En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© LUDOVIC MARIN / AFP
Privilèges, vous avez dit privilèges ?
Prime aux fonctionnaires de Bercy : Gérald Darmanin veut-il transformer les experts-comptables et chefs d'entreprise en gilets jaunes ?
Publié le 10 janvier 2019
Le ministre de l'Action et des Comptes publics veut accorder une prime de 200 euros par tête à 40 000 fonctionnaires de Bercy. La possible opération coûterait 8 millions d'euros à l'Etat.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de l'Action et des Comptes publics veut accorder une prime de 200 euros par tête à 40 000 fonctionnaires de Bercy. La possible opération coûterait 8 millions d'euros à l'Etat.

Atlantico : Cette prime, qui peut se comprendre par l'augmentation du temps de travail ces derniers mois, ne pose-t-elle pas question dans le contexte actuel de tensions ?

Eric Verhaeghe : Il y a plusieurs niveaux de compréhension de cette prime pour en éclairer le contexte. Le premier niveau est, disons, littéral: la mise en place du prélèvement à la source est effectivement une opération délicate, et le ministre peut considérer que ses fonctionnaires répondent utilement présents au défi qui est lancé. Il veut les récompenser. Un deuxième niveau s'explique par le fait que les mesures décidées par Emmanuel Macron au profit des Gilets Jaunes, après un samedi ultra-violent, n'ont pas concerné les fonctionnaires. Pour ménager la très grande susceptibilité de ceux-ci, il faut donc arrondir les angles et, partout où cela est possible, faire des gestes pour apaiser les tensions et les frustrations. Un troisième niveau tient à la façon dont le prélèvement à la source a été préparé. Les syndicats l'ont souligné: la direction générale des finances publiques n'a pas misé sur la communication interne, et le pilotage s'est révélé très vertical. Dans un climat d'agitation, les fonctionnaires des impôts sont donc devenues une population à risque, et les 200 euros de primes visent aussi à faire oublier les manquements du management public dans cette opération. Mais, vous avez raison, de nombreux salariés du secteur privé sont régulièrement, parfois une fois par an, sommés de mettre en place des révolutions dans les procédures internes, et il ne viendrait à l'esprit d'aucun manager de leur verser une prime aussi égalitaire pour les remercier d'avoir simplement fait leur travail. De ce point de vue, on nourrit bien la perception, dans l'opinion publique, d'un deux poids deux mesures. Surtout que, dans cette opération, la mise en place du prélèvement à la source vise à transférer sur les employeurs privés la charge de la collecte de l'impôt. C'est un comble de récompenser les fonctionnaires qui se débarrassent de leur travail, au lieu de récompenser ceux qui seront chargés de le faire à leur place.  

Cette prime ne contraste-t-elle pas avec la demande du gouvernement aux experts comptables de ne pas augmenter le prix de la fiche de paie ? 

Oui, bien sûr. On retombe sur tous les excès du management public, qui sont aujourd'hui insupportables et qui vaudront tôt ou tard un retour de bâton aux hauts fonctionnaires, et singulièrement à l'élite de Bercy. Ceux-ci sont en effet pleins de morgue lorsqu'il s'agit de demander aux autres, et spécialement aux employeurs privés, de faire des efforts nouveaux pour concourir à des politiques publiques qui ne les concernent pas. Mais ils trouvent, dans le même temps, tout à fait normal de s'appliquer à eux-mêmes des mesures favorables qu'ils critiquent chez les autres. On parle de la fiche de paie, qui ne devait pas être "majorée" par les expert-comptables alors que ceux-ci jouent désormais un rôle décisif dans la collecte de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. Mais on pourrait parler de la transparence sur les rémunérations, qui est significative dans les entreprises réglementées, et inexistantes dans le service public. Les fonctionnaires sont pourtant payés avec l'argent des impôts. Pourquoi connaît-on (en principe, il est vrai, mais c'est déjà ça), le salaire d'un Carlos Ghosn ou d'un grand patron, et pourquoi ne sait-on rien du salaire du directeur général des finances publiques, qui emploie tout de même 110.000 fonctionnaires. Ce serait pourtant intéressant de savoir comment coûte ce personnage au contribuable. Mais la même chose peut être dite sur une quantité phénoménale de règles imposées aux entreprises par les grandes administrations, mais dont les grandes administrations s'affranchissent allègrement. 

Ce genre de comportements ne renforcent-ils pas l'idée selon laquelle les hauts-fonctionnaires de Bercy formeraient une aristocratie d'Etat ?

Bien entendu, c'est une aristocratie dominatrice et sûre d'elle-même qui considère comme fondamentale la règle selon laquelle elle doit échapper au sort commun. C'est même sa caractéristique principale, qui se vérifie dans de nombreux domaines, à commencer par celui des rémunérations. Les fonctionnaires de Bercy ont refusé d'entrer, à titre d'exemple, dans là règle commune des rémunérations variables de l'administration et disposent de leur propre système réglementaire pour leurs primes. Mais ils présentent de nombreuses autres particularités. Tout spécialement, la direction de la législation fiscale est chargée d'élaborer les textes fiscaux intégrer aux projets de lois de finances. À ce titre, elle dispose d'une fonction déterminante pour mener les politiques publiques et, si elle ne collabore pas avec le ministre, elle peut le mettre en sérieuse difficulté. L'inspection générale des finances considère qu'elle a un accès privilégié aux postes clés de l'État. L'affronter peut s'avérer extrêmement dangereux. Ce n'est pas un hasard si trois présidents de la Vè République sont issus de ce corps. Tous ces éléments sont porteurs d'une conséquence: les hauts-fonctionnaires de Bercy se considèrent volontiers comme les garants de la continuité républicaine, par-delà les élus et souvent malgré les élus. Pour les Bercyens, les élus sont des incompétents, des hâbleurs, des empêcheurs de tourner en rond, dont il faut mater les volontés d'indépendance ou d'émancipation. Ils donnent du fil à retordre à Emmanuel Macron lui-même lorsqu'il entreprend d'apaiser les Gilets Jaunes. Il n'y aura pas de rééquilibrage des pouvoirs en France sans une remise à plat en profondeur de Bercy. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
03.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
04.
Laura Smet a épousé Raphaël Lancrey-Javal au Cap Ferret
05.
Le "chat renard", une nouvelle espèce de félin découverte en Corse
06.
Stars ET milliardaires : quand la puissance de la célébrité transforme Jay Z ou Rihanna en magnats des affaires
07.
Vous pensiez qu’un verre de lait et un jus d’orange étaient le petit-déjeuner parfait ? Voilà pourquoi vous avez tort
01.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
02.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
03.
Cette nouvelle technique du dépistage du cancer de la prostate qui pourrait sauver de nombreuses vies
04.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
05.
Hausse des prix de l’électricité : merci qui ?
06.
Révolution sur canapé : une enquête montre que 92% des activistes berlinois d’extrême-gauche vivent chez papa-maman
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
“Droite moderne”, “LREM pragmatique pour le bien du pays” : mais au fait, qu’est ce que cela veut vraiment dire ?
03.
Justification des violences contre les femmes : les étonnants propos de l’imam de l’université la plus prestigieuse du monde sunnite
04.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
05.
Réforme des retraites : pourquoi les salariés du privé ont toutes les raisons de s’inquiéter
06.
De Benalla à Loiseau en passant par Castaner : ces déceptions personnelles d'Emmanuel Macron qui montrent son incapacité à bien s'entourer
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 10/01/2019 - 17:05
La république népotique veut conserver son musée
Celui des Intendants des Finances de l'Ancien régime. Il leur suffisait de récolter l'impôt en donnant un tiers au roi et en gardant les deux autres. On comprend pourquoi le généreux intendant Fouquet est devenu une icône socialiste.
lexxis
- 10/01/2019 - 15:55
À BERCY, LES HAUTS FONCTIONNAIRES NE DÉDAIGNENT PAS LES PRIMES I
Il faut ajouter que ces très hauts fonctionnaires de Bercy ne dédaignent pas de se faire octroyer des primes et indemnités parfaitement illégales, comme l'a souligné la Cour des comptes dans plusieurs de ses récents rapports ( en effet la récidive n'effraie pas ce genre de fonctionnaires!). Bien entendu, on n' a jamais eu de nouvelles de la manière dont ces sommes indues qui portaient souvent sur plusieurs dizaines de milliers d'euros ont été récupérées sur les intéressés. La passivité de la Cour des comptes, qui ne semble pas avoir engagé la moindre poursuite alors que ses précédentes mises en garde n'avaient pas été suivies d'effet, étonne le citoyen et choque le contribuable. Alors , quand on nous parle de l'intégrité et de la rectitude de la fonction publique opposées à l'affairisme supposé du secteur privé, il y a des fois où vraiment on rigole...
Eface
- 10/01/2019 - 12:59
On distribue à tout va
Le gouvernement ne sait déjà pas comment financer les 10 millards d’€ accordés aux gilets jaunes ... comment sera financée cette prime ? au demeurant non justifiée : comme le dit très bien cet excellent contributeur d’Atlantico si les fonctionnaires de Bercy risquent aujourd’hui un surcroît de travail, les employeurs du privé leur en enlèveront demain .. sans rémunération pour les premiers et sans baisse de salaire pour les seconds