En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© JOEL SAGET / AFP
Alain Finkielkraut
Extrême-gauche, extrême-droite, islamistes : la nouvelle convergence des luttes
Publié le 18 février 2019
Ce samedi à Paris, en marge de la mobilisation des Gilets jaunes, Alain Finkielkraut a été victime d'insultes anti-sionistes et antisémites. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour« injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion ». Christophe Castaner a annoncé de son côté sur Twitter avoir identifié le principal suspect.
Naëm Bestandji est militant laïque et féministe. Il a longtemps travaillé dans le domaine socio-culturel auprès des enfants et adolescents des quartiers populaires, où il a été très tôt confronté à la montée de l'intégrisme religieux.Son blog :...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Naëm Bestandji
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Naëm Bestandji est militant laïque et féministe. Il a longtemps travaillé dans le domaine socio-culturel auprès des enfants et adolescents des quartiers populaires, où il a été très tôt confronté à la montée de l'intégrisme religieux.Son blog :...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce samedi à Paris, en marge de la mobilisation des Gilets jaunes, Alain Finkielkraut a été victime d'insultes anti-sionistes et antisémites. Le parquet de Paris a ouvert une enquête pour« injure publique en raison de l’origine, l’ethnie, la nation, la race ou la religion ». Christophe Castaner a annoncé de son côté sur Twitter avoir identifié le principal suspect.

Hier, lors de la énième manifestation des gilets jaunes, le philosophe Alain Finkielkraut fut pris à partie par certains d'entre eux à Paris. Beaucoup y ont vu une agression antisémite. D'autres n'y ont vu que la dénonciation, certes agressive, de son soutien à Israël. En effet, le mot "juif" n'a pas été prononcé. Seule la référence au "sionisme" fut exprimée.

Effectivement, il faut distinguer l'antisionisme de l'antisémitisme. Le sionisme est une idéologie politique, fondée sur un sentiment national juif, qui mena à la création de l'État hébreu. Certains le considèrent comme du nationalisme qui, en plus, opprime les Palestiniens. D'autres le voient comme le seul moyen d'émanciper et de protéger les Juifs si persécutés depuis des siècles en Europe et ailleurs. Comme toute idéologie, on peut en être partisan ou adversaire, et l'exprimer. Critiquer cette idéologie et ses conséquences sur les Palestiniens relève de la liberté d'expression, tout autant que disserter sur les bienfaits du sionisme. Le même raisonnement prévaut pour le judaïsme, idéologie religieuse tout autant critiquable que le christianisme, l'islam et toutes les religions.

L'antisémitisme n'a rien à voir avec cela. C'est le rejet, la haine d'un groupe humain pour ce que ses membres sont en tant qu'Êtres humains. Les Juifs ont cette particularité d'être à la fois un peuple et une communauté religieuse. Un juif peut donc être parfaitement athée. L'antisémitisme exprime rarement sa haine à travers le judaïsme. Les nazis, par exemple, avaient persécuté les Juifs sans promulguer de lois contre la pratique de leur culte. Les Juifs non pratiquants, athées et ceux convertis au christianisme depuis plusieurs générations étaient tout autant persécutés que les Juifs de confession juive. L'antisémitisme se manifeste à travers des stéréotypes racistes : les Juifs seraient obsédés par l'argent, tiendraient les médias, seraient comploteurs au niveau mondial, etc. Depuis la 1ère moitié du 20e siècle et l'augmentation croissante de Juifs en Palestine, est né ce qu'on appelle le "nouvel antisémitisme". On y retrouve toute la culture antisémite traditionnelle née au 19ème siècle en Europe, en y ajoutant le rejet d'Israël avec une bonne dose de justification religieuse à travers l'islam. C'est là que l'antisionisme (dont l'expression est légale) devient un prétexte à l'antisémitisme. J'y avais consacré un long article pour en retracer l'histoire afin de mieux comprendre l'actualité, dans laquelle cette agression contre Alain Finkielkraut s'inscrit aussi : Le CCIF, fleuron de la nouvelle extrême-droite française

Ce nouvel antisémitisme issu de l'extrême droite musulmane trouve un écho depuis quelques décennies au sein d'une partie de l'extrême gauche. Il s'exprime sans complexe, notamment sur les réseaux sociaux. Même sur des sujets qui n'ont rien à voir de près ou de loin avec les Juifs ou Israël, des antisémites crachent leur haine en accusant tout, n'importe quoi et tout le monde d'être sioniste ou à la solde des j… sionistes. Moi comme d'autres en avons fait les frais. Parler de "sionistes" plutôt que de "Juifs" permet de ne pas tomber sous le coup de la loi. C'est pour ça qu'il faut toujours remettre son expression dans le contexte du discours de celui qui l'exprime.

Alors, sommes-nous là face à un discours antisioniste agressif ou un antisémitisme affirmé ? Il suffit de reprendre le contexte, les mots lancés et à qui ils étaient destinés. Nous sommes à une manifestation de gilets jaunes. Depuis des mois, ils manifestent contre la hausse de certaines taxes, une plus grande justice fiscale, une meilleure répartition des richesses, pour des changements dans la pratique de la démocratie, etc. Le mouvement ne fait, théoriquement, pas de politique internationale et est areligieux. Mais il a été infiltré par des militants d'extrême gauche, d'extrême droite et des (pro) islamistes. Quand certains d'entre eux, visiblement des islamistes en écoutant leurs justifications religieuses, interpellent Alain Finkielkraut, ils sortent du cadre de la manifestation. Nous tombons une nouvelle fois dans le hors sujet comme sur les réseaux sociaux. Alain Finkielkraut est Juif. Cette précision est importante pour saisir la violence et la portée des mots qui lui ont été lancés :

"Sale sioniste de merde, barres-toi ! Bâtard ! Sale merde ! Nique ta mère ! Palestine ! Palestine ! Palestine ! Sale race ! La France elle est à nous ! Elle est à nous la France ! Espèce de raciste ! Tu es un haineux ! Tu vas mourir ! Tu vas aller en enfer ! Dieu va te punir ! Le peuple va te punir ! Nous sommes le peuple ! Espèce de sioniste ! Grosse merde !"

Nous retrouvons ici tout ce que nous voyons quotidiennement sur les réseaux sociaux. Tout d'abord, il y a toujours cette surprenante contradiction d'accuser autrui d'être haineux en l'étant soi-même sur la forme, le ton et le fond. Inutile de chercher de la cohérence dans la haine et le fanatisme.
Il est vrai que ces fanatiques font partie du peuple, malheureusement. Mais ils ne sont pas le peuple dans son ensemble. La France n'est pas à eux non plus. Nous retrouvons là la rhétorique populiste typique de ce qui est commun à l'extrême droite, l'extrême gauche et les islamistes.
Ces personnes s'expriment en portant des gilets jaunes. Nouvelle preuve de l'infiltration du mouvement par les islamistes.

Au-delà des insultes "classiques" exprimées, on lui lance "Palestine", "sale race", "espèce de sioniste", "tu vas mourir". La référence à la "race", précisée par "sale sioniste de merde", suivis d'une menace de mort, sont clairement des propos antisémites. Ceux-ci sous couverts de critique du sionisme par l'obsession habituelle de la Palestine justifiés par une pseudo légitimité religieuse ("Tu vas aller en enfer ! Dieu va te punir !"). Et tout ça lors d'une manifestation qui n'avait rien à voir avec Israël ou les "sionistes".

Donc oui, nous sommes là face à un discours antisémite. Cette séquence concentre à elle seule le panel de l'expression de ce nouvel antisémitisme. Elle a pris une certaine ampleur car une personnalité en a été la cible et a été filmée. Cet évènement fait suite à quelques autres qui se sont produits ces derniers jours : l'image de Simone Veil taguée de croix gammées, un arbre planté en mémoire d'Ilan Halimi scié et la vitrine d'un restaurant recouverte de "juden" ("juif" en allemand, pour bien rappeler le nazisme). Ils cachent une forêt d'antisémitisme qui suscite bien moins d'indignation. Mais ils ont le mérite d'alerter l'opinion. En espérant cette fois que, au-delà des indignations exprimées et de l'appel à manifester mardi qui était déjà prévu, il y aura des mesures politiques, judiciaires et éducatives fortes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
BienVu
- 19/02/2019 - 16:00
Commentaires 3
L'animosité, pour ne pas dire plus, entre musulmans et juifs datent du tout début de l'islam. Quand Muhammad, chassé de La Mecque, est arrivé à Yatrib et qu'il a cherché à y asseoir son pouvoir spirituel et temporel, il s'est heurté à la passivité des tribus juives installées là depuis longtemps. La passivité s'est transformée en hostilité et a fini en combat armé. Muhammad en est sorti vainqueur mais il était tombé sur un os. Pourtant, le Coran s'est fortement inspiré des idées et pratiques juives, ne serait-ce que pour les interdits alimentaires, la circoncision ou l'importance attribué à la ville de Jérusalem, totalement étrangère au Prophète (sauf dans ses rêves) et aux tribus d'Arabie. Cette attraction-répulsion s'est accentuée au fil des siècles et des conquêtes. Mais les Juifs, même contraints, sont restés des Juifs. On a atteint un sommet dans l'antagonisme avec la création de l'État d'Israël obtenu grâce à l'alliance des puissances coloniales, des millénaristes anglo-saxons et des communistes ravis de se débarrasser de « leurs » Juifs. D'où la situation inextricable d'aujourd'hui qui conduit aux haines que nous constatons même chez nous. Cela changera-t-il un jour ?
BienVu
- 19/02/2019 - 15:33
commentaires 2
En France, il ne peut y avoir qu'un seul peuple. Les nationalistes corses qui auraient bien voulu officialiser, avec l'aide du Premier Ministre Jospin, la notion de « peuple corse »se sont vus censurés par le Conseil Constitutionnel. Pourquoi les Juifs auraient-ils plus de droit que les Corses ? En fait, pour autant que j'en sache, la communauté juive de France n'en demande pas tant.
La notion de « peuple » juif vient de la Bible, qui désigne ce peuple comme « choisi par Dieu » ou mieux « élu ». Mais la Bible est un livre politique qui a été écrit pour renforcer la cohésion d'un peuple exilé de force (l'exil de masse se pratiquait couramment à cette époque en Mésopotamie). Le problème est que le christianisme, pourtant révolutionnaire par rapport aux autres religions, n'a pas su (ou voulu ?), se débarrasser de ce document au point qu'il est associé aux Évangiles et considéré par beaucoup comme un livre d'histoire. Pourtant, on sait qu'Abraham tel que décrit n'a pas existé, que pour Moïse ou pour le Roi David, c'est plus que douteux et que plusieurs centaines de personnes errant dans le désert du du Sinaï pendant plusieurs mois est physiquement impossible. Y croit qui veut !
BienVu
- 19/02/2019 - 15:26
Commentaire 1
Après moultes hésitations, je fais part de mes réflexions, non pas à la communauté d'Atlantico puisque l'article a déjà été relégué loin de la première page, mas, au moins je l'espère, à l'auteur de l'article. Très rapidement dans l'article, Mme Bestandji écrit ce qui, manifestement pour elle, est un axiome « Les Juifs ont cette particularité d'être à la fois un peuple et une communauté religieuse ». Le problème se situe dans la polysémie du mot peuple dans la langue française et dans la contexte dans lequel il est énoncé ici. Si « peuple » veut dire « ensemble de personnes qui, n'habitant pas un même territoire mais ayant une même origine ethnique ou une même religion, ont le sentiment d'appartenir à une même communauté » (sens 2 du cnrtl), la phrase de l'article est une évidence et MM. Finkielkraut et Rayski peuvent se dire Juifs. Mais nous sommes en France et le mot peuple surtout suivi de l'adjectif français a une toute autre signification dans le système politique de la République Française. Depuis la Convention jusqu'à aujourd'hui, cette République est « indivible » ce qui entraîne que le peuple français est indivisible.