En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

04.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

07.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 7 heures 8 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 7 heures 40 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 8 heures 44 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 9 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 10 heures 25 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 13 heures 34 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 13 heures 58 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 14 heures 23 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 7 heures 23 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 8 heures 7 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 9 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 10 heures 22 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 31 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 13 heures 27 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 13 heures 46 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 14 heures 5 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 14 heures 24 min
© Reuters
© Reuters
Hard-Brexit

Brexit : comment le “no deal” s’est imposé dans les têtes en Europe comme au Royaume-Uni

Publié le 30 janvier 2019
Dans son intervention devant les parlementaires britanniques de ce 29 janvier, Theresa May a indiqué souhaiter ré-ouvrir les négociations avec Bruxelles sur la question du backstop, c'est à dire sur la frontière nord-irlandaise. Une hypothèse déjà préalablement refusée par Bruxelles.
Renaud Thillaye est consultant en affaires européennes et analyste politique, expert associé à la Fondation Jean Jaures et à Policy Network. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Renaud Thillaye
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Renaud Thillaye est consultant en affaires européennes et analyste politique, expert associé à la Fondation Jean Jaures et à Policy Network. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son intervention devant les parlementaires britanniques de ce 29 janvier, Theresa May a indiqué souhaiter ré-ouvrir les négociations avec Bruxelles sur la question du backstop, c'est à dire sur la frontière nord-irlandaise. Une hypothèse déjà préalablement refusée par Bruxelles.

Atlantico: Ne peut-on pas voir dans cette négociation, une volonté des deux parties de se diriger vers le "no deal", une absence d'accord ? 

Renaud Thillaye: Theresa May se trouve dans une situation qui laisse peu de marges de manœuvre. Après avoir essuyé un revers spectaculaire lors du premier vote du Parlement britannique sur l’Accord de retrait, elle doit lâcher du lest et montrer qu’elle peut rassembler une majorité. Le « backstop » (ou filet de sécurité) envisagé pour la frontière nord-irlandaise étant le point le plus critiqué dans les rangs conservateurs, il était naturel qu’elle montre de la bonne volonté de ce côté-là. D’où son soutien à l’amendement « Brady », soutenu par les hard brexiters du European Research Group (ERG) et par les unionistes nord-irlandais, et qui, après son adoption mardi soir, suggère des solutions alternatives (sans les préciser) à celles proposées dans l’Accord de retrait. Dans les faits, cela signifie une demande de réouverture des négociations, avec le risque (probable) d’un refus des 27. Mais Theresa May n’a pas le choix et doit en passer par là par rendre le scénario du « no deal » plus probable et finir par convaincre les députés conservateurs de voter en faveur de l’accord tel quel. C’est acrobatique, mais le seul chemin possible pour elle. Et si ce nouveau développement augmente légèrement les chances du « no deal », il ne le rend pas pour autant certain. Une autre option reste celle du second référendum. 

 

En quoi cette question de la frontière nord-irlandaise cristallise l'ensemble de la négociation ? Au regard des intérêts des deux parties, un accord peut-il être trouvé alors que les positions apparaissent irréconciliables ? 

Aucune des solutions envisagées par l’Accord de retrait pour éviter un retour à une frontière physique en Irlande ne satisfait les députés conservateurs car elles ne respectent pas les lignes rouges définies par Theresa May, notamment la sortie de l’espace juridique européen et de l’Union douanière.

La première option serait que le Royaume-Uni prolonge la période de transition dans laquelle il est censé entrer en avril 2019, autrement dit une prolongation du statut actuel (dont la participation au Marché unique et à l’Union douanière) sans le droit de vote. Anathème pour les Brexiters.

La deuxième option serait que l’Irlande du Nord reste dans le Marché unique et l’Union douanière. Inacceptable car cela nécessiterait d’introduire une frontière au sein du Royaume-Uni, en mer d’Irlande. Le DUP est particulièrement opposé à cette option qui risquerait de relancer les spéculations sur une réunification irlandaise.

Enfin, la troisième option consiste pour l’ensemble du Royaume-Uni de rester dans une forme d’Union douanière avec l’UE, ce qui impliquerait également un alignement réglementaire important. Pas vraiment la reprise du contrôle espérée par les Brexiters.

Depuis le début des négociations l’ERG et Boris Johnson assurent que la technologie permettra d’éviter une frontière « dure ». Or l’UE n’a jamais été convaincue. 

 

Comment anticiper la suite de la négociation dans ce cadre ? 

Tout reste très difficile à prévoir. Les 27 font désormais face à un dilemme : prendre au sérieux la « nouvelle majorité » qui se dégage au Parlement britannique et « aider » Theresa May en faisant quelques concessions. Mais le discours a été très ferme jusqu’ici et il est difficile de ne pas voir, du coté européen, une forme de chantage britannique.

Un happy end est improbable à court terme. Plutôt que de recourir à un second vote sur l’Accord en l’absence de concessions des 27, le gouvernement britannique va sans doute demander, dans un premier temps, une extension de la période de deux ans prévue par l’Article 50. Cependant, cette mesure sera limitée à début juillet, date d’entrée en fonction du nouveau Parlement européen après des élections auxquelles ne devraient pas, en principe, participer les Britanniques. D’ici là, et sauf revirement spectaculaire des Européens, le Parlement britannique devra décider entre l’adoption de l’Accord, l’organisation d’un nouveau référendum, ou un « no deal » assorti de mesures de transitions minimales. 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

04.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

07.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Lucus
- 30/01/2019 - 11:31
Nous sommes dans une partie
Nous sommes dans une partie de poker menteur: Les britanniques espèrent que l'UE lachera car sinon elle perdrait XX milliards d'euro. L'UE reste ferme car elle sait que le RU perdrait YYY milliards d'euro en cas de Hard Brexit. C'est assez typique de la mentalité britannique ce genre de "Bargain". Donc on se dirige tout droit vers une situation de perdant-perdant car personne ne voudra lacher. Surtout pas l'UE car sinon, c'est un signal donné à tous les populistes qui veulent sortir de l'UE. Il faut malheuereusement rendre cette sortie la plus douloureuse possible pour le RU. Désolé pour mes amis britanniques, mais il fallait y penser avant...!