En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© PHILIPPE HUGUEN / AFP
Loi alimentation
Hausse de prix dans les supermarchés : la France souffre-t-elle d’un excès de réglementation ou d’une concurrence sauvage ?
Publié le 01 février 2019
La loi Alimentation qui devrait interdire de vendre des produits à un prix coûtant devrait entraîner une hausse des prix de plusieurs produits. Carrefour anticipe une hausse de 3% sur 1000 produits par exemple.
Jean-Marc Boussard est économiste, ancien directeur de recherche à l’INRA et membre de l’Académie d’Agriculture.Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont La régulation des marchés agricoles (L’Harmattan, 2007). 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Boussard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Boussard est économiste, ancien directeur de recherche à l’INRA et membre de l’Académie d’Agriculture.Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont La régulation des marchés agricoles (L’Harmattan, 2007). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La loi Alimentation qui devrait interdire de vendre des produits à un prix coûtant devrait entraîner une hausse des prix de plusieurs produits. Carrefour anticipe une hausse de 3% sur 1000 produits par exemple.

Atlantico : Dans le contexte de la loi alimentation, certains produits alimentaires devraient subir une forte hausse (10%) des prix, en raison d'une mesure ayant trait au seuil de revente à perte. Une situation qui effraye distributeurs et consommateurs. Plus largement, en ce qui concerne le secteur alimentaire Français, peut-on le qualifier de trop, ou de passez assez libéral ? 

Jean-Marc Boussard : J’avoue que je ne comprends pas trop tout le bruit qui est fait autour de cette affaire de revente à perte. C’est en vérité assez secondaire, et je ne crois pas que cette pratique soit si généralisée que cela, sinon pour liquider des produits périssables (devront être détruits sans bénéfice pour personne ? ).

Quant au secteur alimentaire dans son ensemble, le problème n’est pas vraiment de savoir s’il est trop ou trop peu libéral. C’est de savoir si les interventions de toute façon nécessaires en raison des imperfections des marchés sont faites à bon escient, et de façon utile. J’ai peur que ce ne soit pas toujours le cas !

Quelles sont les situations ou l'on pourrait considérer que ce secteur n'est pas assez libéralisé, et quelles en sont les conséquences pour les différents acteurs ? 

La multiplication des subventions pour un oui ou pour un non, est souvent dévastatrice pour les finances publiques. Par exemple, on subventionne l’agriculture « bio » : C’est complètement absurde puisque l’agriculture « bio » se débrouille très bien toute seule avec une clientèle aisée tout heureuse de payer plus cher pour étaler son « standing ». Ces subventions sont donc de l’argent perdu...

De même, les agriculteurs français sont écrasés de règlements techniques et d’obligations bureaucratiques tatillonnes dont l’intérêt est souvent peu évident. Par exemple, on peut bien comprendre l’interdiction de cultiver en France des plantes susceptibles de présenter un danger pour le consommateur, ce qui, selon certains « écologistes », serait le cas des « PGM » (plantes génétiquement modifiées) . Mais alors, comme ces plantes n’ont aucune raison d’être moins nocives si elles sont cultivées ailleurs, il faudrait absolument aussi en interdire l’importation. Or on en importe des millions de tonnes, au détriment de nos producteurs dont les coûts sont de ce fait plus élevés que ceux de leurs concurrents, et qui sont donc privés d’un « avantage comparatif » important. L’ironie de la chose est que, comme personne ne semble mourir de les avoir consommées, il est plus que probable que ces plantes ne sont pas si nocives que cela... et donc que les règlements anti-PGM sont abusifs, et constituent des «distorsions de concurrence» au détriment de nos producteurs.

De la même façon, quelles sont les situations où l'on pourrait considérer que ce secteur serait trop libéralisé, et quelles en sont les conséquences pour les différents acteurs ?   

En même temps, les prix agricoles sont laissés à des marchés incertains, qui montent ou qui baissent sans raison apparente, ce qui diminue beaucoup l’enthousiasme des producteurs ( et de leurs banques) pour l’investissement. Or l’investissement, en agriculture comme ailleurs, est indispensable pour abaisser les coûts et rester compétitif.

Les « prix garantis » qui avaient été au cœur des politiques agricoles des années 1950 à 1990 avaient pourtant montré leur efficacité pour passer de la pénurie à l’abondance, justement en autorisant des investissements gigantesques. On était même passé à la surabondance, ce qui est évidemment absurde, et coûtait très cher. Il eut été possible (par exemple, avec des « quotas de production ») de réduire ces coûts ou même de les faire disparaître sans laisser la régulation à long terme des marchés myopes dépendre de la fantaisie irrépressible de mécanismes chaotiques. Au lieu de cela, on a jeté le bébé avec l’eau du bain, et « libéralisé » à tout va, avec des « crises » récurrentes, et leur cortège de faillites, et même de suicides. Et avec tout cela, la moyenne des prix pour le consommateur n’a aucune tendance à baisser, comme le prévoyaient les apôtres de la libéralisation, et pourrait peut-être augmenter sans bénéfice réel pour personne...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
03.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 02/02/2019 - 02:58
Sans oublier que l'UE a suivi
bêtement Obama pour "punir" Poutine; depuis, les agriculteurs français perdent 20 milliards d'euros par an. Poutine, quand à lui, a modernisé son agriculture en faisant venir des races françaises, des ingénieurs et du savoir faire français dans son pays. Ironie de l'histoire, c'est Trump qui punit à présent l'UE.
Anouman
- 01/02/2019 - 20:35
Revente à perte?
Les comptes de résultat des grandes surfaces seraient déficitaires si elles vendaient à perte. D'ailleurs vendre à prix coûtant n'est pas à perte car ce qu'on perd d'un côté on le gagne sur un autre produit. Si on veut aider l'agriculture on peut appliquer le taux normal de TVA aux produits importés qui sont déjà produits en France. Evidemment il faudra changer les règles de l'UE...
Ganesha
- 01/02/2019 - 17:16
Un vrai libéral !
Mr. Moneo est un vrai libéral !
Il nous le dit clairement : que l'agriculture française disparaisse, cela le laisse indifférent !
Les grandes surfaces achèteront à l'étranger !
Appauvrissement de la France, déficit commercial : quelle importance !
Mr. Mondeo utilise même l'argument grotesque du TINA : il pense nous effrayer en ressortant le cadavre du Communisme de son tombeau !
Et les fils de paysans deviendront des fonctionnaires territoriaux ?
Mr. Moneo, vous avez dans votre confortable portefeuille boursier, des actions Carrefour ?
Les dividendes sont bien gras ?