En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Comment les Émirats arabes unis sont devenus curieusement le partenaire économique et commercial incontournable de Damas

02.

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

03.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

04.

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

05.

Non, Mélenchon n'en veut pas qu'aux Juifs : il ne supporte pas non plus les "blonds aux yeux bleus" !

06.

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

07.

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

01.

Les Vikings nous ont envahis et colonisés au IXe siècle ! Nous exigeons donc que le Danemark, la Norvège, la Suède et l’Islande se repentent

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

04.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Cet espoir dans la lutte contre la Covid-19 qui se cache dans des études soviétiques vieilles de plusieurs décennies

01.

Municipales : mais que cache donc l’étonnante schizophrénie des Français entre élections locales et nationales ?

02.

"Tuez Sarkozy !". On ignore encore qui a donné l’ordre mais le Parquet National Financier s’est chargé de son exécution

03.

Arsène Lupin était noir ! La preuve : il va être joué par Omar Sy

04.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

05.

Désordres publics : la lourde facture des dérives de la lutte contre le racisme et les violences dans la police

06.

Affaire Fillon : François Fillon est condamné à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et Penelope Fillon à 3 ans de prison avec sursis

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les records de l'histoire" de Stéphane Bern : récréation idéale pour l'été, pour parcourir l'histoire en s'amusant

il y a 5 heures 11 min
pépite vidéo > Politique
Emotion à Matignon
Retrouvez l'intégralité de la passation de pouvoir entre Edouard Philippe et Jean Castex
il y a 8 heures 21 min
pépites > Justice
Plaintes
Covid-19 : une enquête judiciaire va être ouverte contre Edouard Philippe, Agnès Buzyn et Olivier Véran
il y a 9 heures 23 min
décryptage > Politique
Nouveau chemin cherche destination

Jean Castex Premier ministre : une nomination très habile... Mais l’habileté peut-elle suffire ?

il y a 11 heures 37 min
décryptage > Environnement
"Vague verte"

Tous écolos… ou soumis à lavage de cerveau intensif ?

il y a 14 heures 8 min
pépites > Politique
"Monsieur déconfinement"
Remaniement : Jean Castex est le nouveau Premier ministre et remplace Edouard Philippe à Matignon
il y a 15 heures 10 min
décryptage > Société
Addicts

Consommation de drogue : ces effets secondaires jamais vus auparavant provoqués par la crise du Coronavirus

il y a 16 heures 27 min
décryptage > Santé
Berzosertib

Nouvel espoir dans le traitement du cancer : un nouveau traitement stoppe le développement des tumeurs

il y a 17 heures 41 min
pépites > Politique
Nouvelle étape
Remaniement : le gouvernement d'Edouard Philippe démissionne
il y a 18 heures 23 min
décryptage > International
Président à vie ?

Ce que s'est vraiment offert Vladimir Poutine avec son référendum et ses 16 années de pouvoir supplémentaires

il y a 18 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La sentence" de John Grisham : un thriller qui maintient sous pression

il y a 5 heures 26 min
pépites > Politique
Equipe renforcée
Mairie de Paris : Anne Hidalgo décide de s’entourer d’une équipe de 37 adjoints
il y a 8 heures 47 min
pépites > Politique
Premier ministre
Jean Castex "mesure l'immensité de la tâche" qui l'attend à Matignon
il y a 10 heures 45 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la lumière anime les heures et quand le bleu se veut marine : c’est l’actualité estivale des montres
il y a 12 heures 56 min
décryptage > Science
Sondage

93% des Français gardent leur confiance pour les scientifiques après le Coronavirus

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Environnement
Macron veut un référendum sur le climat

La question sera sans doute : "Voulez-vous qu’on mette les villes à la campagne car l’air y est plus pur ?"

il y a 16 heures 6 min
décryptage > Société
épanouissement

Une nouvelle étude montre que si, l'argent fait bien le bonheur...(et de plus en plus)

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Société
Névrose de la culpabilité

Villes vertes : mais que se passe-t-il dans la tête de ces cadres qui votent contre leurs propres modes de vie ?

il y a 17 heures 59 min
décryptage > Politique
Remaniement

Emmanuel Macron : il faut que tout change pour que rien ne change (sauf le Premier ministre ?)

il y a 18 heures 48 min
décryptage > Environnement
Misanthropes et libertophobes

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

il y a 19 heures 6 min
© ROMAIN LAFABREGUE / AFP
© ROMAIN LAFABREGUE / AFP
Fin de série

Lyon/PSG: 2-1. Splendide victoire Lyonnaise et première défaite en championnat pour le PSG.

Publié le 04 février 2019
Comme l'an dernier, c'est l'Olympique Lyonnais qui met un terme à l'invincibilité Parisienne. Pour le PSG, à neuf jours d'une rencontre cruciale contre Manchester United, le verni craque.
Olivier Rodriguez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Rodriguez est entraîneur de tennis... et préparateur physique. Il a coaché des sportifs de haut niveau en tennis.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comme l'an dernier, c'est l'Olympique Lyonnais qui met un terme à l'invincibilité Parisienne. Pour le PSG, à neuf jours d'une rencontre cruciale contre Manchester United, le verni craque.
Quoi de mieux qu'un vrai choc pour en préparer un autre ? Une rencontre entre l'Olympique Lyonnais et le Paris Saint Germain est toujours une grosse affiche pour une Ligue 1 qui n'en propose pas beaucoup. S'il est désormais peu risqué de pronostiquer le futur vainqueur du championnat, le podium reste à conquérir pour quelques prétendants et Lyon est de ceux-là. Classée troisième, à six points de stupéfiants Lillois, l'équipe de Bruno Genesio avait donc terriblement besoin de points pour rester dans la course à la Ligue des Champions. Un Lyon bipolaire, tant cet effectif alterne le pire et le meilleur depuis le début de la saison. A un mois des échéances européennes qui verront les Parisiens défier Manchester United et les Lyonnais le FC Barcelone, ce sommet était l'occasion de passer un test sérieux avant les échéances majeures. Si les matchs opposant ces deux équipes sont souvent spectaculaires (sportivement et médiatiquement), le dernier avait été particulièrement traumatisant pour les gones. Après avoir confisqué le ballon, ils avaient explosé en plein vol pour finalement repartir, à l'issue d'un match paradoxal, avec cinq buts dans les valises. Enfin, face à un adversaire de haut niveau et dans un contexte délicat, il s'agissait pour le PSG de montrer ce qu'il était possible de faire sans Neymar mais avec Paredes, seule nouvelle recrue d'un mercato cristallisant les tensions au sein du club. Vous aurez compris que dans un contexte aussi riche, le résultat allait offrir plusieurs niveaux de lecture.
 
L'affiche était prometteuse, et elle a eu le mérite de répondre aux attentes. Le match fut plein, intense et nous a donné à voir ce que la Ligue 1 possède de meilleur. Si Paris attaqua pied au plancher, en ouvrant la marque dès la 7ème minute par Di Maria, Lyon évacua vite ses doutes pour recoller au score. Seul un Areola des grands soirs (infranchissable jusqu'à la 33ème), retarda l'échéance. Battus dans la possession et dans les duels, concédant trop d'occasions, les parisiens se mirent à subir inexorablement. Et c'est en toute logique que l'égalisation de Dembélé punissait un PSG qui perdait sa superbe et ses idées au fur et à mesure que le chrono s'égrenait.
Laissant planer un danger constant seulement sur contre-attaques, les joueurs du PSG pouvaient s'estimer heureux de regagner les vestiaires sur un score de parité. 
Si la première période avait démontré la capacité de réaction des Lyonnais, la seconde aurait dû mettre en évidence celle des Parisiens. Menés au score suite à un pénalty transformé par Fekir (47ème), le PSG était dans l'obligation de riposter. Certes, l'envie ne manqua pas, mais les moyens firent défaut. Sans ses deux meilleurs manieurs de ballon, Neymar et Verratti, deux joueurs capables de donner le tempo d'un match, le PSG ne pesa pas suffisamment sur les débats. N'ayant pas pu enrichir son effectif durant le mercato et déplorant le manque de solutions envisageables sur son banc, le coach parisien parut démuni lorsqu'il fit rentrer un Paredes à peine arrivé dans le groupe. Et le spectateur attentif avait compris que l'entraîneur Allemand en était réduit aux soins palliatifs lorsqu'il convoqua Choupo-Moting... Solidaires et volontaires jusqu'au bout, les Lyonnais arrachèrent une victoire méritée et forte en symboles. Car si ce succès probant résonne comme un formidable encouragement pour l'OL, il est synonyme de première défaite pour le leader du championnat. Dans ce match joué à tombeau ouvert, où les gardiens se sont mis en évidence, il faut souligner la qualité du jeu de l'équipe de Bruno Genesio. Certes, Depay, Dembélé et Lopes sortent grandis mais c'est le groupe tout entier qui s'est montré à la hauteur pour ce grand rendez-vous. Cette performance majeure mettra l'équipe Lyonnaise dans les meilleures dispositions pour affronter, sous peu, le grand Barcelone. 
 
Pour le PSG, la note est salée. Ce match illustre parfaitement les difficultés Parisiennes du moment et il est évident que le club de la capitale voit son ciel s'assombrir. Sans sa star Brésilienne, capable de masquer tous les problèmes et de faire basculer tous les matchs, l'équipe n'a plus la même marge de manoeuvre. Hier soir, il a été démontré que, parfois, une absence pèse plus lourd qu'une présence. Dans une autre mesure, le déséquilibre général de l'équipe est flagrant. Les entraîneurs se succèdent en déplorant toujours les mêmes carences. Lo Celso prêté, Matuidi vendu et Rabiot étant placardisé suite aux exigences de son directeur sportif, la politique du club est dorénavant clairement responsable de cet état des choses. Premier touché par ce constat, Tuchel joue désormais aux apprentis sorciers et les changements de postes sont si nombreux et si fréquents dans l'effectif que certains joueurs pourraient faire passer les gens du voyage pour des sédentaires. En résumé, en envisageant l'impact de l'antérieur dans le présent, on peut estimer que cet échec est d'abord politique, puis sportif. Nul n'ignore désormais la lutte d'influence que se livrent l'entraîneur et le directeur sportif, Antero Henrique. Le premier cité a vu ses souhaits de recrutement non exaucés et ambitionne, dans une démarche utilitariste, de réintégrer Rabiot. Le second en fait une affaire de principe et ne veut pas entendre parler du retour en grâce d'un joueur qui partira libre dans quelques mois. D'un côté les moyens de la politique, de l'autre, la politique des moyens... Tuchel, qui se sait puissant, a de grandes chances de sortir gagnant de ces querelles intestines. Et nous gageons que dans ce duel à distance, il part avec quelques encolures d'avance... Envisager la rencontre contre Manchester United est désormais un exercice divinatoire délicat tant le club anglais est porté par une dynamique neuve depuis l'éviction de José Mourinho et l'arrivée aux manettes de Ole Gunnar Solskjaer. Côté parisien, certains souvenirs n'arrivent pas à se faire oublier et il est douloureux de se rappeler que Paris a souvent été privé de ses stars lors des dernières éliminations en Champions League. On peut ne pas croire aux signes, cela ne les empêche pas. Pour le PSG, espérons juste que les doutes d'aujourd'hui ne constituent pas un acompte sur les chagrins de demain.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires