En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

03.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

07.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 11 heures 49 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 13 heures 27 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 16 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 17 heures 15 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 18 heures 22 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 19 heures 26 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 20 heures 19 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 20 heures 43 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 21 heures 23 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 21 heures 47 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 12 heures 20 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 14 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 18 heures 1 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 18 heures 37 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 20 heures 6 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 20 heures 33 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 21 heures 17 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 21 heures 40 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 21 heures 48 min
info atlantico
© ALAIN JOCARD / AFP
© ALAIN JOCARD / AFP
Bonnes feuilles

Endométriose : Quand l'errance médicale se conjugue au calvaire de l'endométriose

Publié le 02 février 2019
Dans "Des barbelés dans mon corps", publié aux éditions du Rocher, Virginie Durant raconte son combat contre l'endométriose au grès des médecin, qui sans jamais l'écouter, la prenaient soit pour une folle soit pour une malade imaginaire. Extrait 1/2.
Virginie Durant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Virginie Durant a 38 ans. Elle vit en Corrèze où elle anime des ateliers d'écriture. Elle se bat pour une reconnaissance des douleurs féminines, en offrant un espace d'écoute aux femmes qui souffrent de maladies gynécologiques.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans "Des barbelés dans mon corps", publié aux éditions du Rocher, Virginie Durant raconte son combat contre l'endométriose au grès des médecin, qui sans jamais l'écouter, la prenaient soit pour une folle soit pour une malade imaginaire. Extrait 1/2.

Une fois arrivée à la clinique Saint-Martin, à Caen, je suis immédiatement prise en charge. Autour de moi, médecins et infirmières s’activent.

« Je pense que vous faites un AVC, annonce un méde- cin, votre tension est faible ainsi que votre pouls. »

Je réponds :

« Je dois avoir mes règles. »

Et à nouveau, je perds connaissance. L’infirmière me tapote, me parle d’une voix vive. Je parviens à ouvrir les yeux, mais je ne peux pas articuler des mots. Une fois mon front recousu de six points, qui forment une étoile, un brancardier me conduit au service de radio- logie. Alors que je suis perfusée de glucose et d’antidouleurs, au service radiologie je fais à nouveau un malaise.

Et une fois revenue au box, le docteur me dit :

« Mon collègue de l’équipe de nuit s’est affolé, je pense que vous avez fait un simple malaise. »

Peu habituée à m’évanouir aussi souvent, j’insiste, de ma voix fluette, sur toutes les douleurs ressenties à mon réveil brutal du petit matin. Mais elle me répond :

« Je pense que vous souffrez d’une gastro, ne vous inquiétez pas. »

Je n’ai pas le temps de répliquer, une aide-soignante mène mon lit jusque dans un recoin des urgences où je vais passer toute la journée, perfusée jusqu’à ce qu’une amie vienne me chercher. Je m’interroge quant à ce diagnostic, d’autant plus que j’ai faim... ce qui est rare pour une gastro.

Jour après jour, j’observe avec une constance sans faille les rituels proposés par Mme Boussole, la naturopathe : des bains dérivatifs à une alimentation bio sans oublier les jus de légumes, les cures de détox et la pratique du yoga, en plus de la randonnée, je ne relâche rien. Et désormais, je m’investis pleinement dans une vie professionnelle.

Pourtant je suis épuisée. Et en plus de mes douleurs habi- tuelles, mes membres sont rigides comme ceux d’un robot. Je consulte une bio-énergéticienne qui m’a été recom- mandée. Après avoir expliqué mon terrible « parcours » à Mme Lebon, cette dernière lâche :

«Virginie, tu es dans l’auto-sabotage, tu détruis toi-même ta vie !

Mais je suis réellement épuisée !
Cet épuisement physique provient de blocages émo- tionnels, insiste la bio-énergéticienne.
Mais j’ai envie de vivre et je n’y arrive pas », dis-je avec force. Et afin de prouver que je souffre de problèmes bien réels, j’ajoute : « J’ai une anémie, et aucun traitement ne parvient à supplémenter le fer.
Le manque de fer est lié à un manque de faire », poursuit-elle en épelant sèchement le verbe faire.

J’en ai assez de ces discours : je viens chercher des ré- ponses concrètes, et l’on me renvoie toujours et encore à mon émotionnel ! Mme Lebon me demande de m’allonger sur la table mé- dicale et de fermer les yeux. Au creux de mes poignets, elle dépose quelques gouttes d’huile essentielle de lavande. Puis elle procède à un massage et je m’abandonne à cet instant de douceur où les lourdeurs de mon corps s’allègent. Je lui signale cependant que, depuis que j’ai chuté dans les esca- liers, j’ai très mal dans les bras, au point que je ne peux plus éplucher les légumes ou me laver moi-même les cheveux.

« Je pense que cette douleur est liée au besoin de bercer un enfant dans tes bras. Ton corps éprouve le vide de la maternité, lâche brutalement la bio-énergéticienne.

Mais je ne veux pas d’enfant, j’enchaîne les problèmes de santé, je suis épuisée. J’aimerais juste vivre ! dis-je d’une voix tremblante, tant je réprime la colère.
Eh bien ma cocotte, c’est à toi de décider de vivre. »

Depuis trois semaines, j’écris dans les pages du journal Ouest-France. J’écris avec passion. Jusqu’alors la vie m’a « tordue », désormais l’écriture me redresse. Je réalise des interviews, enthousiasmée d’aller à la rencontre de « l’autre». Chaque jour, je suis sur le terrain et noircis mon agenda d’entretiens. Mon rédacteur en chef, très satisfait de mon travail, me félicite. Il a même des projets pour moi. Mais en parallèle de cette réussite personnelle et professionnelle, la sournoise maladie ne me lâche pas.

Je suis épuisée et percluse de douleurs : mon ventre, mes jambes, mes bras, mon dos s’ankylosent dans des lourdeurs indéracinables – de plus, ma chute dans les escaliers m’a laissé de nombreuses séquelles : lésions musculaires dans les bras, problèmes de côtes et tendinites. Depuis un mois, chaque soir, je lutte contre des malaises, comme des vides qui cherchent à m’aspirer. Inquiète de ces étourdissements récurrents, et de la résurgence de douleurs urinaires, j’ai consulté un médecin, qui s’est montré assez vulgaire :

« Je pense que vous avez besoin de vous trouver un mec, et tout ira mieux. Je vais vous prescrire des antidépresseurs, leurs effets supprimeront vos symptômes abdominaux. »

Je suffoque de rage contre ce mépris du corps médical !

Une récente échographie a mis en évidence plusieurs kystes ovariens, de petite taille. Néanmoins, uriner me fait très mal. Et je suis de plus en plus invalide, me traînant comme un vieillard à bout de souffle. Conduire m’étour- dit. De peur de perdre connaissance, et de provoquer un accident, à chacun de mes trajets pour des reportages je fais des pauses sur le bas-côté de la route.

La bio-énergéticienne maintient que j’ai des blocages émotionnels, la naturopathe que je suis anorexique... Je suis complètement perdue, au milieu de tous ces jugements. Car moi, je suis persuadée d’avoir une maladie. Je le sens. Je me tourne alors vers une pharmacienne « guéris- seuse », qui m’assure pratiquer la médecine quantique, tout en me poussant à acheter des compléments alimentaires.

« Je vais vous faire une perfusion de fer et magnésium à distance, pendant trois heures, en me reliant à votre corps astral. Surtout, faites-moi confiance ! »

Mme Zondes m’envoie des listes de prières à répéter matin et soir, afin de libérer mon corps des douleurs. Pour elle, je souffre car j’ai un mauvais karma ! Une nuit elle me téléphone alors que je suis en plein sommeil, pour me dire qu’elle a eu une révélation : j’ai des vers, le Tenia plus exac- tement ! D’après elle, jamais je n’ai eu de problèmes gyné- cologiques, c’était tout simplement la faute des vers !

Trois jours après le traitement contre le tenia, mes intes- tins se vident avec force et sans relâche. Et à chaque passage aux toilettes, je manque de m’évanouir... Un autre médecin me diagnostique alors un cancer des intestins...

Je suis si faible que je ne peux plus travailler. Je rentre chez mes parents en novembre 2011, et ne regagnerai mon chez moi qu’en mars 2013. Seize mois à vivre au rythme des ampoules homéopathiques prescrites par Mme Zondes, seize mois à lutter contre la fatigue et les douleurs, mais à m’accrocher aux illusions psalmodiées par la pharmacienne, à vivre sous sa dépendance, à m’emporter contre mes pa- rents qui cherchent à m’extirper de ses griffes. Seize mois à espérer, et qui m’ont entraînée vers une perdition.

A lire aussi sur Atlantico :
Un autre extrait du livre : Endométriose : la délivrance du bon diagnostic qui tombe enfin
L'interview de l'autrice : Virginie Durant : "Une vraie économie parallèle est en train de se développer autour des maladies chroniques comme l'endométriose"

Extrait de "Des barbelés dans mon corps" de Virginie Durant, aux éditions du Rocher

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Forbane
- 03/02/2019 - 00:00
Peut-être qu’un(e)
Peut-être qu’un(e) gynécologue aurait sûrement été plus adapté pour poser le diagnostic qu’une naturopathe, une bioenergiticienne qui ne sont pas même pas des médecins....