En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

02.

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

03.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

04.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

05.

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

06.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

02.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

05.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

06.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

04.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

05.

"Le plaisir sexuel est simplement divin" a déclaré le pape François. Il nous étonnera toujours…

06.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

ça vient d'être publié
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 8 heures 40 min
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 10 heures 43 min
pépites > Santé
Health Data Hub
Santé : l’Assurance maladie met son avis en suspens sur le mégafichier de données individuelles
il y a 11 heures 41 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste
il y a 13 heures 24 min
décryptage > France
Loi

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

il y a 14 heures 40 min
décryptage > France
Drame humain

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

il y a 15 heures 39 min
pépite vidéo > Société
Fermeture des bars et des restaurants
Covid-19 : l'incompréhension de la maire de Marseille, Michèle Rubirola, suite aux annonces d'Olivier Véran
il y a 16 heures 7 min
décryptage > Economie
Industrie

Sauver Bridgestone à tout prix ? Et si on parlait de ces emplois industriels qui ne trouvent pas preneurs...

il y a 16 heures 55 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

il y a 17 heures 40 min
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 1 jour 5 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 9 heures 26 min
light > Culture
Ministère de la Culture
Gabriel Matzneff est définitivement privé d'aide publique
il y a 11 heures 15 min
pépites > Europe
Vers de nouvelles sanctions de l'UE ?
Biélorussie : l'Union européenne refuse de reconnaître Alexandre Loukachenko comme président malgré sa "prestation de serment"
il y a 13 heures 1 min
pépites > Justice
Justice
Financement libyen : la cour d'appel de Paris rejette les recours de Nicolas Sarkozy et de ses proches
il y a 13 heures 37 min
décryptage > International
Influence de la Turquie

Les troubles obsessionnels compulsifs d’Erdogan : Le panislamisme, la résurgence de la grandeur ottomane… et incidemment attaquer la France

il y a 15 heures 24 min
décryptage > France
Il m’a démasqué

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

il y a 15 heures 56 min
décryptage > Environnement
Transition écologique

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

il y a 16 heures 38 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’Allemagne mobilise 1300 milliards d’euros pour se sortir de la crise... La France 3 fois moins, cherchez l’erreur

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Politique
Candidat idéal ?

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

il y a 18 heures 4 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 1 jour 6 heures
© Thomas SAMSON / AFP
© Thomas SAMSON / AFP
Population

Démographie et économie : le malthusianisme, ce mal si français

Publié le 06 janvier 2019
Yves Cochet, ancien ministre de l'Environnement, propose d'inciter à faire moins d'enfants pour limiter le coût écologique de la population et pouvoir ainsi accueillir plus de migrants. La France a-t-elle un problème avec le malthusianisme ?
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Cochet, ancien ministre de l'Environnement, propose d'inciter à faire moins d'enfants pour limiter le coût écologique de la population et pouvoir ainsi accueillir plus de migrants. La France a-t-elle un problème avec le malthusianisme ?

Atlantico : A l'occasion d'une interview donnée à l'Obs, Yves Cochet a déclaré : "Les pays riches sont les premiers à devoir décroître démographiquement. Ce sont eux qui ont le mode de vie le plus polluant. Par ailleurs, limiter nos naissances nous permettrait de mieux accueillir les migrants qui frappent à nos portes". Au delà de cette déclaration, la France n'a-t-elle pas un problème avec le malthusianisme, que cela soit concernant l'écologie, l'économie (le partage du travail), ou d'autres domaines encore ? 

Erwan Le Noan : Ces propos semblent surtout représentatifs d’une tendance radicale de l’écologie qui, au nom de la défense de l’environnement, se fait profondément anti-humaniste. Elle est tellement caricaturale qu’elle dessert doublement son propos : à la fois la cause environnementale, qui est capitale mais ne peut se faire au détriment de la vie humaine ; et celle des migrants, qui est pourtant cruciale mais qui ne réunira aucun soutien si elle consiste à demander aux Européens de tuer leurs enfants.

Ce discours révèle une compréhension du monde qui tend à le considérer comme exsangue et épuisé : l’humanité étant incapable de produire de nouvelles ressources (ou ne devant pas le faire), elle devrait désormais s’organiser pour mieux les répartir. 

On parle de malthusianisme en s’inspirant de l’économie du 19e siècle, Thomas Malthus, qui considérait que la population croissant plus vite que la production alimentaire, le monde allait s’exposer à de terribles famines. Evidemment, l’histoire lui a donné tort. Cette vision est pourtant largement répandue.

L’image du gâteau est un peu éculée, mais très parlante : ceux qui défendent cette vision estiment que nous n’avons plus d’ingrédients pour faire croître la taille du gâteau ; dès lors la solution consiste soit à faire des parts plus petites, soit à limiter le nombre de convives autour de la table. C’est ce que semble défendre Yves Cochet dans cette citation. C’est la logique du partage du travail (et de la réduction du temps de travail) : comme il n’y a plus assez de travail, il faut mieux le répartir. C’est au fond toute la logique de notre système de redistribution : il n’y a plus assez de richesses, donc il faut taxer pour mieux les répartir ; on ne peut plus garantir aux plus défavorisés d’acquérir une position sociale meilleure, donc on répartir les ressources.

De l’autre côté de l’échiquier politique, le malthusianisme est aussi ce que défendent ceux qui s’opposent à l’immigration pour des raisons économiques : ils prétendent que faire venir des immigrés réduira la part des nationaux, alors qu’en réalité, accroître la force de travail permet d’augmenter la croissance.


Quels sont les problèmes posés par ces approches ? Ne peut-on pas y voir une forme de rapide renoncement à davantage de réflexion, un logique de bricolage, voire un renoncement à la croissance ?  

Le principal problème de cette vision est qu’elle marque un renoncement – ou dans le cas de l’écologie radicale mentionnée plus haut – un rejet de la croissance. En ce sens, elle illustre un renoncement au progrès, à l’innovation, à un avenir meilleur. C’est un défaitisme intellectuel total.

Les malthusiens ne croient plus que le gâteau peut grandir – et parfois ils militent pour qu’ils ne grandissent plus. Dès lors, ils s’interdisent (ou interdisent) de chercher de nouvelles méthodes de production, de nouveaux ingrédients. C’est dommageable pour l’économie et dès lors pour l’amélioration du bien-être social car la contrepartie du malthusianisme c’est une société figée : dans un monde qui ne croît plus et où les ressources sont limitées, on est obligé de faire en sorte que chacun reste à sa place, car celui qui s’enrichit le fait nécessairement au détriment des autres.

Cette vision explique beaucoup des difficultés sociales de la France aujourd’hui qui s’est habituée par renoncement à gérer la pénurie plutôt qu’à créer de la richesse pour tous.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Jardinier
- 07/01/2019 - 07:02
Le premier devoir des pays riches,
C'est au contraire de trouver le moyen de sortir de l'impasse comme on l'a toujours fait, par la technologie. On est déjà décroissant démographiquement, pas la peine d'en rajouter. On devrait même recommencer à inciter les occidentaux à faire des enfants, car étant mieux formés que les autres, c'est statistiquement d'eux que viendront les solutions.
TPV
- 07/01/2019 - 06:11
Aux surpeuplés contributeurs
Qui vivent dans les 10 premières fourmillieres françaises, il y a plein de place en France périphérique, loin du "periph", avec ou sans gilet.
Fario 64
- 06/01/2019 - 17:59
Très bien Mr Cochet mais
Très bien Mr Cochet mais pourquoi tant qu’ a faire ne pas collectivement nous suicider et mettre les migrants à notre place?