En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 1 heure 3 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 4 heures 4 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 4 heures 55 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 6 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 8 heures 13 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 9 heures 6 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 10 heures 22 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 11 heures 3 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 11 heures 34 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 12 heures 7 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 1 heure 28 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 4 heures 30 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 6 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 7 heures 58 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 8 heures 31 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 9 heures 57 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 10 heures 33 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 11 heures 30 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 12 heures 3 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 12 heures 25 min
© ludovic MARIN / POOL / AFP
© ludovic MARIN / POOL / AFP
Les 1% et les autres

Taxe d'habitation maintenue pour les 20% les plus favorisés : le passage de facto du quinquennat des riches à celui des... très, très riches

Publié le 09 janvier 2019
Afin de faire face à l'accusation de "président des riches", le gouvernement serait sur le point de remettre en question la suppression de la taxe d'habitation pour les "20% les plus riches".
Jacques Bichot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Bichot est Professeur émérite d’économie de l’Université Jean Moulin (Lyon 3), et membre honoraire du Conseil économique et social.Ses derniers ouvrages parus sont : Le Labyrinthe aux éditions des Belles Lettres en 2015, Retraites : le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Afin de faire face à l'accusation de "président des riches", le gouvernement serait sur le point de remettre en question la suppression de la taxe d'habitation pour les "20% les plus riches".

Atlantico : Au regard de ce qui avait été établi par l'Institut des politiques publiques, montrant un budget 2019 disproportionnellement favorable aux 1% de Français les plus riches, une telle mesure ne viendrait-elle pas sanctionner une nouvelle fois les "20%" alors que seuls les 1% ont été bénéficiaires des premières mesures ?

Jacques Bichot : De fait, la suppression de l’ISF concerne une toute petite proportion des contribuables, alors que le maintien de la taxe d’habitation pour les 20 % les plus aisés frappera au porte-monnaie toute la classe « moyenne supérieure ». En 2017 l’ISF a été payé par 358 000 foyers fiscaux ; il a rapporté à Bercy 5 milliards d’euros. La taxe d’habitation a rapporté la même somme, à 0,1 milliard près, rien que pour l’Ile de France, et 23,2 Md€ au total. Je ne dispose pas de sa répartition en fonction des revenus, mais il est clair que les 20 % les plus riches paient bien plus que 20 % de cette taxe, disons par exemple 10 Md€. Les finances publiques seraient donc largement gagnantes en maintenant la taxe d’habitation pour le cinquième le plus aisé des ménages plutôt que l’ISF.

Pour ces 1 % les plus riches, la fortune immobilière représente une fraction modeste de leur patrimoine, qui est surtout financier. Ils seraient donc beaucoup moins impactés par le maintien de la taxe d’habitation que les membres de la classe moyenne supérieure, pour lesquels le logement (habitation principale et résidence secondaire) constitue l’actif le plus important. On aura donc clairement une ponction supplémentaire sur les Français aisés, ponction plutôt indolore pour les très riches, mais nettement plus douloureuse pour les ménages qui ont réussi par leur travail à entrer dans la catégorie des cadres dirigeants, des cadres supérieurs, des chefs de petites entreprises marchant bien, des professionnels libéraux à la réputation solidement établie, et des hauts fonctionnaires. 

Bref, si le Chef de l’Etat souhaite que l’on dise qu’il « roule » pour les clients de la banque Rothschild au détriment de ceux de la Banque postale et du Crédit agricole, il peut difficilement trouver meilleure combinaison de mesures fiscales.  

Ne peut-on pas voir, chez les soutiens à Emmanuel Macron, une forme d'identification à la situation des 1% alors que la plupart d'entre eux ne bénéficient pas fiscalement de cette politique ?

Psychanalystes et sociologues seraient plus compétents qu’un économiste pour répondre à une telle question. On peut certes penser que parmi ceux qui soutiennent encore notre jeune président de la République (les sondages montrent que leur nombre a singulièrement diminué), quelques-uns considèrent sa politique comme étant favorable à leur propre ascension économique et sociale jusqu’à un très haut niveau, mais je doute que cela aille pour un grand nombre de personnes jusqu’à un phénomène d’identification au « gratin » de notre société. 

Quels pourraient être les effets d'une telle mesure différenciée sur la taxe d'habitation, notamment sur l'immobilier ?

L’immobilier en pleine propriété sera moins attractif. Ceux qui ont les moyens d’investir des sommes importantes seront plus nombreux à préférer les placements financiers, y compris d’ailleurs dans des sociétés immobilières, et à prendre leurs vacances dans des locations de haut standing. Le cas échéant, ils vendront leur chalet de Megève pour acheter des actions d’Amazon, et se serviront de leurs revenus pour le louer, lui ou son équivalent, deux semaines l’hiver, et ils agiront de même avec leur villa d’Antibes. A moins que, attirés par les reflets dorés de la blockchain, ils n’achètent leur part de rêve sous forme de cryptomonnaies. 

Le plus grave est que la fiscalité française va s’écarter encore un peu plus du sens commun, qui voudrait que les collectivités territoriales aient comme ressources des taxes et impôts correspondant aux services qu’elles rendent à la population qui y réside, que ce soit à titre principal ou à titre occasionnel. Une bonne fiscalité consiste à demander aux utilisateurs de services publics de quoi financer les dits services. Les règles fiscales qui, du moins pour les dépenses de l’Etat, interdisent ou rendent difficile l’affectation de telles recettes au paiement de telles dépenses, sont un véritable poison. L’Etat et les collectivités territoriales rendent des services aux agents économiques, particuliers et entreprises ; il est indispensable que les contribuables payent les services dont ils bénéficient, et qu’ils sachent ce qu’ils achètent quand ils payent tel impôt ou telle taxe.

La taxe d’habitation applicable à tous les résidents constituait l’un des bons exemples de cette fiscalité conçue comme paiement des services rendus par les collectivités locales. La réforme Macron va faire disparaître l’une des meilleures de nos dispositions fiscales. Il conviendrait de faire exactement l’inverse : rendre chaque collectivité véritablement responsable de ses dépenses, de ses recettes, et de l’équilibre entre les unes et les autres, non seulement globalement, mais poste par poste. La taxe d’enlèvement et de traitement des ordures ménagères, par exemple, est typique d’une bonne fiscalité communale ou intercommunale : la ville, ou la communauté de communes, se charge de faire fonctionner un service très utile, et (idéalement) elle se fait payer ce que coûte ce service, plus une quote-part de ses frais généraux. C’est dans ce sens qu’il faut aller, au lieu de tripatouiller les recettes fiscales selon des critères arbitraires. 

Que l’Elysée, Matignon, Bercy, l’Assemblée et le Sénat manipulent les impôts locaux sans se soucier de savoir qui devrait en être responsable et ce qu’ils devraient logiquement financer, cela est très malsain. Ceux qui s’engagent dans cette voie font preuve d’une absence inquiétante de hauteur de vue et de connaissance des règles de fonctionnement requises pour que les administrations publiques servent efficacement les citoyens.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
2bout
- 09/01/2019 - 20:04
Gustave
On est riche en France quand on gagne la moitié du salaire moyen suisse.
Bobby Watson
- 09/01/2019 - 19:34
Bien vu
Enfin un article qui défend l'existence de la Taxe d'habitation ! Loin d'être un impôt stupide comme vient de le répéter un ministre macronien, c'est une taxe qui correspond(ait) à une dépense facile à identifier: les dépenses de la commune et du département. Mais il fallait une promesse démagogique au candidat Macron pour faire oublier ses origines socialistes. Quoi de mieux, ont trouvé les communicants qui géraient sa campagne, que cet impôt dont les médias font leur choux gras à chaque automne ( un marronnier, sans jeu de mots) ?
Aujourd'hui, c'est un sparadrap qui colle à la peau du gouvernement. Les macronistes auraient bien voulu compenser cette suppression par la flambée de la taxe carbone... mais les gilets jaunes sont passés par là. D'où ces annonces contradictoires qui fleurissent depuis quelque temps.
Gustave
- 09/01/2019 - 18:57
Échec sur toute la ligne
Après quarante années de socialisme ou de socialisation rampante, la France aura réussi l'exploit de fixer le niveau de la richesse, susceptible de continuer a payer la Taxe d'habitation, un peu plus de 2000€, au niveau de la moitié du SMIC Suisse 4025€.
On parlait de la France comme l'URSS qui avait réussi, elle a échoué comme sa grande sœur.