, parce que qu’il y a toujours un risque, c'est de vouloir faire rentrer à tout prix le monde d'ici-bas dans l'idée pure. C’est ce qui arrive, par exemple, quand on veut faire entrer de force le monde où nous vivons dans l’idée pure de la concurrence parfaite, hors sol et hors temps, où tout, à commencer par les personnes, est flexible.

Ce risque on le touche du doigt avec la politique européenne de la concurrence. On le touche aussi du doigt avec la nouvelle religion du libre-échange dont l’objectif désormais est d’uniformiser toutes les normes économiques, sociales, culturelles, sanitaires et de créer les conditions de la mobilité parfaite des biens, des personnes, de l’argent,  en oubliant qu’en essayant de faire entrer de force les êtres réels dans ce modèle, on abîme beaucoup de vies et on tue la démocratie puisque le droit de la concurrence et du commerce international est placé au dessus de l’aléa des élections: comme le disent les architectes de ce nouveau monde,  on met ainsi les choses considérés comme sérieuses « à l’abris des passions populaires ». Et voilà comment, appuyées l’une sur l’autre, la concurrence pure, le libre échange, le Droit, devenus des religions, imposent à  tant de gens la mondialisation comme une religion sacrificielle qui dissout la personne humaine dans la marchandisation.

Mais, prenons garde: quand on les méprise, les passions populaires finissent toujours par se venger.

A lire aussi : “La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014

Dans votre livre vous montrez que ces dérives ne concernent pas que l’économie.

En effet on peut dire la même chose de la transformation en absolutisme quasi religieux des grands idéaux de l'Occident tel que la Démocratie, le, les droits de l’Homme ou la Raison, avec des majuscules, absolutismes dont les effets pour être diffus n’en sont pas moins destructeurs.  J’y ajouterais l’inquiétude que j’éprouve tout autant, à l’inverse, devant le retour en force du naturalisme qui nourrit aussi bien l’intégrisme écologique qui fait préférer le loup ou l’ours sauvages aux bergers et à leurs moutons qu’un autre intégrisme libéral qui tient le marché non pour une construction de l’esprit mais pour une loi indiscutable de la nature, c’est à dire l’idée de « la main invisible » poussée jusqu’au bout de sa logique. Mais l’extrémisme naturaliste occulte le fait que la nature est inhumaine et impitoyable. Nos sociétés vont-elles ériger en valeur morale la sélection naturelle? Etonnons-nous après du retour de la sauvagerie.

C’est une vieille leçon de l'histoire : tout ce qui est poussée à l'extrémité de sa logique, fusse l'idée la plus généreuse, devient destructeur, voire meurtrier. Mais nous vivons sous l'emprise d'une pensée pour laquelle l'histoire n'a aucune valeur, rien à nous apprendre: l’idéologie du Nouveau Monde qui n'est rien d'autre que le nouveau nom de la vieille idéologie de la table rase. Et nous devrions nous rappeler que celle-ci finit toujours mal.

Vous écrivez "Pour le meilleur et pour le pire, ce sont les idées et les sentiments qui gouvernent nos vies". En donnant ainsi un rôle central aux idée dans la situation actuelle de l'Occident, quelles ont été les causes de l'érosion d'une forme de consensus post 45, de Keynes à Beveridge, de Attlee à Roosevelt, en passant par le Général de Gaulle, d'une maîtrise du libéralisme par l'Etat comme réaction à la crise des années 30 ?

L'Occident avait tiré de grandes leçons des crises des années 30, ce qui nous a valu ce que l'on nomme « les 30 glorieuses ». Petite parenthèse peut-être au regard de la longue durée mais qui nous a appris que l'on pouvait humaniser, socialiser, canaliser le capitalisme sans briser sa force créatrice. À partir des années 80, l'Occident a jeté toutes ces leçons aux orties. C’est ce que nous avons fait, par exemple, en lâchant la bride à la finance alors que nous savions que les grandes crises financières se répétaient périodiquement en obéissant toujours aux mêmes mécanismes. Il faut je crois en chercher la cause principale dans l'irruption à partir de 1968 de la pensée libéralo-libertaire qui, au fur et à mesure que la génération des étudiants de 68 va occuper, à partir des années 80, les postes de responsabilité, va très vite glisser du registre des mœurs à tous les registres de la vie sociale, de l'école à l'économie. À ce jusqu'au-boutisme nihiliste de l'émancipation totale de la famille, de la morale, de la société, de la nation, de la civilisation, nous devons, non seulement l'acharnement au désenracinement qui produit la crise identitaire, l'obstination au démantèlement des solidarités sociales et civiques qui produit la balkanisation des sociétés, le communautarisme  et le tribalisme, la tyrannie de l'utilitarisme et du relativisme, mais aussi l’expulsion de l'économie du domaine de la morale. Grâce à quoi on a ressuscité les vieilles contradictions du capitalisme financier dont Marx avait bien perçu le caractère destructeur pour le capitalisme. On en a même oublié une leçon bien plus ancienne qui est dans toute l'histoire du capitalisme depuis le XIVe siècle : il n'y a jamais eu de capitalisme prospère sans un État fort.

L'expression anglo-saxonne servant à désigner la mondialisation "a Rule-Base globalization", basée sur des règles, tout comme une Union Européenne basée elle même sur des règles, démontrent l'importance prise par les "règles" sur nos vies. Quel est le risque d'une telle approche et en quoi est-elle la source d'une dépolitisation de nos démocraties ? 

C'est la conséquence la plus évidente la plus dangereuse du jusqu'au-boutisme émancipateur qui s'est donné pour but ultime la dépolitisation de l'économie et de la société, de la liquidation de l’Etat et qui conduit à évincer de l'histoire la volonté humaine pour tout mettre en pilotage automatique.  L’Union européenne est le cas le plus caricatural. Ce qui aboutit, puisqu'il faut tout prévoir à l'avance, tout codifier, à l'hyperinflation des règles.  Ce phénomène n'est pas la cause mais la conséquence de l'idéologie de la dépolitisation. Il débouche sur une déshumanisation de la société parce que la règle n’a pas de conscience et donc pas de cas de conscience et parce qu'elle ne peut pas trancher la contradiction entre plusieurs préoccupations également légitimes. Cette invasion de la règle dans la vie économique et sociale s’accompagne d’un phénomène de déresponsabilisation puisque ceux qui sont chargés de fait respecter les règles sont des autorités indépendantes qui n’ont de compta rendre à personne. Et on a oublié que lorsque ceux qui souffrent ne peuvent plus demander de compta à personne, ils ne leur restent plus que la violence aveugle pour essayer d’infléchir le cours des choses. Nous n'en sommes pas loin.

Selon un sondage IFOP pour Atlantico, si 41% des Français se sentent éloignés d'un état d'esprit nationaliste, 41% s'en déclarent proches. Au regard des bouleversements politiques connus par l'Occident au cours de ces dernières années, de Donald Trump au Brexit en passant par la situation italienne- percevez vous le retour de la nation comme inéluctable ? Le retour de la nation est-il synonyme du retour du politique, et comment un tel retour doit-il s'opérer pour en écarter les risques ?

Toutes les enquêtes et les résultats électoraux dans les pays occidentaux montrent la même chose: de plus en plus de gens n’hésitent plus à exprimer leur proximité avec des idées qualifiées tantôt de nationalistes, de souverainistes ou de populistes. Le sentiment d’un aplatissement du monde, d’uniformisation, la montée des insécurités économiques, sociales et culturelles suscitent une demande de nation, de frontière, d’enracinement. C’est une révolte contre la politique, l’économie, le droit hors sol et hors temps, contre les dérives de la religion de l’universel et de celle du particulier. Mais la révolte des identités brimées est toujours violente et la stratégie qui consiste, au lieu de s’attaquer aux causes profondes des fractures et des souffrances, à se contenter d’opposer le camp du bien, internationaliste, et le camp du mal, nationaliste, risque de très mal tourner.

Dans quelle mesure cette question de la nation a-t-elle pu "entrer en concurrence" avec la construction européenne, qui a pu parfois être présentée comme "Une France en grand". Quel constat dresser cette idée ?

L’union européenne a très nettement pris dans les années 80 un tournant inspiré ouvertement par une idéologie de la table rase des histoires et des cultures. Ses partisans n’ont reculé devant aucun mensonge dont celui qui prétendait que les nations seraient plus fortes avec une Europe qui programmait leur fin, ou encore, en France que « l’Europe serait une France en grand » ce dont il était évident que nos partenaires ne voudraient jamais: imagine-t-on l’Allemagne ou la Suède dans une France en grand? Le résultat, nous l’avons sous les yeux: l’Union européenne, hors sol et hors temps, entreprise de dépolitisation et de désenracinement, défait la France et défait l’Europe, la vraie, celle de la civilisation européenne et en fait la victime expiatoire des désordre du monde. Elle attise ainsi les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais.

"Ils veulent tuer l'Occident" est publié aux éditions Odile Jacob.

A lire aussi sur Atlantico, deux extraits du livre :
- 
Dans la géopolitique mondiale, l’Occident est déjà mort
- Cinquante ans après Mai 68, l’acharnement à détruire qui reste de ce monde est plus fort que jamais

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

05.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

06.

Psychogénéalogie : comment les générations familiales qui nous précèdent laissent leur empreinte sur notre identité

07.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Forbane
- 25/03/2019 - 19:50
Logiciels de la fonction publiqur
pour le développement desquels des contrats mirobolants,probablement,ont été signés par nos gouvernants avec des cabinets de Conseil parmi les plus connus de la place, comme pour les multiples échecs qu’a connu le développement du Dossier Médical Personnel ( développement confié un temps à Atos me semble-t-il ?) . Marchés juteux signés entre «  fonctionnaires » politisés et leurs copains de l’oligarchie des boîtes privées. Quel me coûts coûté pour les contribuables?
Et les milliards perdus de la Société Générale, qu’ont fait les Commissaires aux comptes????
Et Technip, fleuron français, qui, grâce au PDG français qui récupère des millions au passage, tombe aux mains des américains de FMC, FMC qui coulait avant la fusion des deux boîtes....
Benvoyons
- 25/03/2019 - 11:22
Forbane - 24/03/2019 Comme dans tout groupe Humain
il y a des excellents, des moyens ,des pas trop bons , & des pas bons du tout. Faut ajouter que cela ne suit pas forcément les n° de sortie des Grandes Écoles. :)::) & comme se sont des Humains même un bon peut faire une bourde monumentale ( Les Dieux en Humanité de Gestion n'existent pas ).
Mais tout de même pas mal de tête Françaises sont dans des Entreprises étrangères Faut donc croire que nous avons pour le moment une bonne communauté de managers qui font en France avec les éléments que laissent les Étatistes Fonctionnaires qui gardent tous les pouvoirs & veulent décider à la place de la société civile , alors qu'ils sont les plus mauvais managers de leur propre maison comme indiqué dans mes mémos. J'ajoute aussi cerises sur le Gâteau ,quand ils veulent mettre en place des nouveaux logiciels, mais qui ne fonctionnent pas & ont couté à la Nation 1,5Mds€ & donc mis à la poubelle. Mis à la Poubelle car simplement ils refusent de se transformer de réinventer leur fonctionnement & donc de se remettre en question avant en tenant compte des réalités des bases d'un logiciel standard. Avec 80% d'1logiciel standard + des modules spéciaux sur 20% ça marche mais pas l'inverse :)::)
Forbane
- 24/03/2019 - 22:16
Benvoyons,
il faut effectivement arrêter de penser que tout est la faute des autres: peut-être avons-nous aussi les chefs d’entreprise, issus d’école de « management », sans métier et sans âme, les plus mauvais et vénaux d’Europe?