En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Thomas SAMSON / AFP
Enfin !
Police municipale à Paris : la Capitale vaut bien un nouveau Messidor an VIII
Publié le 03 février 2019
Avec Marc Mutti
La Maire de Paris vient d’annoncer la mise en place d’une police municipale à Paris, après 2020. Il était temps ! Probablement l’effet de contingences électorales car pendant 5 ans à l’Hôtel de Ville, sur ce sujet, c’était plutôt « circulez, il n’y a rien à voir ».
Marc Mutti est adjoint au Maire du Ier arrondissement.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Mutti
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marc Mutti est adjoint au Maire du Ier arrondissement.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Maire de Paris vient d’annoncer la mise en place d’une police municipale à Paris, après 2020. Il était temps ! Probablement l’effet de contingences électorales car pendant 5 ans à l’Hôtel de Ville, sur ce sujet, c’était plutôt « circulez, il n’y a rien à voir ».
Avec Marc Mutti

La Maire de Paris vient d’annoncer la mise en place d’une police municipale à Paris, après 2020. Il était temps ! Probablement l’effet de contingences électorales car pendant 5 ans à l’Hôtel de Ville, sur ce sujet, c’était plutôt « circulez, il n’y a rien à voir ».

Cet effet d’annonce, à droit constant pour le moment, est vide d’un vrai contenu opérationnel. Anne Hidalgo nous présente un authentique Canada Dry : un peu de lutte contre les nuisances sonores et la saleté des rues et tout cela avec des agents équipés de bâtons…

Pourtant, il ne manquait pas de documents parlementaires (Proposition de loi  Pozzo di Borgo, 2016, Rapport Dominati, 2017, Rapport Grosdidier, 2018, etc.) sur les questions de sécurité à Paris et sur l’articulation des missions des polices municipales avec la police nationale.

Au vrai, depuis des années,  la difficulté de l’exercice tient autant aux « conflits de pouvoirs » et à l’effet de « loupe médiatique » d’une réforme touchant la capitale qu’à la posture idéologique de l’exécutif parisien.

Le Poids de l’Histoire

Paris est la seule ville de France dont le Préfet de Police détient le pouvoir de police général alors qu’ailleurs il dépend du maire. Survivance de l’Histoire et souvenirs des révolutions parisiennes contre le pouvoir central : l’autorité de la « PP » (arrêté consulaire du 12 messidor an VIII -1er juillet 1800) tient aussi au fait que la capitale est le siège des institutions de la République, des représentations diplomatiques et le lieu de manifestations nationales dont la sécurité incombe à l’État.

La situation actuelle nait de l’histoire d’une Préfecture de police très centralisée qui s’étend à d’autres sujets (santé publique, etc.) dans un contexte d’ensemble de baisse ou de stagnation des effectifs dans les arrondissements.

Pour mémoire,  la zone piétonne des Halles et sa gare au cœur de Paris (véritable « zone de défense » pour reprendre la terminologie militaire) est gérée par un commissariat de police dont les effectifs représentent moins de 200 policiers pour l’ensemble du 1er arrondissement. De grands professionnels qui ne peuvent tout faire.

Les priorités immédiates de la police nationale à Paris sont, d’évidence, liées à des missions propre au « régalien » : le terrorisme, les cambriolages (les officiers de police judiciaire sont seuls capables de mener des enquêtes dans la durée), la lutte contre les stupéfiants et l’ordre public.

Depuis la loi relative au statut de Paris de février 2017 qui transfère à la Maire de Paris un certain nombre de prérogatives de police administrative, la Direction de la prévention, de la sécurité et de la protection  (DPSP) de la ville  a connu une réorganisation très, voire trop rapide qui occasionne une structure lourde. Cette DPSP est née  d’un « remembrement » de services plus que d’une vision articulée avec les services de la Préfecture de Police et ne peut être qu’une étape provisoire.

Une Police municipale à Paris : une légitime attente, une impérieuse nécessité...

Les Parisiens attendent légitimement des responsables politiques, notamment depuis quatre ans,  une réponse proportionnée aux défis sécuritaires qui se présentent.

Il est urgent d’assurer un réel « Continuum de sécurité » entre Police nationale et Police municipale, efficient et tangible pour les Parisiens.

Une saine logique de  subsidiarité doit prévaloir : à la Police nationale le « régalien »,  aux « municipaux » la lutte contre les incivilités, les faits délictueux mineurs.

En interne, cette police municipale doit  passer d’une  logique de structure à une logique de missions en décloisonnant certains organigrammes.

 La Ville de Paris pourrait ainsi grandement  fusionner le corps des  ASP (ex « pervenches ») et celui des  ISVP (inspecteurs de sécurité)  pour des prérogatives groupées  en matière de circulation et de verbalisation des infractions au code de la route.

…avec des moyens et une qualité opérationnelle accrues.

Là est le point nodal. De vraies synergies pourraient trouver une traduction concrète.

La prévention des risques urbains, en 2019, impose une autre approche qui passe obligatoirement par la formation initiale et continue des personnels et l’armement des policiers municipaux.

L'accès au statut de policier municipal devrait  être conditionné à l'obtention d'une certification dispensée par le centre national de la fonction publique territoriale (CNFPT) complétée par de la formation continue avec des cadres de la Préfecture de Police.

Dans la continuité du point précédent, et comme le précise le Rapport parlementaire de François Grosdidier, il faut  explorer la possibilité juridique de conférer dans des cas limités (code de la route et réglementation municipale), le statut d'officier de police judiciaire à certains personnels en posant dans la loi un principe clair de subordination au procureur de la République et à l'officier de police judiciaire territorialement compétent.

L’opérationnel et la maîtrise tactique doivent prévaloir aussi par des exercices communs sous l’autorité de la préfecture de Police en matière de prévention des risques et la gestion de crises.

L’armement de policiers municipaux parisiens ne doit plus être un tabou.

C’est déjà le cas dans nombres de villes de la petite couronne parisienne, zone de la compétence du Préfet de Police.  C’est un outil de dissuasion dans un plan de prévention des risques urbains.

Là encore, des formations prodiguées par des professionnels de la sécurité intérieure seraient le gage d’un entrainement efficace dans le cadre de règles claires d’engagement.

Cette implication renforcée d’une authentique police municipale parisienne  permettrait d'assurer un meilleur maillage de la capitale, au bénéfice d'une plus grande proximité des forces de sécurité avec la population.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Paris, police, Anne Hidalgo
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
05.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
06.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
07.
Comment les socialistes en sont arrivés à se demander ce qu'est le vrai vote utile pour eux
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 03/02/2019 - 09:25
Pour la capitale, il parait
que les policiers municipaux ne seront pas armés. Ce ne seront que des vigiles qui risquent d'être la cible des terroristes qui préfèrent tirer sur quelqu'un qui porte l'uniforme, même si c'est du "Canada dry".