En direct
Best of
Best-of: le meilleur de la semaine Atlantico
En direct
© LUCAS BARIOULET / AFP
Grincements de dents
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
Publié le 16 janvier 2019
Dans deux publications distinctes, le syndicat France Police, Policiers en Colère a fait parler de lui. Son secrétaire national a d’abord affirmé, en interview, que s’il y avait des tirs tendus de LBD dans la police, les ordres venaient de plus haut. Ensuite, le syndicat a aussi accusé le ministère de l’Intérieur de minorer les chiffres de la mobilisation.
Adrien Pittore est journaliste, photographe et pigiste. Il a notamment participé au recueil « Les Photos qu’on peut voir qu’au niveau district – Tome 2 » publié le 17 novembre 2017 aux éditions Petit à Petit.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien Pittore
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Adrien Pittore est journaliste, photographe et pigiste. Il a notamment participé au recueil « Les Photos qu’on peut voir qu’au niveau district – Tome 2 » publié le 17 novembre 2017 aux éditions Petit à Petit.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans deux publications distinctes, le syndicat France Police, Policiers en Colère a fait parler de lui. Son secrétaire national a d’abord affirmé, en interview, que s’il y avait des tirs tendus de LBD dans la police, les ordres venaient de plus haut. Ensuite, le syndicat a aussi accusé le ministère de l’Intérieur de minorer les chiffres de la mobilisation.

La charge est plutôt inattendue puisqu’elle vient directement du syndicat de police « France Police, policiers en colère ». Dans plusieurs publications, celui qui se classe comme étant le cinquième syndicat de policiers en France, d’après les toutes récentes élections professionnelles, n’a pas hésité à remettre en cause les ordres reçus par les forces de l’ordre durant les manifestations. Les comptages ont aussi été remis en cause.

« Les tirs tendus de LBD sont ordonnés par l’autorité hiérarchique »

Invité par la chaîne RT France, Eric Roman, secrétaire national du syndicat France Police, Policiers en colère, débattait avec un Gilet Jaune sur la violence qui entoure les manifestations.

Interrogé sur les moyens dont dispose les forces de l’ordre et sur leur usage de la force, le secrétaire national du syndicat confesse que « tout ce qui est tirs tendus (à hauteur de visage par des LBD, accusés d’éborgner les manifestants) est ordonné par les autorité hiérarchiques, par les commissaires et ça remonte jusqu’aux préfets. »

"Mais nous obéissons aux ordres derrière."

Eric Roman, secrétaire national du syndicat France Police, Policiers en colère

Lorsqu’on lui fait remarquer que les tirs tendus sont interdits, Eric Roman explique lorsqu’un policier est bousculé au moment de son tir, « la cartouche ailleurs, et là, effectivement, il y a des blessés, ce que nous déplorons énormément. » Avant de rajouter que jamais les « policiers ne blessent volontairement » ceux qui manifestent.

Le comptage gouvernemental largement remis en cause

Dans une publication datée du 12 janvier, le syndicat France Police – Policiers en colère est aussi revenu sur les chiffres de la mobilisation avancés par le ministère de l’Intérieur. Chiffres qui sont régulièrement remis en question par les Gilets Jaunes.

Ainsi, pour l’acte 9, le gouvernement constatait une mobilisation qui repartait à la hausse avec près de 80 000 personnes mobilisées. De leur côté, les Gilets Jaunes affirmaient que ces chiffres étaient largement biaisés et qu’il fallait dénombrer plus du double de manifestants.

Quant au cinquième syndicat de policiers en France, les chiffres tournaient plutôt autour de 360 000 manifestants sur toute la France, soit trois fois plus que ce qui était annoncé par le cabinet de Christophe Castaner. 

Comment expliquer une telle défiance de la part de ce syndicat de policier ? Pour ce dernier, il s’agit simplement du bon sens aux vues des images de la manifestation. « Le ministère de l’Intérieur annonçait 32.000 manifestants à 14h. Avec 80.000 forces de l’ordre mobilisées, il y aurait donc 3 policiers pour 1 manifestant aujourd’hui dans les rues » explique le communiqué.

Même dans les pires dictatures de la planète, aucun gouvernement ne met 1 manifestant face à 3 policiers.. A quand le même zèle sécuritaire face aux narcotrafiquants et aux djihadistes ?

Communiqué de presse du syndicat France Police, Policiers en Colère

Après la grogne des agents suite aux frugaux repas distribués dans leurs rangs, un sentiment plus général de colère pourrait se développer dans les rangs des forces de l’ordre.

En 2016 déjà, Jean-Paul Delage, du syndicat Alliance, dénonçait les ordres reçus par les forces de l’ordre lors de manifestations où des casseurs étaient présents en train de dégrader du mobilier urbains et des vitrines de magasins. Les agents avaient ordre d’attendre une heure avant d’agir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Christine Lagarde, la directrice du FMI, prévient d’un risque grave de tempête mondiale mais personne ne semble l’entendre
02.
Il faut détruire Jean-Luc Mélenchon et le secret de l’instruction avec…
03.
Condamnations de Gilets jaunes : la curieuse approche quantitative de la justice mise en avant par Édouard Philippe
04.
Laeticia Hallyday s'ennuie à L.A; Johnny Depp craque pour la fille d'un vieux pote; Dany Boon veut que vous sachiez qu'il est amoureux (pour vous faire oublier ses impôts); Nicolas S. & Carla B. qu'ils étaient à Venise pour leur anniversaire de mariage
05.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
06.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
01.
Parent 1 / Parent 2 : derrière “l’ajustement administratif”, une lourde offensive idéologique
02.
Novethic et autres promoteurs forcenés de la transition écologique : en marche vers un nouveau fascisme vert ?
03.
L’étrange manque de recul d’Alain Juppé sur sa part de responsabilité dans l’état « délétère » du pays
04.
Derrière le complotisme, l’énorme échec de 50 ans d’égalitarisme et de progressisme à marche forcée impulsés par l’Education nationale comme par la culture dominante
05.
55% des Français continuent à soutenir les Gilets jaunes : pourquoi s’imaginer que la fin de la crise est en vue est un fantasme dangereux
06.
Flambée d’antisémitisme et de violences politiques : ces erreurs politiques et macroéconomiques à ne pas reproduire pour enrayer la crise
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
JG
- 16/01/2019 - 21:35
Dictature macroniste
On glisse , doucement et sûrement vers la dictature, même si elle est encore un peu molle.
Mais la différence entre Staline , Pol Pot ou bien Kim Jong Il et Macron , c'est que ce dernier
1°) ne dispose pas d'un goulag ou de camps ou éliminer ses opposants .
2°) Ne dispose pas d'une force de répression servile et corrompue qui aurait tout à perdre d'un changement de gouvernement.
Police et armée sont encore républicaines et honnêtes (nonobstant quelques fous qui existent dans tout corps de métier...il y a bien des pompiers pyromanes...) et si la révolte gagne leur rang, je ne donne pas cher des jours des ce "microdictateur"
Je suggère aux futurs manifestants Gilets Jaunes - que je vais bientôt rejoindre si la répression continue à ce rythme , je les soutiens moralement et financièrement pour l'instant mais l'envie de les soutenir physiquement me démange - de hurler "Dictature macroniste" comme prochain slogan, cela fera un bon petit effet médiatique....
Félicitations en tout cas à ce courageux syndicat de Police.
Quant à la la haute fonction publique, elle se caractérise par sa lâcheté de toute éternité....les Jean Moulin étaient rares en 1940...moins rares fin 1944
assougoudrel
- 16/01/2019 - 14:10
Chez les militaires, lors des passassions de
commandement, on demande aux subordonnés d'obéir aux ordres du nouveau chef uniquement si c'est légal. Les policiers qui ont obéi à ces ordres criminels sont à blâmer, car ce sont des fumiers. Celui qui a donné ces ordres derrière son bureau est fautif, mais moins que celui qui détient l'arme; il n'était pas obligé de le faire (c'est mon avis). Il ne faut pas être bête et discipliné, mais on doit être discipliné, mais pas bête et c'est le cas de ces policiers qui, je suis certains, sont très peu nombreux, car il y aurait eu beaucoup plus de victimes parmi les manifestants.
Poussard Gérard
- 16/01/2019 - 11:57
Merci à ce syndicat courageux
de dénoncer les manipulations de ce gouvernement..qui met en prison un ex boxeur et laisse libre Ben allah un autre boxeur patenté..
Belloubet est une bonne exécutante et le parquet aussi