En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© ERIC FEFERBERG / AFP
Accroché au pouvoir
Election présidentielle en Algérie : Bouteflika, la momie présidente qui devrait le rester
Publié le 19 janvier 2019
Les Algériens sont appelés à se rendre aux urnes le 18 avril prochain. Bien qu'extrêmement absent, l'ombre du président Abdelaziz Bouteflika continue de planer sur le pays et tout laisse penser que s'il se représentait, il serait à nouveau élu dès le premier tour.
Ahmed Rouadjia a obtenu son doctorat d’histoire à Paris VII (Jussieu) en 1989. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ahmed Rouadjia
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ahmed Rouadjia a obtenu son doctorat d’histoire à Paris VII (Jussieu) en 1989. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Algériens sont appelés à se rendre aux urnes le 18 avril prochain. Bien qu'extrêmement absent, l'ombre du président Abdelaziz Bouteflika continue de planer sur le pays et tout laisse penser que s'il se représentait, il serait à nouveau élu dès le premier tour.

Atlantico : Les Algériens sont appelés à se rendre aux urnes le 18 avril prochain. Bien qu'extrêmement absent, l'ombre du président Abdelaziz Bouteflika continue de planer sur le pays et tout laisse penser que s'il se représentait, il serait à nouveau élu dès le premier tour. Les élections ont-elles encore un sens en Algérie ? 

Ahmed Rouadjia : Vous avez posé la bonne question et y avez répondu de manière quasi exacte. D’ailleurs, c’est le sentiment que partage l’écrasante majorité des Algériens, y compris les moins versés dans les choses politiques : ils savent que, même sur son lit de mort, le président, sera déclaré rééligible, physiquement apte à se mouvoir, et mentalement capable de diriger avec « clairvoyance » un grand pays, qui est cinq fois plus grand que la France en termes de superficie, mais aussi en termes de poids politique et géographique au sein d’un contient instable, volcanique.

Habitués depuis de longue date aux agiotages, aux trafics de tous les registres politiques, et donc aux élections truquées, les Algériens sont devenus le peuple le plus sceptique de la planète, et le moins disposé à donner crédit à des scrutins mascarades. En d’autres termes, les élections prévues pour le 18 avril prochain n’ont de « sens » véritables que pour leurs instigateurs…

Les partis d'oppositions vont-ils pouvoir jouer un rôle déterminant dans cette course à la présidence ? Ou ne seront-ils que de simples figurants ? 

Les partis d’oppositions, hormis le FFS (le Front des Forces Socialistes) fondé dès 1962 par feu Hocine Ait Ahmed, l’un des pionniers du déclenchement de la guerre d’indépendance, ne sont rien de moins que des appendices des appareils étatiques. Créées ou inspirés dans leur grande majorité par ces mêmes appareils de l’ombre, ces partis, y compris les partis islamistes dits « modérés », comme le MSP (d’obédience Frères Musulmans) issus de l’ex-Hamas du cheikh Nahnah, ou de la Nahda (renaissance), se révèlent être à l’observation attentive de véritables béni oui-oui dans la mesure où ils épousent toujours la cause de ceux qui sont « debout » (les plus forts du moment). Or, pour ces partis peu représentatifs, mais fortement intéressés le clan du président est « le plus fort de tous ». En soutenant contre vent et marrées son cinquième mandant, ils escomptent être « récompensés » en retour. Les partis dits « démocratiques », ne sont pas en reste, et misent sur la réélection du président pourtant gravement malade pour obtenir les gratifications attendues.

Pourquoi le pays n'arrive-t-il pas à trouver un successeur à son président actuel ? Le pays est-il dans une impasse ?

Il faut dire plutôt : pourquoi les dirigeants n’ont-ils pas cherché un successeur au président qu’ils savent pertinemment très « fatigué », pour ne pas dire gravement malade ? C’est la question que l’homme de la rue algérien se pose et à laquelle il ne trouve point de réponse. Ce qui est sûr cependant, c’est que tous les clans qui se partagent le monopole du pouvoir sont d’accord au moins sur un point: celui de laisser le président « mourir » tranquillement comme il l’avait souhaité lui-même à la tête de l’Etat. Or, ne pas le laisser se représenter à la date prévue comme candidat à sa propre réélection serait trahir les vœux qu’il avait maintes fois formulés lui-même, de manière plus ou moins explicites. Quant à la question de savoir si le pays s’est engagé ou non dans une impasse, la réponse est qu’il l’est depuis un certain temps, mais cette impasse est temporaire et les « décideurs » politiques de l’Algérie sont mondialement connus pour posséder ces capacités incroyables de tomber toujours, tel un chat lancé en l’air, sur leurs pattes….Mais au prix, il est vrai, de quelques « petits dégâts collatéraux. »

Cette élection peut-elle être le prélude d'un renouveau national ? 

C’est trop tôt pour le dire. Je note seulement qu’un renouveau national ne saurait jamais se faire sans alternance politique avec son cortège de transparence…Or, ces conditions sont bien loin d’être réunies en Algérie. Si renouveau il y a, il viendrait non pas des dirigeants actuels « constipés » et crispés qu’ils sont sur leurs certitudes quasi absolues, pour ne pas dire sur des certitudes imbéciles, mais viendrait certainement de la société civile qui fait à sa manière l’apprentissage du pluralisme qui se traduit, sans conteste, par une grande liberté d’expression d’opinions, qui n’existe nulle par dans le monde arabe, y compris dans un pays comme le Liban réputé à tort le plus pluraliste d’entre tous… Mais pluralisme n’est pas démocratie, et celle-ci est plutôt balbutiante qu’effective dans l’Algérie actuelle…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Voulez-vous savoir quand la droite est entrée en agonie ? En 2010, quand Nicolas Sarkozy supprima le ministère de l'Identité nationale, qu'il avait lui-même créé !
05.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Angela Merkel a été victime d'une nouvelle crise de tremblements
01.
L'incroyable résilience japonaise
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
05.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
lasenorita
- 19/01/2019 - 15:54
Le F.L.N.est corrompu!
Le F.L.N. a TOUJOURS été corrompu! Pendant la ''guerre d'Algérie'' le F.L.N. volait les sous des ''pauvres'' Algériens, il mutilait les musulmans qui ne voulaient pas payer leur ''dîme'', les ''porteurs de valise'' gaucho-islamos (tel le père de Bernard Cazeneuve) transportaient cet argent que le F.L.N. avait volé ou qu'il avait soutiré, de force, aux Algériens.. Avec cet argent le F.L.N. achetait des armes avec lesquelles il tuait nos soldats ou des ''civils innocents'' ou il achetait des villas en Suisse...après le 19 mars 1962,le F.L.N.
a enlevé 30.000 non-musulmans ''innocents'' dont il n'a pas restitué les corps, il a chassé TOUS les non-musulmans de leur pays natal et ''nationalisé'' leurs biens.. maintenant le F.L.N. achète des propriétés, en France, avec de ''l'argent sale'', il terrorise les Algériens avec ses escadrons de la mort, il tue et il enlève les opposants à son régime...les Algériens fuient ''leur'' pays sur des rafiots de fortune au risque de perdre la vie. .à notre tour de dire aux fellouzes et aux Algériens: ''La valise ou le cercueil''...et BON DEBARRAS!...
assougoudrel
- 19/01/2019 - 11:38
Nous avons nos problèmes en France
avec les gogos qui avalent n'importe quoi, votent pour n'importe qui et pleurent par la suite. Alors, si les algériens veulent rester au fond du trou avec leur momie, les français de souche n'en ont rien à foutre. Nous, nous avons nos maghrébins qui nous posent problème, à cause de politiciens débile...