En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi les femmes qui marchent avec des chaussures à talons ne peuvent plus s'en passer?

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

ça vient d'être publié
light > People
Les Rois maudits
Le prince William est "inquiet" pour son frère
il y a 6 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le dernier des Yakuzas" de Jake Adelstein - Plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Looking for Beethoven" de Pascal Amoyel : Une immersion totale vibrante, époustouflante dans le monde de Beethoven

il y a 9 heures 47 min
décryptage > Société
Imbroglio politique

Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel

il y a 12 heures 7 min
décryptage > Social
Marronnier

La SNCF sur la voie de garage

il y a 13 heures 49 min
décryptage > Société
Cachez-moi ça

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

il y a 14 heures 21 min
décryptage > Santé
La vie est injuste

Des chercheurs identifient la mutation génétique qui explique que certaines personnes dorment très peu

il y a 14 heures 56 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Comment l’individualisme risque de détruire la démocratie

il y a 15 heures 5 min
décryptage > Société
Ultra moderne voilitude

Cette double crise de la modernité qui paralyse les réflexes démocratiques français

il y a 15 heures 25 min
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 21 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 8 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Jour de courage" de Brigitte Giraud - Le jour du coming out d’un adolescent

il y a 9 heures 42 min
pépites > Société
Imbroglio politique
Irlande du Nord : Légalisation de l'avortement et du mariage homosexuel
il y a 12 heures 6 min
décryptage > Politique
Tribune

Logement : il faut faire tout le contraire de la politique d’Anne Hidalgo !

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Social
Disparité

Partout dans l’OCDE, le problème spécifique du chômage des personnes originaires d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient

il y a 14 heures 1 min
décryptage > Economie
Ecologisme

PLF 2020 : la fiscalité environnementale ne sauvera pas la planète

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Science
Quand le ciel nous tombe sur la tête

L'Europe lance un programme de résilience aux tempêtes solaires

il y a 15 heures 55 sec
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite, service public : Macron tenté de reprendre son programme de réformes à zéro

il y a 15 heures 21 min
décryptage > Social
Attention, danger politique du troisième type

Gouvernement, minorités activistes et reste de la société : le trio infernal que plus rien ne relie ?

il y a 15 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 1 jour 9 heures
© LUDOVIC MARIN / AFP
© LUDOVIC MARIN / AFP
Privilèges, vous avez dit privilèges ?

Prime aux fonctionnaires de Bercy : Gérald Darmanin veut-il transformer les experts-comptables et chefs d'entreprise en gilets jaunes ?

Publié le 10 janvier 2019
Le ministre de l'Action et des Comptes publics veut accorder une prime de 200 euros par tête à 40 000 fonctionnaires de Bercy. La possible opération coûterait 8 millions d'euros à l'Etat.
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Éric Verhaeghe est l'ancien Président de l'APEC (l'Association pour l'emploi des cadres) et auteur de Faut-il quitter la France ? (Jacob-Duvernet, avril 2012). Son site : www.eric-verhaeghe.fr ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de l'Action et des Comptes publics veut accorder une prime de 200 euros par tête à 40 000 fonctionnaires de Bercy. La possible opération coûterait 8 millions d'euros à l'Etat.

Atlantico : Cette prime, qui peut se comprendre par l'augmentation du temps de travail ces derniers mois, ne pose-t-elle pas question dans le contexte actuel de tensions ?

Eric Verhaeghe : Il y a plusieurs niveaux de compréhension de cette prime pour en éclairer le contexte. Le premier niveau est, disons, littéral: la mise en place du prélèvement à la source est effectivement une opération délicate, et le ministre peut considérer que ses fonctionnaires répondent utilement présents au défi qui est lancé. Il veut les récompenser. Un deuxième niveau s'explique par le fait que les mesures décidées par Emmanuel Macron au profit des Gilets Jaunes, après un samedi ultra-violent, n'ont pas concerné les fonctionnaires. Pour ménager la très grande susceptibilité de ceux-ci, il faut donc arrondir les angles et, partout où cela est possible, faire des gestes pour apaiser les tensions et les frustrations. Un troisième niveau tient à la façon dont le prélèvement à la source a été préparé. Les syndicats l'ont souligné: la direction générale des finances publiques n'a pas misé sur la communication interne, et le pilotage s'est révélé très vertical. Dans un climat d'agitation, les fonctionnaires des impôts sont donc devenues une population à risque, et les 200 euros de primes visent aussi à faire oublier les manquements du management public dans cette opération. Mais, vous avez raison, de nombreux salariés du secteur privé sont régulièrement, parfois une fois par an, sommés de mettre en place des révolutions dans les procédures internes, et il ne viendrait à l'esprit d'aucun manager de leur verser une prime aussi égalitaire pour les remercier d'avoir simplement fait leur travail. De ce point de vue, on nourrit bien la perception, dans l'opinion publique, d'un deux poids deux mesures. Surtout que, dans cette opération, la mise en place du prélèvement à la source vise à transférer sur les employeurs privés la charge de la collecte de l'impôt. C'est un comble de récompenser les fonctionnaires qui se débarrassent de leur travail, au lieu de récompenser ceux qui seront chargés de le faire à leur place.  

Cette prime ne contraste-t-elle pas avec la demande du gouvernement aux experts comptables de ne pas augmenter le prix de la fiche de paie ? 

Oui, bien sûr. On retombe sur tous les excès du management public, qui sont aujourd'hui insupportables et qui vaudront tôt ou tard un retour de bâton aux hauts fonctionnaires, et singulièrement à l'élite de Bercy. Ceux-ci sont en effet pleins de morgue lorsqu'il s'agit de demander aux autres, et spécialement aux employeurs privés, de faire des efforts nouveaux pour concourir à des politiques publiques qui ne les concernent pas. Mais ils trouvent, dans le même temps, tout à fait normal de s'appliquer à eux-mêmes des mesures favorables qu'ils critiquent chez les autres. On parle de la fiche de paie, qui ne devait pas être "majorée" par les expert-comptables alors que ceux-ci jouent désormais un rôle décisif dans la collecte de l'impôt sur le revenu des personnes physiques. Mais on pourrait parler de la transparence sur les rémunérations, qui est significative dans les entreprises réglementées, et inexistantes dans le service public. Les fonctionnaires sont pourtant payés avec l'argent des impôts. Pourquoi connaît-on (en principe, il est vrai, mais c'est déjà ça), le salaire d'un Carlos Ghosn ou d'un grand patron, et pourquoi ne sait-on rien du salaire du directeur général des finances publiques, qui emploie tout de même 110.000 fonctionnaires. Ce serait pourtant intéressant de savoir comment coûte ce personnage au contribuable. Mais la même chose peut être dite sur une quantité phénoménale de règles imposées aux entreprises par les grandes administrations, mais dont les grandes administrations s'affranchissent allègrement. 

Ce genre de comportements ne renforcent-ils pas l'idée selon laquelle les hauts-fonctionnaires de Bercy formeraient une aristocratie d'Etat ?

Bien entendu, c'est une aristocratie dominatrice et sûre d'elle-même qui considère comme fondamentale la règle selon laquelle elle doit échapper au sort commun. C'est même sa caractéristique principale, qui se vérifie dans de nombreux domaines, à commencer par celui des rémunérations. Les fonctionnaires de Bercy ont refusé d'entrer, à titre d'exemple, dans là règle commune des rémunérations variables de l'administration et disposent de leur propre système réglementaire pour leurs primes. Mais ils présentent de nombreuses autres particularités. Tout spécialement, la direction de la législation fiscale est chargée d'élaborer les textes fiscaux intégrer aux projets de lois de finances. À ce titre, elle dispose d'une fonction déterminante pour mener les politiques publiques et, si elle ne collabore pas avec le ministre, elle peut le mettre en sérieuse difficulté. L'inspection générale des finances considère qu'elle a un accès privilégié aux postes clés de l'État. L'affronter peut s'avérer extrêmement dangereux. Ce n'est pas un hasard si trois présidents de la Vè République sont issus de ce corps. Tous ces éléments sont porteurs d'une conséquence: les hauts-fonctionnaires de Bercy se considèrent volontiers comme les garants de la continuité républicaine, par-delà les élus et souvent malgré les élus. Pour les Bercyens, les élus sont des incompétents, des hâbleurs, des empêcheurs de tourner en rond, dont il faut mater les volontés d'indépendance ou d'émancipation. Ils donnent du fil à retordre à Emmanuel Macron lui-même lorsqu'il entreprend d'apaiser les Gilets Jaunes. Il n'y aura pas de rééquilibrage des pouvoirs en France sans une remise à plat en profondeur de Bercy. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi les femmes qui marchent avec des chaussures à talons ne peuvent plus s'en passer?

01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

05.

Des slips sur des statues de nus à l'UNESCO ! Pour ne pas heurter "certaines sensibilités"…

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

04.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 10/01/2019 - 17:05
La république népotique veut conserver son musée
Celui des Intendants des Finances de l'Ancien régime. Il leur suffisait de récolter l'impôt en donnant un tiers au roi et en gardant les deux autres. On comprend pourquoi le généreux intendant Fouquet est devenu une icône socialiste.
lexxis
- 10/01/2019 - 15:55
À BERCY, LES HAUTS FONCTIONNAIRES NE DÉDAIGNENT PAS LES PRIMES I
Il faut ajouter que ces très hauts fonctionnaires de Bercy ne dédaignent pas de se faire octroyer des primes et indemnités parfaitement illégales, comme l'a souligné la Cour des comptes dans plusieurs de ses récents rapports ( en effet la récidive n'effraie pas ce genre de fonctionnaires!). Bien entendu, on n' a jamais eu de nouvelles de la manière dont ces sommes indues qui portaient souvent sur plusieurs dizaines de milliers d'euros ont été récupérées sur les intéressés. La passivité de la Cour des comptes, qui ne semble pas avoir engagé la moindre poursuite alors que ses précédentes mises en garde n'avaient pas été suivies d'effet, étonne le citoyen et choque le contribuable. Alors , quand on nous parle de l'intégrité et de la rectitude de la fonction publique opposées à l'affairisme supposé du secteur privé, il y a des fois où vraiment on rigole...
Eface
- 10/01/2019 - 12:59
On distribue à tout va
Le gouvernement ne sait déjà pas comment financer les 10 millards d’€ accordés aux gilets jaunes ... comment sera financée cette prime ? au demeurant non justifiée : comme le dit très bien cet excellent contributeur d’Atlantico si les fonctionnaires de Bercy risquent aujourd’hui un surcroît de travail, les employeurs du privé leur en enlèveront demain .. sans rémunération pour les premiers et sans baisse de salaire pour les seconds