En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 12 heures 8 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 12 heures 46 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 15 heures 29 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 16 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 17 heures 29 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 20 heures 26 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 20 heures 47 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 21 heures 25 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 21 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 12 heures 28 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 14 heures 30 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 16 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 17 heures 24 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 20 heures 7 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 20 heures 23 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 20 heures 37 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 20 heures 51 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 21 heures 29 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 21 heures 33 min
© Reuters
© Reuters
Liberté d’opinion en danger

BellamyBashing : les convictions chrétiennes sont-elles devenues les seules à ne plus avoir droit de cité en France ?

Publié le 30 janvier 2019
Suite à la désignation de François-Xavier Bellamy en tête de liste LR des prochaines élections européennes, les réseaux sociaux ont exhumé certains de ses propos tenus lors d'un colloque "catholiques en action" qui se tenait en 2014 à Paris, afin de le discréditer.
Bertrand Vergely
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bertrand Vergely est philosophe et théologien.Il est l'auteur de plusieurs livres dont La Mort interdite (J.-C. Lattès, 2001) ou Une vie pour se mettre au monde (Carnet Nord, 2010), La tentation de l'Homme-Dieu (Le Passeur Editeur, 2015).  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à la désignation de François-Xavier Bellamy en tête de liste LR des prochaines élections européennes, les réseaux sociaux ont exhumé certains de ses propos tenus lors d'un colloque "catholiques en action" qui se tenait en 2014 à Paris, afin de le discréditer.

Atlantico: Dans ces propos, tenus en 2014 lors d'une conférence d'un institut catholique traditionnaliste, François-Xavier Bellamy déclarait :"Il n’y a qu’une seule bonne raison de croire au Christ, et cette seule raison c’est la certitude que le christianisme dit la vérité. Comment expliquer que le catholicisme, le christianisme soient devenus pratiquement "inacceptables" dans le débat public ?

 

 

Bertrand Vergely. Dans l’attaque dont François-Xavier Bellamy est l’objet, il importe de distinguer sa position personnelle, l’attitude des réseaux sociaux et l’attitude à l’égard  du christianisme et du catholicisme dans le monde d’aujourd’hui.

 S’agissant de la position de François-Xavier Bellamy, celle-ci est tout à fait cohérente. Amené à expliquer les raisons pour lesquelles il croit au Christ, celui-ci indique qu’il y croit parce que le Christ dit la vérité. Quand on adhère à une sagesse, une religion, une philosophie, un idéal politique, on y adhère parce qu’on les croit vrais. En énonçant que les raisons de sa foi sont basées sur la vérité, François-Xavier Bellamy ne fait que dire ce que dit tout esprit doté de bon sens quand il s’agit d’expliquer les raisons d’un engagement.

De ce point de vue, l’attaque dont il est l’objet est délirante. François-Xavier Bellamy aurait dit qu’il croit au Christ parce que le christianisme est la seule religion vraie et toutes les autres sont dans l’erreur, il aurait été normal que ces propos suscitent un tollé. Mais, écoutons bien ses propos : ce n’est pas ce qu’il dit. Quand il parle de la vérité du christianisme, il s’agit pour lui d’éclairer les raisons de sa foi, nullement de juger les autres religions.  

Or, c’est ainsi qu’il est entendu et compris. Parce qu’il a dit que, selon lui, le christianisme dit la vérité, on fait de ce propos une attaque en règle contre les autres religions et les autres façons de voir le monde. Et, derrière cette confusion mensongère et pleine de mauvaise foi, on veut faire de François-Xavier Bellamy un fanatique.

 Il aurait dit que le christianisme est une religion fausse, pleine de mensonges et néfaste, ses propos auraient été jugés remarquables et il aurait eu la faveur des medias comme des réseaux sociaux. Le fait de dire que le christianisme n’est pas un mensonge apparaît comme inadmissible.

 Michel Onfray n’arrête pas e dire à longueurs d’émissions combien le christianisme est néfaste et combien il est un mensonge. Il ne suscite aucun tollé. Au contraire. Les medias lui ouvrent largement les portes. Une voix s’élève et  ose parler du christianisme en bien. Elle représente un danger pour la laïcité, la liberté de conscience, la bonne marche de l’esprit et on les lui ferme.

 Ce procès qui lui est intenté n’est pas un hasard. Il s’avère qu’il est contre le mariage pour tous et contre l’avortement. Il y a des raisons d’être contre. Comme les réseaux sociaux ne veulent pas en entendre parler, comme ils ne veulent pas discuter parce qu’ils manquent d’arguments, pour éviter toute discussion, toute confrontation d’idées ainsi que d’arguments, ils ont recours  au procédé consistant à dire : vous êtes catholique. Sous entendu : vous n’êtes pas contre le mariage pour tous et contre l’avortement parce que vous avez des arguments ainsi qu’une pensée. Vous êtes contre parce que vous êtes catholique. Vous êtes influencés par le catholicisme qui a toujours été conservateur et réactionnaire.

Quand on lit Gobineau, le théoricien de l’inégalité des races, on découvre que, pour lui, la vertu est une question de naissance. Si on est moral, c’est que l’on est bien né. Constatons le : ce même procédé est utilisé à l’égard des catholiques et des chrétiens. Si l’on pense mal, (mal penser consistant à être contre le mariage pour tous et contre l’avortement), c’est que l’on est catholique. On est mal né. Et, étant mal né, on est un sous-esprit. On est quelqu’un qui n’est pas digne qu’on lui adresse la parole et que l’on discute avec lui. François-Xavier Bellamy est victime de ce qu’il convient d’appeler un racisme idéologique anticatholique et antichrétien. Être catholique, être chrétien, c’est de l’ordre du nauséabond, de l’infâme.

 Cela remonte à la Révolution Française. Lors de cette dernière, des milliers de nobles et de prêtres ont été guillotinés. Il s’agissait alors  de mettre à bas le tyran et le catholicisme était considéré comme le suppôt de la tyrannie. Cette haine anticatholique, antichrétienne et anticléricale n’a pas quitté la société française. Elle fait partie de sa mémoire. Elle est constitutive de son ADN, de sa programmation. René Girard a fort bien expliqué que les sociétés ont tendance à se structurer contre un bouc émissaire. La société française a tendance à se structurer contre la religion, le christianisme et le catholicisme, accusés d’être responsables de tous les maux. Il est fâcheux pour la démocratie qu’il en soit ainsi.  

Le christianisme dit la vérité et c’est la raison pour laquelle cela vaut la peine d’y croire, explique François-Xavier Bellamy. Il a raison. Le christianisme dit effectivement la vérité parce que la vérité qu’il énonce n’est pas chrétienne. C’est la vérité de la vie. La vie est reliée à une source ineffable et toute l’humanité est appelée à communier avec cette source. Il s’agit là de la nouvelle la plus extraordinaire, la plus révolutionnaire, la plus progressiste, la plus démocratique, la plus humaine qui ait jamais été dite. Alain Badiou, penseur communiste, donc athée, le reconnaît lui-même. L’universalité naît avec la Pentecôte et saint Paul. Elle naît quand il est dit que dans la résurrection il n’y a plus ni maîtres ni esclaves, ni juifs ni grecs. Elle naît quand il est dit que l’humanité est amenée à vivre cet avenir.

Le christianisme dérange, le Christ dérange, parce que l’on ne supporte pas l’idée que la véritable démocratie et la véritable humanité a des racines célestes et pas simplement terrestres et humaines. La véritable démocratie, la véritable universalité demande que l’on se débarrasse de toute haine. Il s’avère que l’on ne veut pas s’en débarrasser. On veut pouvoir haïr, être contre, faire couler le sang. Les violences qui ont lieu maintenant depuis près de trois mois tous les Samedis le montrent. Ce que l’on ne pardonne pas au christianisme c’est d’être la contestation la plus radicale qui soit de la violence et notamment de la violence qui sévit tragiquement dans l’avortement et sournoisement dans le mariage pour tous. D’où le côté inacceptable du christianisme dans un monde séduit voire hanté par la violence.

 

Lors de la campagne pour les primaires LR, Alain Juppé avait mis en cause son rival François Fillon sur la question de l'avortement. Une sortie  provoquant la colère de ce dernier, qui avait répondu : "Si j'avais été député, j'aurais voté le texte sur l'interruption de grossesse de Simone Veil. (...) Je sais faire la différence entre mes convictions personnelles, ma foi, et le bien public". Dans la société actuelle; comment expliquer cette incapacité du débat public à faire cette différence, ou cette incapacité à voir que ces convictions personnelles ne sont pas imposées politiquement

François Fillon explique qu’il sait faire la différence entre convictions personnelles et sens du bien public. Quand François-Xavier Bellamy s’exprime, il va dans le même sens. Il  n’a nullement l’intention d’être intrusif et tyrannique avec sa foi, le sens de l’intérêt commun passant pour lui d’abord. Or, dans le procès qui lui est fait, ses adversaires supposent que, puisqu’il est catholique, il ne sera pas capable de faire la différence entre ses convictions et le sens de l’intérêt commun. Il sera partial, manipulateur, menteur, corrompu. Ainsi, quand on est chrétien et catholique, non seulement on n’est pas capable de penser et d’avoir du jugement, mais, en plus, on n’est pas capable de vérité, d’authenticité, de morale.

La société médiatique et culturelle accepte que l’on ait des convictions. À condition qu’elles ne sont pas chrétiennes.  On peut parfaitement dire que l’on est bouddhiste et que l’on a le sens de l’intérêt commun. Cela passe. Et même, c’est bien vu. On peut se dire musulman. Cela passe aussi. On sera accepté au nom de l’antiracisme. Vous dites que vous êtes chrétien ? Les visages se ferment. On commence à tousser. Vous fâchez. En ce sens, oui, il n’est pas possible d’avoir des convictions et le sens de l’intérêt commun. Cela vaut avant tout pour les chrétiens. Ce sont eux qui sons suspects, avoir la foi rendant incapable non seulement de réflexion critique mais d’impartialité.

Il y a du racisme, à l’égard des chrétiens, a-t-il été dit. Il y a aussi des réflexes totalitaires contre le christianisme. Dans 1984 de George Orwell, il est interdit aux citoyens de la société idéale qui est mise en scène d’avoir une pensée propre.  Dans l’attitude antichrétienne il en va de même. Comme la société décrite par Orwell, celle-ci interdit d’avoir une pensée propre, une foi propre, une conviction propre.

Ce qui est beau dans cette affaire, c’est qu’il y ait des esprits courageux pour ne pas se laisser impressionner en osant dire qu’ils ont la foi, que le christianisme est porteur de grande vérité et d’avoir le sens de l’intérêt commun. Tant il est vrai que tous ces crachats projetés sur de tels esprits ne sont que des enfantillages qui déshonorent avant tout ceux qui les lancent.



 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Bobby Watson
- 31/01/2019 - 21:07
Retour de bâton
Rien à ajouter à cet article qui recadre bien la haine du catholicisme entretenue par les bien-pensants qui monopolisent les médias. On pourrait seulement ajouter que ces attaques basses, ce nouveau totalitarisme sont en train de se retourner contre leurs auteurs. Et que la liste LR est un bon équilibre . Wauquiez est en train de reprendre la main, et c'est tant mieux.
Liberte5
- 31/01/2019 - 17:17
Ne pas se laisser intimider par le politiquement correct....
et sa clique de représentants qui nous ont mis dans la situation catastrophique dans laquelle nous sommes . Je pense notamment aux Chiraquiens et aux sarkozistes qui se sont couchés devant la gauche. Chirac refusant que l’Europe mentionne ses racines chrétiennes.Quant à Dati c'est une grande gueule mais elle n'a aucun contenu idéologique solide. C'est une sarkoziste, rien de plus!!
Ganesha
- 31/01/2019 - 15:04
Cloette
Non, mais les Ripoux-Blicains ont toujours fait partie du PPE, et aucun changement n'est annoncé !