En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Alex Edelman / AFP
Art du Deal

Accord partiel sur la fin du Shutdown : Donald Trump joue la souplesse face au Congrès pour mieux se redonner de l’oxygène

Publié le 26 janvier 2019
Le président américain Donald Trump a signé l'accord permettant de mettre fin au "shutdown" le plus long de l'histoire américaine.
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président américain Donald Trump a signé l'accord permettant de mettre fin au "shutdown" le plus long de l'histoire américaine.

Atlantico : Le président américain Donald Trump a signé l'accord permettant de mettre fin au "shutdown" le plus long de l'histoire américaine. Comment la situation s'est-elle débloquée ?

Jean-Eric Braana : Donald Trump était engagé dans un blocage sans fin face aux Démocrates. En espérant résoudre l’actuelle crise politique, il avait proposé de régulariser les migrants enfants (les Dreamers) ou ceux qui ont un statut temporaire. Une proposition qui allait droit dans le mur tant elle avait grincer les dents de l’aile droite des Républicains. On l’a vu en fin de semaine lorsque deux sénateurs - Mike Lee sénateur de l’Utah et Tom Cotton sénateur de l’Arkansas- ont voté contre le texte proposé par les Républicains montrant ainsi que cette main tendue vers l’immigration ne leur convenait absolument pas puisqu’ils sont en faveur d’une ligne dure et naturellement favorables au mur.

Ainsi, alors qu’une proposition aurait déçu l’aile droite et n’eu aucun impact sur les Démocrates, céder aujourd’hui peut ressembler à un suicide politique. Le mécontentement de son aile conservatrice est criant. Aujourd’hui, les médias vont s’empresser de montrer que la majorité Démocrate du Sénat a gagné face à Donald Trump. Cependant, en cédant, il a balayé l’image d’un Président buté qui n’en ferait qu’à sa tête. Ces derniers jours, les fonctionnaires -qui ne sont pas payé depuis le début du shutdown- interviewés sur toutes les chaînes disaient en vouloir à Donald Trump de ne pas céder. Or, en changeant d’attitude, il passe à présent pour un homme souple, un président qui a compris la souffrance de son peuple. Lorsqu’il s’est exprimé publiquement, il a d’ailleurs débuté son discours en parlant de ces fonctionnaires qui ne recevaient plus leur salaire, demandant à ce qu’ils soient payés de suite.

Le nouveau shutdown remet les compteurs à zéro, mais Donald Trump a néanmoins permis aux employés de récupérer le salaire qu’ils n’avaient pas perçu depuis quelques mois. En ayant un peu cédé, et si les négociations n’aboutissent pas (ce qui sera le cas en raison de la question récurrente du mur), il pourra désormais s’opposer au shutdown en lançant l’état d’urgence. Pour cela, il lui suffira de s’appuyer sur la souffrance des fonctionnaires, lui évitant des accusations d’abus de pouvoir.

Donald Trump sort-il perdant ou gagnant, après cette concession faite à ses adversaires démocrates ?

Nous sommes encore en plein “match”, il est donc difficile de déterminer réellement qui sera le gagnant. Mais il est intéressant de repenser à l’ouvrage de Donald Trump, “L’Art du deal”, dans lequel il écrivait qu’il faut toujours avoir l’air de céder pour faire croire à son adversaire que c’est lui qui gagne. C’est une idée qui est très présente dans son livre et que l’on peut facilement relier à la situation actuelle.

Je pense, en réalité, que c’est cela qui va passer : les démocrates sont dans une impasse, soit ils ne donnent rien et se retrouvent complètement bloqués par l’état d’urgence ou alors il font un pas vers les Républicains. Avec l’option un, ils perdent complètement et le mur est construit pour un coût total de 7 milliards ; avec l’option deux, ils proposent un “petit mur” de deux milliards auquel Donald Trump dirait oui. Se faisant, Donald Trump ne sortirait pas perdant et les Démocrates non plus.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

02.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

03.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

04.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

05.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

06.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Liberte5
- 30/01/2019 - 12:07
Les démocrates se sont mis dans une impasse .....
car malgré les apparences ils se sont coincés cette ligne dure et n'ont plus de marges de manœuvre. L’extrémisme plait à leur électorat d'extrême gauche mais ne va pas forcément plaire aux démocrates modérés façon B. Clinton. N. Pelosi qui est tout, sauf une fine négociatrice, voit son image érodée dans un récent sondage , alors que D. Trump bénéficie toujours du soutien de sa base. Les démocrates qui désormais ont une extrême gauche dans leur groupe au parlement sont dans le foutoir total pour s'organiser. Un peu comme les socialistes l'avaient été avec les frondeurs.