En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Les paradoxes

Et la lettre d'Emmanuel Macron aux Français s'ajouta aux mille et un paradoxes de la crise des Gilets Jaunes ...

Publié le 14 janvier 2019
Seulement quelques heures après la publication de sa "lettre aux Français", Emmanuel Macron est déjà critiqué, notamment par l'opposition qui dénonce une absence de débat sur la suppression de l'ISF. Le chef de l'Etat de son côté doit lancer ce mardi ce grand débat national depuis une petite commune de l'Eure, Grand Bourgtheroulde.
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Seulement quelques heures après la publication de sa "lettre aux Français", Emmanuel Macron est déjà critiqué, notamment par l'opposition qui dénonce une absence de débat sur la suppression de l'ISF. Le chef de l'Etat de son côté doit lancer ce mardi ce grand débat national depuis une petite commune de l'Eure, Grand Bourgtheroulde.

"Transformer les colères en solution"... Car la colère des Gilets Jaunes, -et à travers elle, celle d'une majorité de Français- comme les sondages le montrent tous les jours, cette colère ne tarit pas. Les excès commis au cours des manifestations des Gilets Jaunes, les premières "mesures d'urgence sociales" prises à la fin de l'année dernière, dont le coût se monte à quelque dix milliards d'euros, ne produisent pour l'heure que de maigres effets sur l'opinion. Emmanuel Macron qui veut croire que la France est, "de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires", passe donc comme promis, à la deuxième étape de sa tentative de reconquête, sa "Lettre aux Français", pour les interroger, les inviter à participer au "Grand Débat" qu'il va inaugurer demain en Normandie..."C’est votre expression personnelle, correspondant à votre histoire, à vos opinions, à vos priorités, qui est ici requise, sans distinction d’âge ni de condition sociale... J’ai la ferme volonté de tirer toutes les conclusions... Pour moi, il n’y a pas de questions interdites.

Nous ne serons pas d’accord sur tout, c’est normal, c’est la démocratie. Mais au moins montrerons-nous que nous sommes un peuple qui n’a pas peur de parler, d’échanger, de débattre" affirme le chef de l'Etat, en insistant sur la "liberté de parole, l'indépendance, et... toutes les garanties de loyauté et de transparence" qui doivent l'encadrer. Voilà pour les principes...Emmanuel Macron pose une série de questions, dont celle-ci "Comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ? Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité ?" et là, survient un grain de sable délibérément glissé dans la machine avec cet avertissement: "Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises pour ... que les entreprises puissent investir et créer de l'emploi et de la croissance...et faire que le travail paie davantage. Elles viennent d’être votées et commencent à peine à livrer leurs effets. Le Parlement les évaluera de manière transparente et avec le recul indispensable", autrement dit, on ne revient pas sur la réforme de l'ISF. Cette "fermeture" assumée a naturellement été aussitôt relevée, et condamnée par ceux qui font du rétablissement de l'impôt sur la Fortune une de leur principale revendication. Et l'incitation à "nous interroger pour aller plus loin" tient dès lors de la simple formule. Alors, cette porte fermée d'emblée au rétablissement de l'ISF peut se transformer en abcès de fixation du Débat national. Elle risque d' occulter les autres grandes questions à l'origine de la crise des Gilets Jaunes qui sont sur la table, à commencer par celle des "Territoires" qui se considèrent délaissés à cause de la suppression et donc de l'éloignement de certains services publics, ou encore les questions plus large de la "Démocratie",(on pense bien sûr au référendum d'initiative populaire) , l'organisation de l'Etat, le financement de la transition écologique, à propos de laquelle Emmanuel Macron pose les problèmes de manière très directe : "Comment rend-on les solutions concrètes accessibles à tous, par exemple pour remplacer sa vieille chaudière ou sa vieille voiture ? Quelles sont les solutions les plus simples et les plus supportables sur un plan financier" ? Sans oublier la question de l'Immigration que le Chef de l'Etat n'élude pas et fait remarquer que "ce défi qui va durer". A travers ce grand débat, Emmanuel Macron espère que " peut-être découvrirons-nous que nous pouvons tomber d’accord, majoritairement, au-delà de nos préférences, plus souvent qu’on ne le croit ". Mais il a manifestement bien compris les risques que l'exercice comporte. Non maîtrisé, il peut conduire à tous les excès, - les partis extrémistes en rêvent et en jouent. Téléguidé et trop encadré, ce débat deviendrait inutile et la crise des Gilets Jaunes, insoluble. C'est toute la difficulté et le paradoxe de l'exercice.


Marine Le Pen qui lançait hier sa campagne européenne ne s'est guère attardée sur cette crise et s'est contentée de saluer "la saine et juste colère des Gilets Jaunes" qui lui est si bénéfique. Pour elle, "le moment est venu du grand basculement" et il "faut battre Macron". La présidente du Front National qui peut se flatter du ralliement de l'ex-ministre UMP Thierry Mariani, a habilement mêlé enjeux nationaux et enjeux européens, dissolution de l'Assemblée Nationale et victoire du Front National aux européennes. Pour galvaniser les militants, elle a laissé à Johann Bardella, la tête de liste du Rassemblement National, le soin de déclarer : "je veux que le soir du 29 mai, Castaner ait les larmes aux yeux, que Griveaux cherche ses mots à la télé, que Macron, mais aussi Merkel et Juncker comprennent que c'est fini, que le peuple est de retour"...Marine Le Pen, elle sait parfaitement que les élections européennes n'ont pas d'incidence directe sur la politique nationale...
Le dernier paradoxe de ce week end politique vient de Laurent Wauquiez. Le Président des Républicains a voulu court-circuiter la lettre aux Français d'Emmanuel Macron en publiant "sa" propre lettre sur Facebook. Les mauvais génies ont été libérés ; le gouvernement met de l'huile sur le feu et les extrêmes poussent le pays vers le chaos", déplore-t-il en incitant le chef de l'Etat à entendre les " justes" cris de colère des Français contre l'injustice fiscale, la colère des territoires. "Tout cela peut très mal finir", avertit le chef des Républicains, qui écrit aussi que " Cette violence ne peut plus continuer". C'est aussi ce que lui pensent ses électeurs. Et c'est peut-être l'essentiel de son message.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
spiritucorsu
- 14/01/2019 - 23:55
Les causes désespérées sont souvent les plus belles.
Walchp nous la joue façon dernier suppôt du prince.C'est vrai que les causes désespérées sont souvent les plus belles.Ne quittez surtout pas le rafiot de la macronie,le naufrage de son brillant capitaine promet d'être grandiose et le spectacle flamboyant.Requiem in pace.
Ganesha
- 14/01/2019 - 17:36
Solidarité
Ce qui est amusant, c'est de se souvenir qu'il y a une quinzaine d'années, ''l'argument massue'', c'était : ''si on confisquait la fortune des plus riches, et qu'on la distribuait à l'ensemble de la population, cela ne ferait qu'une minuscule somme pour chacun''.
Ce que les Fillonistes et les ''fans du Libéralisme'' se refusent rageusement à reconnaître, c'est que la situation a complètement changé.
Il existe désormais de nombreuses statistiques incontestables qui confirment qu'aujourd'hui, dans tous les pays, il existe une oligarchie de quelques individus qui possèdent plus de la moitié du patrimoine global.
Ce qui est pathétique, c'est de voir des ''papys-Atlantico'', qui ne font pas partie de cette caste de privilégiés (ils ne passeraient pas leur temps sur ce site), mais qui viennent clamer leur solidarité avec les ''hyper-riches'' !
Pharamond
- 14/01/2019 - 17:29
Smart-Phones
Cette lettre ne sera pas lue car...les français ne lisent plus. Devenus addicts de leur smart-phones/Iphones,ils se croient informés, suffisamment pensent-ils, pour décider que telle ou telle proposition peut être acceptée ou rejetée. A cela s'ajoute cette incroyable propension à gober n'importe quelle fake-news(exemple: celle qui insultait un ministre en affirmant haut et fort qu'un député gagnait vingt-mille euros/mois) ce qui laisse augurer de ce que sera cette consultation. Il y en a même un qui demandait la dépénalisation de toutes les drogues! Je suis d'accord avec walchp: on nous a longtemps chanté la France a besoin de réformes,mais que nos politiques sont trop pleutres pour les entreprendre. Un ose,qui hurle?