En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
© CHRISTOPHE ARCHAMBAULT / AFP / POOL
Gilets jaunes
Edouard la menace...dans le vide ?
Publié le 08 janvier 2019
"Ce ne sont pas ceux qui remettent en cause les institutions qui auront le dernier mot" a déclaré Edouard Philippe au 20h de TF1 ce lundi 7 janvier.
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anita Hausser, journaliste, est éditorialiste à Atlantico, et offre à ses lecteurs un décryptage des coulisses de la politique française et internationale. Elle a notamment publié Sarkozy, itinéraire d'une ambition (Editions l'Archipel, 2003)....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Ce ne sont pas ceux qui remettent en cause les institutions qui auront le dernier mot" a déclaré Edouard Philippe au 20h de TF1 ce lundi 7 janvier.


"Ce ne sont pas ceux qui remettent en cause les institutions qui auront le dernier mot". Avec les annonces  sécuritaires  faites  au 20H de TF1 ,Edouard Philippe aurait aimé être en mesure de siffler la fin de la récré . Il savait, il sait que c'est loin d'être gagné, car il s'en est volontairement tenu à un discours sécuritaire , qui correspond  à l'urgence de la situation mais ne règle pas les questions de fond qu'il n'a pas abordées. Les réponses sont supposées jaillir du " Grand Débat" qui va se dérouler dans les prochaines  semaines à travers le pays...En matière de sécurité, par delà "l'actualisation de du schéma national  de l ordre public " la promesse d'une mobilisation policière renforcée samedi prochain  avec 80.000 hommes déployés sur l'ensemble du territoire et peut -être l'utilisation de nouveaux matériels plus mobiles pour venir à bout des violences  dont l'achat a été évoqué sans autre précisions, le premier Ministre a surtout mis l'accent sur le renforcement de la législation pour sanctionner les organisateurs de manifestations non déclarées et  les manifestants cagoulés,  ainsi que la création d'un fichier d'individus interdits de manifs. Pour cette dernière disposition, il s'agirait de s'inspirer du fichier des hooligans interdit de stade, qui sont obligés d'aller pointer au commissariat les jours de match...Le gouvernement reprend là une proposition de loi présentée en octobre dernier par Bruno Retailleau, le président du groupe LR au Sénat, qui voulait apporter une réponse aux violentes manifs contre la loi Travail du mois de mai . Cette proposition avait été adoptée par la majorité sénatoriale de droite mais refusée par les Sénateurs de la République En Marche(-minoritaires au Sénat), ce qui laissait présager son rejet par la majorité La Rem lorsque cette proposition  arriverait à l'Assemblée.

Mais voici  que cette proposition de loi émanant de l'opposition devient une roue de secours pour le gouvernement qui va demander à la majorité de l'adopter  lorsqu'elle sera inscrite à l'ordre du jour de l'Assemblée, dans les toutes prochaines semaines. Bruno Retailleau  s'est félicité de ce revirement n'a pas manqué de "saluer une bonne nouvelle". Le président du Sénat, Gérard Larcher avait rappelé que le Sénat " tient un arsenal juridique à la disposition du gouvernement". On notera que c'est la deuxième fois que le Sénat vient (involontairement ) à la rescousse de l'exécutif  puisqu' il avait déjà voté la suppression de l'augmentation des taxes sur les carburants avant que le mouvement des Gilets Jaunes ne contraigne le gouvernement à  reculer sur ce point à la fin de l'année. Mais on notera aussi les dissonances  chez les Républicains, puisque le président du Parti, Laurent Wauquiez continue pour sa part de réclamer l'instauration de l'état  d'urgence et  joue les Cassandre en interpelant Edouard Philippe: "Pourquoi ne pas nous écouter, au risque de voir samedi après samedi la situation dégénérer?".  A l'opposé la France Insoumise crie à la démocratie bafouée...Pour l'heure on en est réduit aux classiques polémiques politiciennes qui masquent l'impuissance du pouvoir à régler la crise sociale révélée par le mouvement des Gilets Jaunes.

Un jour le Gouvernement lâche du lest en matière fiscale, un autre il durcit le ton sous la pression de la violence des manifestations, mais ni Emmanuel Macron, ni Edouard Philippe ne montrent qu'ils tentent de trouver des solutions globales, et s'engagent pleinement  en lançant des consultations tous azimuts, en dialoguant avec les syndicats, les élus, locaux et nationaux. Aujourd'hui  tout le monde s'accorde pour réclamer une réponse politique à cette crise qui ne sera pas résolue  avec des mesures "techniques" sur plan de la sécurité et des sanctions.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
04.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
05.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
07.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Cherif Chekatt
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
06.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
antidote
- 14/01/2019 - 23:55
Oui à l'état d'urgence !
Nous ne pouvons plus continuer à laisser faire ces gilets jaune .Notre économie peu florissante risque d'en subir des conséquences durables et qu'auront gagné ces jusqu'au boutisme sinon mettre en péril le job de leurs enfants et petits enfants . Il serait temps de se mettre autour d'une table en sachant bien que tout n'est pas négociable économiquement ,si s'était le cas nous n'en serions pas là
Alors un peu de bon sens les Gilets jaune ou ça va très mal finir pour nous tous !
gerint
- 09/01/2019 - 07:49
alam
Si nous sommes dans une dictature soft liée à l'Europe maastrichtienne qui ignore le peuple qui a profité en France de la porosité scandaleuse entre haute fonction publique (inspecteurs des finances bien souvent), haute finance,t médias (détenus par 9 milliardaires à 90%) et justice (Parquet Financier...) pour imposer un des siens et donc il peut en résulter de la violence. Juncker lui-même a dit que face à une décision de la Commission la démocratie n'existait pas, le référendum de 2005 a été annulé, la manipulation des Présidentielles de 2017 délégitimise le résultat, Macron a été hyper protégé par la justice.
alam
- 09/01/2019 - 00:20
Gilets jaunes: ras le bol
Je suis sidéré par les commentaires qui cautionnent la violence des gilets jaunes. Même si l 'on n 'est pas d 'accord avec la politique du gouvernement actuel, rien ne peut justifier ces débordements de violence dans un pays qui n 'est pas une dictature et dans lequel une grande part de la richesse produite est redistribuée. Le pays se porterait beaucoup mieux si on n 'avait pas cédé aux chimères de la gauche : 35 heures etc... et surtout si par une politique d 'Europe puissance on s 'opposait à la dictature des intérêts américains et maintenant ceux de la Chine.