En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 3 heures 15 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 6 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 8 heures 54 min
pépites > Santé
Covid-19
239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus par voie aérienne
il y a 9 heures 56 min
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 12 heures 23 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 13 heures 20 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 15 heures 52 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 16 heures 30 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 6 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 8 heures 41 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 9 heures 13 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 10 heures 54 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 13 heures 7 sec
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 14 heures 4 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 14 heures 50 min
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 15 heures 26 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 16 heures 52 min
Atlanti-culture

Théâtre : J’ai pris mon père sur mes épaules, "Puissant", comme on dit dans les cités !

Publié le 26 février 2019
Attention: voilà une pièce beaucoup plus profonde que son titre.On n'en sort pas indemne.
Jean Ruhlmann pour Culture Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Attention: voilà une pièce beaucoup plus profonde que son titre.On n'en sort pas indemne.

THEATRE

J’ai pris mon père sur mes épaules

De Fabrice Melquiot

Mise en scène : Arnaud Meunier

Avec : Rachida Brakni (Anissa), Vincent Garanger (Grinch), Riad Ghami (Mourad), Nathalie Matter (Philippe, Betty, la mort), Bénédicte Mbemba (Céleste), Maurin Ollès (Énée), Frederico Semedo (Bakou) et Philippe Torreton (Roch).

 

INFORMATIONS

Théâtre du Rond-Point

Jusqu'au  au 9 mars

à 20h30, 15h le dimanche, relâche les lundis.

 

 

RECOMMANDATION :

EN PRIORITE

 

THÈME

• Au tout début du mois de novembre 2015, dans une cité comme il en existe tant au bord des centres-villes, Anissa vit d’expédients et d’un amour double, à la fois sentimental pour un père (Roch) et physique pour son fils, Énée.

• Tout un monde s’agite autour de ce trio, et notamment des amis : celui de Roch (Grinch) et ceux d’Énée, sa studieuse amie Céleste, le prometteur Bakou ainsi que Mourad, un beur en rupture d’Islam.

• La perspective du décès de Roch, atteint d’un cancer agressif et récurrent, met en branle cette micro-société et surtout Énée, qui donnait jusque là peu de sens à sa vie.

• Au même moment, des secousses violentes touchent l’immeuble, qui se fissure, et un personnage aussi silencieux qu’inquiétant parcourt les lieux à intervalles réguliers…

 

POINTS FORTS 

• Les comédiens, issus de générations et de profils très différents, interprètent avec une grande justesse un texte ciselé, rarement déclamatoire ; il faut saluer la performance mémorable de Philippe Torreton, ainsi que celle de Vincent Garanger.

• Le décor - un cube de béton pivotant dont trois des côtés révèlent les intérieurs et les vies des uns et des autres - fonctionne parfaitement pour donner à la pièce la circulation et les variations nécessaires au maintien de la concentration. Tout ceci fait que les 2h45 de spectacle sont passées sans aucun “tunnel“ ni temps mort.

• Le texte est puissant, qui adapte la tragédie aux mœurs et au langage du temps ; cela occasionne des ruptures de tension – par une phrase ou une attitude - plutôt bienvenues. En effet, outre qu’elles sonnent vrai, elles libèrent la tension par le rire, et atténuent sans l’effacer le pathétique des situations évoquées.

• Les thématiques brassées dans la pièce vont au-delà de ce que son titre suggère : outre les relations père-fils, sont abordés la nature et la force des liens pouvant s’établir dans une cité, ce dont il faut se dépouiller pour mourir et la trace qu’on laisse après sa mort.

 

POINTS FAIBLES 

C’est plus un avertissement qu’une critique : la pièce aborde assez frontalement des questions telles que celles des cités, de la jeunesse et de son absence de perspective, de la maladie et de la mort, de sorte que pour un public plutôt aisé et âgé, et qui, par surcroît, se sentirait (à tort ou à raison) menacé par la maladie, le spectacle peut être source d’inconfort. Mais c’est le prix à payer pour la justesse de son propos.

 

EN DEUX MOTS 

Une Énéide dans la Cité, qui tourne au road-movie avorté vers un improbable Far West portugais…

 

UN EXTRAIT 

« La scène représente notre jeunesse, assise dans un kebab qui change de propriétaire tous les six mois… »

 

L’AUTEUR 

 

Fabrice Melquiot, né en 1972, est devenu comédien et dramaturge après des études à la Fémis. Il est l’auteur d’une quarantaine de pièces, certaines destinées au jeune public (Bouli Miro, remarqué par la Comédie Française), et d’autres, comme J’ai pris mon père sur mes épaules - où il n’hésite pas à s’inspirer librement du récit de Virgile pour le transposer de nos jours - sont empreintes de poésie et de crudité. Ses œuvres sont jouées en France comme à l’étranger, et mises en scène aussi bien par l’Américain Ben Yalom que le Chilien Victor Carrasco. Plusieurs pièces (Le Diable en partage, Ma vie en chandelle, Marcia Hesse, Les Séparables…) ont été distinguées par des prix.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires