En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
A quoi servent 1000 euros de dépenses publiques ?
Dépenses publiques : pourquoi le vrai coût du chômage pour la France est beaucoup plus élevé que les chiffres avancés par Bercy
Publié le 18 janvier 2019
Dans le cadre du Grand Débat organisé par Emmanuel Macron, le ministère des finances a choisi de publier un tableau descriptif permettant d'identifier les postes de dépenses publiques du pays, sur la base d'un montant de 1000 euros dépensés.
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans le cadre du Grand Débat organisé par Emmanuel Macron, le ministère des finances a choisi de publier un tableau descriptif permettant d'identifier les postes de dépenses publiques du pays, sur la base d'un montant de 1000 euros dépensés.

Atlantico: Sur ce chiffre total de 1000 euros de dépenses, 35 euros sont consacrés au chômage, soit 3.5% de 1250 milliards d'euros de dépenses (2016) ou 44 milliards d'euros. Au-delà de ce coût "facial" du chômage, comment évaluer son véritable coût total, notamment en prenant en compte le manque à gagner pour les finances publiques ? 

Jacques Bichot: Le coût économique du chômage est avant tout l’absence de la production qui aurait pu être effectuée si nous avions 2 ou 3 millions de travailleurs en plus. Pour une évaluation minimale, prenons la valeur du travail d’un salarié au SMIC, disons sur la base du salaire super-brut, c’est-à-dire 1719 € par mois, et déduisons le crédit d’impôt dit CICE destiné à réduire ce coût, soit 105 € : même si l’entreprise ne dégage grâce à cet emploi qu’une valeur ajoutée égale à son coût salarial, donc si elle travaille sans marge bénéficiaire, cela fait 1 614 € par mois, soit 19 368 € par an et par chômeur.

Envisageons maintenant un plein emploi lui aussi minimal, c’est-à-dire un million de chômeurs (un gros « chômage frictionnel » considéré comme inévitable, du fait des délais qui séparent deux emplois successifs). Il y aurait donc 2 millions de personnes en plus au travail, qui effectueraient une production supplémentaire égale à 38,7 Md€ (19 368 multiplié par 2 millions).

Si l’on envisage également le retour au travail de personnes qui ne sont pas inscrites à l’ANPE, parce qu’elles estiment actuellement qu’elles n’ont aucune chance, mais qui réviseraient leur position en voyant les embauches se multiplier, ce chiffre grossirait, conformément à la formule bien connue « l’emploi crée l’emploi ».

Supposons que de ce fait un demi-million de personnes supplémentaires soient intégrées à la force de travail : le supplément de production augmenterait du quart, ce qui le porterait à 48,4 Md€.

Ces hypothèses sont minimalistes, puisque normalement un salarié crée plus de valeur qu’il ne coûte à l’entreprise qui l’emploie (sinon, pourquoi l’emploierait-elle ?). Il faut aussi considérer qu’une proportion non négligeable des postes créés seraient rémunérés au-delà du SMIC. Nous pouvons donc penser que le passage au plein emploi augmenterait le PIB d’une bonne soixantaine de milliards d’euros.

Dans quelle mesure pourrait-on en conclure qu'un traitement efficace du chômage pourrait considérablement réduire la problématique budgétaire à laquelle la France fait face ? 

Le chiffre de 44 milliards d’euros consacrés au chômage par les finances publiques, chiffre avancé par Bercy, ne paraît pas déraisonnable. Il est donc possible d’envisager que les 60 milliards de production supplémentaire servent à la fois à augmenter le pouvoir d’achat, et à diminuer le déficit public. Si le chômage est réduit des 2 tiers, les 44 Md€ le seront aussi, ce qui soulagerait de 29 Md€ les finances publiques (y compris la sécurité sociale). Ce ne serait pas le retour à l’équilibre du « gros budget » regroupant les finances de l’Etat, des collectivités territoriales et des organismes de protection sociale, mais ce serait déjà une bonne chose.

Pour aller plus loin, il faudrait que la productivité de nos administrations progresse, et que des emplois de fonctionnaires ou de contractuels disparaissent, leurs titulaires passant dans le privé. La disparition du chômage, à elle seule, n’est pas suffisante pour supprimer le déficit public et le déficit de nos échanges extérieurs : il faut qu’il se combine avec le passage du secteur public au monde de l’entreprise de plusieurs centaines de milliers de salariés des administrations publiques, ce que seule une amélioration considérable de la productivité peut permettre.

Ce ne sera pas facile, mais si l’on remplace aux postes de gestion les « ronds de cuir » inefficaces par des managers compétents, ce n’est pas impossible. L’idéal serait de former à la gestion un bon nombre de fonctionnaires d’autorité qui font actuellement « tourner » leurs administrations selon des méthodes qui fleurent bon leur Courteline, non parce qu’ils sont dépourvus de qualités intellectuelles et humaines, mais parce que telle est la « culture d’entreprise » dans une grande partie de l’administration française.

Il faut parallèlement dégraisser fortement notre stock de règles en tous genre, depuis la fiscalité jusqu’à la protection sociale. L’exemple de nos multiples régimes de retraite par répartition est typique : l’unification permettra de supprimer un grand nombre de duplications de tâches ; j’ai par exemple estimé entre 2 et 3 milliards les économies de frais de gestion qui résulteraient du passage à un régime unique. La lenteur avec laquelle avance ce dossier, pourtant bien balisé, est terriblement décevante, et augure mal de la capacité réformatrice de nos gouvernants actuels.

Un rapprochement astucieux des complémentaires santé et de l’assurance maladie permettrait des économies du même ordre. Effectuer deux remboursements là où, avec une bonne organisation, un seul (égal à la somme des deux remboursements actuels) suffirait est techniquement facile, certaines mutuelles le font : au Gouvernement et au Parlement de jouer pour généraliser cette pratique.

Sans aller plus avant dans une revue de détail qui pourrait remplir un livre entier, ou un gros rapport de la Cour des comptes, disons simplement que traiter efficacement le chômage est nécessaire mais non suffisant pour redresser à la fois le déficit public et le déficit extérieur. C’est nécessaire, parce que beaucoup de personnes, en France, pourraient produire les biens et services que nous importons au prix de ce double déficit. Ce n’est pas suffisant, parce que la mauvaise organisation de nos administrations, si elle perdure, continuera à condamner une partie importante de notre force de travail à effectuer des tâches inutiles et donc à plomber la productivité de l’entreprise France.

Et que nos homme politiques ne se fassent pas d’illusion : le numérique, cette quasi-divinité qu’ils invoquent sans cesse, ne résoudra pas le problème, car l’usage déplorable qui en est fait freine formidablement le progrès de notre productivité globale.

Un travail acharné sera nécessaire pour débarrasser le pays de milliers de règles et de taxes qui compliquent tout et font de notre économie une sorte de Gulliver entravé par les liens fins mais innombrables tissés par les lilliputiens. Ceux-ci sont aux manettes dans nos ministères et nos directions d’administrations tant locales que centrales. Sans une réforme en profondeur de nos pratiques administratives, parler d’amélioration de la situation de l’emploi, des comptes publiques et de notre balance des paiements est à peu près aussi utile que de discuter du sexe des anges.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
05.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gastoch
- 18/01/2019 - 15:30
j'ai tout compris
Bonne analyse puisque je la partage sans réserve. (1) Le chômage — dont on dit qu'il a depuis très longtemps la préférence de nos gouvernants — coûte énormément en termes de dépense, de déficits commerciaux et de manques de ressources budgétaires. Comme par hasard le chômage fait l'affaire des administrations pourvoyeuses d'aides. Idem l'immigration organisée. (2)(a) Il y a beaucoup beaucoup trop de fonctionnaires indéboulonnables qui pèsent sur les finances publiques (retraite notamment). (b) Il y a beaucoup beaucoup trop de règlements administratifs dépassés, redondants mais nécessaires... aux fonctionnaires. On les aime bien mais trop c'est trop. Espérons ça ressorte du débat. Mais sans grand espoir puisque ce sont eux qui l'organisent.
Philvar
- 18/01/2019 - 15:16
Article de très bonne qualité
Tout est exact et bon y compris, ce qui est très rare, les proposition de solutions et la méthodologie nécessaire. Valable pour tous les secteurs phagocytés par les fonctionnaires-politiques pour en revenir aux seules fonctions régaliennes !
Ganesha
- 18/01/2019 - 13:11
Félicitations Mr. Bichot !
Il faut féliciter l'auteur de cet article pour son approche de la fonction publique territoriale plus humaine et réaliste que celle des vielles crapules fillonistes qui pullulent sur ce site !
Internet va incontestablement accroître le chômage.
Par contre, l'interdiction du Gliphosate créera des emplois.
Il y a en ce moment sur Atlantico un article de mr. Goetzmann qui explique la vraie solution présentée par Marine Le Pen pour le plein emploi. (ne vous contentez pas de lire le titre !)