En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 9 min 43 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 43 min 12 sec
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 2 heures 53 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 3 heures 38 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 5 heures 7 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 5 heures 39 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 6 heures 46 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 7 heures 10 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 7 heures 39 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 7 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 29 min 8 sec
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 1 heure 25 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 3 heures 26 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 4 heures 56 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 5 heures 8 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 6 heures 41 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 6 heures 57 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 7 heures 17 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 7 heures 44 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 7 heures 58 min
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Larcher the king

Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez

Publié le 18 janvier 2019
A l'occasion de la présentation de ses voeux à la presse , le président du Sénat, Gérard Larcher a évoqué " l'échec de 18 mois de présidence qui devait être ...l'avènement d'un nouveau monde, flamboyant, ambitieux et conquérant", et lancé une mise en garde à Emmanuel Macron à propos du respect des institutions...
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A l'occasion de la présentation de ses voeux à la presse , le président du Sénat, Gérard Larcher a évoqué " l'échec de 18 mois de présidence qui devait être ...l'avènement d'un nouveau monde, flamboyant, ambitieux et conquérant", et lancé une mise en garde à Emmanuel Macron à propos du respect des institutions...

Emmanuel Macron aime parait-il citer les répliques cultes des " Tontons Flingueurs" et notamment celle ci : "Mais il connait pas Raoul, ce mec !" (ce "mec" étant le quidam qui entend se mesurer à lui, le locataire de l'Elysée...). Aujourd'hui Raoul, ce pourrait bien être (- avec tout le respect dû à sa personne et sa fonction,) le président LR du Sénat Gérard Larcher, même si le troisième personnage de l'Etat préfère Victor Hugo à Audiard. A la tête de la "deuxième chambre" où l'opposition est majoritaire, il dispose aujourd'hui d'un pouvoir non négligeable, à la fois pour freiner les projets du gouvernement, mais aussi pour  venir à sa rescousse et il l'a montré fin décembre lorsqu'il a fallu adopter en urgence les mesures pour calmer la colère exprimée par les Gilets Jaunes. C'est à partir d'une proposition de Loi déjà votée au Sénat, mais non reprise par l'Assemblée Nationale qu'on avait pu revenir en cinq jours sur l'augmentation du prix des carburants. Emmanuel Macron en savait su gré aux Sénateurs; il avait envoyé un message de remerciements à leur Président  qui se flatte par ailleurs d'avoir conseillé au Chef de l'Etat d'aller voir les Maires à travers le pays. Aussi les membres de la Chambre Haute ont-ils peu goûté une des questions figurant dans la Lettre aux Français d'Emmanuel Macron :" Quel rôle nos assemblées, dont le Sénat et le Conseil Economique, Social et Environnemental doivent-elles jouer pour représenter nos territoires et la société civile ? Faut-il les transformer et comment ?" Le Chef de l'Etat n'avait pas pris la peine d'avertir le Président du Sénat de son intention de verser ce sujet au Grand Débat et les sénateurs y ont aussitôt vu dans cette question une (nouvelle) attaque contre le bicamérisme, un des fondements de la Ve République. La question est d'autant plus sensible que la Réforme des Institutions prévoit la réduction du nombre de parlementaires et que d'âpres négociations avaient permis d'acter (-avant que le processus soit interrompu par la crise des gilets jaunes), qu'il y aurait au moins un sénateur par département. Il l'a rappelé à Emmanuel Macron qu'il a rencontré en tête à tête avant le déjeuner réunissant les présidents de l'Assemblée National, du CESE et lui -même lundi dernier. Cette explication en tête à tête, c'était même la condition pour qu'il se rende à l'Elysée. Et Gérard Larcher a prévenu Emmanuel Macron qu'il révèlerait la teneur de ses propos,-en l'occurrence qu'il se montrera très vigilant sur le respect de la "Loi fondamentale", notamment pour l'organisation éventuelle d'un Référendum. En clair toute révision constitutionnelle, avant d'être soumise à l'approbation des électeurs devra être précédé par "l'adoption du texte dans les mêmes termes par l'Assemblée Nationale et le Sénat" en application de l'article 89 de la Constitution...". Et pour être encore plus clair, pas de référendum  sans débat parlementaire préalable"."S'appuyer sur l'article 11 serait un putsch" avance même un sénateur, particulièrement attentif. "Ma conception de la République, c'est qu'on ne reconstruit pas une République en bernant les uns par rapport aux autres. Moi, je lui propose au contraire d'essayer de travailler ensemble" tonne le président du Sénat qui est en position de force dans le contexte actuel , car la grande majorité des sénateurs font bloc derrière lui; et ces élus locaux jadis méprisés vers qui Emmanuel Macron se tourne aujourd'hui pour tenter de "sortir de la logique de la contestation par la seule rue", le soutiennent également. Ce qui lui permet de rappeler que  " la légitimité démocratique, c'est l'élection et non le nombre de followers ". La revanche du " vieux Monde".

Fort de cette légitimité renforcée, Gérard Larcher fait également faire entendre sa voix au sein des Républicains :" Mon parti ne va pas bien", déplore-t-il . "Il ne faudrait pas laisser de vide entre la République en Marche et les le Rassemblement National", ajoute-t-il inquiet. Il n'est un mystère pour personne qu'il ne partage pas les positions droitières affichées par Laurent Wauquiez ( " je n'imagine pas d'autre alliance qu'avec le centre" glisse-t-il) , et qu'il ne manifeste guère d'enthousiasme pour le choix de la tête de liste aux européennes choisie par le Président du Parti ." Ma conception d'une tête de liste , c'est  quelqu'un qui puisse rassembler", ce qui n'est pas (encore)le cas de François Xavier Bellamy, le jeune prof de philo sur qui parie Laurent Wauquiez. Gérard Larcher n'en fera pas un casus belli  mais il veillera au " profond renouvellement de la liste "qui doit "incarner l'équilibre du parti",(-sous entendu pas  de sur-représentation de " la Manif pour Tous . La commission d'investiture commence ses travaux la semaine prochaine ...Gérard Larcher affirme qu'il ne " déchirera pas sa carte des Républicains", si ses conseils ne sont pas suivis à la lettre. Il est au dessus de cela; lentement mais sûrement il endosse le costume de recours de la droite .

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Adrien Dufourquet
- 18/01/2019 - 19:32
Gégé.
Il cause plus, il flingue.
lémire
- 18/01/2019 - 16:56
Quel personnage...
Traduction de ses positions (telles que les présentent cet article) :
- pas de réforme du Sénat et de l'Assemblée sans accord préalable du Sénat
- les sujets tabous pour le centre (et la gauche) doivent l'être pour la droite
C'est sur ces bases qu'il compte devenir un recours, alors que c'est ce que refusent les sympathisants et adhérents ? Ou compte-t-il se renier une fois qu'il aura ramassé le pouvoir ? On est bien dans le "vieux monde"...
lémire
- 18/01/2019 - 16:56
Quel personnage...
Traduction de ses positions (telles que les présentent cet article) :
- pas de réforme du Sénat et de l'Assemblée sans accord préalable du Sénat
- les sujets tabous pour le centre (et la gauche) doivent l'être pour la droite
C'est sur ces bases qu'il compte devenir un recours, alors que c'est ce que refusent les sympathisants et adhérents ? Ou compte-t-il se renier une fois qu'il aura ramassé le pouvoir ? On est bien dans le "vieux monde"...