En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Faux transfuge

Comment Donald Trump est en train de se sortir des soupçons qui pèsent sur lui d'une collusion entre la Russie et sa campagne électorale de 2016

Publié le 15 février 2019
La Commission d'enquête du Sénat concernant Donald Trump et la Russie vient de conclure à une absence de collusion.
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Commission d'enquête du Sénat concernant Donald Trump et la Russie vient de conclure à une absence de collusion.

Atlantico: La Commission d'enquête du Sénat concernant Donald Trump et la Russie vient de conclure à une absence de collusion. Comment expliquer cette situation? 

Jean-Eric Branaa: En réalité depuis le départ de cette affaire il y a une confusion entre Donald Trump et sa campagne. La plupart des observateurs qui en rajoutent sur enquête et d'une possible collusion avec la Russie oublient qu'il y a un principe de base dans le système pénal américain, c'est que l'on ne rend compte que des faits dont on est personnellement responsable. Autrement dit, le Président américain n'a pas à rendre compte pour des faits qui concernent ses collaborateurs, ses amis, ou même sa famille, puisque l'un de ses fils a été impliqué. Donald Trump répète qu'il n'est pas concerné par cette affaire, et la difficulté pour tout enquêteur est de trouver un lien probant entre les éléments qu'il a à charge et Donald Trump mais pour cela, il lui faudrait un témoignage, et plus encore, des preuves écrites, physiques ou autres qui permettent de confirmer directement la complicité ou la responsabilité directe du président. Le deuxième élement important est de savoir ce que l'on appelle collusion. sachant que la responsabilité dans le désir d'influer sur le résultat -en tous cas, de personnes russes - a été établie par l'enquête de Robert Mueller. Mais cette responsabilité a été établie venant de Russie, mais sans lien direct avec Donald Trump. Ces personnes ont été arrêtées et pour certaines déjà condamnées, pour d'autres cela est encore en cours. Les sanctions prononcées visent ces personnes directement et non le gouvernement américain, Donald Trump ou son entourage proche d'ailleurs. Les multiples arrestations qui ont eu lieu concernent des gens qui en réalité sont des "crapules", ce sont des gens qui se sont enrichis, qui ont manipulé, qui ont fait des choses répréhensibles et condamnables par le droit américain et qui en répondent aujourd'hui. Que cela soit Paul Manafort ou n'importe quel autre, nous sommes sur des questions d'enrichissement personnel, de trafic d'influence ou des actions qui les lient à des intérêts étrangers sans en avoir référé aux autorités américaines comme la loi les y oblige. Mais il n'y a pas de lien direct avec Donald Trump et toute l'affaire russe depuis le départ se déroule sur un grand malentendu. A chaque fois, on parle d'un "proche" de Donald Trump pour essayer d'en faire une affaire politique. Mais cela ne veut rien dire.

Les démocrates assurent qu'il reste "des documents à lire" comme s'ils espéraient encoretrouver une hypothétique preuve qui mettrait directement en cause Donald Trump. Mais tout ceci n'est qu'une manœuvre politicienne destinée à affaiblir Donald Trump, qu'il dénonce lui-même comme étant une chasse aux sorcières. Ce qui fait aussi partie du jeu. .Cependant la Commission d'enquête du Sénat n'a fait que son travail, tout comme Robert Mueller en sa qualité de procureur a mis en évidence des faits graves concernant certaines personnes et celles-ci devront en répondre. Chacun a fait son travail et nous allons rapidement passer à autre chose parce que le rapport de Robert Mueller devrait arriver aux mêmes conclusions que le commission d'enquête du Sénat.

Donald Trump a-t-il souffert de cette affaire au niveau popularité ?

Non, absolument pas. Sa popularité a été d'une stabilité incroyable depuis son arrivée à la maison Blanche. Si on prend l'exemple du Shutdown, il n'a perdu que deux points de popularité durant cette période de 35 jours, 2 points qu'il a regagné deux semaines après. Toutefois sa popularité reste inchangée, sa base lui est fidèle, mais il n'arrive pas à fédérer au delà de ses partisans. A mon sens, cette affaire Russe n'aura aucun effet sur Donald Trump et sa prochaine campagne, si ce n'est de galvaniser ses troupes en expliquant qu'il a été victime d'une chasse aux sorcières.

Finalement, ceux qui ont le plus souffert sont les démocrates qui, en se focalisant là-dessus ont oubliés de se remettre en question…

Effectivement, globalement le parti démocrate a mené une campagne ad hominem contre Donald Trump, ce qui pouvait se comprendre dans un moment assez hystérisé. Cette façon de faire était déjà pratiquée par le Tea Party sous la présidence de Barack Obama. De fait, ils n'ont fait que reprendre les codes du Tea Party à leur actif. Mais pendant ce temps-là, ils n'ont pas développé de programme, ni fait monter une personnalité qui aurait pu faire l'unanimité, pour s'imposer dans une campagne contre Donald Trump. C'est pour cela que les démocrates se retrouvent aujourd'hui dans la même situation que le parti républicain en 2016, avec un trop plein de candidats qui se présentent où chacun pense pouvoir être le "sauveur" de son parti. Cela est un véritable handicap pour la campagne de 2020.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

04.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

05.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

06.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

07.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
REAGAN
- 19/02/2019 - 11:22
russagate
j espère que les soi disant spécialistes de C DANS l AIR que je ne regarde plus d ailleurs feront une émission pour s excuser car vraiment ils nous ont gonflé avec cette prétendue ingérence
je suis parti chez RT ou Interdit d interdire de Tadei est très intéressante avec des experts qui savent de quoi ils parlent ou alors comme sur le Vénézuéla ou le journalistes du Figaro a dit tellement de bêtises que les experts de deux cotés d ailleurs lui ont fait comprendre d aller étudier son dossier
Cash est aussi une émission intéressante sur les grands sujets économiques
Liberte5
- 15/02/2019 - 23:55
Et pourtant les démorates s'en seront donnés du mal....
Ils auront tout fait, tout tenté pour démolir D. Trump. Mais voilà, il n'y a rien à trouver. Cela devrait se retourner contre eux.
adroitetoutemaintenant
- 15/02/2019 - 17:55
Génocidaires et esclavagistes
Toutes les gauches du monde sont génocidaires et esclavagistes. Chacune tente des coups qui servent de tests aux autres pour les reproduire ou non.