En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

07.

Les secrets du modèle coréen : des masques et des tests pour tout le monde, mais pas de confinement ni de vie privée

01.

Julien Assange est désormais... une marque

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

ça vient d'être publié
décryptage > Finance
Nerf de la guerre

Crise de trésorerie généralisée : tensions (évitables) sur le secteur bancaire

il y a 16 min 55 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad
il y a 1 heure 20 min
light > Culture
Fin du confinement ?
Olivier Py reste optimiste pour la prochaine édition du Festival d’Avignon en juillet 2020
il y a 12 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La fin de l'amour" d'Eva Illouz : quand Tinder, grand centre commercial de rencontres, détrône la cour amoureuse

il y a 13 heures 49 min
pépites > International
Lutter contre un retour du virus
Covid-19 : la Chine décide de fermer temporairement ses frontières aux étrangers
il y a 17 heures 27 sec
light > France
Changement d’heure
Malgré le confinement, n’oubliez pas le passage à l’heure d’été ce week-end
il y a 18 heures 45 min
pépites > Politique
Face à la vague
Covid-19 : Edouard Philippe alerte contre "la vague extrêmement élevée" qui "déferle"
il y a 19 heures 45 min
décryptage > Politique
Ami entends-tu...

Et Didier Guillaume lança un appel à l'armée des ombres !

il y a 21 heures 8 min
pépites > Europe
Nouvelle personnalité
Royaume-Uni : le Premier ministre Boris Johnson a été testé positif au coronavirus
il y a 21 heures 48 min
décryptage > Politique
Conséquences politiques

Philippe Gosselin : "Nous avons refusé que l’équivalent des pleins pouvoirs soient votés pour le Premier ministre. Mais nous devons rester vigilants"

il y a 23 heures 53 min
décryptage > Science
Hécatombe

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

il y a 34 min 44 sec
décryptage > Santé
Nembro

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

il y a 1 heure 35 min
pépites > International
ONG
SOS Chrétiens d'Orient : libération de trois otages français en Irak
il y a 13 heures 16 min
pépite vidéo > France
Victimes françaises
Covid-19 : "les visages d’une tragédie"
il y a 15 heures 57 min
pépites > Politique
Deux semaines de plus
Coronavirus : Edouard Philippe officialise le prolongement du confinement jusqu’au 15 avril
il y a 17 heures 26 min
pépites > Religion
"Urbi et Orbi"
Vatican : le pape François va présider une prière planétaire et bénir le monde entier face au Covid-19
il y a 19 heures 10 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le bulldog baille et quand les clous d’or piquent le ciel : c’est l’actualité reconfinée des montres
il y a 20 heures 21 min
pépite vidéo > Santé
Immense tristesse
Julie, 16 ans, est la plus jeune victime du Covid-19 en France
il y a 21 heures 18 min
décryptage > Europe
Commission européenne

Union européenne : l’intérêt général otage des bien-pensants ?

il y a 22 heures 50 min
décryptage > Social
Impact de la crise sanitaire

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

il y a 1 jour 8 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Bons du trésor

Achetez les bons du trésor français à 30 ans ! 1,6% d’intérêt ! 11% aux Français, le reste aux étrangers !

Publié le 04 mars 2019
Étrange, cette réclame (imaginée) au fronton de Bercy ! Et pourtant, comment expliquer cette ruée sur une obligation française à si long terme et si peu payée ?
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Betbeze est président de Betbeze Conseil SAS. Il a également  été Chef économiste et directeur des études économiques de Crédit Agricole SA jusqu'en 2012.Il a notamment publié Crise une chance pour la France ; Crise : par ici la sortie ;...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Étrange, cette réclame (imaginée) au fronton de Bercy ! Et pourtant, comment expliquer cette ruée sur une obligation française à si long terme et si peu payée ?

Étrange, cette réclame (imaginée) au fronton de Bercy ! Et pourtant, comment expliquer cette ruée sur une obligation française à si long terme et si peu payée ? Comment comprendre que les non-Français s’y précipitent tant ? Est-ce un succès pour la France, preuve de son sérieux à terme ? Comment le comprendre, eten profiter ? Ou est-ce un signe d’inquiétude ? Et dans ce cas aussi, comment en profiter ?

Bercy le 19 février au matin : une étrange histoire commence. 31 milliards d’euros se pressent à la porte, 7 seulement entreront pour financer, jusqu’au 25 mai 2050, le déficit public français. Champagne ! Le Trésor boucle ainsi, en quelques heures, uneopération qui égale les deux records de sa précédente syndication à 30 ans, le 16 mai 2017 : le plus fort montant de proposition d’achats d’obligations (« livre d’ordres »), le plus fortmontantémis (« volume émis »). 7 milliardsse voient ainsi prêtés aux meilleures conditions à la France, autrement dit :au taux le plus bas.

Au taux le plus bas ! De fait, avec un rendement à l’émission de 1,609%, c’est le minimum observé par l’AFT (Agence France Trésor) pour une obligation à 30 ans.Et le Trésor devient lyrique : « 300 investisseurs finaux ont souscrit à l’opération. Le montant syndiqué a été alloué pour 47% à des gestionnaires d'actifs, 17% à des assureurs, 15% à des fonds de pension, 5% à des institutions publiques, 12% à des banques et 4% à des gestions alternatives. »

Au taux le plus bas ? Pas pour les investisseurs français, qui en auront seulement 11% : ils voulaient plus, en demandant plusde rendement ! Mais ça marche à l’envers : ceux qui veulent le rendement le plus faible sont servis d’abord, et ainsi de suite. Ce seront donc les propositions venant du Royaume-Uni qui emportent la plus grande part (26% des 7 milliards d’euros), puis d’Allemagne (22%), de France (11%), des pays scandinaves (8%), d’Italie (7%), Pays-Bas (7%), des autres pays de la zone euro (9%) et enfin du reste du monde (10%).

Comment comprendre cet engouement pour ces produits à si long terme et si peu rémunérés, donc risqués dans une France sous pression politique, dans une zone euro si inquiète ? Ceux qui se pressent à la porte de Bercy ce 19 février sont-ils fous, charitables ou mal informés ?

Rien de tout cela. Première raison :l’épargne est très abondante en zone euro. Elle cherche à se placer au mieux,là où on en a le plus besoin, pour être mieux rémunérée. Mais elle se fait ainsi concurrence, et réduit sa rémunération !D’un côté, les besoins sont énormes: 250 milliards pour l’Italie, 200 pour la France cette année par exemple. D’un autre côté, le repoussoir allemand ! C’est le pays qui épargne tant qu’il réduit sa dette : le bon du trésor allemand rapporte0,2% pour un placement à10 ans ! Vivedonc le 1,4% espagnol pour une obligation publique à 10 ans. L’offre mobilisera 47 milliards d’euros en janvier, pour 10finalement émis. Et l'Italie, malgré tout ce qui s’y passe, revient sur les marchés. Ils ont adoré ses deux offres de début d’année : 10 milliards émis à 15 ans en janvier (35 milliards offerts !), puis 8 milliards à 30 ans (et 41 offerts !). En effet : comment obtenir 3,9%l’an, sansprêter à 30 ans à l’Italie ? Vous préférez 0,7% pour financer l’Allemagne sur ce même délai?

La deuxième raison est la décélération conjointe du PIB et de l’inflation en zone euro, et désormais aux États-Unis. De réunion en réunion, Mario Draghi pour la BCE, la banque centrale de la zone euro, et Jerome Powell pour la Fed, celle des États-Unis, revoient à la baisse leurs prévisions de croissance et d’inflation. On comprend leur gradualisme, d’abord parce que le ralentissement de l’économie mondiale estgraduel, ensuite parce que celui de l’inflation l’est plus encore. Ceci pose des problèmes, notamment dans les pays en plein-emploi comme les États-Unis, le Japon ou l’Allemagne. L’inflation a-t-elle disparu, avec la révolution technologique en cours ? Cette révolution, qui devait soutenir la croissance, est-elle en train de la raboter en disruptant les anciennes structures de production, de vente avec les big data, de distribution avec Amazon ? L’épargne ne va donc plus payer ?

La troisième raison est que les banques centrales se sont mises de la partie. Sans doute finies les hausses de taux à la Fed en 2019,rien en 2019 et 2020 en zone euro. Finies, au moins interrompues, les ventes des milliards de dollars et d’euros en bons du trésor que la Fed et la BCE ont en portefeuille. Et, si nécessaire, voilà d’autres crédits à taux zéro aux banques de la zone euro qui, décidemment, prennent du temps à se remettre !  Les taux resteront bas longtemps ! Doncla rémunération de l’épargne !

Quatrième et dernière raison, l’Allemagne garantit tout cet édifice, par crédibilité et BCE interposées. Elle y a sans doute intérêt.De fait, la Grèce n’a pas sauté, l’Espagne se sort d’affaire, les deux avec plus de dette et des baisses des salaires nominaux. L’Italie inquiète, mais sa dette est détenue à 17% par la BCE, presque 20% par ses banques et 40% par ses ménages : stabilisée donc. Rien à craindre si la BCE ne change pas !

Bref les taux à court terme resteront bas, pour pousser à la consommation. Et les taux à long terme resteront bas eux aussi, pour pousser à l’investissement. Plus bas pour plus longtemps : les épargnants devront se faire une raison : ne rien gagner avec les vertueux (comme l’Allemagne), gagner de moins en moins avec ceux qui deviennent vertueux (Espagne), gagner avec ceux qui ne veulent pas (encore) l’être (Italie).

Et pour la France ? Que faire de ces épargnants non Français qui gagnent très peu en la finançant, elle qui devient moins vertueuse ? Alors qu’elle pourrait investir et se moderniser ! Ce serait la seule bonne idée pour profiter de ces taux si bas, et pour rebondir ! Sinon, on regrettera longtemps cette occasion perdue de se sortir d’affaire, avec l’épargne qui le permet ! Et qu’on ne vienne plus critiquer la BCE, Draghi et l’Allemagne ! Si on ne les aime pas, autant les plumer !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Confinement : petits trucs et astuces pour préserver la rapidité de votre accès Internet par temps de surcharge

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

06.

Attention chiffre choc : et le nombre réel de policiers pour assurer le confinement et l’ordre public dans Paris n’est plus que de...

07.

Les secrets du modèle coréen : des masques et des tests pour tout le monde, mais pas de confinement ni de vie privée

01.

Julien Assange est désormais... une marque

01.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

02.

Covid-19 : l'Aide sociale à l’enfance au bord de l'explosion

03.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

04.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

05.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

06.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

01.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

02.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Que ferons-nous de la France post-coronavirus ?

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Covid-19 et confinement strict : pourquoi une résurgence du virus est inévitable

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires