En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
A contretemps
Macronracourcix : la France prise au piège de son syndrome Astérix ?
Publié le 24 janvier 2019
Mitterrand face à Thatcher/ Reagan, Emmanuel Macron face à Trump/ May ou comment la France s’épuise dans des politiques menées à contre temps du reste de la planète, ce qui condamne ses élites à une gymnastique les poussant à la dissimulation voire le mensonge sur la réalité des politiques qu’ils mènent.
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Husson
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Universitaire, Edouard Husson a dirigé ESCP Europe Business School de 2012 à 2014 puis a été vice-président de l’Université Paris Sciences & Lettres (PSL). Il est actuellement professeur à l’Institut Franco-Allemand d’Etudes Européennes (à l’Université...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mitterrand face à Thatcher/ Reagan, Emmanuel Macron face à Trump/ May ou comment la France s’épuise dans des politiques menées à contre temps du reste de la planète, ce qui condamne ses élites à une gymnastique les poussant à la dissimulation voire le mensonge sur la réalité des politiques qu’ils mènent.

Atlantico: Alors que la vague libérale touchait l'Occident des années 79-80 par l'élection de Ronald Reagan et de Margaret Thatcher, la France avançait contre-courant en élisant François Mitterrand à la présidence de la République. De la même façon, après le Brexit de 2016 et l'élection de Donald Trump, la vague dite "populiste" a abouti à l'élection paradoxale d'Emmanuel Macron en 2017. Comment comprendre cette position à contre-courant de la France dans ce contexte, dans une forme de syndrome d'Asterix du village gaulois ? 

Edouard Husson: N’oubliez pas Panoramix et la potion magique !  La France a produit, en 1974 comme en 2007, un président de la République qui a compris plus vite que les autres le monde qui est en train d’advenir. Dans les années 1970, Valéry Giscard d’Estaing plaide pour une « société libérale avancée ». Il a plusieurs années d’avance sur le reste de l’Occident. Il invente le G7. Il est un pionnier d’une  construction européenne intégrée. Il met en place la politique de change fixe franc-mark. Il est le premier président à parler d’environnement. Il fait voter la fin de la pénalisation de l’avortement etc....Et il n’est pas réélu en 1981. De même, Nicolas Sarkozy a plusieurs années d’avance quand, en se présentant à l’élection de 2007, il propose un programme que l’on peut présenter comme « conservateur », au sens anglo-américain du terme. Il prône une politique de sécurité intérieure, un contrôle plus strict de l’immigration, il réhabilite le travail et l’argent gagné honnêtement. Il est le premier à réformer les universités depuis 1968, dans un sens de meilleure gestion. Il dit d’ailleurs vouloir inverser l’esprit de 1968. Et, comme VGE, il perd le scrutin où il tente d’être réélu. VGE comme Giscard avaient une recette de potion magique bien dosée sur le papier. Ils avaient juste oublié que l’effet de la potion magique, administrée lors de campagnes électorales brillantes et propre à susciter l’enthousiasme gaulois, ne dure qu’un temps. Il faut renouveler la dose de potion magique; et surtout adapter le dosage à ce que peut supporter le village, sans quoi ils renversent la marmite et se ruent sur le druide sans réfléchir. On remarquera que, dans les deux cas, les présidents ont été secoués par une crise qui confirmait largement leur diagnostic d’un nécessaire changement de politique. Mais ils n’ont pas voulu en tirer toutes les conséquences. Ensuite, effectivement, profitant du violent orage qui secoue le village, un personnage apparemment intelligent, hautain et quelque peu inquiétant, s’introduit dans le village pour proposer aux Gaulois de maîtriser leur avenir - en abusant de leur vanité et de leur crédulité. Je ne sais pas à qui, de Mitterrand ou Macron, la comparaison avec le devin Prolix d’Uderzo et Goscinny se prête le mieux.  
 

Cette position n'est-elle pas simplement vaine, dans un contexte ou les propositions portées par la France, dans les deux cas, vont à contre sens d'une vague plus large ? 

François Mitterrand est le dernier socialiste d’Europe dans un monde en train de devenir libéral. Emmanuel Macron est le dernier libéral d’Europe, ou peu s’en faut, dans un monde en train de devenir conservateur. La France sécrète dans les deux cas à la fois un président précurseur et un retour en arrière imprégné d’une radicalisation de l’idéologie du monde en train de disparaître. Maurice Clavel avait, dans une formule spirituelle, expliqué, dans les années 1960, que le dernier stalinien de France serait un curé breton. Il y a en effet une propension de nos intellectuels et notre classe politique à s’accrocher à une vision abstraite des choses. Peut-être, d’ailleurs, le défaut de Giscard et de Sarkozy a-t-il été, à l’origine, d’être eux aussi trop ....prolixes. Il y a en France une propension à préférer l’intelligence au courage. Giscard et Sarkozy ont donné l’impression aux Français qu’ils avaient plus parlé qu’agi. Alors sont arrivés Mitterrand ou Macron, dont la passion principale a été d’opposer un discours au discours antérieur. Nous payons, que cela nous plaise ou non, le déclin du christianisme, religion de l’incarnation du Verbe divin dans la réalité du monde: depuis la Révolution, une grande partie de la politique a consisté à séparer l’intelligence du réel. Les zizanies du village gaulois sont largement d’éternels débats sur les principes. 
 

Comment anticiper le scénario par lequel cette "vague" atteindra la France ? 

Il y a une différence essentielle entre François Mitterrand et l’actuel président de la République. Le premier ne croyait absolument pas un mot du socialisme qu’il prônait.  Il ne lui a pas été difficile de se rallier au libéralisme en 1983, quand il est devenu évident que la politique social-démocrate mise en oeuvre avait échoué. Emmanuel Macron, au contraire, est un « libéral, centriste, Européen » convaincu, pour reprendre la célèbre formule de VGE, qui lui va si bien. On a oublié combien Mitterrand est devenu impopulaire en 1982-1983 mais il a su prendre le tournant. A contraire, Emmanuel Macron se raidit face au mécontentement populaire. Les années 1980 avaient vu émerger une génération de nouveaux entrepreneurs en France; tandis qu’aujourd’hui ce sont les Gilets Jaunes qui battent le pavé. Dans les deux cas, on voit que la société, au terme d’un mouvement de balancier entre les Anciens et les Modernes, est en train d’accepter lentement, le monde nouvau. . 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 24/01/2019 - 18:35
Macron se comporte comme un satrape européen
à la tête d'un pays dont la majorité des habitants aveuglée par les discours et promesses pense toujours un pays riche et prestigieux (entendu un député qui le croit encore à la 5ème place des puissances économiques, alors que nous approchons peu à peu de la 8ème) Les Astérix c'est nous. Comme Mitterrand (curieux, deux noms qui commencent par m...) il est conscient que nous nous sommes toujours pas relevés de la première et seconde guerres (deux générations perdues) anesthésiés très tôt à la dialectique du « socialo-communix » ; et conscient aussi que nous perdrons une à une toutes nos dernières grandes entreprises, lesquelles s'ébattent de plus en plus dans la mondialisation. Il n'est là que pour profiter de la place, brûler les derniers deniers, et encore jeune, se sculpter un futur bel avenir international. Il s'agit donc pour lui de tenir cinq ans avec la logorrhée habituelle des élus, de mesures cosmétiques, sans oublier quelques dragées qui nous tiendront sur les pattes arrière.
Tetavana
- 24/01/2019 - 15:55
Macron libéral ? Et même le
Macron libéral ? Et même le dernier libéral d'Europe ! Monsieur Husson vous m'inquiétez !
Bernardoran
- 24/01/2019 - 15:05
L'orthographe fait-elle
L'orthographe fait-elle partie de l'ancien monde ?