En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© John MACDOUGALL / AFP
Tant va la cruche à l’eau
Quand la croissance allemande s'essouffle à force d’avoir vampirisé celle de ses partenaires
Publié le 26 février 2019
Locomotive européenne, l'Allemagne a frôlé la récession lors du deuxième semestre 2018, notamment en raison de la baisse de la demande étrangère, moteur économique du pays.
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandre Delaigue est professeur d'économie à l'université de Lille. Il est le co-auteur avec Stéphane Ménia des livres Nos phobies économiques et Sexe, drogue... et économie : pas de sujet tabou pour les économistes (parus chez Pearson). Son...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Locomotive européenne, l'Allemagne a frôlé la récession lors du deuxième semestre 2018, notamment en raison de la baisse de la demande étrangère, moteur économique du pays.

Atlantico :  Dans un contexte de fragilisation de la demande chinoise, et de retour à certaines pratiques protectionnistes, notamment aux Etats-Unis, comment évaluer la "durabilité" du modèle allemand ?

Alexandre Delaigue : Pour être clair, le modèle allemand est à bout de souffle. Même s'il faut voir de quel modèle allemand on parle. Ici, il faut revenir au début des années 2000 et ce qu'est devenu le modèle allemand après le passage à l'euro. L'Allemagne a toujours été un pays qui exportait et qui épargnait beaucoup mais lorsqu'elle exportait énormément, avant, cela avait tendance à faire monter le Deutsche Mark, ce qui exerçait une pression qui limitait la capacité du pays à avoir des excédents commerciaux très importants. Or, à partir du début des années 2000, ce modèle a complètement changé. Premièrement, avec le passage à l'euro, la valeur de l'euro n'était plus déterminée par les exportations allemandes mais par celles de tous les pays de la zone euro, y compris ceux qui ne sont pas particulièrement performants dans ce domaine. Le résultat est que l'Allemagne peut exporter énormément ce qui lui permet de présenter un énorme excédent commercial depuis cette période sans pour autant que cela ne se traduise par une réévaluation de l'euro. Deuxièmement, avec les réformes Schröder, l'Allemagne a exercé une importante pression à la baisse sur les salaires pour rétablir en plus une très forte compétitivité. Si on ajoute à cela le fait que l'Allemagne s'est mise à accumuler dans le même temps des excédents budgétaires, c'est à dire que le gouvernement allemand s'est mis à réduire sa dette (actuellement, l'excédent budgétaire est de 1.7% du PIB), que les entreprises allemandes n'investissent pas, que les ménages épargnent, on comprend que le modèle allemand est un modèle qui est entièrement fondé sur l'exportation. Des exportations dopées par une monnaie sous-évaluée par rapport aux caractéristiques du pays, et par une demande intérieure largement comprimée avec une volonté d'accumuler des excédents pour réduire l'endettement au maximum. Ce modèle a fonctionné, mais il ne faut quand même pas oublier qu'il a eu des conséquences extrêmement lourdes parce qu'il a été à l'origine de la crise de la zone euro. L'Allemagne est arrivée à s'en sortir en imposant une solution à la crise de la zone euro qui passait par l'austérité pour les autres pays. Les mauvais choix qui ont été faits à ce moment-là ont plutôt été payés par les autres. Mais maintenant, c'est l'addition qui commence à arriver. Parce que ce modèle s'est appuyé sur la croissance chinoise qui avait besoin des machines-outils allemandes pour soutenir l'investissement massif à l'intérieur du pays, que les oligarques chinois étaient disposés à acheter des Audi Q7, s'est appuyé également sur les ventes de véhicules aux Etats-Unis, en particulier de moteurs diesel. Mais ce modèle repose sur une demande chinoise qui va s'arrêter avec l'agenda 2025 qui indique que la Chine a la volonté de fabriquer elle-même ses facteurs de production et de faire son rattrapage dans tous les domaines ou l'Allemagne est forte. Et il repose aussi sur la bonne volonté des Etats-Unis pour jouer le rôle de "demande globale" en dernier ressort et cela est également voué à disparaître très rapidement, en particulier si - comme Donald Trump en a l'air très décidé - les Etats-Unis décident de mettre des droits de douane sur les automobiles importées. Dans de telles circonstances, le modèle allemand s'arrête tout simplement de fonctionner. 

Comment faire la part des choses entre ceux qui voient ici un modèle à suivre et ceux qui estiment que ce modèle peut-être qualifié de "cavalier solitaire" ? 

Le modèle allemand a toujours été un modèle qui ne pouvait fonctionner qu'en reposant sur la bonne volonté des autres. Bonne volonté des autres pays de la zone euro qui n'appliquent pas le même modèle, et qui jouent donc le rôle d'absorber les exportations allemandes, mais surtout au niveau international de pays qui étaient disposés à acheter ces exportations et ceux qui étaient disposés à recevoir les excédents de capital allemand qui ont, dans de nombreux pays, ont eu pour effet de former des bulles spéculatives. Pour qu'un pays puisse épargner, il faut que d'autres pays soient prêts à dépenser. Cela ne peut fonctionner qu'en solitaire, on ne peut vivre avec des excédents importants que si des pays sont prêts à accepter des déficits commerciaux. C'est un modèle qui n'a jamais pu être imité, qui ne pouvait être imité, qui était très lié aux spécificités allemandes et chercher à s'en inspirer au moment ou ce modèle trouve ses limites paraît passer complètement à côté du sens de l'histoire. 

Quelles seraient les options possibles pour Berlin pour faire face une situation de stagnation ou de faible croissance du commerce mondial ? Quelles sont les alternatives possibles ? 

Autant il y a des gens d'une grande sophistication qui comprennent très bien la situation en Allemagne, autant, on voit un aveuglement au niveau des politiques et des économistes, selon les gens qui connaissent très bien le pays. Le point aveugle est qu'on part du principe que la croissance ne va pas se poursuivre. L'idée est donc d'accumuler énormément pour partir sur une longue période de stagnation. Cela est quelque chose qui est pratiquement naturel. Il n'est donc pas du tout certains que les Allemands aient même envie de répondre à ce besoin. S'ils en avaient envie, la première chose qu'ils feraient serait de réparer leurs infrastructures publiques qui sont dans un état lamentable au lieu de maintenir des excédents budgétaires dont on se demande bien à quoi ils peuvent servir. 
En théorie, la solution qui serait préconisée par n'importe quel économiste main-stream serait de faire face à la demande extérieure qui diminue par des baisses d'impôts ou des augmentations de dépenses publiques -en particulier dans les infrastructures - pour que la demande interne vienne se substituer à cette demande extérieure en baisse. Ce serait aussi de modifier les institutions du marché du travail en vue de provoquer une augmentation des salaires qui feraient augmenter là aussi la demande intérieure des ménages. Mais, dans les deux cas, c'est quelque chose que l'on ne voit absolument pas arriver. L'augmentation des salaires sera toujours comprimée par un système qui mettra toujours la priorité sur la compétitivité alors que pour les dépenses publiques, elles seront toujours subordonnées à l'exigence d'accumuler des excédents budgétaires et de ne surtout pas se retrouver avec une augmentation de l'endettement public. Les ingrédients sont enracinés dans le modèle allemand pour que le pays se retrouve dans la situation du Japon de la fin des années 90. C'est-à-dire un pays vieillissant avec une économie en stagnation ; et cela de manière durable. Mais ce scénario n'a pas l'air d'inquiéter particulièrement le pays, ce scénario semble être accepté par la population. Il reste possible qu'un changement s'opère sur la base de considérations géopolitiques, notamment concernant le désengagement militaire américain qui pourrait conduire à une hausse des dépenses militaires pour que le pays puisse assurer sa propre défense. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
03.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
04.
Automobile : des centaines de milliers de moteurs Renault suspectés de malfaçon
05.
La résignation des chômeurs face à la loi d’airain de l’offre et de la demande
06.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
07.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ajm
- 26/02/2019 - 23:04
le mythe des réformes Allemandes
Ce ne sont pas les réformes Schroder qui ont fabriqué la puissance de l'industrie Allemande exportatrice mais l'alliance industrie- recherche- université de la fin du siècle sous l'égide du nationalisme étatique pangermaniste financée au départ par les 5 milliards de francs or payés en 1871 par la France. Dès avant la guerre de 1914 l'industrie Allemande était de loin la première d'Europe . Les perroquets qui nous bassinent avec ces réformes Schroder ne connaissent rien à l'histoire economique ni d'ailleurs à rien.
edac44
- 26/02/2019 - 19:22
Pourquoi l’Allemagne s’en sort-elle mieux que la France ???
Mais en êtes-vous sûr ???
L'économie allemande s'est nettement redressée ces dernières années. Mais les réformes libérales de Gerhard Schröder n'y sont pas pour grand-chose.
Les Français raffolent des modèles : néerlandais, danois, britannique, américain... Mais il y en a quand même un qui revient toujours : le modèle allemand. Celui-ci est cependant utilisé de façon très contradictoire dans le débat hexagonal. Au début des années 1990, avec l’ouvrage Capitalisme contre capitalisme de Michel Albert1, l’Allemagne servait de contre-feu au modèle anglo-saxon : comme les Allemands, il fallait refuser la dictature des actionnaires et renforcer le pouvoir des salariés dans les entreprises. Mais aujourd’hui, c’est au nom du "modèle allemand" que nous devrions au contraire libéraliser notre marché du travail et remettre en cause la protection sociale. La raison ? Les "réformes" engagées en ce sens par le chancelier social-démocrate Gerhard Schröder au début des années 2000 expliqueraient le rétablissement de l’économie allemande ces dernières années. En réalité, si l’Allemagne s’en sort, c’est plus en dépit des réformes Schröder que grâce à elles.
La vérité ==> http://bit.ly/2H8n9xD
salamander
- 26/02/2019 - 17:46
la cigale et la fourmi
toujours la même histoire , la cigale (la France ) qui critique la fourmi. (l'Allemagne)
Personnellement , j'aimerais bien qu'on s'essouffle avec avec un tx de chômage de 4 pc, un excédent budgétaire structurel , une dette qui descend vers les 60 pc du PIB, une qualité de vie parmi les meilleures du monde.
Le déni français...