En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© JAIME RAZURI / AFP
Paradis artificiels
Le vrai coût humain de la cocaïnophilie des élites
Publié le 04 février 2019
Pablo Escobar, feuilletonisé, apparaît presque sympathique.
Marc Crapez est politologue et chroniqueur (voir son site).Il est politologue associé à Sophiapol  (Paris - X). Il est l'auteur de La gauche réactionnaire (Berg International  Editeurs), Défense du bon sens (Editions du Rocher) et Un  besoin de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Crapez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Crapez est politologue et chroniqueur (voir son site).Il est politologue associé à Sophiapol  (Paris - X). Il est l'auteur de La gauche réactionnaire (Berg International  Editeurs), Défense du bon sens (Editions du Rocher) et Un  besoin de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pablo Escobar, feuilletonisé, apparaît presque sympathique.

Pablo Escobar, feuilletonisé, apparaît presque sympathique. Pendant ce temps, sur une radio, une émission intitulée "Portugal : les drogues ne font plus la morale" est agrémentée de la devise "Recevez quotidiennement votre dose indispensable de culture et de savoirs". On voit bien où il s'agit d'en venir. Les élites sont permissives sur la cocaïne.

Elles se moquent de la vulnérabilité des faibles. La dédramatisation systématique du cannabis oublie de songer au cas des adolescents déscolarisés qui se shootent non-stop. De la cocaïne, les femmes sont, pour des raisons biologiques, les premières victimes : à la fois parce que leur addiction est plus forte et parce que les dégâts sont plus importants.

 

Elles le sont, en second lieu, pour des raisons de complexion : perturbation du cycle menstruel, amaigrissement, impression d'être frigorifiée et hyper-fatiguée, dermites, amnésies... Elles le sont, troisièmement, du fait d'une vulnérabilité de genre.

Eventuellement fragilisées psychiquement par un statut de femme seule, elles constituent des proies : "Les garçons utiliseront la coke pour vous persuader de les baiser, et si vous pensez que vous n'êtes pas le genre de fille à vous prostituer pour de la drogue, il est clair que vous n'avez jamais été en galère de coke à 3h du matin" (Vice.com).

 

Un autre témoignage situe "vers 6h du matin quand l'effet de manque se faisait ressentir", la coucherie avec le dealer. Ce n'est évidement pas une généralité. Mais l'avertissement d'une repentie ne concerne pas seulement l'héroïne : "Quand tu es toxico, les gens ont tous les droits sur toi » (Nouvelobs.com). Dans les WC ou le dealer vous a préparé une "trace", un beau jour certaines s'accroupissent (confidence faite à une médecin généraliste). 

 

Peut aussi intervenir une prise en main par un prédateur sexuel en lisière des réseaux mondains et maffieux. Les partenaires ingurgitent amphétamines ou ecstasy, en cocktail avec la coke. En fait, l'homme de 80kg se contente de se doper et donne, gratuitement bien sûr, à la femme de 50kg une dose de "défonce". Au sortir de ce traitement durant plusieurs nuits, une femme peut faire des mini-syncopes pendant 10 jours (témoignage rapporté).

 

Et elle est totalement addict. Désormais, c'est payant bien sûr. Et le rabatteur à, bien entendu, un vieux copain ou un vague cousin qui en a "de la bonne, de la Blanche très pure". En vérité, le produit est coupé de produits alourdissants (qui ont pu être des crânes humains pillés), d'anesthésiants, d'antalgiques, d'antidépresseurs.

 

Mais ce n'est pas tout. La femme subit une autre déstabilisation. Accolée à une "image chic et festive" (Santémagazine.fr), la cocaïne passe pour un art de vivre de jet-setter et de "ceux qui réussissent et cherchent à avoir plus de puissance intellectuelle et sexuelle". A l'insu de sa partenaire, le rabatteur enduit de poudre blanche une certaine zone... D'ailleurs, la mode n'est-elle pas à l'inhalation ou à des genres de suppositoires?

 

C'est l'équivalent du viol à la chaîne pour contraindre une fille à faire le trottoir. La super virilité supposée de l'initiateur désinhibe et incite, par la suite, la consommatrice de cocaïne à se montrer conciliante. Difficile d'intervenir. La cocaïnomane ment comme elle respire, y compris à elle-même. Elle vit dans une sorte de schizophrénie et pratique une forme d'escapisme. L'aventure amoureuse inoubliable qu'elle a vécue, une action semi-concertée ? Impossible ! 

 

Longtemps, elle a fait croire qu'elle allait "dormir chez une copine", ou qu'elle avait "beaucoup de travail". Pourquoi se rend-elle aux lavabos déjà ? Les femmes ordinaires se repoudrent parfois le nez. Mais les cocaïnomanes ont la possibilité de sniffer de la poudre, et celle de téléphoner à leur dealer ! WhatsApp, l'un des réseaux favoris de l'infidélité, devient aussi l'une des plates-formes du trafic, avec livraison à domicile comme pour une pizza.

 

Sous l'emprise de la drogue et exploitée par un réseau. Belles expressions de la langue française. Ce descriptif pourtant factuel passe pour réactionnaire. Archi-droguée à la coke, prise sur le fait, l'une se rebiffe en arguant "tu peux pas comprendre" ou "ne mélange pas tout" (Droguesinfoservice). Une autre écarte le point de vue prosaïque des "coincés, peureux, sans esprit jeune"(Mademoiselle.com). Une dernière coupe les ponts pour ne pas avoir à se justifier.

 

On reconnaît là un jargon issu de l'extrême-gauche, qu'il est facile de réfuter, mais qui passe pour intelligent. Gros sous et intérêts idéologiques cimentent un univers sans-frontières peuplés de racketeurs, hackers, dealers, arnaqueurs, artistes, intellos, faussaires, Black blocs, snobs, ratés, mythomanes.

Derrière une camaraderie de façade, ce sont bien les code de la pègre qui ont cours. Il suffit d'une fois. D'une faiblesse. D'un service demandé. D'un comportement docile. Un enregistrement ou des photos compromettantes font peser (comme une épée de Damocles) la menace de perdre son emploi, par exemple. Alors, on monte en grade. On monte aux ordres. On vend sa liberté pour l'éphémère et l'artificiel : loin du "peu de bonheur vrai qui importe par-dessus tout parce qu'il coïncide avec la vérité de la vie" (Rachel Bespaloff, De l'Iliade, 1947).

 

 


 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
02.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
03.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
04.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
07.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires