En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© JALAA MAREY / AFP
Stratégie
Mouvement américain sur le Golan : les élections israéliennes vont-elles remettre le conflit avec les Palestiniens au coeur des tensions géopolitiques mondiales ?
Publié le 24 mars 2019
Donald Trump a indiqué qu'il était temps pour les Etats-Unis de reconnaître la souveraineté d'Israël sur le plateau du Golan, une position perçue comme un soutien explicite à Benyamin Nétanyahou en pleine campagne électorale.
Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Docteur en Histoire, il a soutenu sa thèse en 2015 à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d’Aix-Marseille Université....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Lombardi est consultant indépendant et analyste associé au groupe d'analyse JFC-Conseil. Docteur en Histoire, il a soutenu sa thèse en 2015 à l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe et musulman (IREMAM) d’Aix-Marseille Université....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Donald Trump a indiqué qu'il était temps pour les Etats-Unis de reconnaître la souveraineté d'Israël sur le plateau du Golan, une position perçue comme un soutien explicite à Benyamin Nétanyahou en pleine campagne électorale.

Atlantico : Ce 21 mars, à l'occasion d'un nouveau tweet, Donald Trump a indiqué qu'il était temps pour les Etats-Unis de reconnaître la souveraineté d'Israël sur le plateau du Golan, une position perçue comme un soutien explicite à Benyamin Nétanyahou en pleine campagne électorale. Une décision que refuse la Russie, alors même que le gouvernement Israélien espère le soutien de Moscou pour bloquer l'influence iranienne en Syrie. Comment appréhender ce nouveau développement ?

Roland Lombardi : Le Golan est un plateau de 1 800 km² et d’une altitude moyenne de 1 000 m, situé initialement en territoire syrien et conquis par Israël durant la guerre des Six Jours en 1967. Il fut reconquis lors de la contre-attaque israélienne de 1973 et annexé unilatéralement par le gouvernement Begin et ce, malgré les protestations internationales. Pour l’Etat hébreu, véritable promontoire stratégique, il revêt également une importance notoire, pour ses terres fertiles et par-dessus tout, pour son alimentation en eau.

Alors, cette dernière annonce du président américain était prévisible et elle a plusieurs explications.

D’abord, comme l’a clairement déclaré Donald Trump, c’est un véritable « coup de pouce » à Benyamin Netanyahou, et ce, à moins de trois semaines des élections législatives en Israël. Ensuite, il ne faut pas perdre de vue que Donald Trump est lui aussi en perpétuelle campagne électorale. Son point de mire est bien sûr sa réélection. Ainsi, en reconnaissant la souveraineté de l’Etat hébreu sur le plateau du Golan, il envoie un message aux groupes de pression pro-israéliens comme l’AIPAC (American Israel Public Affairs Committee), le plus puissant et le plus influent des lobbies israéliens aux Etats-Unis, où, ne l’oublions pas, les grands donateurs sont très présents...

Au passage, c’est une manière pour Trump d’atténuer les attaques de l’establishment américain qui veut clairement sa peau et où les néoconservateurs (ses adversaires), républicains comme démocrates, sont toujours aussi actifs et très nombreux.

Enfin, et c’est un élément que l’on néglige, c’est que plus les gestes et les gages donnés par le Président américain à l’Etat hébreu (déménagement de l’ambassade américaine à Jérusalem, retrait de l’accord sur le nucléaire iranien, coupure des aides financières à l’Autorité palestinienne…) seront grands, plus les concessions que devra faire « Bibi » (s’il est réélu) ou même si Benny Gantz, s’il est victorieux, seront douloureuses et inattendues… Rien n’est gratuit en politique. Trump veut ardemment son « deal du siècle », pour des raisons électorales comme évoquées plus haut, mais surtout pour sa gloriole personnelle. Peut-être un peu naïvement, il veut entrer dans l’histoire comme celui qui aura enfin résolu ce problème dans la région. Certes, nous ne savons pas encore quelle forme prendra ce plan de paix, qui devrait être dévoilé après les législatives israéliennes, mais nous risquons d’avoir des surprises notamment sur le statut définitif de Jérusalem ou encore sur l’échange de territoires.

Quant aux Russes, concernant la déclaration de Trump sur le Golan, leurs condamnations ne sont pour moi que pour la forme, car dans le fond, le Kremlin s’y attendait. D’ailleurs, la Russie est beaucoup plus contrariée et courroucée par le fait que l’Iran aurait obtenu, de la part du régime syrien et après un mois de négociations, la gestion du port de Lattaquié, principale ville de la région des alaouites et fief de la famille Assad. Or, Moscou ne souhaite pas que les Iraniens s’enkystent en Syrie et l’affaire du port de Lattaquié risque fort de renforcer les liens entre les Israéliens et les Russes, qui sont beaucoup plus profonds qu’on ne l’imagine...

Derrière les déclarations des uns et des autres, quels sont les réels objectifs poursuivis par Washington et Moscou ?

Afin de se tourner sereinement vers l’Asie, une stabilité de la région est indispensable à la fois pour Washington et Moscou. En définitive, sauf incident grave, la volonté du réaliste  Trump (qui, ne l’oublions pas, méprise cette région et considère l’interventionnisme de Washington trop coûteux et électoralement, très peu bénéfique...) de se retirer du Moyen-Orient, finira à terme par se concrétiser. Et ce, au grand dam, encore une fois, de nombreux groupes influents et nuisibles pour la région, faisant partie de l’establishment américain et en guerre ouverte avec le locataire de la Maison-Blanche. D’où d’ailleurs, toutes les entreprises de sape de certains, afin de nuire à une éventuelle normalisation des relations russo-américaines.

Un « désengagement » américain (qui sera, certes, très relatif) accompagné d’un « Yalta régional » avec la Russie, semblent alors inéluctables. Surtout que Trump, qui ne connaît rien à la géopolitique mais qui a entendu les recommandations de certains conseillers et stratèges américains (marginalisés et peu écoutés jusqu’à ces dernières années), sait pertinemment que face au géant et grand rival de demain, à savoir la Chine, il n’est vraiment pas judicieux d’entretenir les tensions avec la Russie et encore moins de pousser Moscou à se rapprocher de Pékin !

Comment s'intègre cette nouvelle situation dans un contexte marqué par une tension de plus en plus forte entre Israël, le Hezbollah et l’Iran ?

Même si certains annoncent une confrontation imminente, un affrontement de grande ampleur entre l’Iran et Israël semble peu probable pour l’instant. Il aurait d’ailleurs déjà pu avoir lieu depuis bien longtemps, notamment lors des centaines de frappes israéliennes en Syrie et qui ont parfois causé la mort de nombreux membres de la milice chiite libanaise et même de très hauts gradés iraniens. On l’a vu, Téhéran et la milice chiite libanaise font jusqu’ici le dos rond.

D’ailleurs, les Iraniens, comme le Hezbollah, n’ont jamais engagé des représailles d’envergure contre Israël.

Si l’Etat hébreu ne souhaite pas une guerre (qui risquerait d’être trop coûteuse en vies civiles et en termes d'image), le Hezbollah et surtout l’Iran la désirent encore moins ! Cela pour trois bonnes et simples raisons : D’abord, s’ils le faisaient, ils perdraient immédiatement leurs derniers soutiens européens notamment depuis le récent retrait fracassant des Américains de l’accord sur le nucléaire iranien. D’autant plus que, nous l’avons vu avec les raids israéliens en Syrie, la Russie ne lèverait sûrement pas le petit doigt pour ses « partenaires » en difficulté. Ensuite, malgré leur expertise et leur efficacité certaine du combat au sol, ils n’en ont, pour l’instant, absolument pas les moyens militaires et savent pertinemment, connaissant les Israéliens, que cela leur en cuirait. Dans l’état actuel de la situation régionale et surtout de sa situation interne, à la fois économique et sociale, une politique du pire de la part de Téhéran serait véritablement suicidaire.

Enfin, ne soyons pas naïfs, Israéliens et Iraniens, en dépit es apparences, sont des pragmatiques et dans l’arrière cuisine, des canaux de discussions existent toujours en cas de crise trop grave…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kravi
- 24/03/2019 - 13:15
guerres de libération
Le Golan est israélien depuis que l'Etat hébreu l'a conquis, après deux guerres (d'extermination) gagnées contre une coalition d'Etats arabes.
Tout comme il a libéré Jérusalem, la vallée du Jourdain et la Judée Samarie en 67.
Jamais Israël ne quittera ces territoires qui lui appartiennent car jamais Israël ne se suicidera.
Marie-E
- 24/03/2019 - 11:16
pour les Druzes
une partie est israelienne et a demande d'ailleurs le soutien du gouvernement israelien pour les Druzes syriens. Une autre partie voulait se battre pour Assad. Aujourd'hui ce sont ceux la qui manifestent leur soutien a Assad et qui ns se considernet pas israeliens.
Israel occupe la majeure partie du plateau a l'ouest.
Aujourd'hui, la région abrite environ 30 000 Israéliens et 22 000 Druzes. Le plateau du Golan représente une zone stratégique très importante dans le contexte du conflit israélo-arabe8. Il domine par sa position la Galilée (Israël) et la plaine de Damas (Syrie). Il contrôle également la plupart des sources alimentant le lac de Tibériade et le Jourdain.
Le probleme est egalement que les Syriens laissent occuper par les troupes de Souleimani et Nasrallah les terres limitrophes a la zone demilitarisee
Pour le plan de paix, on verra bien : si les 4 grands blocs d'implantation (zone C accords d'Oslo) restent israeliens, que le protocole D'Hebron reste valable et que Tsahal peut toujours proteger les Israelien vivant a Hebron et Kiriat Arba, que les visites a Naplouse pour le Tombeau de Josef s'ameliorent, que Tsahal garde toujours le Jourdain, ca ira.
Marie-E
- 24/03/2019 - 11:03
tres interessant comme d'habitude
je voudrais juste preciser que le Golan faisait partie de la Palestine mandataire britannique apres l'effondrement de l'Empire ottoman mais queil a ete cede a la France en 1923 et a donc fait partie a partir de cette date du mandat francais sur la Syrie Grand Liban. La Syrie l'a donc obtenu lors de sa creation en 1946 et des la guerre d'independance en 1948, elle a bombarde les plaines de Galilee en contrebas et ses snipers ont assassine de nombreux paysans ou pecheurs du Lac de Tiberiade et ce jusqu'en 1967 date a laquelle Israel a conquis le Golan.
Il l'a perdu au debut de l'attaque de 1973 il l'a reconquis et les chars ont continue sur Damas jusqu'au moment ou les Russes sont intervvenus pour sauver le pere Assad.
Aujourd'hui pratiquement tous les Israeliens considerent le Golan comme israelien : sur ce plateau aride, il y a maintenant de l'agriculture, de l'arboriculture, de la viticulture et ... la gestion de stations de ski par les Druzes ...
IL y a aujourd'hui environ 20000 Druzes dont certains se considerent comme Syriens et d'ailleurs envoyaient leurs enfants dans les universites de Damas, les mariages se faisaient avec les Druzes syriens....