En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

03.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

04.

Rester scotché jusqu’à tard le soir sur l’écran de son smartphone nuit plus à la santé mentale que ce vous imaginez sans doute

05.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

06.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

07.

Ce que les scientifiques ont découvert grâce à l’anthropause, cette grande mise à l’arrêt de l’activité humaine liée à la pandémie Covid-19

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

05.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

06.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 31 min 46 sec
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 1 heure 17 min
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 1 heure 53 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 3 heures 19 min
light > Insolite
L'or sur
Voici un mystérieux masque d'or pour se protéger de la Covid-19
il y a 16 heures 42 min
pépites > Sport
Respect piloté
Des pilotes posent un genou à terre avant le départ du grand prix d'Autriche
il y a 18 heures 3 min
pépites > France
Un incendie pas encore éteint
Pour la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France la crise a été gérée sans prise en compte de principes fondamentaux
il y a 18 heures 42 min
pépites > Education
Médaille en chocolat
Dans certaines académies, on félicite les enseignants avec des badges
il y a 19 heures 44 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Ce trou noir monstrueux dévore l'équivalent d'un Soleil par jour ; Pour coloniser Mars, il faudra au moins 110 personnes »
il y a 23 heures 5 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 1 heure 47 sec
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 1 heure 34 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 2 heures 19 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 2 heures 57 min
décryptage > Politique
Haute fonction publique

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

il y a 3 heures 35 min
pépites > International
Il y a toujours pire ailleurs
L'Angleterre réouvre les pubs dans la cacophonie générale
il y a 17 heures 15 min
pépites > Politique
Speedy Castex
À peine arrivé à Matignon, Jean Castex veut "aller vite"
il y a 18 heures 22 min
light > Insolite
La revanche des singes
En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville
il y a 19 heures 1 min
pépite vidéo > Media
ONPC c'est fini
ONPC touche à sa fin, voici le best-of des clashs de l'émission
il y a 22 heures 35 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les leçons du combat d’une urgentiste contre le coronavirus

il y a 23 heures 7 min
© Reuters
© Reuters
Atlantico-Business

Grand débat : les chefs d’entreprises sortent du silence en ciblant la justice fiscale, le climat social et l’exemplarité des comportements

Publié le 19 mars 2019
Toutes les organisations patronales remettent aujourd’hui leurs contributions au grand débat. Le Medef, la CPME, Croissance plus et Ethic.
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Toutes les organisations patronales remettent aujourd’hui leurs contributions au grand débat. Le Medef, la CPME, Croissance plus et Ethic.

Globalement, les entreprises et les chefs d’entreprises n’ont pas été les plus attaqués par les Gilets jaunes. Les riches oui, les chefs d’entreprises et les managers, assez peu. On a brulé et détruit des symboles du capitalisme, mais les outils de production ont été grandement épargnés ou ignorés.

L’écrasante majorité des revendications aujourd’hui porte sur la taxation des classes moyennes et des retraités, elle dénonce l’injustice fiscale par rapport aux classes les plus aisées et surtout, souligne les problèmes de pouvoir d’achat pour la plupart de salariés.

Ce qui est frappant dans le catalogue des revendications, c’est que les gilets jaunes, qui n’ont jamais précisément attaqué le rôle des chefs d’entreprises, semblent ignorer complètement leur fonction incontournable dans les mécanismes de création de richesse, d’activité et d’emploi.

Dans ces conditions, les organisations patronales sont très préoccupées par l’impact sur leur activité que pourraient avoir une grande partie des mesures suggérées ou imposées par la pression de la rue.

Toute les organisations patronales ont donc participé au grand débat et même organisé beaucoup de réunions à Paris, comme en province.

C’est donc la synthèse de ces discussions et de ces réflexions que le Medef, la CPME, Croissance plus et Ethic rendent progressivement publiques.  

Ce qui est intéressant, c’est qu‘au-delà de leur différence identitaire, les organisations patronales tombent en gros sur les mêmes analyses et les mêmes conclusions.

Le mouvement Ethic a d’ailleurs publié un sondage sur l’état d’esprit des chefs d’entreprise pour construire ses propositions, mais les résultats de ce sondage recoupent le sentiment général dans le monde des affaires.

On relève un fort unanimisme dans les réponses des chefs d’entreprise du Mouvement ETHIC.

Face à la crise actuelle, ils regrettent à 93,2% un manque de compréhension de l’économie et donc des exigences de fonctionnement de leur entreprise par les Français. C’est pourquoi ils sont 45,5% à attendre du Grand débat une prise de conscience des contraintes économiques. Ils sont prêts à prendre des responsabilités sur leur bassin d'emploi pour l'améliorer et considèrent que c’est leur rôle pour 77,4% d’entre eux.

Le mouvement des Gilets jaunes a démarré sur un rejet des taxes et une colère contre un pouvoir d’achat insuffisant pour certains et 90% des chefs d’entreprise interrogés s’accordent eux-aussi à dire que le travail ne paie pas suffisamment en France. Ils l’expliquent (à 87%) du fait des charges patronales qui pèsent sur leur entreprise, donc sur le salaire de leurs salariés, leur allègement substantiel pourrait permettre de mieux rémunérer le travail.

Ils sont 76,5% à souhaiter une baisse des charges patronales d'abord pour ce motif.

Quant à la simplification, ils ont fait une croix dessus, selon eux, rien n'a changé.

La France est perçue comme un pays étatiste (46,2%%), trop dépensier (99%). Ils estiment que l'exigence de comportement éthique est plus forte et mieux observée dans le secteur privé que dans le secteur public (48,7%). Par ailleurs le statut d'exception des fonctionnaires fait l'unanimité : il doit changer. De même que les prérogatives de l’État, ils estiment à 83 % que le président de la République doit clairement et prioritairement définir les missions régaliennes de l’État.

Enfin, la préoccupation majeure et majoritaire des chefs d’entreprises interrogés est la baisse des dépenses de l’État. A 81,5% ils estiment que ce doit doit être la priorité du gouvernement.

 

Au-delà des résultats de ce sondage, la vraie crainte des chefs d’entreprises serait que les réformes induites par la pression des gilets jaunes ne remettent en cause les projets d’amélioration de la compétitivité et abime le potentiel des entreprises à se redresser. Parce que tout l’avenir dépend de la puissance des entreprises : les investissements, les créations d’emplois et le pouvoir d’achat.

On ne décrète ni la création d’emplois, ni les augmentations de pouvoir d’achat. C’est le succès des entreprises qui fabrique la richesse dont tout le système a besoin pour fonctionner et satisfaire les besoins et les demandes de tous : les salariés, les actionnaires et les clients.

 

Sophie de Menthon, présidente du mouvement Ethic, rappelle des évidences qui ne semblent pas forcément partagées par la majorité des opinions publiques, d’où le problème :

« L’économie marchande, par la richesse qu’elle crée, constitue la seule source de financement de l’État, explique-t-elle. Seulement 4% de la richesse créée est affectée à la rémunération du capital via les dividendes (les actionnaires sont donc loin de capter toute la richesse et le risque endossé est faiblement rémunéré).
 Toute la richesse créée depuis 10 ans par les entreprises et leurs salariés est partie dans la dépense publique. 


Faute de marge mais aussi faute de compétitivité (pourquoi investir en France alors que ce n’est pas rentable ?), l’économie française est également en train de manquer la nouvelle révolution industrielle (robotisation, numérisation des process, impression 3D, internet des objets, intelligence artificielle...) ».
Si on reprend les propositions faites par la plupart des organisations patronales, on retombe toujours sur les mêmes dossiers : Emploi, Travail, Dépenses de l’État, citoyenneté, responsabilité du chef d’entreprise.

 

Pour simplifier, ça passe par quatre axes stratégiques autour desquels l’entreprise fonctionne.  

1er axe : la fiscalité, avec davantage de justice sociale. C’est la réponse nécessaire à apporter à la colère populaire, mais attention à ne pas toucher à la compétitivité de l’entreprise. Ça passe évidemment par une baisse des charges sur salaires et des charges qui pèsent sur la production.

Pour Ethic, la remise à plat de la fiscalité est donc une priorité absolue. D’où, la promotion, la simplification administrative et législative à tout prix : éviter le surcoût de la complexité et les risques qui pèsent sur l’entreprise ; réaliser des économies de fonctionnement, améliorer la compétitivité des entreprises.

Ethic souhaiterait notamment pérenniser une fois par an la « prime Patron », défiscalisée et hors charges sociales (prime qui avait été proposée par le mouvement ETHIC en décembre 2018 pour répondre au manque de pouvoir d’achat des gilets jaunes et qui a été reprise par le gouvernement par la suite).

Mesure qu’on retrouve aussi dans d’autres organisations patronales, avec une TVA proche de 0% pour les objets recyclés ou en 2e vie de façon à favoriser l’économie circulaire, les  activités de main d’œuvre et le bénéfice écologique.

2e axe : faire de la baisse des dépenses de l'Etat une priorité,  seule condition pour financer la baisse de l’impôt. Alors, pour tous les chefs d’entreprises, ça passe par la définition claire des missions régaliennes de l‘Etat.

3e axe : tout faire pour renforcer la considération sociale de la part des entreprises. C’est une demande récurrente. Mais pour y répondre, beaucoup de chefs d’entreprises revendiquent un rôle dans dans leur bassin d’emploi, c’est à dire « être consultés sur les sujets ayant un impact direct ou indirect sur leur activité ».

Le mouvement Ethic comme beaucoup de membres de croissance rappelle une de ses priorités : « l’intéressement, la participation et l’actionnariat pour tous les Français. L’objectif est d’augmenter le pouvoir d’achat lorsqu’ils sont en activité et compléter leur revenu lorsqu’ils sont en retraite. »

4e axe, l’exemplarité totale du chef d’entreprise. Exemplarité dans son mode de management, dans sa vie personnelle ; ses dépenses, son style de vie etc. Beaucoup de patrons ont compris aussi qu’il existait une demande forte pour un comportement des chefs d’entreprises qui soit parfaitement moral et éthique. D‘où l'honnêteté, la sincérité, la transparence, le respect des règles et des partenaires sociaux. On en revient au débat sur la raison d’être de l’entreprise, un débat cher à Nicole Notat ou à Jean-Dominique Senard, mais c’est plus une question de comportement personnel que de règlementation ou de contrainte. On en revient aussi au libéralisme capitaliste,  à l’origine pratiqué par des protestants peut-être un peu rigides, mais très rigoureux.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gpo
- 19/03/2019 - 13:06
Exemplarité???
Ceux qui sont à la tête de l'état sont cramés grillés puisqu'ils protègent les copains,(Ferrand, Bayrou) les énarques traitres (Lemaire, Philippe), leurs courtisans (P Besson R Heitz F Molins......) et incompétents Belloubet...
Les citoyens honnêtes qui travaillent, qui souffrent, qui ont des valeurs morales, veulent le départ de ces gens-là car ils ruinent notre pays et méprisent les petits..