En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 5 heures 11 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 7 heures 53 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 10 heures 43 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 10 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 11 heures 20 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 12 heures 19 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 13 heures 15 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 14 heures 29 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 15 heures 1 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 15 heures 33 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 7 heures 33 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 8 heures 39 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 10 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 11 heures 10 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 11 heures 32 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 12 heures 43 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 14 heures 59 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 16 heures 6 min
© SEBASTIEN BOZON / AFP
© SEBASTIEN BOZON / AFP
Bonnes feuilles

Repenser l'hôpital : des pistes pour réconcilier financement, management et qualité

Publié le 18 mars 2019
Michel Tsimaratos publie aux éditions Michalon "Repenser l'hôpital. Rendez-vous manqués et raisons d'espérer". Le management pyramidal et hiérarchique, couplé à une vision purement financière, a vécu. Il est urgent de replacer l'humain au cœur des préoccupations de tous les acteurs de la filière santé. Extrait 2/2.
Michel Tsimaratos, professeur de pédiatrie à Aix-Marseille Université, dirige le service de pédiatrie multidisciplinaire à l'hôpital de la Timone à Marseille. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Tsimaratos
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Tsimaratos, professeur de pédiatrie à Aix-Marseille Université, dirige le service de pédiatrie multidisciplinaire à l'hôpital de la Timone à Marseille. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Tsimaratos publie aux éditions Michalon "Repenser l'hôpital. Rendez-vous manqués et raisons d'espérer". Le management pyramidal et hiérarchique, couplé à une vision purement financière, a vécu. Il est urgent de replacer l'humain au cœur des préoccupations de tous les acteurs de la filière santé. Extrait 2/2.

« Rien ne peut arrêter une idée dont l’heure est venue. » disait Victor Hugo. La citation est reprise à l’envi dans les discours de dirigeants qui rêvent d’une mutation sans heurts de leurs organisations, mais savent combien il est difficile de conduire le changement. Le plus souvent, ce sont les crises qui amènent les communautés à revoir leurs modes d’organisation.

L’hôpital n’échappe pas à la règle, mais il est immobile dans un monde en mouvement. En France, la crise oblige la société à repenser son organisation politique, économique et. La filière santé ne fait pas exception. Elle doit s’adapter à son environnement et changer son mode d’organisation287. L’hôpital, qui en est un des acteurs, doit sortir de la réflexion autocentrée et trouver le chemin de l’intégration des dimensions financement, management et qualité, pour répondre aux défis actuels de la santé. L’idée simpliste de la T2A responsable de tous les maux sert de bouc émissaire et livre les administratifs à la vindicte publique en faisant d’eux le coupable idéal. Mais plusieurs points accessibles à des changements simples et rapides, qui ne nécessitent pas le recours à la loi, peuvent apporter des solutions utiles pour renoncer aux fausses évidences et éclairer les décisions.

À l’hôpital, les masses en souffrance sont des réservoirs de ressources et d’innovation qui ne demandent qu’à se remettre en mouvement. Donnons-leur un discours de vérité, réformons enfin cette branche de la machine d’État qui pèse sur les comptes et le moral depuis si longtemps. L’heure est venue de privilégier le long terme. Le climat et l’état d’esprit sont propices. Depuis 10 ans, la T2A, méthode de calcul basée sur le volume d’activité, le temps et le coût, a durablement ancré les acteurs de santé dans le court terme. Mais le temps qui passe contribue à modifier significativement notre réflexion. À cet égard, l’opposition entre le court et le long terme prend tout son sens dans l’analyse des politiques de santé publique. Lorsqu’il s’agit de faire des propositions, le court terme représente une notion dégradée de la performance, un objectif à atteindre de la façon la plus efficace possible avec le coût le plus faible possible. Le délai et le coût permettent de fixer des objectifs immédiatement identifiables et donc considérés comme faisables. Cette faisabilité permet d’écarter tout élément d’incertitude qui amènerait à rediscuter, tant des objectifs que du chemin à emprunter pour y parvenir. Mais la performance, c’est aussi l’efficience enrichie de la capacité à innover et anticiper les changements. Par opposition à la réflexion de court terme, les objectifs de moyen et long terme intègrent une part d’incertitude qui vient s’ajouter et fragiliser les notions de performance et d’efficience. Sur le plan personnel, cette incertitude est probablement l’élément qui nous fait avancer au quotidien, en nous amenant à faire des choix qui reposent sur un pari sur l’avenir. Si le pari sur l’avenir fait partie des outils personnels et individuels pour se dépasser et pour se faire avancer, il s’agit d’une notion qui est souvent écartée du discours sociétal et politique. Peu d’organisations politiques prennent le risque de l’incertitude pour faire reposer la partie opérationnelle de leur programme sur un pari. Bien entendu, la terminologie des campagnes électorales a gardé l’idée du dépassement de soi inscrit dans l’idée même du pari, mais dans les faits, les gains potentiels d’enthousiasme et d’adhésion liés à l’incertitude sont systématiquement écartés. On peut même observer l’effet inverse très régulièrement. Un effet « Cassandre » qui alerte sur le risque dans telle ou telle décision politique.

Dans le discours, le risque est écarté de façon systématique, et les actes finissent donc toujours par s’appuyer sur des étapes de court terme. Dans cette démarche de court terme, liberté et précarité sont les deux faces d’une même pièce. En effet, le concept même de liberté individuelle, qui nous donne le droit de changer d’avis, bride toute initiative porteuse de risques. C’est donc au nom de cette liberté individuelle que l’on se prive de toute projection sur le moyen et le long terme, générant ainsi les conditions de la précarité. Cette dictature du court terme ne peut exister que par l’absence de vision et d’enthousiasme susceptibles de soutenir la prise de risque. Cet élément est difficile à accepter alors que jamais la société n’a été aussi développée et évoluée et que les systèmes complexes ont été largement analysés, notamment dans leur dimension organisationnelle.

Il est nécessaire de mettre fin à l’empilement réglementaire qui organise la résistance au changement. La restructuration des hôpitaux a débuté depuis une dizaine d’années. Comme toutes les réformes, elle s’appuie sur des économies, des investissements, et surtout des modifications d’organisations. Dans certains établissements, elle correspond à un vrai plan de redressement. Il est important qu’elle intègre une dimension médicale, plus humaine et moins comptable. Tous les avis convergent, la seule façon de préserver l’outil, c’est de se donner les moyens de passer au mode projet, pour que le retour sur investissement soit positif, pour tous. Les solutions passent par un recadrage, un changement de modèle pour sortir de la double contrainte, de l’injonction paradoxale. Une épreuve.

La pression des gestionnaires déstabilise. Les hospitaliers vivent un conflit de valeurs. Un conflit qui aboutit à une perte de repères. Les raisons de satisfaction font appel aux valeurs intérêt et utilité. La qualité et la sécurité des soins ont un coût pour les hôpitaux, mais la réduction de la « non-qualité » profite plus au système de santé qu’à l’établissement lui-même.

L’avenir de notre système de santé passe par le redressement de l’hôpital. La force de l’hôpital, c’est les personnels. Lorsque les personnels identifient la qualité des soins comme une valeur plutôt que comme une contrainte, ils réinvestissent leur mission. Il est important de stabiliser le dispositif réglementaire et de ne plus modifier les règles du jeu. Stabiliser le dispositif pour redonner l’envie. Faire la différence entre les indicateurs et les objectifs. La filière santé est dans une spirale infernale ?

Le constat est disponible et largement diffusé depuis quelques années, mais les solutions peinent à être mises en œuvre. Les propositions ne manquent pas, mais la difficulté repose sur le décalage entre l’idée et l’action. La transformation schumpétérienne288 qu’on nous promet met en avant le rôle des innovations dans l’impulsion, la mise en mouvement de l’économie sous l’action de l’entrepreneur. C’est une aubaine.

Extrait du livre de Michel Tsimaratos "Repenser l'hôpital. Rendez-vous manqués et raisons d'espérer", publié aux éditions Michalon.

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 18/03/2019 - 18:14
Ce qui a tué l'Hôpital se sont les 35h
Ainsi l'Hôpital ne s'est pas transformé mais n'a fait que des adaptations, des Bricolages, alors que des simples adaptations & bricolages aboutissent toujours à des surcoûts. La recherche d'économie sans réformes profondes de la Gestion Technique, Administrative, Informatique & même des bâtiments, ne peut qu’exacerbé les tensions de ceux qui sont dans l'action par l’incompréhension des objectifs. Mais Il est bien normal que pour ceux qui cotisent, la recherche d'une meilleure efficacité pour réduire les coûts soient efficaces. Comment rester avec une dette de 140Mds€ tout en ayant des cotisations & la CSG & sans que cette dette se résorbe. Comme dans une entreprise il est bien évident que les transformations pour arriver à réduire passeront par des investissements. Mais si dans un programme sur 5ans à la fin la dette est la même voir même augmente, que les cotisations augmentent ainsi que la CSG les Français devront refuser ça avec force. Ainsi il faudra que le système change de main & il devra passer totalement dans le privé. Bien évidemment avec un Cahier des Charges & le contrôle de l’État.