En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Retour en grâce
La nation, réponse existentielle à la crise occidentale ? Pour la revue américaine de référence en matière de relation internationales, la réponse est oui
Publié le 17 février 2019
Le magazine Foreign Affairs a consacré un numéro au nationalisme. Il y est décrit comme une forme presque indépassable de la politique, le lit de la démocratie et de l'égalité.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le magazine Foreign Affairs a consacré un numéro au nationalisme. Il y est décrit comme une forme presque indépassable de la politique, le lit de la démocratie et de l'égalité.

Atlantico : Dans son édition des mois de mars et avril 2019, le magazine américain Foreign Affairs consacre son numéro au nationalisme. En prenant des précautions concernant les crimes du nationalisme, une série d'articles soutient la nécessité d'une réappropriation politique du nationalisme, dans une forme nouvelle. Parmi ceux-ci, un long article Andreas Wimmer, de l'Université de Columbia, cherche à démontrer pourquoi le nationalisme "fonctionne", notamment en évoquant ses apports dans l'histoire. Le nationalisme est-il simplement sous-estimé aujourdhui, notamment en raison d'une condamnation a priori ? 

Edouard Husson : C’est aussi important que la contribution de Francis Fukuyama, en 1989, sur «la fin de l’histoire ». Cela veut dire qu’un tournant intellectuel est en train d’avoir lieu aux Etats-Unis, qui accompagne le moment Donald Trump. Il y a quelques années, Anatoli Lieven publiait Le nouveau nationalisme américain, qui analysait le retour d’un conservatisme intégrateur, assimilateur même, dans la société américaine; mais c’était encore considéré comme une aberration par beaucoup de commentateurs; ensuite nous avons eu l’étonnante campagne de Donald Trump, qualifiée de populiste, mais qui en fait a réussi, progressivement, à réconcilier le parti républicain avec une partie des classes populaires. A partir du moment où Foreign Affairs, journal de l’establishment, s’empare du sujet du nationalisme, cela veut dire que le retour à la primauté de la souveraineté nationale devient mainstream. Entendons-nous bien: les Américains n’ont jamais abandonné la croyance à la légitimité de la souveraineté de l’Etat américain; mais la phase à la fois impériale et néo-libérale dont nous sortons les amenait à nier la souveraineté des autres et à faire l’éloge d’un monde aux frontières abolies, un monde impérial. 
A partir du moment où les Américains reconnaissent à nouveau la légitimité des nations en général, on entre avec cinquante ans de retard dans le monde imaginé par le Général de Gaulle, celui de la coexistence pacifique de nations souveraines grâce à l’émergence d’une véritable « classe moyenne » des nations souveraines. 
Les articles du dossier de Foreign Affairs ne taisent rien de la face sombre du nationalisme mais ils en montrent aussi la face positive. On pourra discuter de l’utilité du  terme nationalisme et lui préférer sentiment national; mais il faut noter que le dossier fait voler en éclat la distinction, qui est un peu le pont-aux-ânes de la formation à Sciences Po, la distinction entre patriotisme et nationalisme. Pourquoi est-ce important? Parce que François Mitterrand avait pu dire « La France est ma patrie, l’Europe est mon avenir »; en revanche, la formule n’aurait aucun sens si l’on remplaçait patrie par nation. La nation est forcément un acteur politique ! 

De l'Etat providence aux guerres de libération, quels ont été ses apports dans l'histoire ? En quoi, comme le soutient Andreas Wimmer, la nationalisme est-il en symbiose avec le principe d'égalité ? 

Il manque sans doute à Wimmer la place pour s’engager dans une réflexion théorique poussée. L’élément fondamental, qui est bien mis en valeur dans l’article, c’est le lien entre nation, égalité, émancipation individuelle. L’émancipation des individus ne s’est jamais réalisée que dans des nations. Comme le rappelle bien Wimmer, il y a une multiplication du nombre de nations à travers les deux derniers siècles. L’Assemblée des Nations Unies porte bien son nom, en tout cas en ce qui concerne les nations. La nation obéit à un double mouvement: égalisation des conditions à l’intérieur et différenciation vis-à-vis de ceux qui vivent à l’extérieur des frontières. La différenciation est ce qui permet la définition de l’humain. Les libéraux refusent la différenciation entre un en-deçà et un au-delà des frontières; ils récoltent, du coup, une grande différenciation à l’intérieur des frontières, en termes d’inégalités sociales. A l’inverse, le monde qui cveut sortir du libéralisme retrouve le sens de la frontière. Ce n’est pas un hasard que le mouvement de balancier ait commencé en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis, deux pays où les inégalités avaient été poussées très loin. Le retour à l’égalité va passer, dans les deux pays, par une redécouverte de la nation, creuset de l’égalité. Le refus de New Yorkais de voir Amazon installer un bout de son siège social à New York est intéressant parce qu’il a été motivé par un souci d’égalité, un refus d’une gentrification un peu plus poussée encore de la métropole. Les élus se sont mobilisés en même temps que la population: démocratie et égalité; le résultat a un énorme impact au niveau national, c’est un signe de plus du retour au creuset national: les nations modernes sont des assemblées de cités, au sens politique du terme. L’égalité entre les cités qui composent la nation est essentielle pour que celle-ci puisse exister. Il est instructif de constater qu’Andrew Cuomo, gouverneur de l’Etat de New York, archétype du «liberal » (il vient de signer un texte autorisant l’avortement jusqu’à la fin de la grossesse), reproche aux New Yorkais de ne pas avoir saisi l’occasion de 25 000 emplois supplémentaires quand ces derniers répondent qu’ils n’ont que faire d’un peu plus d’emplois pour les « classes créatives » (suivant le concept de Richard Florida)si cela doit briser un peu plus le pacte social. 

En quoi le nationalisme peut-il être une réponse à la crise occidentale ?

Pour ne pas créer de malentendu, on parlera de creuset national. Le phénomène le plus impressionnant se déroule en Europe, où l’on voit le nationalisme, pour l’utiliser au sens de Foreign Affairs s’emparer d’une société après l’autre. On a toutes les nuances, des nations démocratiques qui ont vaincu le communisme, en Europe centrale, voici trente ans, et qui ne supportent plus l’individualisme absolu de l’Europe occidentale, à la redécouverte de l’efficacité du creuset national dans une partie de cette Europe occidentale. La question qui se pose, bien entendu, c’est de savoir ce qui se passe à partir du moment où tous les pays européens sont gouvernés par des partis nationalistes. Une première façon de répondre, c’est de souligner le lien entre nationalisme et redécouverte de la démocratie. Or, si l’on se rappelle Kant ou Tocqueville, on peut partir de l’idée que les démocraties ne se faisant pas la guerre, il n’y a pas de raison que la discorde s’installe entre des démocraties rénovées en Europe. 

Quels sont les risques - du nationalisme ethnique à l'impérialisme - à éviter pour permettre la naissance de ce "nouveau nationalisme" ? 

Il faut en fait se débarrasser de fausses catégories politiques. L’article d’Andreas Wimmer est plaisant parce qu’il montre qu’il y a des catégories différentes de nationalismes. Les régimes communistes ont été, sont encore, des nationalismes, fondés sur l’idée d’autarcie économique; mais aussi de capacité à sécréter l’égalité - dans l’appauvrissement. Les fascismes aussi sont des nationalismes instables. Le fascisme débouche sur une aventure impériale; quant au nazisme, il essaie de dépasser la nation par le racisme. Malgré tout, David Schoenbaum, auteur de La révolution allemande a bien souligné le lien entre l’affirmation de l’inégalité des races et celle de l’égalité entre les Allemands dans les discours hitlériens et dans la pratique révolutionnaire et guerrière du nazisme. Guerre civile et guerre internationale accompagnent la naissance des nations modernes. Il faut accepter une réalité terrible: la nation ne naît pas comme un contrat social; elle se forge en partie contre un ennemi, extérieur ou intérieur. C’est la phase par laquelle sont passées les nations occidentales, voici plusieurs décennies. Aujourd’hui, nous en sommes plutôt à la phase ultérieure, celle de l’apaisement démocratique. A moins de vouloir poursuivre dans la voie des déséquilibres économiques et sociaux, il s’agit de laisser émerger des démocraties nationales rénovées, inverstir massivement dans les politiques éducatives, les équipements et infrastructures, de nouvelles formes de protection sociale etc....

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
05.
La Nasa envisage d'explorer la protoplanète Pallas dans la ceinture d'astéroïdes ; Osiris-Rex : deux découvertes surprenantes sur l'astéroïde Bennu !
06.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
07.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
AZKA
- 17/02/2019 - 16:22
@Benvoyons
Giscard est vieux et Schmidt est mort. C'est fini le rêve des années 70, de créer une nation qui n'en est pas une. L'Europe est une géographie et une civilisation, pas une nation. Le wishful thinking n'est pas un état de fait. Travaillez un peu dans une structure européenne et vous comprendrez.
Benvoyons
- 17/02/2019 - 14:47
Donc la notion de Nation Europe est beaucoup plus
convaincante car n'empêche aucun pays avec sa et ses cultures d'exister. La seule notion qui vaille pour une Nation est sa Puissance Économique, Militaire, Scientifiques & Technologiques,. Toutes ces notions ne sont accessibles qu'avec une Population de 500millions d'habitants minimum pas avec 67millions d'habitants. En effet le défi avenir vient de la Chine , l'Inde, USA, mais aussi de toutes les ententes qui sont en préparation en Afrique, Amérique du Sud, dans l'Asie en dehors de la Chine, pour obtenir cette puissance nécessaire. Ceux qui cherchent à faire croire l'inverse sont ceux qui connaissent leur puissance et celle qu'il faudra avoir dans l'avenir. Reste les restes, ceux qui préfèrent se mettre une plume dans le cul juste pour un Cocorico jubilatoire sur leur petit tas de fumier.
Benvoyons
- 17/02/2019 - 14:24
La pensée de De Gaulle n'est plus une référence aujourd'hui
Car De Gaulle naissance 22 novembre 1890 Fait ses études 1895 puis entre St Cyr 1908 . Mort en 1970. Donc la pensée de De Gaulle n'a plus aucun lien avec la réalité d'aujourd'hui ou alors il faudrait qu'il soit né en 1970 fait ses études à partir de 1975 & là nous pourrions savoir ce qu'il pense aujourd'hui. Fatalement cela n'aurait rien avoir avec avant 1970. Ceux qui pensent qu'il dirait la même chose me font penser à ceux qui notaient mal De Gaulle (ces professeurs donc ayant fait des études plus anciennes) à l’École Militaire car lui avait d'autres stratégies. C'est ainsi vouloir utiliser les mêmes dogmes aujourd'hui est hautement débile. Donc je rejoins totalement Halévy sur la notion de Nation France. D'ailleurs l'on peut ajouter que la notion de Nation France est différente en Alsace, en Bretagne, en Pays Basques, Catalan, etc..Ce qui a été complètement oublié par notre Président en Scooter sur le coin de son bureau. Tu me diras que cette histoire de modification n'était que la volonté d'un habillage de la dette du Poitou Charente de + de 120M€ qu'il fallait mutualiser pour que l'ancienne ne perde pas la face& fasse tache dans les pedigrees.