En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Entre (bribes de) lucidité hystérique et déni irénique

De Christchurch à Utrecht : quel modèle intellectuel pour penser sereinement le grand bouleversement démographico-ethnique dans les démocraties occidentales ?

Publié le 19 mars 2019
L'attentat perpétré en Nouvelle Zélande a pu avoir pour effet de remettre la théorie complotiste du grand remplacement dans le débat public, divisant les positions entre deux visions, l'une semblant se baser sur une forme de déni des problématiques posées par la question migratoire, l'autre reposant sur une vision ethnique de la société.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'attentat perpétré en Nouvelle Zélande a pu avoir pour effet de remettre la théorie complotiste du grand remplacement dans le débat public, divisant les positions entre deux visions, l'une semblant se baser sur une forme de déni des problématiques posées par la question migratoire, l'autre reposant sur une vision ethnique de la société.

Atlantico: Entre l'individualisme libéral et le nationalisme ethnique, quel serait le modèle intellectuel qui permettrait de faire face, politiquement, à ce bouleversement ? Comment tenir un discours de vérité pour sortir de la folie symbolisée par les attentats de Christchurch et d'Utrecht ? 

Edouard Husson : Tout d'abord, il faut dire qu'il est proprement honteux et totalement inadapté à l'événement de voir un certain nombre de personnes développer des polémiques de politique intérieure suite à l'attentat de Christchurch. Nous sommes dans une époque qui est obnubilée par la violence verbale et largement aveugle à la violence en acte. Pensez à tous ces délinquants ou criminels dont on excuse de fait le comportement en expliquant que leur recours à la violence est due à un "problème de verbalisation des émotions". A l'inverse on se met à traquer le moindre mot qui n'appartienne pas à la langue bisounours. Loin de pratiquer un retour au libéralisme politique des XVIIIè et XIXè siècle, le néolibéralisme des trente dernières années a développé une véritable police de la pensée. 

Cela dit, la notion de "grand remplacement" est problématique. Elle est l'alliée objective de l'antinationisme progressiste. Elle consiste à penser que nous sommes condamnés à subir les conséquences de la politique des néolibéraux sans pouvoir réagir. Elle est complice des progressistes qui ne veulent plus de décision politique mais des flux, de la libre circulation, du "vivre-ensemble".  A cette vision absurde par son irénisme elle oppose un cauchemar, celui de la conquête du pays par les très nombreuses naissances issues de l'immigration. Dans les deux cas, nous sommes loin de la question d'une action politique appropriée pour assimiler avec succès des populations d'origine étrangère. 
 

En quoi ces deux visions finissent-elles par se rejoindre ? En quoi peut-on y voir l'expression d'un malaise occidental ? 

Le progressisme finit par déboucher sur la haine du peuple qui accueille les étrangers. Emmanuel Macron vient encore de nous en donner une nouvelle illustration ce soir: lors du débat sur France Culture avec des experts et des universitaires, il a déclaré, à propos de la crise des Gilets Jaunes, si j'en crois la transcription que propose France Culture (21h21): "Ce n'est pas la France de l'exclusion sociale qui est sortie dans la rue. Il n'y a pas eu la France des quartiers les plus populaires, la France issue de l'immigration qui est la victime principale de la discrimination", mais "une partie de la France qui est majoritaire et ne va plus aux urnes". Cette idéalisation des "quartiers" est aussi absurde que leur dénigrement. Surtout, au nom de l'inclusion des uns, on refuse de parler de l'exclusion de fait des autres (les Gilets Jaunes). Je comprends bien tout le calcul politique qu'il y a derrière: arriver à un choc frontal entre LREM et le Rassemblement National. Mais ce n'est ni servir la vérité ni permettre la justice sociale. La vérité est que nous avons aujourd'hui une France totalement atomisée entre l'individualisme absolu des "classes créatives", l'anomie des "quartiers" à laquelle on ne laisse pas d'autre issue, le plus souvent, que la prise en main par le salafisme et la désintégration progressive de la France périphérique. 

Il est urgent de refonder le pacte politique français. Il impliquera une politique ambitieuse d'assimilation à la nation.  

Quel est le danger de refuser le débat sur cette question, en continuant sur une rhétorique qui ne fonctionne plus auprès de la population ? En quoi cette approche par l'idée de "l'immigration est une chance" ne pèse plus dans nos sociétés occidentales, par exemple au regard d'une société américaine dont l'ancienne majorité est devenue une minorité dans certains Etats, ou en France ? 

De quelles majorités et minorités parlons-nous? De groupes ethniques? Mais dans ce cas pourquoi la machine à assimiler qu'était la République ne joue-t-elle plus son rôle? On a raison de souligner que l'Islam, par la confusion qu'il crée entre le domaine temporel et la sphère religieuse, est incompatible avec la laïcité. Mais pourquoi la machine à produire du citoyen laïc ne fonctionne-t-elle plus? Est-ce parce que nous nous payons de mots en croyant que la République a eu quoi que ce soit à faire pour séparer l'Eglise de l'Etat: le christianisme est depuis son origine créé sur la distinction absolue entre le religieux et le temporel? Effectivement, l'effort à accomplir pour briser le holisme dans lequel vit le musulman pratiquant est considérable. Il est évident qu'on ne peut assimiler facilement des musulmans à la République qu'à condition d'avoir à faire à un petit nombre. Or, non seulement la volonté politique républicaine n'est plus là mais on a laissé s'installer en France des populations musulmanes nombreuses. Et on s'est rendu la tâche encore plus difficile en ayant une politique économique absolument défavorable, du fait de la monnaie forte et des charges sociales élevées, à l'intégration par le marché du travail. Cela n'empêche pas que des populations qu'on ne veut plus assimiler civiquement ni par l'Ecole, qui ne sont pas ou sont mal intégrés à l'économie des métropoles ( y compris par la discrimination à l'embauche), ont en même temps accès à un certain nombre de prestations médicales, sociales etc.... Or que peuvent-ils développer sinon du mépris vis-à-vis de la société où ils s'installent, à partir du moment où les avantages sociaux disponibles ne sont pas la contrepartie d'un effort d'assimilation? Nous cumulons les inconvénients.  


Et comment expliquer l'incapacité de nos sociétés à porter une analyse lucide et apaisée quand il s'agit de ces phénomènes ?

Notre société qui se veut si libre, si émancipée, est pleine de tabous, de chasses aux sorcières, de refus d'écouter la vraie différence, celle de l'opinion libre. Les uns et les autres ont de bonnes raisons à mettre en avant: il y a la mauvaise conscience héritée de la période coloniale, le souci des minorités, le regard universel sur l'Homme, le slogan de la diversité comme source d'innovation etc...En face, la démission progressive du RPR, qui, sous la direction de Jacques Chirac, a abandonné les classes populaires confrontées à une immigration croissante; puis l'incapacité de Nicolas Sarkozy à changer durablement la donne, ont rendu largement impossible la maturation, au sein d'un grand rassemblement de la droite, d'une nouvelle pensée de l'assimilation républicaine, d'un "nationisme" ambitieux, efficace.    

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

02.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

05.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

06.

Psychogénéalogie : comment les générations familiales qui nous précèdent laissent leur empreinte sur notre identité

07.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 20/03/2019 - 04:52
Forbane
Vous, au moins, vous venez ''sauver l'honneur'' de cette discussion !
Vous avez lu l'article, et vous restez capable de réfléchir calmement !

Il y a bien une différence entre les hommes et les femmes, la preuve : la quasi totalité des abonnés de ce site sont des vieillards mâles, que la perspective, inéluctable, de leur fin de vie conduit à un état dépressif et haineux.

Et encore, nous avons évité le pire : c'est dans une autre discussion, sur les Gilets Jaunes, que l'on assiste, consternés, au spectacle pathétique d'un ''senior'' en pleine crise d'hystérie, nous parlant de ''monceaux de cadavres jonchant les rues'' !
Forbane
- 19/03/2019 - 23:13
« Qu’on ne veut plus assimiler???? »
Encore la victimisation des musulmans... L’express en 2010 : «  le taux d'accès à l'enseignement supérieur des filles d'immigrés est nettement supérieur à celui des garçons, d'après une étude de l'Institut national d'études démographiques. La réussite des filles d'origine africaine, en particulier, est spectaculaire: 51 % d'entre elles accèdent à une filière du supérieur, et seulement 33 % des garçons. Résultat: elles trouvent du travail plus facilement qu'eux, à des niveaux de salaire comparables à ceux de la population majoritaire. »
A votre avis, discrimine-t-on ou bien les « mâles » musulmans ont- ils un léger problème avec l’effort et la notion de fierté ( mal placée?). Acceptent-ils la subordination au travail?
Quel cheminement pourraient parcourir ces hommes musulmans eux-même de pour être aussi bien assimilés que les femmes musulmanes ou que les immigrés asiatiques?
Ils ont des logements sociaux, des allocations, la santé gratuite, l’enseignement gratuit , des bourses, des voyages scolaires gratuits, retournent en vacances dans le pays d’origine tous les ans, dans ma commune le permis de conduite subventionné ....Quel autre pays au monde offre cela???
Benvoyons
- 19/03/2019 - 18:35
My Godmichet à barbe
Je suis étonné qu'1 livre comme le Coran ne puisse être débattu,commenté par tout le monde en France. De suite l'on vous dit vous n'êtes pas apte de comprendre? Pourtant dans le Coran ls Chrétiens, ls Juifs, ls Athées, ls Polythéistes (dont ls Chrétiens avec la Trinité ) y sont critiqués salement sans qu'aucun Juifs, Chrétiens, Athées,Polythéistes ne disent mais ls Arabo-musulmans ne comprennent rien à nos textes & sont inaptes pour les comprendre. En fait le Coran est Judéophobe,Christianophobe, Zoroastrienophobe, Athéophobe, Homophobe, Polythéistophobe. Pourtant un texte comme dans la sourate 23 verset de 1 à 7 , donne autorisation(esclavage) au croyant ayant des esclaves & de pouvoir les utiliser sexuellement (donc viol) & il est ajouté qu'il n'y trouve rien à redire. C'est clair limpide aucune fausse interprétation (sauf si je disais aussi sur les esclaves hommes). En effet le Coran est une excellente avancée Humaniste & correspond aux fondamentaux de la République?
Bon maintenant les Français Musulmans sont en France & il n'y a aucune raison de les stigmatiser, mais en aucune manière la critique du Coran ne peut être interdite,il y a encore beaucoup à faire.