En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 9 heures 35 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 11 heures 13 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 14 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 15 heures 1 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 16 heures 8 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 17 heures 12 min
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 18 heures 5 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 18 heures 29 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 19 heures 9 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 19 heures 33 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 10 heures 6 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 11 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 15 heures 47 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 16 heures 23 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 17 heures 52 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 18 heures 19 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 19 heures 3 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 19 heures 26 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 19 heures 34 min
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP
Table rase

Pourquoi Bruno Le Maire a raison de penser qu’il faut refonder le capitalisme des inégalités (et voilà pourquoi les vrais libéraux seraient bien inspirés de le soutenir)

Publié le 29 janvier 2019
Bruno Le Maire, ministre de l'économie a déclaré, lors d'une interview donnée à France Inter "Le capitalisme des inégalités est mort, il ne nous mènera nulle part. Il est injuste moralement et je pense en plus qu’il est inefficace économiquement".
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
 Nicolas Goetzmann est journaliste économique senior chez Atlantico.Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage : 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Le Maire, ministre de l'économie a déclaré, lors d'une interview donnée à France Inter "Le capitalisme des inégalités est mort, il ne nous mènera nulle part. Il est injuste moralement et je pense en plus qu’il est inefficace économiquement".

Atlantico : Comment analyser cette déclaration de Bruno Le Maire qui a pu être critiquée en raison de la sortie de la pauvreté de centaines de millions de personnes depuis les années 2000, par le biais de la mondialisation ? 

Nicolas Goetzmann : Cette question de la refonte du capitalisme est le sujet majeur qui découle des événements politiques de ces dernières années. Il est devenu, de fait, le thème central des dernières recherches économiques et politiques du monde anglo-saxon, mais reste encore trop marginal en Europe. La déstabilisation des démocraties occidentales provient de la formation des inégalités de revenus et de patrimoine au sein même de ces pays, et dont le résultat a été de créer une majorité de perdants, ce qui est mécaniquement intenable dans un régime démocratique. Ne pas se préoccuper de cette question de la refonte du capitalisme, c'est se mettre des œillères face aux risques politiques encourus, et face à la réalité des données économiques de ces 35 dernières années. 
Cette thématique été parfaitement illustrée par l'économiste Branko Milanovic dans son graphique de l'Éléphant qui démontre que la progression des revenus, au cours de ces dernières années, s'est concentrée sur les plus bas revenus (principalement en Chine) et sur les "1%" les plus riches de la planète. Entretemps, ce sont les classes moyennes et populaires occidentales qui ont été laissées de côté. 

World Inequality Report 2018

Une tendance qui se vérifie dans la distribution des revenus, principalement aux Etats-Unis : 

Il est toujours possible de contrer cet argumentaire en évoquant la question de la France, qui est effectivement parvenue à maitriser la progression des inégalités de revenus depuis les années 80. Mais cette particularité française masque un fait tout aussi problématique, qui avait pu être révélé par l'INSEE dans une enquête datant de 2015 concernant les inégalités de patrimoine : en France "Entre 1998 et 2015, le patrimoine double, mais diminue pour les 20 % les moins dotés". Or, les 10% les plus riches concentrent 47% du patrimoine en France. La France se place ainsi parmi les plus inégalitaires en termes de patrimoines, et la tendance est encore à l'accroissement. Que cela soit la mondialisation, le détricotage progressif des États providence, ou le choix de politiques monétaires qui ont abusivement privilégié le capital par rapport au travail (principalement en Europe), les causes de la formation des inégalités sont diverses. 
Bruno Le Maire se positionne donc logiquement sur cette thématique à l'approche du G7 qui se tiendra à Biarritz au mois de juillet prochain, donc sous présidence française, et dont le thème sera justement les inégalités. Il y a donc bien une logique politique ici, même si l'angle choisi par le ministre de l'économie est avant tout celui de la fiscalité des grands groupes du numérique. Ce qui reste une approche relativement restrictive, mais il est effectivement intéressant d'imposer une telle thématique dans le débat public. 

Quels seraient les moyens théoriques de provoquer une telle refonte du capitalisme ? 

Une récente recherche de l'Economic Policy Insiutute a mis un accent particulier sur la politique monétaire américaine depuis les années 80 comme cause de cette situation. Cette politique, théoriquement, doit poursuivre deux objectifs, le plein emploi et la maitrise des prix. On voit très bien ici que le premier volet tend à favoriser les revenus du travail, par la recherche du plein emploi, tandis que le deuxième volet protège le capital par la maitrise de l'inflation. Or, il apparaît que la politique menée par la Fed a été disproportionnément favorable à la protection du capital, au détriment du travail depuis les années 80. Le résultat est la fragilisation du monde du travail, la perte progressive du pouvoir de négociation, le développement des contrats courts, du travail partiel etc…parce que les gens n'ont pas vraiment le choix. Depuis 2008, la Fed cherche à corriger ce qui a été fait lors de ces dernières décennies, il est à espérer qu'elle continue en ce sens. Il s'agirait là de la cause majeure du processus, qui a été amplifié par les moindres ressources attribuées à l'État providence américain, mais également par la compétition entre travailleurs issue de la mondialisation, ou encore le "capitalisme de connivence". 
Concernant l'Europe, ce sujet ne se discute même plus puisque la politique monétaire ne dispose que d'un objectif unique qui est la maitrise des prix. De fait, institutionnellement, l'Europe privilégie le capital par rapport au travail. C'est ce qui explique un taux de chômage structurellement plus élevé en Europe parce que le travail est devenu la seule variable d'ajustement. C'est aussi ce qui explique, notamment en France, la taille importante de l'État providence dont le but est finalement de réparer les dégâts économiques provoqués par la stratégie économique poursuivie au niveau européen, et dont les racines remontent au début des années 80. C'est le paradoxe : les Français payent un État providence qui a pour objectif de corriger les effets d'une politique favorable aux patrimoines les plus élevés. C'est un robin des bois à l'envers institutionnel. 
Donc, théoriquement, pour permettre de retrouver une tendance plus égalitaire, et finalement libérale (à moins de considérer que le libéralisme ait pour objectif de déséquilibrer le rapport de force entre capital et travail, ce qui serait absurde), serait simplement de promouvoir une politique monétaire duale sur le modèle américain. Un Etat providence digne de ce nom restera également un impératif, bien que moins couteux si l'on accepte de mener l'économie sur le seuil du plein emploi effectif. 
Curieusement, les critiques relatives à la question des inégalités aiment pointer le fait que celles-ci seraient le résultat du travail, donc légitimes. Mais ce n'est pas le cas. Le travail ne permet plus de s'enrichir, seul le capital le permet dans un tel système. Refuser le changement vers un système dual, c'est accepter que la rente ait une valeur supérieure au travail.  

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Sidewinder
- 01/02/2019 - 01:18
Le Maire a raison.....
lejeunecl,
C'est bien gentil mais ça ne règle rien et c'est un combat d'arrière-garde. On ne voit pas l'éléphant au milieu de la pièce : l'incapacité sidérale de l'Europe à faire naitre des géants du net comme aux USA et en Chine. C'est la racine du mal qu'il faut traiter, pas les effets secondaires.

lejeunecl
- 31/01/2019 - 23:52
Le Maire a raison chaque
Le Maire a raison chaque octet de conversation ou de transaction numérique est un micro bénéfice qui quitte la France puisqu'il enrichit ceux qui gèrent cette activité à savoir presque exclusivement des groupes étrangers de plus en plus puissants qui gerent les logiciels ,les matériels et maintenant la mémoire informative" le Cloud".
Alors faisons au moins qu'on institue un droit de péage , à l'entrée et à la sortie du territoire de l'information pour leur permettre de poursuivre cette activité sur nos territoires.
Comprenons que le monde du Net se compose progressivement à l'image du monde réel avec ses routes, ses territoires, ses villes, ses immeubles, ses sens interdits, ses banques, ses terrains de sport ,et il devient facile de savoir comment le construire
ajm
- 30/01/2019 - 09:26
Grande rigolade.
Ce gouvernement donne des leçons à la terre entière alors qu'il ne maîtrise rien en interne et que la logique de son action est de plus en plus opaque, à part sa haine pathologique des vieux et des automobilistes provinciaux. Au lieu de prétendre refonder le capitalisme, ce qui doit faire bien rigoler nos concurrents en Europe et ailleurs , il devrait s'atteler à refonder notre Etat Francais, monstre obèse, de plus en plus inefficace sur ses devoirs fondamentaux de nature régalienne , mais qui s'ingére par contre de façon outrancière dans notre vie de tous les jours, nos libertés d'expression etc...