En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© AFP
Bonnes feuilles
Première guerre mondiale : la formidable machine de combat de Raymond Poincaré
Publié le 19 janvier 2019
Le général Henri Bentégeat vient de publier "Chefs d'Etat en guerre" aux éditions Perrin. Dans cet ouvrage il aborde la question du pouvoir face à la guerre à travers la métamorphose suprême du chef d'Etat en chef des armées de 1850 à nos jours. Extrait 1/2.
Le général d'armée Henri Bentégeat a été chef d'état-major particulier du président Jacques Chirac de 1999 à 2002, puis chef d'état-major des armées jusqu'en 2006.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Bentégeat
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le général d'armée Henri Bentégeat a été chef d'état-major particulier du président Jacques Chirac de 1999 à 2002, puis chef d'état-major des armées jusqu'en 2006.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le général Henri Bentégeat vient de publier "Chefs d'Etat en guerre" aux éditions Perrin. Dans cet ouvrage il aborde la question du pouvoir face à la guerre à travers la métamorphose suprême du chef d'Etat en chef des armées de 1850 à nos jours. Extrait 1/2.

Dès sa nomination le 15 novembre 1917, le Tigre sait qu’il faut aller vite et s’imposer sans délai. La situation militaire, l’épuisement et le doute qui accablent les Français appellent une direction énergique et une prise en main de l’appareil de l’Etat. Il lui faut donc, estime-t-il, neutraliser le président de la République, contrôler le Parlement, maîtriser la presse, asseoir son autorité sur les chefs militaires, convaincre les Alliés et éliminer l’opposition à la guerre. Avec Raymond Poincaré, les choses se font simplement. « Clemenceau me déteste, écrit ce dernier, mais avec ses énormes défauts d’orgueil et de jalousie, de rancune et de haine, il a une qualité dont Caillaux est dépourvu : il a, au plus haut degré, la fibre nationale et il est patriote comme les Jacobins de 1793. » De son côté, Clemenceau, qui partage largement ses vues et ses idées, le tient toujours en piètre estime, jugeant que « le caractère, surtout lui fait défaut ». Poincaré l’a nommé parce qu’il a la poigne nécessaire pour gagner la guerre, envoyer « les traîtres devant la justice, tenir le Parlement, éliminer les généraux incapables et briser les grèves des ouvriers de l’armement ». D’entrée de jeu, Clemenceau limite les réunions présidées par le chef de l’Etat et fait entrer ses proches au Comité de guerre, officiellement en charge de la conduite du conflit. Il se chargera lui-même d’informer le président de la République : « Je viendrai souvent causer avec vous. »

De fait, il rencontre fréquemment Poincaré dans des conversations à bâtons rompus qui n’ont rien d’un compte rendu précis et complet. Il critique volontiers devant lui les chefs militaires, minimise l’action de ses ministres, lui demande de signer des lettres qu’il a fait préparer, mais ne l’informe pas des correspondances directes qu’il a avec les Alliés. Aussi Poincaré se plaint-il d’être mis sur la touche, mais il admire l’énergie de son président du Conseil et lui concède la réalité du pouvoir. Son gouvernement est une machine de combat. Tous les ministres sont du parti radical et le Tigre a placé ses fidèles aux postes clés : Louis-Lucien Klotz aux Finances, Pichon aux Affaires étrangères, Jules Pams à l’Intérieur et Louis Nail à la Justice. Quelques-uns, reconduits pour leur compétence, sont des proches de Poincaré, Georges Leygues à la Marine, Albert Lebrun au Blocus, Louis Loucheur à l’Armement. Mais il interdit à ce dernier de traiter directement avec le quartier général. Il leur fixe deux règles : discrétion et rapidité. Le téléphone est préféré aux notes écrites, les décisions doivent être prises en moins de soixante-douze heures, les Conseils des ministres, de quotidiens deviennent hebdomadaires. Tout passe par Mandel, assisté par Jules Jeanneney pour la coordination civilo-militaire. Au Parlement, son discours d’investiture, le 20 novembre 1917, est simple et très général : « Nous nous présentons devant vous avec l’unique pensée de faire la guerre. » Caillaux et Malvy, ses adversaires « pacifistes », s’abstiennent et les deux tiers des socialistes votent contre lui, mais son investiture est confirmée à une large majorité.

Le Tigre élude les questions sur les projets de paix, le programme du président Wilson. Dans l’immédiat, la seule chose qui compte, martèle-t-il, est de gagner la guerre.

Extrait de "Chefs d'Etat en guerre" du général Henri Bentégeat, publié aux éditions Perrin.

Lien direct vers la boutique Amazon : ICI

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
03.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
04.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
05.
Pourquoi la fonte du permafrost pourrait avoir des conséquences encore pires que prévues
06.
Notre-Dame : quand du recueillement on passe au cirque !
07.
Les vrais objectifs de la sulfureuse ONG Qatar Charity
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
05.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
06.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires