En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Tolga AKMEN / AFP
Disraeli Scanner
Brexit : Theresa May peut-elle encore gouverner après un vote à 2 contre 1 en sa défaveur?
Publié le 16 janvier 2019
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXè siècle.
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXè siècle.

Londres, 

Le 15 janvier 2019,

Mon cher ami, 

Eh bien, c’est fait. L’accord de Brexit négocié par notre gouvernement avec l’Union Européenne est en mille morceaux. La défaite de notre Premier ministre est sans appel. Les deux tiers du parlement ont voté contre le texte. 118 députés conservateurs ont voté contre Madame May tandis que 198 votaient pour le texte. 250 travaillistes ont voté contre, contre seulement 3. Mais le plus frappant est peut-être le fait que les 10 députés du DUP nord-irlandais et les 35 députés du SNP écossais ont voté contre l’Accord. Le Royaume de Sa Gracieuse Majesté est très désuni. 

Le Royaume désuni

Que peut-il se passer à présent? Jeremy Corbyn a aussitôt demandé un vote de défiance, qui aura lieu demain. La logique politique voudrait que Madame May soit battue. A vrai dire, dans toute autre circonstance, un Premier ministre démissionnerait. Elle devrait démissionner. Ou la Chambre devrait la renverser. Mais il est improbable que ce soit le cas car cela voudrait dire accepter l’inéluctabilité du no deal Brexit. Aucun nouveau gouvernement issu des urnes n’aurait le temps de se mettre en place et de proposer une nouvelle modalité de sortie de l’Union Européenne. Et puis, aucun député conservateur n’a envie d’aller affronter le verdict des urnes dans les circonstances actuelles, qu’il soit Remainer ou Brexiteer. Ce serait une victoire assurée pour Jeremy Corbyn. Et l’establishment ne veut pas de Jeremy Corbyn

Du coup, le Labour, privé d’élections anticipées qu’il pourrait gagner, va-t-il s’obstiner à demander un nouveau référendum? Mais pour poser quelle question: êtes-vous toujours d’accord avec la sortie de l’Union Européenne? Mais il est sûr et certain, mon cher ami, que le peuple britannique répondra encore une fois oui, avec même un score plus sévère encore que la première fois. Theresa a raison de dire qu’un second référendum serait dévastateur pour la classe politique, qui en sortirait totalement discréditée. Les Remainers du parti conservateur jouent les importants et méprisent le peuple; mais au fond d’eux-mêmes ils savent très bien qu’ils déclencheraient une crise de régime en provoquant un second référendum. 

Enterrer le Brexit? 

Du coup, c’est là que l’amendement voté la semaine dernière, qui demande à Madame May de présenter un nouveau plan de Brexit d’ici lundi, prend tout son sens. Il est impossible que le Premier ministre ait quelque chose de nouveau à présenter. Son intention était plutôt de représenter son texte, en espérant qu’il soit cette fois adopté. Mais on n’inverse pas 118 votes de son propre parti en quelques jours. Du coup, les Remainers pensent tenir l’occasion qu’il cherchait: faire voter par le Parlement la prolongation de l’article 50. Et, silencieusement, enterrer le Brexit. Mais il y a un obstacle auquel personne ne pense, du moins en apparence: si la Grande-Bretagne décidait finalement de renoncer au Brexit, il faudrait élire de nouveaux députés européens britanniques et donc une campagne électorale. Eh bien, imaginez-vous ce que cela donnerait si l’on avait une majorité de Brexiteers  élus? Et puis les Remainers n’ont pas pensé au fait qu’un Parlement européen avec un nombre important de députés eurosceptiques de différents pays est peu susceptible de souhaiter le retour d’une Grande-Bretagne devenue europhile par un coup d’Etat inavoué d’une partie de sa classe dirigeante. Quant au personnel de la Commission, si favorable au sabotage du Brexit depuis le début de la négociation, il changera en partie. 

Que reste-t-il alors comme scénario à envisager? Que la Commission et le Conseil Européen deviennent soucieux de leurs intérêts de long terme? Et que pour cela, ils fassent un certain nombre de concessions qu’ils n’ont pas voulu accorder à la timide Theresa? Mais depuis le début de la crise britannique, les Européens continentaux jouent la politique du pire: ils n’ont rien voulu accorder de décisif à David Cameron qui lui eût permis de faire gagner le camp des Remainers! Ils n’ont pas plus voulu faire de concessions quand Theresa May le leur demandait, convaincus que la politique du pire amènerait le retour du Royaume Uni dans l’UE ou un second référendum. Il reste donc pour seule possibilité que le parti conservateur se resaisisse et propose à Bruxelles un autre type d’accord. Par exemple un accord de libre-échange sur le modèle de celui signé par le Canada avec l’Union européenne. Un autre scénario improbable?  Le No Deal Brexit va-t-il s’imposer tel le destin antique à tous ceux qui cherchent absolument à l’éviter? 

Les cartes rebattues

Mon cher ami, nous autres Tories avons toutes les raisons d’être inquiets ce soir. Notre parti est profondément divisé. Je me demande même s’il a encore un quelconque ressort pour rebondir le moment venu. Cependant, ce désastre était tellement annoncé qu’il me semble urgent de penser aux étapes d’après. Après Benjamin qui pleure, Benjamin qui rit: l’Union Européenne fait partie des perdants du vote de ce soir; on peut même se demander si elle n’est pas la première perdante. En outre, quel que soit le scénario qui se déclenche, il apportera du nouveau. Imaginons une nouvelle élection: comment Jeremy Corbyn, le vainqueur probable, pourra-t-il à la fois annoncer la réindustrialisation de la Grande-Bretagne et rester ambigu sur le Brexit, alors que c’est le maintien dans l’UE qui  empêcherait la Grande-Bretagne de redevenir pleinement compétitive? Si nous avions un nouveau référendum - ce qu’à Dieu ne plaise - les Remainers seraient bien en peine d’expliquer comment aucune de leurs prévisions catastrophiques ne s’est réalisée: jamais l’économie britannique ne s’est portée aussi bien, en particulier grâce à la baisse de la livre - à tel point que l’Allemagne commence à redouter une concurrence industrielle  britannique. 

Et puis, peut-être pouvons-nous dire que nous sortons d’une période cauchemardesque au cours de laquelle Calamity Theresa nous aura donné à voir une dramaturgie de l’absurde à côté de laquelle En attendant Godot est une pièce louffoque. De cela aussi nous sommes sortis. 

Bien fidèlement à vous 

Benjamin Disraëli

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Theresa May, Brexit
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Révolution silencieuse ? Un groupe de physiciens armés d’ordinateurs quantiques a réussi (en quelque sorte) à remonter dans le temps
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
adroitetoutemaintenant
- 17/01/2019 - 04:17
T. May a gagné en douce !
L'horrible Europe a joué à la conne en cherchant à emmerder à tout prix. Maintenant elle aura un Brexit sans compensation ! T. May savait que son pseudo-accord serait rejeté et que le Brexit sera dur. Elle a déjà appelé 3500 soldats, mis la marine en alerte dans la Manche et envoyé 3500 flics écossais et gallois en Irlande du Nord il y a plus d'un mois en prévision du résultat. Elle prépare déjà des accords extra-européens et avec les USA. Les pays de l'Est et du sud de l'Europe vont aussi faire des accords et shunter l'Europe. Le RU se porte mieux que la France et l'Allemagne et l'Europe va imploser dans ses dettes, d'autant que le RU va nous sortir des conditions de taxes qui vont la rendre super attractive. T. May a joué la montre et va gagner. Gardez donc votre ivrogne de Juncker, votre psychopathe de Macron et votre boche d'Angela Merguez. Le printemps sera britannique.
lima59
- 16/01/2019 - 10:58
Malheureusement c'est T.May
Malheureusement c'est T.May qui crée ce désordre. Comment a-t-elle pu croire que son parti allait accepter un accord qui n'est pas un Brexit. Elle a vraiment déçu.
lima59
- 16/01/2019 - 10:58
Malheureusement c'est T.May
Malheureusement c'est T.May qui crée ce désordre. Comment a-t-elle pu croire que son parti allait accepter un accord qui n'est pas un Brexit. Elle a vraiment déçu.