En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

02.

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Polémique : un lycée de Rome demande à des élèves de ne pas porter de mini-jupes pour ne pas troubler les professeurs

05.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

06.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

07.

Séparatisme : cachez moi cet islamisme que je ne saurais nommer

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Calendrier électoral
Présidentielle 2022 : EELV décide de repousser la désignation d’un candidat après les régionales
il y a 2 heures 58 min
light > Culture
Icône du théâtre et du cinéma
Mort de l'acteur Michael Lonsdale à l'âge de 89 ans
il y a 4 heures 50 min
pépites > Justice
ENM
Eric Dupond-Moretti propose l'avocate Nathalie Roret pour diriger l'Ecole nationale de la magistrature
il y a 6 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Bananas (&Kings)" de Julie Timmerman au Théâtre de la Reine blanche : une pièce courageuse et engagée, qui nous adresse un avertissement sans frais

il y a 7 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le métier de mourir" de Jean-René Van Der Plaetsen : spécial rentrée littéraire, un avant-poste confiné en territoire hostile. Le roman inoubliable d'une histoire vraie

il y a 8 heures 7 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La Chine plus forte que le Covid. La France et les autres, au garde-à-vous

il y a 8 heures 33 min
pépites > Politique
Bérézina
Déroute de la République en Marche au premier tour des élections législatives partielles
il y a 9 heures 57 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Comment choisir l'iPad qu'il vous faut parmi tous les modèles qui existent désormais ?
il y a 10 heures 56 min
pépite vidéo > Politique
Campagne électorale
Marine Le Pen "réfléchit" à quitter la présidence du Rassemblement national avant la présidentielle
il y a 11 heures 35 min
light > Politique
Etourdi
Pressé, le député Jean Lassalle se gare sur un passage à niveau et bloque un train
il y a 12 heures 10 min
light > Culture
Bilan inquiétant
Journées du patrimoine : la fréquentation en net recul suite à l'impact de la crise sanitaire
il y a 4 heures 3 min
pépites > Santé
Briser les chaînes de contaminations
Coronavirus : de nouvelles mesures de restrictions vont être appliquées à Lyon
il y a 5 heures 20 min
pépites > Société
Annonces
Emmanuel Macron présentera sa stratégie de lutte contre les "séparatismes" le 2 octobre prochain
il y a 7 heures 23 min
pépites > International
Argent sale
« FinCEN Files » : l'argent sale et les grandes banques mondiales
il y a 8 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Détour" de Luce D'Eramo : survivre et revenir de l’enfer, un témoignage poignant, un livre rare

il y a 8 heures 16 min
pépites > Social
Paradoxe
La Métropole du Grand Paris est marquée par de fortes inégalités sociales qui ont augmenté
il y a 8 heures 53 min
décryptage > Economie
Evolution de l'épidémie

COVID-19 : les derniers chiffres en France ne sont pas bons. Nous allons le payer

il y a 10 heures 24 min
décryptage > Politique
Assemblée nationale

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

il y a 11 heures 10 min
décryptage > Santé
Le bouclier du sommeil profond

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

il y a 12 heures 4 min
décryptage > Europe
Camp de Moria

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

il y a 12 heures 40 min
© WALTER DIAZ / AFP
© WALTER DIAZ / AFP
On n'en manque pas

La maladie catastrophiste de l’écologie

Publié le 19 février 2019
Avec H16
Puisqu’il est absolument certain qu’il y a réchauffement climatique, qu’il est absolument certain qu’il est directement du à un taux de dioxyde de carbone frisant l’abominable aux fers chauds, qu’il est tout aussi certain que c’est l’Homme qui en est responsable, la conclusion logique est qu’il est absolument certain que nous devons, tous ensemble tous ensemble tous ensemble, faire d’amples sacrifices pour éviter la catastrophe à venir.
H16
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
H16 tient le blog Hashtable.Il tient à son anonymat. Tout juste sait-on, qu'à 37 ans, cet informaticien à l'humour acerbe habite en Belgique et travaille pour "une grosse boutique qui produit, gère et manipule beaucoup, beaucoup de documents".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Puisqu’il est absolument certain qu’il y a réchauffement climatique, qu’il est absolument certain qu’il est directement du à un taux de dioxyde de carbone frisant l’abominable aux fers chauds, qu’il est tout aussi certain que c’est l’Homme qui en est responsable, la conclusion logique est qu’il est absolument certain que nous devons, tous ensemble tous ensemble tous ensemble, faire d’amples sacrifices pour éviter la catastrophe à venir.
Avec H16

C’est donc partant de ce postulat aussi sain que pondéré et malgré la logique un peu scabreuse qui admet bizarrement que la catastrophe est certaine mais qu’il n’est pas trop tard pour se sacrifier qu’on se retrouve actuellement avec une véritable bousculade de petits articles généreusement badigeonnés de journamisme bien gluant dont l’idée générale est qu’avec ce qu’on observe actuellement, c’est certain, nous allons tous mourir.

Peut-être sont-ce les températures clémentes de cette semaine qui poussent les habituels prophètes de malheur à pousser l’alarme climatique biodiverse et éco-consciente ? Apparemment, il suffit que les températures dépassent les 10° en février pour qu’immédiatement, les sueurs méphitiques de la panique s’emparent de certains folliculaires : peu importe qu’il y a eu, de nombreuses fois, des févriers plus doux encore, il est certain que le réchauffement climatique a encore frappé. C’est un signe, la catastrophe approche.

Alors, à force d’articles alarmistes – lardés de conditionnels qu’on camouflera par une prose facile – et à force de prédire des catastrophes qui n’arrivent pas (mais peu importe, oublions-les), inévitablement, un beau matin, de nombreuses personnes finissent par y croire.

Il faut dire que prétendre que le futur, s’il ne sera pas rose, ne sera a priori pas réellement pire que le présent et qu’il existe même de nombreux signaux indiquant que la situation s’améliore, ça ne rapporte rien ; tout le monde étant maintenant absolument persuadé qu’on court à l’apocalypse au petit trot, celui qui a l’idée saugrenue de prétendre le contraire est immédiatement vu comme un hurluberlu voire un dangereux négationniste qu’il va falloir au mieux faire rentrer dans le rang en lui cognant un peu sur la tête, ou, au pire, dézinguer pour éviter qu’il ne fasse des émules.

Dès lors, il devient évident qu’en matière d’environnement, on aura tout intérêt à se placer dans l’hypothèse où, justement, tout va de plus en plus mal : cette hypothèse est la seule officiellement sanctionnée et c’est la seule qui amènera attention et fonds du public sans lesquels il faut bêtement se placer dans le domaine commercial concurrentiel, où les médiocres et les nigauds n’ont pas toujours la vie facile.

Et là, c’est le drame : cet argent public, ce catastrophisme et cette médiocrité assumée ne peut pas déclencher autre chose qu’une nouvelle tempête de facepalms bien violents.

Pour une belle tempête, il fallait du lourd.

C’est ce à quoi se sont donc employés Novethic d’un côté, et B&L Evolution de l’autre.

Comme l’explique fort justement Gérard-Michel Thermeau dans un récent article sur Contrepoints, Novethic est un organisme qui dépend du Groupe Caisse des Dépôts, donc payé avec vos sous et qui a essentiellement résumé de façon balistique les propositions consternantes de B&L Evolution, un obscur « bureau d’étude en développement durable », propositions qui ont maintenant fait le tour de tous les réseaux sociaux (dont l’humidité émotionnelle face à l’écologie punitive est légendaire).

Pour nos héros de l’écologie expiatoire, pas de doute : seul un retour au collectivisme le plus complet, au dénuement le plus total et à un avenir le plus triste, sombre et limité permettront de sauver nos miches dans un environnement qui va devenir – c’est absolument certain – le plus hostile possible à mesure que nous ne ferons qu’à l’enquiquiner, nous et nos habitudes qui polluent méchamment.

Cependant, un message aussi violent entraîne son lot de remises en question.

Entre l’instauration d’un couvre-feu, le rationnement d’un peu tout et n’importe quoi (depuis les vols long courrier jusqu’aux vêtements en passant par l’alimentation) et les mesures aussi vexatoires que liberticides, beaucoup prennent rapidement conscience que la mise en place de ces mesures, outre une récession phénoménale et un appauvrissement majeur de tous, ne garantirait en rien une réduction des émissions de dioxyde de carbone tant les pays concernés, France en tête, sont parfaitement minoritaires et insignifiant dans la « facture carbone » mondiale.

Autrement dit et comme d’habitude, on nous propose une flagellation d’ampleur biblique, l’expiation de nos péchés d’Occidentaux dodus par un supplice quasi-génocidaire avec zéro assurance que ça serve quelque chose, si ce n’est bien sûr l’augmentation du pouvoir de nuisance de toutes ces ONG écolocompatibles qui proposent justement ces châtiments élaborés.

Il faut être un gamin ou un adolescent au ventre toujours plein pour tomber dans le panneau et se retrouver à défiler en groupes compacts pour qu’enfin soient mis en place de pareilles mesures, entre deux utilisations de téléphones portables absolument impossibles à imaginer dans le monde que proposent pourtant ces ONG et ces bureaux d’études fumeux gavés d’argent public.

Eh oui : toutes les catastrophes hypothétiques ne déclenchent pas forcément le seul mouvement de panique utile, celui qui consiste à mettre la main au portefeuille. Lorsque l’effort est trop grand, lorsque le portefeuille ne suffit plus, les individus, appauvris et le ventre de moins en moins bien rempli, se remettent à réfléchir.

Pour être efficace, la catastrophe, tout en étant au moins d’ampleur planétaire et menacer notre existence de façon profonde, doit rester pas trop proche et évitable moyennant finances. Promettre des hivers sans chauffage, des étés sans voyage et des endives par tickets de rationnement, c’est suffisamment peu glamour pour détourner les aficionados.

Heureusement, on a déjà trouvé la prochaine catastrophe : tout indique de façon certaine (à condition d’introduire plein de précautions oratoires, de conditionnels hardis et d’analyses statistiques très baveuses) que les insectes disparaissent partout. D’ailleurs, c’est bien simple, c’est forcément aussi exact que précis puisque des dizaines d’articles journamistiques sont sortis en même temps.

Au passage, la lecture attentive de la méta-étude qui a déclenché cette nouvelle tempête nous apprend que les raisons de cette disparition, qui reste statistiquement dans le domaine de l’hypothétique, sont… inconnues. Il va de soi que le réchauffement climatique, les pesticides et les derniers tubes de Christophe Maé ou de Jul sont au premier rang des explications envisagées. Mais la torture statistique n’a pas encore livré de résultats définitifs.

Rassurez-vous : comme pour la beepocalypse, cette disparition catastrophique et fort menaçante des abeilles aussi certaine en 2006 qu’évanescente dans les années qui suivirent, on sait déjà que l’Homme sera responsable. On sait aussi qu’il sera appelé à faire des efforts, de tous ordres, à mesure que la certitude que c’est de sa faute sera religieusement propagée par les ONG, les bureaux d’étude bidulementaux et environementruc puis toute la cohorte de journalistes parfaitement acquis à l’idée qu’une petite ponction, une taxe, une interdiction ou une vexation quelconque sont nécessaire à sauver le climat les insectes.

C’est vraiment pratique, cette méthode, puisqu’on n’est finalement jamais au bout de notre malheur.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulot
- 19/02/2019 - 19:10
La maladie catastrophiste de l’écologie
Autant le réchauffement climatique d'origine anthropique est une blague, on ne voit d'ailleurs pas de montée extraordinaire des océans et mers, autant la disparition des insectes est une réalité qui date de 10 à 20 ans et est beaucoup plus occultée qu'il ne paraît.
Insectes, oiseaux, vers de terre, batraciens, reptiles, petits mammifères, tout ça est empoisonné par des pesticides redoutables, les néonicotinoïdes. Tout le monde parle du glyphosate, c'est un grave problème certes, mais les néonicotinoïdes dont on enrobe toutes les semences commercialisées c'est bien pire.
Bayer, BASF et Syngenta, les acteurs principaux, distribuent de généreux dessous de table aux parlementaires, et les lobbyistes sont bien présents à Bruxelles.
spiritucorsu
- 19/02/2019 - 18:50
Les ayatollahs de l'écologie(suite et fin)
Les ayatollahs de l'écologie vous avaient pourtant bien prévenu,,cette apocalypse à un nom,,et vous n'y échapperez pas,c'est le réchauffement climatique.En conséquence,si vous voulez faire partie de ceux qui seront sauvés préparez vous à passer au tiroir caisse(taxe carbone,impôts écologiques,normes restrictives en tout genre)et prévoyez pour unique moyen de locomotion la marche à pieds,préparez vous aussi à bouffer des insectes,finies les entrecôtes tendres et saignantes(Eh!oui!les vaches ça pètent et ça dégagent du c02).L'écologie est devenue en quelques décennies,le repaire des dogmatiques et des arrivistes profiteurs;il est grand temps que les Français reprennent leurs affaires en main après les avoirs confié naïvement à ceux qui hier aujourd'hui,comme demain ne pensent qu'à leurs intérêts et ne sont là que pour se servir.
spiritucorsu
- 19/02/2019 - 18:31
Les ayatollahs de l'écologie.
Ce sont les mêmes qui nous promettaient la fin du monde pour l'année 2000,à coup d'incantations délirantes.Tous ces prophètes de malheur qui nous annonçaient la fin imminente de l'humanité,tous ces experts autoproclamès d'un réchauffement climatique annoncé comme cataclysmique et irrémédiable et qui ne sont même pas en mesure de prévoir la météo à 24h,c'est dire leur grande crédibilité.En attendant d'autres dangers beaucoup plus proches et insidieux nous menacent:nos meilleures terres à blé disparaissent sous le béton des promoteurs(famine en vue?),les pesticides sont toujours utilisés de façon massive(épidémie de cancers et maladie neurodégénératives en perspective?),nos rivières et nos nappes phréatiques sont toujours plus polluées par une agricultures intensive(pesticides,nitrates...)et nos activités industrielles(mercure,pcb...)la démographie galopante des pays émergents(Inde,Afrique,Asie) fait craindre une pénurie des ressources en eau,"en produits alimentaires en terres cultivables pour ne citer que quelques joyeusetés.Mais rassurez vous braves gens l'apocalypse,c'est pour la fin de ce siècle,d'ailleurs la meilleure des preuves,c'est qu'il fait + 10° C en Février.