En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Gilets jaunes

Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron

Publié le 20 mars 2019
Stratégie du "eux contre nous", déconnexion de la campagne pour les élections européennes du grand débat et la prétention à incarner le camp de la raison, autant d'erreurs politiques qui risquent de coûter cher au chef de l'Etat.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stratégie du "eux contre nous", déconnexion de la campagne pour les élections européennes du grand débat et la prétention à incarner le camp de la raison, autant d'erreurs politiques qui risquent de coûter cher au chef de l'Etat.

Atlantico : Macron hausse le ton" titrait le Parisien ce mardi 19 mars: si les événements violents de samedi demandent une réponse forte de la part du gouvernement, la stratégie qui vise à donner de l'ampleur à l'opposition du mouvement des Gilets jaunes et du camp du gouvernement n'est-elle pas dangereuse quand on observe le faible soutien réel dont le Président dispose dans la société ? 

Edouard Husson : En fait, le Président avait trois options après le succès du premier samedi en jaune, le 17 novembre dernier. La première était de laisser monter le mouvement, au risque d’être submergé: ce n’est pas dans son tempérament. La deuxième, celle qu’il a choisie, était l’affrontement; le risque était limité pour lui à court terme car les Gilets Jaunes sont les héritiers de vingt siècles de civilisation des moeurs et ne demandent qu’à être écoutés par, dialoguer avec et respecter un président qui présiderait, un gouvernement qui gouvernerait et un parlement qui serait un lieu de débats féconds. A long terme, cette option est plus dangereuse car, à partir du moment où le mouvement ne s’est pas laissé intimider, les atteintes répétées à l’état de droit commises, sur ordres, par la police et, du fait d’une conscience de classe, par la justice, commencent à se voir, surtout à l’étranger. La troisième option, mais Emmanuel Macron l’a écartée et ne peut plus y revenir vu le fossé qu’il a créé entre lui et la France périphérique, aurait été de profiter de la crise des Gilets Jaunes pour élargir son assise électorale, organiser un authentique Grand Débat, c’est-à-dire piloté par Chantal Jouanno à la tête d’une autorité autonome; éventuellement aller vers un référendum sur un sujet susceptible de rassembler la nation. 
Alors oui, vous avez raison, Emmanuel Macron a décidé de se bunkeriser, à l’abri de ses électeurs de premier tour et de ce qu’il juge être le soutien, indéfectible par nécessité, de la « superclasse », pour reprendre le terme de David Rothkopf.    

 

S'il parait difficile voire inopportun d'apporter une réponse immédiate aux échanges initiés par le Grand débat, Emmanuel Macron ne prend-il pas un risque en proposant une campagne européenne déconnectée des enjeux nationaux soulevés par le Grand débat ?

Le pouvoir essaie de nous faire croire qu’il livre un combat au nom du progrès et de l’ouverture contre l’obscurantisme, le nationalisme, le fascisme larvé. En fait, nous avons affaire à une forme de lutte des classes, comme il y en a régulièrement dans l’histoire de France. Que voyons-nous depuis deux siècles sinon la volonté de la bourgeoisie du moment de supprimer tous les liens tissés par les générations entre la France d’en haut et la France d’en bas? 1789 est la destruction de la France des solidarités traditionnelles par une bourgeoisie bien décidée à s’émanciper de la monarchie et de l’Eglise pour gouverner seule. 1830 est l’expression du refus, par une partie de la bourgeoisie,de la réconciliation entre classes sociales qu’avaient amené l’Empire et la Restauration. 1848 est au contraire une des révolutions authentiques de notre histoire, faite au nom du suffrage universel et, en partie, du monde ouvrier, sans haine du christianisme. La résistance de classe de la bourgeoisie est si forte que le système politique française ne se stabilise que par un nouveau coup d’Etat bonapartiste. Et, Napoléon III renversé, Monsieur Thiers, le bourreau de la Commune, peut s’écrier: « La question sociale est réglée pour une génération! ». Les guerres mondiales ont été, après 1848, deux nouveaux moments d’émergence de la nation moderne et le gaullisme des années 1960 représente l’apogée  de ce moment. Mais la bourgeoisie a progressivement repris ses droits, poussant Pompidou contre de Gaulle puis mettant en place « l’Europe » à partir de Giscard. 
C’est au moment où arrive au pouvoir un président qui proclame sans ambages qu’il aime la lutte des classes menée au nom de la « superclasse » qu’apparaissent toutes les failles du système. Le mouvement des Gilets Jaunes est un authentique moment révolutionnaire, comme le soulèvement de l’Ouest de la France en 1794, comme 1848, comme 1945; un moment où le peuple en chair et en os se révolte contre toutes les abstractions qui légitiment un pouvoir de classe. Emmanuel Macron n’est donc pas déconnecté de l’enjeu du moment: sans savoir l’analyser, il comprend instinctivement ce qui se passe. Et il se lance dans un combat fanatique pour sauver les intérêts de la « superclasse » en France. Pas sûr que cette dernière ne le trouve pas à un moment singulièrement peu flexible pour sa propre survie. Pas sûr non plus que les classes moyennes supérieures acceptent éternellement de jouer « les idiots utiles » des 1% les plus riches.   

Dans son intervention de lundi soir devant 70 intellectuels, Emmanuel Macron a particulièrement insisté sur la rationalité de son action et de la ligne gouvernementale qu'il tient absolument à maintenir - comme si l'objectif du Grand débat avait été de parvenir au K-O rhétorique de ses adversaires. Ce retour du "je" et de la raison ne risque-t-il pas de lui être préjudiciable ?

Disons qu’il se révèle, discours après discours, comme un idéologue qui ne fera jamais aucune concession au réel. Il a eu un moment de faiblesse, la semaine du 3 décembre 2018, après un samedi de chaos au centre de Paris. Et il a un temps écouté tous les représentants de la « superclasse » qui lui reprochaient d’avoir l’échine peu souple. Le discours du 10 décembre voit Emmanuel Macron lâcher 10 milliards en 10 minutes. Puis, une fois la frayeur passée, le président reprend sa ligne: le discours de voeux du 31 décembre réaffirme l’opposition frontale entre le progressisme mondialiste et la société française, dans toute sa complexité, réduite à une « foule haineuse ». 
Le Grand Débat, avec son enchaînement de monologues macroniens, les huit heures devant les intellectuels, les quatorze heures passées au Salon de l’Agriculture sont la traduction d’une tentative désespérée de maintenir l’idéologie néolibérale contre l’évolution du monde. Phénomène aberrant, au fond très peu politique. La grande question est de savoir, pour continuer à parler en termes de classes, quand les intérêts sociaux actuellement défendus par Emmanuel Macron auront le sentiment qu’avoir un défenseur aussi rigide et fanatique devient contre-productif. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition Stéphane Gayet

05.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

07.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Olivier62
- 20/03/2019 - 20:10
La créature de la superclasse
L'opposition que vous faites entre la "superclasse" et la population française est très clair. Le monde de Macron, ce sont les financiers cosmopolites, les nomades à la Attali, les bobos friqués, les migrants, les délinquants, les LGBT, etc. en route vers l'utopie mondiale, déracinée et métissée. Le gilet jaune, c'es tout ce que Macron vomit : blanc, patriote, "de souche", de classe populaire et moyenne -bref la France. C'est un type de personne qui n'entre pas dans son univers mental, et qu'au fond il veut faire disparaître à terme par l'immigration de remplacement.
Bobby Watson
- 20/03/2019 - 19:38
@ guzy1971
Tout à fait d'accord avec vous. Son cas relève de la psychanalyse, comme l'avait annoncé de façon prémonitoire un psychiatre italien pendant la présidentielle. Cet homme n'a pas de surmoi depuis son adolescence, et ses réactions intempestives, ses propos provocateurs prouvent sa totale absence d'empathie pour les Français qui l'ont élu. Là est le problème, que vous évoquez parfaitement: comment des gens raisonnables, souvent éduqués, dotés de convictions anciennes, ont-ils pu se laisser pareillement manipuler ? Il faudrait peut-être chercher du côté de l'attraction qu'exercent les sectes sur des esprits crédules pour avoir une explication satisfaisante...
cloette
- 20/03/2019 - 17:28
ethnologie ( réponse à Ganesha)
j'ai suivi l'enseignement ( pas du tout ma formation ) d'une ethnologue pendant une année et en effet les livres cités étaient des conseils de lecture .Elle disait qu'on peut faire de l'ethnologie partout, dans un village français par exemple, ...Personnellement j'en fais quand je prends le métro, il y a plus de choix .