En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
Atlanti-culture

Théâtre : J’ai pris mon père sur mes épaules, "Puissant", comme on dit dans les cités !

Publié le 26 février 2019
Attention: voilà une pièce beaucoup plus profonde que son titre.On n'en sort pas indemne.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Ruhlmann pour Culture Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Attention: voilà une pièce beaucoup plus profonde que son titre.On n'en sort pas indemne.

THEATRE

J’ai pris mon père sur mes épaules

De Fabrice Melquiot

Mise en scène : Arnaud Meunier

Avec : Rachida Brakni (Anissa), Vincent Garanger (Grinch), Riad Ghami (Mourad), Nathalie Matter (Philippe, Betty, la mort), Bénédicte Mbemba (Céleste), Maurin Ollès (Énée), Frederico Semedo (Bakou) et Philippe Torreton (Roch).

 

INFORMATIONS

Théâtre du Rond-Point

Jusqu'au  au 9 mars

à 20h30, 15h le dimanche, relâche les lundis.

 

 

RECOMMANDATION :

EN PRIORITE

 

THÈME

• Au tout début du mois de novembre 2015, dans une cité comme il en existe tant au bord des centres-villes, Anissa vit d’expédients et d’un amour double, à la fois sentimental pour un père (Roch) et physique pour son fils, Énée.

• Tout un monde s’agite autour de ce trio, et notamment des amis : celui de Roch (Grinch) et ceux d’Énée, sa studieuse amie Céleste, le prometteur Bakou ainsi que Mourad, un beur en rupture d’Islam.

• La perspective du décès de Roch, atteint d’un cancer agressif et récurrent, met en branle cette micro-société et surtout Énée, qui donnait jusque là peu de sens à sa vie.

• Au même moment, des secousses violentes touchent l’immeuble, qui se fissure, et un personnage aussi silencieux qu’inquiétant parcourt les lieux à intervalles réguliers…

 

POINTS FORTS 

• Les comédiens, issus de générations et de profils très différents, interprètent avec une grande justesse un texte ciselé, rarement déclamatoire ; il faut saluer la performance mémorable de Philippe Torreton, ainsi que celle de Vincent Garanger.

• Le décor - un cube de béton pivotant dont trois des côtés révèlent les intérieurs et les vies des uns et des autres - fonctionne parfaitement pour donner à la pièce la circulation et les variations nécessaires au maintien de la concentration. Tout ceci fait que les 2h45 de spectacle sont passées sans aucun “tunnel“ ni temps mort.

• Le texte est puissant, qui adapte la tragédie aux mœurs et au langage du temps ; cela occasionne des ruptures de tension – par une phrase ou une attitude - plutôt bienvenues. En effet, outre qu’elles sonnent vrai, elles libèrent la tension par le rire, et atténuent sans l’effacer le pathétique des situations évoquées.

• Les thématiques brassées dans la pièce vont au-delà de ce que son titre suggère : outre les relations père-fils, sont abordés la nature et la force des liens pouvant s’établir dans une cité, ce dont il faut se dépouiller pour mourir et la trace qu’on laisse après sa mort.

 

POINTS FAIBLES 

C’est plus un avertissement qu’une critique : la pièce aborde assez frontalement des questions telles que celles des cités, de la jeunesse et de son absence de perspective, de la maladie et de la mort, de sorte que pour un public plutôt aisé et âgé, et qui, par surcroît, se sentirait (à tort ou à raison) menacé par la maladie, le spectacle peut être source d’inconfort. Mais c’est le prix à payer pour la justesse de son propos.

 

EN DEUX MOTS 

Une Énéide dans la Cité, qui tourne au road-movie avorté vers un improbable Far West portugais…

 

UN EXTRAIT 

« La scène représente notre jeunesse, assise dans un kebab qui change de propriétaire tous les six mois… »

 

L’AUTEUR 

 

Fabrice Melquiot, né en 1972, est devenu comédien et dramaturge après des études à la Fémis. Il est l’auteur d’une quarantaine de pièces, certaines destinées au jeune public (Bouli Miro, remarqué par la Comédie Française), et d’autres, comme J’ai pris mon père sur mes épaules - où il n’hésite pas à s’inspirer librement du récit de Virgile pour le transposer de nos jours - sont empreintes de poésie et de crudité. Ses œuvres sont jouées en France comme à l’étranger, et mises en scène aussi bien par l’Américain Ben Yalom que le Chilien Victor Carrasco. Plusieurs pièces (Le Diable en partage, Ma vie en chandelle, Marcia Hesse, Les Séparables…) ont été distinguées par des prix.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

02.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

03.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

04.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

05.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

06.

Fini les trésors à déterrer : comment les missions archéologiques françaises à l'étranger sont devenues plus anthropologiques

07.

D’Emmanuel Macron à Benjamin Griveaux : les petites phrases sur lesquelles on se borne au détriment des sujets de fond

01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

03.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

04.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

03.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

06.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires