En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

05.

Popularité : Emmanuel Macron et quasiment tout le gouvernement en hausse

06.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

07.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 1 heure 31 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 2 heures 32 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 3 heures 30 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 4 heures 27 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 5 heures 37 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 5 heures 58 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 6 heures 17 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 6 heures 28 min
décryptage > Media
Bonnes feuilles

Monstres sacrés : Michel Drucker, le pater familias du PAF

il y a 6 heures 32 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 2 heures 17 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 3 heures 1 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 3 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 5 heures 9 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 5 heures 32 min
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 5 heures 44 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 6 heures 7 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les perdants magnifiques : Edouard Balladur, ou les caprices du destin

il y a 6 heures 32 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Robots, intelligence artificielle : qu’est-ce qui va fondamentalement changer pour votre métier ?

il y a 6 heures 32 min
© LUCAS BARIOULET / AFP
© LUCAS BARIOULET / AFP
Manifestations

Faible mobilisation pour l’acte XVII des Gilets jaunes : stratégie gagnante d’Emmanuel Macron ou perdante des leaders du mouvement ?

Publié le 10 mars 2019
C'était la plus faible mobilisation du mouvement des Gilets jaunes avec 28 600 manifestants recensés en France par le ministère de l'Intérieur, dont 3 000 à Paris.
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
C'était la plus faible mobilisation du mouvement des Gilets jaunes avec 28 600 manifestants recensés en France par le ministère de l'Intérieur, dont 3 000 à Paris.

Atlantico : L’Acte XVII vient de se terminer. Quel bilan tirer des manifestations de ce samedi ?

Christophe Boutin : On a atteint ce samedi 9 mars l’étiage le plus bas des manifestations des « Gilets jaunes », avec, selon le ministère de l'Intérieur, 28.600 manifestants en France (90.000 selon Le Nombre Jaune), contre 39.300 la semaine dernière. C’est dire l’ampleur du désintérêt, même si des manifestants ont bien été encore présents, par exemple, à Saint-Brieuc, Montpellier, Toulouse, Hautmont (Nord), Lyon, Besançon, Lille, Nantes, Caen, Rouen, Bordeaux Dijon, Strasbourg, Nancy ou Le Puy-en-Velay, et bien sûr à Paris, pour des manifestations qui auront d’ailleurs été marquées par un nombre limité d’incidents - à Paris, Lille ou Nantes.

Le mouvement espérait lancer quelques opérations symboliques, mais elles n’ont pas toutes été réalisées au vu du peu de participants. C’est ainsi que le « sit-in » parisien du Champ-de-Mars, qui devait durer tout le week-end, n’a rassemblé que très peu de personnes et a été dispersé sans problèmes, ou que le blocage des centres commerciaux prévu à Nantes n’a concerné qu’Atlantis et a été vite levé. Plus réussi, le « flash mob géant » organisé à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle pour protester contre la privatisation d'Aéroports De Paris a réuni une centaine de personnes, amusant sans les troubler les touristes de passage.

Ce qui est très révélateur, c’est le changement de couleur des manifestants, qui traduit les choix qui sont faits par les dirigeants. On entend bien, que ce soit ici la résultante d’un voeu politique réel d’opérer une « convergence des luttes », ou de la simple volonté de faire survivre par des alliances de circonstance un mouvement qui s’étiole, ouvrir à d’autres revendications. Influence de la Journée de la Femme ? Toujours est-il qu’à Paris les femmes étaient ainsi invitées à « donner de la voix » et à marcher devant, réclamant l’égalité homme/femme, comme d’ailleurs à Toulouse. Par ailleurs, la principale manifestation parisienne de la journée mêlait aux « Gilets jaunes » encore présents les « Gilets roses » des assistantes maternelles en colère et les « Gilets rouges » de la CGT. Ce sont d’ailleurs les couleurs à la mode, puisque l’on suggérait aussi le port d’un foulard violet pour dénoncer, dans un même élan, « les inégalités salariales et les violences sexistes et sexuelles », et que l’on rappelait l’importance de porter du rouge pour les luttes à venir en faveur des travailleurs intermittents et précaires. Quant au « sit-in » qui devait avoir lieu au pied de la Tour Eiffel, il était axé sur la « défense du climat », et Priscillia Ludosky a aussi  participé à une action de blocage du pont d'Iéna avec les associations Alternatiba et ANV-COP21, une cinquantaine de personnes se tenant sous une banderole jaune et verte sur laquelle on pouvait lire : « Justice climatique et sociale même combat ». Même en province, on ne faisait plus mystère de la mue du mouvement, comme à Bordeaux, où l’on chantait « on ne lâche rien », comme lors des manifestations de soutien à Jean-Luc Mélenchon de 2017, Bordeaux où la mairie avait d’ailleurs mis des tentes à disposition des manifestants pour leur permettre de débattre – une initiative qui n’a pas séduit grand monde

Cette baisse de la participation, à quoi peut-on l’imputer ? Est-ce un effet du Grand débat national et des déclarations du Président ? Ou de l’incapacité dans laquelle semblent être les leaders du mouvement à proposer une ligne claire ?

Il sera sans doute tentant pour le Président et ses alliés de voir rétrospectivement dans la politique menée, faite d’abord de concessions initiales et de répression tous azimuts – on osera encore user du terme malgré les mises en garde élyséennes –, puis d’un recadrage dans le cadre à la fois long et savamment prédéfini du « Grand débat national », une tactique clausewitzienne que seul Jupiter pouvait mener, mais le « camp de la raison » irait bien vite en besogne. Les concessions initiales ont d’abord été vues comme de bien piètres réponses aux demandes formulées, et ne satisfont toujours pas. La répression a elle peut-être écarté des avenues parisiennes ou des ronds-points de province des manifestants, mais elle a aussi garanti un capital de sympathie au mouvement, et ses conséquences devront bien être prises en compte un jour. C’est le cas pour les violences commises à l’encontre des manifestants, dont se sont émus le Conseil de l’Europe et l’ONU, ce qui, disons-le, n’est pas vraiment un « plus » pour une « patrie des droits de l’homme » qui entend donner des leçons à la terre entière. Mais c’est aussi le cas pour une violence plus feutrée, celle des commissariats ou des prétoires, qui contribue un peu plus, par le « deux poids deux mesures » par trop évident qui a été pratiqué, à saper la confiance nécessaire que doivent avoir les citoyens envers leurs forces de sécurité et leur justice. Quant au « Grand débat national », si la force de conviction du principal meneur de jeu télévisuel ne saurait être mise en doute, que ce soit dans le plus oublié des gymnases ou dans les douceurs bordelaises, dire que les Français en général, et les « Gilets jaunes » en particulier, s’y sont rués et attendent de ces prétendus nouveaux « États généraux » une Déclaration des droits des citoyens de la France périphérique et la prise en compte de leurs problèmes serait sans doute excessif.

Il ne faut donc pas sous-estimer l’impact des faiblesses du mouvement. De son incapacité à trouver un leader crédible, transformant ce qui était au départ une force – la multiplicité des intervenants empêchant les opposants au mouvement de se focaliser sur l’un d’entre eux, car telle l’hydre de Lerne les têtes coupées repoussaient toujours - en une faiblesse, dès lors que les dites têtes ne disaient pas la même chose et que toutes tiraient à hue et à dia. De son incapacité aussi à éviter les infiltrations – dont même le Président a reconnu la réalité lors du « Grand débat » en évoquant les « gens infiltrés » dans les manifestations : celles des casseurs d’extrême-gauche, bien sûr, ces blacks bloks qui ont pollué nombre de manifestations, mais celles aussi de l’extrême gauche politique militante, bien décidée à monter dans le train en marche mais aussi à l’aiguiller vers ses propres attentes et revendications. On l’a dit, cet Acte XVII en a été l’illustration, avec des « convergences des luttes » mêlant femmes, syndicalistes, aides maternelles, intermittents et militants écologistes dans un fatras où ne manquera bientôt plus que le raton-laveur cher à Jacques Prévert. Voilà qui peut désorienter le manifestant des premiers ronds-points.

À ces deux éléments il convient d’en ajouter un autre, plus circonstanciel. Dix-sept semaines à venir manifester tous les samedis, c’est long, c’est cher, et l’on peut avoir d’autres choses à faire. Alors, si en plus, comme cela a été le cas, certains leaders zappent l’Acte XVII pour ne parler que de l’Acte XVIII, on se dit qu’on sera aussi bien chez soi…

À quoi peut-on s’attendre justement pour la suite ?

L’objectif est de tenter de retrouver les grandes mobilisations du début du mouvement (près de 300.000 personnes selon le ministère de l’Intérieur). Le 16 mars, l’Acte XVIII coïncidera avec la fin du « Grand débat national », et Éric Drouet, comme d’autres, avait déjà commencé à communiquer sur cette date plutôt que sur celle du 9, « la France entière » devant alors être à Paris et lancer un « ultimatum » à Emmanuel Macron. Des termes qui semblent devenir d’inutiles rodomontades si l’on tient compte que lors des Actes XVII et XVI on avait aussi annoncé un blocage durant tout le week-end, sans commune mesure avec les manifestations somme toute limitées qui ont eu lieu.

Alors, certes, le soutien au mouvement existe toujours en France : 28% des Français ont pour lui « de la sympathie », contre 20ù à ses débuts. Mais, parallèlement, si 51% des Français le soutenaient à ses débuts, ils ne sont plus que 26% à le faire encore. Restent 53% d’opinions favorables, un soutien plus présent chez les moins de 35 ans,  les travailleurs à faibles revenus et dans la province rurale. Un soutien qui atteint les 90% chez La France Insoumise, 70% au Rassemblement national, 56% au Parti Socialiste et 40% chez Les Républicains. Ce n’est pas rien.

Mais 50% des Français trouvent aussi que le mouvement devrait cesser… Et si le 16 mars voit bien la fin du « Grand débat », il restera encore à dépouiller les réponses, à les trier, à les convertir en questions politiques, en projets de loi, bref à passer d’une « démocratie participative » qui n’est justement jamais que participation, consultation, et n’est en aucun cas décisionnelle, à une série de choix politiques précis. Or on entend parfois que, devant la difficulté de la tâche, et les élections européennes approchant et perturbant tout cela, on pourrait laisser les Français se reposer lors de leurs vacances d’été et remettre la vraie conclusion du « Grand débat » à la rentrée. Comment, dans ce cadre, continuer à motiver les manifestants pour que les Actes des prochains samedis aient plus de visibilité ? On conviendra que la réponse est difficile.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 10/03/2019 - 18:23
Le nombre décroît mais l'esprit reste
Peut-être même que c'est un bon signe. Les esprits se sont durcis et gardent une rancune silencieuse. Les défilés servent parfois mais les processions rituelles desservent toujours. Plus d'échauffourées, plus de casses, une misère quoi ! Rien ne sert mieux une revendication que le bruit et la fureur. Le calme des tempêtes ne rassure jamais sur la sûreté des flots.
gerint
- 10/03/2019 - 14:38
Les GL servent de révélateur de graves problèmes
Et je ne pense pas que le mouvement s'éteigne sans lendemain
JBL
- 10/03/2019 - 13:12
Ce qui restera !
On le sait tous, ce qui restera des GJ c'est un immense malaise de la société française, un des pays les plus riches du monde, avec une lutte des classes les plus exacerbée du monde, et quelque part l'aveu d'un échec d'un pays qui veut donner au monde des leçons de moralité. On n'est pas capable de donner un travail à son voisin de palier, et on veut faire croire que l'immigration est notre crédo. Nous sommes un pays ou nos valeurs chrétiennes, avec toutes leurs ambiguïtés, ont laissé la place à l'hypocrisie et l'arrivisme le plus total. Dans les GJ nous avons nos enfants avec leurs diplômes et leur bas salaires. Nous, avec la réussite de nos carrières, nous ne souhaitons pas voir nos enfants dans des manifs. Et pourtant, ils sont là, sans être dans les ronds points, avec leur diplôme d'avocat à 2500 euros par mois, juste assez pour payer leur loyer. C'est ça le nouvel ordre mondial. Les GJ sont incapables d'exprimer cette injustice sociétale, leur mal-être, et pourtant ils le ressentent, profondément, n'en déplaise à certains individus qui pensent qu'avec leur carnet d'adresse, ils arriveront à sauver leurs enfants. Ca leur donne le droit de taper sur les GJ.