En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© ROMAIN LAFABREGUE / AFP
Les Républicains

Rigueur, répression, ruralité : quel potentiel pour les 3 R de la ligne Wauquiez ?

Publié le 23 mars 2019
Laurent Wauquiez retrouve des couleurs auprès des sympathisants LR, tandis que François-Xavier Bellamy se fait une place dans le paysage politique.
Fabrice Veysseyre-Redon est journaliste. Il travaille pour le groupe Ebrapresse. Il est également consultant pour CNEWS et Public Sénat. Il est l'auteur de Laurent Wauquiez, l'iméptueux. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Veysseyre-Redon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabrice Veysseyre-Redon est journaliste. Il travaille pour le groupe Ebrapresse. Il est également consultant pour CNEWS et Public Sénat. Il est l'auteur de Laurent Wauquiez, l'iméptueux. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Wauquiez retrouve des couleurs auprès des sympathisants LR, tandis que François-Xavier Bellamy se fait une place dans le paysage politique.

Atlantico : Le débat politique proposé par BFMTV le 20 mars dernier a permis à Laurent Wauquiez de présenter une ligne politique fondée sur un tryptique : rigueur,  ruralité, et répression. Dans quelle mesure cette ligne des trois "R" peut-elle se différencier de la ligne de LREM, et trouver un électorat ? 

Fabrice Veysseyre-Redon : Laurent Wauquiez ne semble pas chercher à se démarquer de la République en Marche mais à réaffirmer ce qu’il appelle les valeurs de la droite.

Sur la rigueur, notamment en matière de gestion et de réduction des impôts, c’est un signal envoyé aux classes moyennes dont il a fait son cheval de bataille depuis une dizaine d’années. Quant à la ruralité, il en fait un marqueur fort qui vise autant Emmanuel Macron –perçu comme un président des villes- que Marine Le Pen qui tend à séduire de plus en plus dans les milieux agricoles et ruraux. Sur la question de la répression, il s’engouffre dans les difficultés que rencontre actuellement le ministre de l’Intérieur. Wauquiez n’a jamais caché être autoritaire. Ses amis politiques en savent quelque chose ! Ce rappel à l’ordre, c’est manifestement pour lui une façon de se démarquer du mouvement Gilets jaunes auquel il avait souscrit dans un premier temps.

Au regard des priorités des Français dans un contexte marqué par la crise des Gilets jaunes, une telle ligne politique peut-elle permettre de construire une majorité ? 

Sa difficulté est d’exister entre Le Pen et Dupont-Aignan. Il a pris le pari de siphonner une partie de leur électorat sous 36 mois. Il a entamé cette démarche au lendemain du deuxième tour de la présidentielle.

Un sondage BVA pour RTL, Orange et la Tribune paru jeudi 21 mars montre un Laurent Wauquiez en forte progression (62%, +16), avec le candidat qu'il a imposé pour les Européennes, François-Xavier Bellamy qui fait une bonne entrée dans le classement (44%). Comment expliquer cette retour en grâce de la ligne Wauquiez ?

Le choix de Bellamy, inconnu du grand public, c’est finalement le choix de la synthèse pour Les Républicains. Wauquiez entretient lui-même un style mêlant chiraquisme lorsqu’il va taper l’arrière train des vaches et sarkozysme par une forme d’énergie incontrôlable. Il a confié contre toute attente à François-Xavier Bellamy le soin d’incarner la ligne filloniste qui, rappelons-le, avait déjoué tous les pronostics à la primaire de la droite.

Le plus cocasse est que Wauquiez gagne 16 points grâce au lancement de la campagne européenne qu’il pressentait comme la plus difficile de sa carrière. Il démontre une fois de plus que l’opportunisme reste payant en politique. Cependant, rien ne dit que la liste du RN sera pas en tête aux Européennes, a fortiori dans le cas de l’effondrement des listes Gilets jaunes.

Fabrice Veysseyre-Redon est l'auteur de "Laurent Wauquiez L'impétueux" aux éditions Mareuil

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

06.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

07.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 24/03/2019 - 07:59
Spitzenkandidat ou Gauleiter ?
Ce que vous devriez essayer de comprendre, c'est qu'avec la règle du ''spitzenkandidat'' qui règne au Parlement Européen, si vous votez le 26 Mai pour la liste Bellamy, vous voterez pour le groupe parlementaire PPE, et donc, vous essayerez de faire élire comme nouveau Président de la Commission Européenne le candidat allemand choisi par JC. Juncker et Angela Merkel.

C'est vraiment cela que vous voulez ?
Poussard Gérard et les autres : Haben Sie endlich verstehen ?
Avez-vous enfin compris ?

https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Spitzenkandidat

Par ailleurs, au cours du débat de mercredi soir sur BFMTV, Laurent Wauquiez a déclaré être opposé à la dissolution de l'Assemblée Nationale et à la Proportionnelle.

Sa motivation est évidente : permettre aux 131 députés Ripoux-Ripouxblicains d'empocher encore pendant trois ans de très confortables indemnités !
Liberte5
- 23/03/2019 - 19:27
L. Wauquiez a hérité d'un parti sans aucune cohérence politique!
L'équipage formé du RPR et des centristes a explosé avec l'échec de F. Fillon. Depuis les centristes (de gauche) sont partis : Juppé, Raffarin , Bertrand, et certains ont rejoint le gouvernement E. Philippe, B. Lemaire, Darmanin, etc. . Les choses deviennent claires, même si encore il va falloir purger le parti d'éléments n'ayant aucune conviction comme Estrosi, Muselier. LR peut déjà avancer vers un corpus idéologique conservateur libéral et sortir de ce magma centre gauche dans lequel Chirac et Juppé avait mis ce parti en créant l'ump.
hoche38
- 23/03/2019 - 16:20
"Com" en progrès
Il est sûr que s'ils continuent à faire évoluer leur "com" dans cette direction, les électeurs vont finir par penser qu'ils sont de droite.