En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© JACQUES DEMARTHON / AFP
Décision de justesse
Après Troyes, Amiens et Lyon, Grenoble est le 4e conseil des prud’hommes à rejeter la barémisation des indemnités
Publié le 25 janvier 2019
Troyes, Amiens, Lyon et maintenant Grenoble. Sans oublier le syndicat CGT de l’usine Yto : tous s’élèvent contre la barémisation des indemnités prud’hommales prévues par les ordonnances travail de 2017. Au point que le gouvernement devrait peut-être réellement se pencher sur le problème que posent ces ordonnances et cette barémisation.
Adrien Pittore est journaliste, photographe et pigiste. Il a notamment participé au recueil « Les Photos qu’on peut voir qu’au niveau district – Tome 2 » publié le 17 novembre 2017 aux éditions Petit à Petit.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien Pittore
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien Pittore est journaliste, photographe et pigiste. Il a notamment participé au recueil « Les Photos qu’on peut voir qu’au niveau district – Tome 2 » publié le 17 novembre 2017 aux éditions Petit à Petit.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Troyes, Amiens, Lyon et maintenant Grenoble. Sans oublier le syndicat CGT de l’usine Yto : tous s’élèvent contre la barémisation des indemnités prud’hommales prévues par les ordonnances travail de 2017. Au point que le gouvernement devrait peut-être réellement se pencher sur le problème que posent ces ordonnances et cette barémisation.

S. Banga était monteur d’échafaudages engagé grâce à un contrat nouvel embauche. Seulement, le 26 avril 2018, son employeur lui notifie son licenciement sans qu’aucun entretien préalable ne soit réalisé. Monsieur Banga porte son cas devant la justice qui estime finalement qu’il s’agit d’une rupture de contrat abusive, « sans cause réelle et sérieuse« . Le contrat nouvel embauche est requalifié en CDI et le conseil condamne l’ex-employeur à verser 1 948,05€ au salarié.

Les textes internationaux devant la loi française

Une somme que n’aurait jamais pu toucher S. Banga si le conseil s’est cantonné à appliquer les ordonnances travail qui instaurent une barémisation des indemnités perçues. Pour motiver sa décision, les juges ont suivi la brèche ouverte par le conseil de Troyes en affirmant que les nouveaux textes en vigueur sont supplantés par les textes internationaux. En particulier quand ils sont édités par l’Organisation Internationale du Travail (OIT). 

« La Cour de cassation, puis le conseil d’Etat, se sont reconnus compétents pour procéder à ce contrôle de conventionnalité, que ce contrôle peut donc conduire, lors de l’examen d’un litige, à écarter la loi française pour faire prévaloir la convention internationale dans la résolution du litige. » 

Décision rendue par le conseil de prud’hommes de Grenoble 

Le gouvernement a ouvertement pris position contre les conseillers prud’hommaux qui ne respectaient pas les ordonnances travaille. Cependant, en les attaquants frontalement dans une tribune, il n’a fait que renforcer la fronde. Reste que la Cour de cassation n’a, pour le moment, pas encore cassé l’un de ces jugements. On risque d’entrer dans une forte période d’insécurité judiciaire, chaque conseil étant libre de respecter ou non les ordonnances travail et la barémisation des indemnités prévues. Chaque camp aura à coeur de relayer chaque décision qui lui ai favorable. En attendant une annonce définitive du cap à garder ? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
06.
Voulez-vous savoir quand la droite est entrée en agonie ? En 2010, quand Nicolas Sarkozy supprima le ministère de l'Identité nationale, qu'il avait lui-même créé !
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
05.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 25/01/2019 - 23:20
Quel souk, cette justice gauchiste!
Incapable de s’extraire des griffes du paléo-marxisme, la justice socialiste sombre, elle-aussi...