En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

04.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

05.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

06.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

07.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
pépites > France
Augmentation
L'amende pour non-respect du confinement passe à 200 euros
il y a 1 heure 24 min
pépite vidéo > Politique
Souvenirs
Quand Patrick Devedjian passait une soirée endiablée à l'université d'été des jeunes UMP
il y a 3 heures 45 min
décryptage > Santé
Tribune

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 5 heures 36 min
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 5 heures 51 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 6 heures 48 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 7 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 12 heures 46 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 19 heures 10 min
pépites > Europe
Allemagne
Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré
il y a 2 heures 50 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 5 heures 30 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 5 heures 43 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 6 heures 5 sec
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 6 heures 32 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 6 heures 53 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 12 heures 23 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 18 heures 3 min
pépites > Santé
"Le combat ne fait que commencer"
Retrouvez les principales annonces d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran sur le Covid-19
il y a 21 heures 3 min
© Reuters
© Reuters
Hard-Brexit

Brexit : comment le “no deal” s’est imposé dans les têtes en Europe comme au Royaume-Uni

Publié le 30 janvier 2019
Dans son intervention devant les parlementaires britanniques de ce 29 janvier, Theresa May a indiqué souhaiter ré-ouvrir les négociations avec Bruxelles sur la question du backstop, c'est à dire sur la frontière nord-irlandaise. Une hypothèse déjà préalablement refusée par Bruxelles.
Renaud Thillaye est consultant en affaires européennes et analyste politique, expert associé à la Fondation Jean Jaures et à Policy Network. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Renaud Thillaye
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Renaud Thillaye est consultant en affaires européennes et analyste politique, expert associé à la Fondation Jean Jaures et à Policy Network. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son intervention devant les parlementaires britanniques de ce 29 janvier, Theresa May a indiqué souhaiter ré-ouvrir les négociations avec Bruxelles sur la question du backstop, c'est à dire sur la frontière nord-irlandaise. Une hypothèse déjà préalablement refusée par Bruxelles.

Atlantico: Ne peut-on pas voir dans cette négociation, une volonté des deux parties de se diriger vers le "no deal", une absence d'accord ? 

Renaud Thillaye: Theresa May se trouve dans une situation qui laisse peu de marges de manœuvre. Après avoir essuyé un revers spectaculaire lors du premier vote du Parlement britannique sur l’Accord de retrait, elle doit lâcher du lest et montrer qu’elle peut rassembler une majorité. Le « backstop » (ou filet de sécurité) envisagé pour la frontière nord-irlandaise étant le point le plus critiqué dans les rangs conservateurs, il était naturel qu’elle montre de la bonne volonté de ce côté-là. D’où son soutien à l’amendement « Brady », soutenu par les hard brexiters du European Research Group (ERG) et par les unionistes nord-irlandais, et qui, après son adoption mardi soir, suggère des solutions alternatives (sans les préciser) à celles proposées dans l’Accord de retrait. Dans les faits, cela signifie une demande de réouverture des négociations, avec le risque (probable) d’un refus des 27. Mais Theresa May n’a pas le choix et doit en passer par là par rendre le scénario du « no deal » plus probable et finir par convaincre les députés conservateurs de voter en faveur de l’accord tel quel. C’est acrobatique, mais le seul chemin possible pour elle. Et si ce nouveau développement augmente légèrement les chances du « no deal », il ne le rend pas pour autant certain. Une autre option reste celle du second référendum. 

 

En quoi cette question de la frontière nord-irlandaise cristallise l'ensemble de la négociation ? Au regard des intérêts des deux parties, un accord peut-il être trouvé alors que les positions apparaissent irréconciliables ? 

Aucune des solutions envisagées par l’Accord de retrait pour éviter un retour à une frontière physique en Irlande ne satisfait les députés conservateurs car elles ne respectent pas les lignes rouges définies par Theresa May, notamment la sortie de l’espace juridique européen et de l’Union douanière.

La première option serait que le Royaume-Uni prolonge la période de transition dans laquelle il est censé entrer en avril 2019, autrement dit une prolongation du statut actuel (dont la participation au Marché unique et à l’Union douanière) sans le droit de vote. Anathème pour les Brexiters.

La deuxième option serait que l’Irlande du Nord reste dans le Marché unique et l’Union douanière. Inacceptable car cela nécessiterait d’introduire une frontière au sein du Royaume-Uni, en mer d’Irlande. Le DUP est particulièrement opposé à cette option qui risquerait de relancer les spéculations sur une réunification irlandaise.

Enfin, la troisième option consiste pour l’ensemble du Royaume-Uni de rester dans une forme d’Union douanière avec l’UE, ce qui impliquerait également un alignement réglementaire important. Pas vraiment la reprise du contrôle espérée par les Brexiters.

Depuis le début des négociations l’ERG et Boris Johnson assurent que la technologie permettra d’éviter une frontière « dure ». Or l’UE n’a jamais été convaincue. 

 

Comment anticiper la suite de la négociation dans ce cadre ? 

Tout reste très difficile à prévoir. Les 27 font désormais face à un dilemme : prendre au sérieux la « nouvelle majorité » qui se dégage au Parlement britannique et « aider » Theresa May en faisant quelques concessions. Mais le discours a été très ferme jusqu’ici et il est difficile de ne pas voir, du coté européen, une forme de chantage britannique.

Un happy end est improbable à court terme. Plutôt que de recourir à un second vote sur l’Accord en l’absence de concessions des 27, le gouvernement britannique va sans doute demander, dans un premier temps, une extension de la période de deux ans prévue par l’Article 50. Cependant, cette mesure sera limitée à début juillet, date d’entrée en fonction du nouveau Parlement européen après des élections auxquelles ne devraient pas, en principe, participer les Britanniques. D’ici là, et sauf revirement spectaculaire des Européens, le Parlement britannique devra décider entre l’adoption de l’Accord, l’organisation d’un nouveau référendum, ou un « no deal » assorti de mesures de transitions minimales. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

04.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

05.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

06.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

07.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : pourquoi votre groupe sanguin a une influence sur votre risque d'être infecté

05.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lucus
- 30/01/2019 - 11:31
Nous sommes dans une partie
Nous sommes dans une partie de poker menteur: Les britanniques espèrent que l'UE lachera car sinon elle perdrait XX milliards d'euro. L'UE reste ferme car elle sait que le RU perdrait YYY milliards d'euro en cas de Hard Brexit. C'est assez typique de la mentalité britannique ce genre de "Bargain". Donc on se dirige tout droit vers une situation de perdant-perdant car personne ne voudra lacher. Surtout pas l'UE car sinon, c'est un signal donné à tous les populistes qui veulent sortir de l'UE. Il faut malheuereusement rendre cette sortie la plus douloureuse possible pour le RU. Désolé pour mes amis britanniques, mais il fallait y penser avant...!