En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

06.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

07.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

05.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 15 min 34 sec
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique",
il y a 24 min 36 sec
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 1 heure 38 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 3 heures 33 min
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 4 heures 40 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 4 heures 52 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 13 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 13 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 19 min 26 sec
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 1 heure 5 min
décryptage > Politique
Politisation de la justice

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

il y a 2 heures 29 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 3 heures 52 min
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 4 heures 30 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 4 heures 48 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 4 heures 52 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 4 heures 53 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 13 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 14 heures 2 min
© Alexei DRUZHININ / SPUTNIK / AFP
© Alexei DRUZHININ / SPUTNIK / AFP
Popularité

Pourquoi Vladimir Poutine est au plus bas dans les sondages en Russie

Publié le 25 janvier 2019
Vladimir Poutine expérimente une brutale chute dans l'opinion. Une cause immédiate : sa réforme des retraites enclenchée depuis sa réélection.
Jean-Robert Raviot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Robert Raviot est professeur de civilisation russe contemporaine à l'Université Paris-Ouest Nanterre La Défense, docteur et HDR en science politique. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Vladimir Poutine expérimente une brutale chute dans l'opinion. Une cause immédiate : sa réforme des retraites enclenchée depuis sa réélection.

Atlantico : Vladimir Poutine ne cesse de chuter dans les sondages d'opinion, et n'est désormais plébiscité que par 33% des Russes, son plus bas niveau depuis 2006, rapporte le Financial Times. Que pensez-vous de ces chiffres ? De quoi résulte cette "chute" ?

Jean-Robert Raviot : Ces chiffres sont produits par des instituts de sondage très divers, ils reflètent donc bien une réalité peu controversée, d’ailleurs. Cette chute est constante depuis la réélection de Vladimir Poutine à la présidence, en mars dernier. Cette chute a une cause immédiate : la réforme des retraites et en particulier le recul de l’âge de la retraite, largement rejetée par une immense majorité de Russes. Pourquoi ? Un seul chiffre : l’âge de la retraite passe à 63 ans pour les hommes, dans un pays où l’espérance de vie masculine est justement de … 63 ans ! Cette baisse de popularité résulte aussi d’une tendance plus profonde, qui remonte aux années 2014-2015. Avec la crise ukrainienne et l’intervention russe en Syrie, le président s’est investi presqu’exclusivement sur les dossiers internationaux, semblant un peu délaisser la politique intérieure. Un nombre croissant de Russes s’en lassent et s’agacent de ce que la télévision, depuis quelques années, mette en avant les grandes questions internationales au détriment des problèmes intérieurs, qui sont à la fois nombreux et pressants…

Comment le président russe pourrait-il inverser la tendance de ces mauvais sondages ? Quelle est sa marge de manœuvre, notamment sur les dossiers internationaux, qui semblent lasser la population russe ? Sur les dossiers nationaux, notamment en ce qui concerne le pouvoir d'achat de la population ?

Dès l’amorce de la dernière campagne présidentielle, Vladimir Poutine a réorienté son discours politique sur les questions de politique intérieure et, plus précisément de politique économique et sociale. La Russie est un pays dans lequel les clivages territoriaux sont immenses et de plus en plus marqués. De nombreuses régions sont en dépression économique depuis dix ans, quand elles ne sont pas remises de la chute de l’URSS il y a près de trente ans… Sur ces dossiers nationaux, Poutine a choisi de tenir, au cours de la dernière campagne présidentielle, un discours très social et soucieux de « coller au terrain ». Dans le choix des déplacements, les régions les plus défavorisées ont été privilégiées ; dans les thématiques, les questions médicales et sanitaires ont été mises en avant. Plus que le chômage, c’est la question des travailleurs pauvres et du sort des retraités qui est la plus sensible. Ajoutons que l’engagement de l’Etat dans les régions russes fait défaut dans bien des domaines : infrastructures routières et énergétiques (notamment les réseaux qui alimentent le chauffage urbain), services publics locaux (écoles, notamment)… Une partie importante de la Russie se trouve en dehors du périmètre de la redistribution du mieux-être économique des années 2001-2008 et de la sotie de crise qui se profile depuis 2016, ce qui accentue le mécontentement.

Vladimir Poutine a été réélu en 2018 pour un mandat de 6 ans, soit jusqu'en 2024. Quel peut être la conséquence de cette baisse de popularité auprès du peuple russe ? Que peut réellement craindre le maître du Kremlin ?

Cette baisse de popularité de Poutine n’est pas la première. La plus importante, historiquement, fut celle de 205-2006, suite à la réforme dite de la « monétisation des prestations sociales », alors très impopulaire et qui avait débouché sur de nombreuses mobilisations. La confiance en Poutine-chef de l’Etat, véritable incarnation de la Russie sur la scène internationale, n’est pas fondamentalement remise en question. Mais il s’agit, de toute évidence, de son dernier mandat et l’opinion publique russe semble attendre de lui qu’il mette en place les bases d’un système économique plus juste et plus efficace, moins corrompu et plus dynamique. Il en a sans aucun doute pleine conscience… mais il n’est pas omnipotent, comme on le croit trop souvent dans la presse occidentale. Il est l’arbitre de groupes dirigeants rivaux et souvent hostiles, en désaccord sur les priorités économiques et stratégiques. Pour l’instant, il navigue à vue entre plusieurs options possibles, dans le contexte des sanctions américaines et européennes qui restreignent encore les marges de manœuvres financières de la politique économique… En l’absence d’une opposition structurée, forte, unifiée et dirigée par des leaders crédibles et pouvant se présenter comme une alternative sérieuse à Poutine, ce dernier n’a politiquement rien à craindre. Mais les manœuvres préparatoires à sa succession seront complexes. Elles seront rendues plus difficiles par une mauvaise conjoncture, ceci d’autant plus si Vladimir Poutine voit encore sa popularité baisser dans les années qui viennent…

 

 

 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires