En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 3 heures 15 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 4 heures 25 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 4 heures 48 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 5 heures 14 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 5 heures 43 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 21 heures 46 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 23 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 4 heures 8 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 4 heures 39 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 5 heures 5 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 5 heures 12 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 5 heures 13 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 5 heures 30 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 5 heures 57 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 22 heures 43 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 1 jour 3 heures
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
© JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Senatus populusque

"Affaire Benalla" : radioscopie des failles démocratiques françaises

Publié le 21 février 2019
La commission d'enquete du Sénat a signalé des "dysfonctionnements majeurs" au sommet de l'Etat.
Avocat depuis 1972, Régis de Castelnau a fondé son cabinet, en se spécialisant en droit social et économie sociale.Membre fondateur du Syndicat des Avocats de France, il a développé une importante activité au plan international. Président de l’ONG «...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Régis de Castelnau
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avocat depuis 1972, Régis de Castelnau a fondé son cabinet, en se spécialisant en droit social et économie sociale.Membre fondateur du Syndicat des Avocats de France, il a développé une importante activité au plan international. Président de l’ONG «...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La commission d'enquete du Sénat a signalé des "dysfonctionnements majeurs" au sommet de l'Etat.

Atlantico: Au delà du souffle médiatique, quelles pourraient être les conséquences judiciaires de la situation ? Derrière Alexandre Benalla et Vincent Crase, que risque l'Elysée ?

Régis de Castelnau: Au plan judiciaire, protégé par son immunité constitutionnelle, le Président de la République ne risque rien. Il le sait si bien puisqu’il avait lancé sa bravade ridicule du mois de juillet dernier lorsqu’il avait rencontré les seuls parlementaires LREM à la maison de l’Amérique latine. Revendiquant l’embauche et la protection d’Alexandre Benalla il avait lancé le fameux « qu’ils viennent me chercher ! », Que l’on peut traduire en français courant « allez vous faire voir, j’ai mon immunité pénale, et je ne risque rien ». Au plan politique c’est une autre histoire, et on peut considérer que l’explosion des gilets jaunes a aussi pour cause l’exécration que rencontre ce personnage que beaucoup considèrent désormais comme tout à fait indigne de la fonction qu’il occupe.

En revanche, il apparaît très clairement que la présidence de la république dans son ensemble est considérablement affectée par ce que révèle le rapport de la commission sénatoriale, mais également par tout ce qui s’est produit depuis le déclenchement du scandale au mois de juillet de l’année dernière. Ainsi, nous apprenons qu’au plus haut niveau de l’État des gens qu’il n’est pas abusif de considérer comme des voyous, disposent d’avantages et de pouvoirs mettant en cause l’intégrité de l’institution, et bénéficient de protections fournies par des hauts fonctionnaires d’État qui acceptent sans barguigner de se comporter parfois comme des nervis. Au-delà des parjures imputés à Alexandre Benalla et son compère Vincent Crase on apprend avec stupéfaction que des hauts fonctionnaires n’auraient pas hésité emprunter le même chemin. Secrétaire général de l’Élysée, directeur de cabinet du président de la république, et général de gendarmerie chargé de la sécurité du président, excusez du peu.

Deux observations concernant la présidence d’Emmanuel Macron peuvent être faites aujourd’hui :

•             tout d’abord les conditions de son élection, où le droit électoral garant de la sincérité d’un scrutin a été allègrement violé, concernant notamment, le financement de la campagne, le rôle de la presse et les manœuvres judiciaires et médiatiques visant à décrédibiliser la candidature de François Fillon. L’arrivée à la magistrature suprême d’un candidat sans expérience parfaitement inconnu quelques semaines auparavant, et manifestement choisi et soutenu par l’oligarchie financière et la haute fonction publique d’État ne pouvait générer qu’une légitimité politique très faible.

•             Ensuite les comportements d’Emmanuel Macron, ses inconséquences et le mépris affiché en permanence à l’encontre de la France d’en bas ont contribué à faire voler en éclats le peu d’autorité dont il pouvait bénéficier dans la grande masse de la population. L’affaire Benalla et les ahurissantes pratiques qu’elle a révélées dans le fonctionnement du petit groupe présent à l’Élysée a achevé de le déconsidérer. Toutes les études d’opinion démontrent que ses éventuelles « remontées » dans les sondages ne sont que le fruit du retour d’une partie des électeurs de François Fillon apeurés par la révolte populaire. Le soutien d’une grande majorité de Français au mouvement des gilets jaunes restant étonnamment élevé.

C’est cette faiblesse politique directe, face à un mouvement qui ne voit de solution qu’en son départ, qui a amené Emmanuel Macron à choisir la répression policière et judiciaire massive et une stratégie législative de mise en cause drastique des libertés publiques. La vraie question est de savoir désormais si la France et ses institutions sont disposées à accepter de pareilles dérives, dont la lecture de la presse internationale permet de constater à quel point elles provoquent la stupéfaction.

 

Quelles pourraient être les conséquences "logiques", du point de vue judiciaire, des conclusions du rapport du Sénat ? Comment prendre la mesure du role qui attend les magistrats ?

Il est difficile de prévoir quel sera le comportement du parquet, saisi des informations et des conclusions de la commission sénatoriale. À Paris il est dirigé depuis le départ de François Molins par un candidat choisi directement par Emmanuel Macron après une manipulation de la procédure. François Molins avait manifesté une surprenante mansuétude vis-à-vis de l’entourage d’Emmanuel Macron, et Alexandre Benalla lui-même faisant disparaître son coffre, Muriel Pénicaud, Richard Ferrand, François Bayrou, Ismaël Emelien et quelques autres n’avaient vraiment pas s’en plaindre. Son successeur fait mieux, car aussi soucieux que son prédécesseur de ne pas faire de peine au pouvoir, il a également témoigné d’un zèle impressionnant dans la répression policière et judiciaire de masse contre les gilets jaunes. C’est la raison pour laquelle il est difficile de savoir ce qu’il va faire de cette nouvelle pomme de terre chaude. Autorité de poursuite, c’est lui qui a l’initiative d’ouvrir à sa main une enquête préliminaire dont il y a tout lieu de penser qu’elle ne devrait guère être préoccupante pour les personnes mises en cause par le rapport. Le dossier pourrait rejoindre dans un placard celui des emplois fictifs du MoDem. Le Canard enchaîné prétend effectivement que sur demande d’Emmanuel Macron le parquet de Paris n’a procédé à aucune investigation. On peut craindre que le rapport du Sénat subisse le même sort. Le procureur pourrait aussi, dans l’intérêt de l’institution judiciaire redorant ainsi un peu son blason terni, demander immédiatement l’ouverture d’une « information judiciaire » confiée à un juge d’instruction lui-même magistrat du siège et donc en théorie indépendant. Allez savoir pourquoi, j’ai quelques doutes sur l’utilisation de cette faculté. Mais je serai le premier à la saluer.

Je crois qu’à ce stade il est important de fournir une petite précision concernant l’incarcération des duettistes du 1er mai, et de beaucoup d’autres choses. Alexandre Benalla et Vincent Crase, avaient été mis en examen et leur avait été imposé un contrôle judiciaire qui leur interdisait de se rencontrer pour éviter le risque de concertation entre deux personnes contre lesquelles existaient des indices graves et concordants d’avoir commis une jolie brochette d’infractions graves. La violation d’une telle interdiction est d’extrêmement grave. D’abord c’est la violation d’un engagement solennel pris devant les magistrats, ensuite et quasi mécaniquement cette violation ne peut qu’être suivie de l’incarcération. Celle-ci n’est pas une sanction, c’est une mesure pratique pour justement empêcher la concertation. On notera simplement qu’à partir de l’information donnée par Mediapart de cette rencontre, il a quand même fallu près de quatre semaines pour que la mesure soit prise alors qu’en bonne logique elle aurait dû l’être dès le lendemain. On notera aussi que ladite rencontre a eu lieu dans l’appartement d’une fonctionnaire membre du cabinet du premier ministre et chargé de sa sécurité, elle-même compagne d’un agent rattaché à l’Élysée dont on dit qu’il est très proche d’Alexandre Benalla. On a envie de dire, « n’en jetez plus… ».

 

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux a déclaré à cette occasion "Je trouve curieux que les assemblées aient à se prononcer sur l'organisation du pouvoir exécutif". Dans quelle mesure l'affaire Benalla est-elle en train - ou non - de révéler les failles françaises de la séparation des pouvoir ?

Ce que l’affaire Benalla révèle des failles françaises de la séparation des pouvoirs, c’est essentiellement l’instrumentalisation de la justice à l’occasion de la crise des Gilets Jaunes. Le président de la république a choisi non pas le maintien de l’ordre mais la répression son message de nouvel an était clair. Et l’appareil judiciaire cravaché par Madame Belloubet a immédiatement obéi aux ordres quand il n’a pas été au-devant. La confiance des Français dans la magistrature n’était déjà pas bien fameuse, sera très abîmée par cette séquence et malheureusement pour longtemps.

Benjamin Griveaux appartient à ce type de personnage que l’on voit graviter dans le système Macron et dont on se demande comment il est possible que des gens qui ont en charge le plus haut niveau de l’État acceptent de les côtoyer. Christophe Castaner, Aurore Bergé, Marlène Schiappa, sont quand même les incarnations d’une nullité politique assez avilissante, capables qu’ils sont de proférer les pires niaiseries avec un aplomb jamais démenti. Mais le plus grave c’est leur absence de la moindre culture républicaine et démocratique.

À Benjamin Griveaux ministre de la République française, on se contentera de rappeler l’article 24 de la Constitution de ladite République : « Le Parlement vote la loi. Il contrôle l'action du Gouvernement. Il évalue les politiques publiques. Il comprend l'Assemblée nationale et le Sénat. »

Ce qu’on peut trouver vraiment curieux en revanche c’est qu’un tel personnage ait pu accéder à un tel poste.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

La réaction de la femme de Griveaux

05.

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

06.

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

07.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

04.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

05.

L’hiver noir du macronisme : quels lendemains pour LREM ?

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 22/02/2019 - 07:13
Plus que consternant !
madame Belloubet à la Justice! Benjamin Grivaux ( no comment !), l'inénarrable Marlène Schiappa, la non moins inénarrable Aurore Bergé, sans parler de Castaner, et de la chambre des députés godillots, quelle concentration de nullités ! Mais comment en est on arrivé là ?
jurgio
- 21/02/2019 - 18:19
Le danger de la Constitution de 58
Elle a d'abord permis à une personnalité de rétablir une situation bloquée et dangereuse. Puis, elle n'a plus fabriqué que des chefs totalitaires. La soif de l'ambition, les ors et le luxe des bâtiments réquisitionnés par la République, le train monarchique malicieusement conservé, les serviteurs innombrables, obséquieux et cupides ont tourné les têtes et fabriqué à terme un modèle putride (on dit aujourd'hui : moisi) propre à un socialisme à la française, que nous n'avons que trop reconduit par bêtise masochiste, ignorance et crédulité.
hoche38
- 21/02/2019 - 13:35
bananes!
Je sais bien que nous ne produisons des bananes que dans les départements antillais mais l'unité nationale et constitutionnelle nous permet de parler objectivement de République bananière.