En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

07.

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couloeuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 15 min 42 sec
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 1 heure 40 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 1 heure 58 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 2 heures 21 sec
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 15 heures 18 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Santé
Petites vérités

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Europe
La juste mesure

Royaume-Uni : la lutte anticorruption cherche la juste mesure

il y a 21 heures 15 min
décryptage > Politique
Petites vérités

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

il y a 21 heures 24 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 1 heure 47 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 1 heure 58 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 14 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 17 heures 25 sec
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 17 heures 11 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 19 heures 26 min
pépite vidéo > Insolite
Goût de luxe
Un hôtel espagnol décore son hall d'entrée avec un sapin à 14 millions d'euros
il y a 20 heures 4 min
rendez-vous > Economie
Zone Franche
Retraites et consensus scientifique : peut-on vraiment prendre les retraito-sceptiques au sérieux ?
il y a 21 heures 16 min
décryptage > Europe
Surprises

Surprises à la carte : ce que la géographie de l’euroscepticisme nous apprend des racines du trouble politique qui ébranle l’Union

il y a 21 heures 43 min
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
© Zakaria ABDELKAFI / AFP
Heurts à travers l'Hexagone

Acte VIII des Gilets jaunes : le gouvernement dépassé par des événements qu’il ne comprend toujours pas

Publié le 06 janvier 2019
La journée de mobilisation des Gilets jaunes du samedi 5 janvier 2019 a été émaillée d'incidents. Cette violence et notamment les tentatives de lynchage de policiers sont inexcusables mais le gouvernement ne réalise pas que le malaise dépasse de loin ces dérapages scandaleux. Le mouvement pourrait se poursuivre si le gouvernement ne répond pas à ce malaise.
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boutin est un politologue français et professeur de droit public à l’université de Caen-Normandie, il a notamment publié Les grand discours du XXe siècle (Flammarion 2009) et co-dirigé Le dictionnaire du conservatisme (Cerf 2017), et le Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La journée de mobilisation des Gilets jaunes du samedi 5 janvier 2019 a été émaillée d'incidents. Cette violence et notamment les tentatives de lynchage de policiers sont inexcusables mais le gouvernement ne réalise pas que le malaise dépasse de loin ces dérapages scandaleux. Le mouvement pourrait se poursuivre si le gouvernement ne répond pas à ce malaise.

Atlantico : Que conclure de cet acte 8 des manifestations Gilets Jaunes entre ce qui s'est passé à Paris et dans le reste de la France ? Les « Gilets jaunes » ont-ils survécu à la trêve des confiseurs ?

Christophe Boutin : Première conclusion, en effet, le mouvement a survécu aux fêtes. 50.000 manifestants dans toute la France estimés à 19h, c’est loin d’être négligeable pour cet Acte 8 - il y en avait 33.600 le 22 décembre (Acte 6) et 66.000 le 15 décembre (Acte 5). C’est encore moins négligeable quand ces manifestants étaient présents dans toute la France, à Paris mais aussi dans nombre de grandes ou de plus petites villes (Saint-Brieuc ou Saint-Lô).

À Paris, entre 1.200 et 1.500 personnes le matin, près de 4.000 l’après-midi, avaient visiblement des objectifs précis en tête : organiser une manifestation devant le siège de l'AFP, pour dénoncer l’attitude des médias à leur encontre, qui leur semble partisane, et une autre, sous forme d’une marche en direction de l’Assemblée nationale, pour dénoncer cette fois l’autisme des élus de la majorité. Et c’est dans la tentative de franchir la Seine en direction du Palais-Bourbon que les principaux incidents de la capitale ont eu lieu.

À Bordeaux (4.600 manifestants) la journée a été tendue mais pas spécialement violente, le devenant plus dans la soirée à Toulouse (2.300 manifestants), Rouen (2.000) ou Nantes (200). Et l’on notera qu’à Marseille, des « Gilets jaunes » ont bloqué… d’autres « Gilets jaunes », devant le  siège du journal La Provence où Bernard Tapie leur avait laissé des locaux à disposition.

Ainsi, alors que nous allons bientôt arriver aux deux mois de conflit, que le gouvernement a pris quelques mesures et que la perspective du « Grand débat » voulu par Emmanuel Macron peut conduire à un certain attentisme, le mouvement des « Gilets jaunes » continue d’exister, sensiblement au même étiage qu’il y a trois semaines.

Où en est-on du rapport à la violence dans le mouvement et au gouvernement ?

On pouvait se demander si les conditions de cette reprise allaient influer sur le style des manifestations, et notamment si celles-ci allaient être prises en main par des activistes plus violents. Vendredi, le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, considérait ainsi que le mouvement était devenu « le fait d'agitateurs qui veulent l'insurrection et, au fond, renverser le gouvernement » - deux choses qui ne sont pas nécessairement liées. Le même Griveaux avait aussi tweeté : « Nous allons aller plus loin dans le changement, être plus radicaux », ce qui était, on en conviendra, une curieuse manière d’apaiser les choses à la veille de l’Acte 8.

Est-ce pour cela, on ne sait, mais l’information a été donnée en fin de soirée que le même Griveaux avait du être exfiltré par ses officiers de sécurité de son secrétariat d’Etat, rue de Grenelle, sortant par la porte arrière après qu’une quinzaine d’individus, « certains habillés en noir, d’autres avec un gilet jaune », aient défoncé la porte d’entrée - avec semble-t-il un engin de chantier -, et soient entrés dans la cour, avant de repartir. « Ceux qui sont rentrés ici, ils ont attaqué la maison France » déclara la principale victime devant les caméras.

Il est toujours regrettable de voir des manifestants user de violence, mais Damien Abad, vice-président de LR, qui dénonçait cette violence, considérait aussi que les propos du secrétaire d’État, volontiers caricaturaux, étaient mal tombés quand « on a besoin d'apaisement, de sérénité de calme, et surtout que tous les Français retrouvent leurs esprits pour que la France retrouve son rang ». De la même manière, l’arrestation très symbolique d’Éric Drouet, certes légale, tombait mal pour un gouvernement cherchant l’apaisement – mais le même Drouet s’est, on le sait, ensuite vanté de s’être fait volontairement arrêté pour prouver l’absence de libertés dans la France de 2019.

On a presque l’impression, à regarder jouer les différents protagonistes en ce début janvier 2019, que les Gilets jaunes ont besoin d’une répression pour maintenir la vigueur de leur mouvement et continuer à bénéficier d’un soutien populaire important. En face, le gouvernement aurait lui besoin d’un minimum de violences spectaculaires pour rassembler ces Français avant tout épris d’ordre, et permettre au Président de la République de restaurer, en usant du pouvoir régalien de garantie de l’ordre public, une image de Chef qui s’est peu à peu délitée au fil de l’année 2018. On en revient en fait, en mineure chez le Président mais en majeure chez certains membres du gouvernement, aux thématiques développées ab initio par Christophe Castaner – et Bernard-Henri Lévy ! - selon lesquels il ne s’agirait rien moins que de sauver la République des factieux.

On voit mal, dans ce jeu à rôles renversés, quand les coups de matraque semblent servir les deux camps, ce qui peut conduire, à court terme au moins, à poser les bases d’un dialogue apaisé. La seule limite vient du fait que les deux camps ne peuvent pas aller trop loin dans la violence, perdant sinon, pour l’un, celui des « Gilets jaunes », son statut de victime, et pour l’autre, le gouvernement, la légitimité de son monopole d’usage de la force – même légale. Avec donc cette réserve, et tenant compte de la participation à cet Acte 8, on a l’impression que cela peut durer encore longtemps…

Les résultats de la consultation initiée par le CESE pour répondre à la crise des Gilets jaunes ont été "manipulés" par des militants opposés au "mariage pour tous". Au-delà de cette consultation, n'est-ce pas la preuve que l'exercice d'instauration d'un dialogue apaisé risque d'être terriblement difficile à gérer pour le gouvernement ?

Reprenons si vous le voulez bien les choses dans l’ordre. Les « Gilets jaunes » ont été dès l’origine un mouvement très particulier en ce qu’il était éclaté en de multiples structures de coordination locales, à l’échelle de la ville ou même du village, ce qui a conduit à la fameuse occupation des ronds-points, avant et pendant les manifestations plus importantes organisées dans les grandes villes et à Paris. Dans ce contexte, à la fois pour renouer le dialogue et pour permettre aux différents groupes de faire connaître leurs revendications, diverses initiatives locales s’organisent, dans les mairies, d’abord de manière ponctuelle, puis de manière coordonnée.

Le gouvernement entre ensuite dans la danse, en annonçant l’organisation du « Grand débat national » de deux mois, qui commence quand prend fin la période d’un mois laissée à la rédaction des « cahiers de doléance » dans les mairies - soit en tout trois mois de consultation. L’organisation de ce « Grand débat » et son contrôle sont alors confiés à la Commission Nationale du débat Public (CNDP) qui organise fréquemment de tels débats mêlant des interlocuteurs divers (représentants de l’État, élus locaux, opérateurs, société civile, citoyens) lors de la mise en place, par exemple d’équipements structurants d’ampleur nationale (lignes TGV, lignes THT, autoroutes…).

C’est à ce moment que se réveille le Conseil Économique Social et Environnemental, une structure normalement productrice de rapports ou d’avis à destination de l’exécutif et/ou du législatif, mais qui, depuis la révision constitutionnelle de 2008 et sa mise en œuvre par la loi organique de 2010, est  aussi chargée de recevoir les pétitions des citoyens. Il faut pour cela réunir 500.000 signatures et les remettre au Conseil qui, dans un délai d’un an, donne un avis qui est transmis au Premier ministre et aux présidents des deux chambres.

Le CESE, institution régulièrement remise en cause tant sur sa composition que sur son utilité même, se voit donc largement mis sur la touche par la double offensive des maires et de la CNDP, et décide de lancer sa propre consultation, par voie informatique, parallèle à celle des maires. « Depuis plusieurs semaines – lit-on sur son site -, le mouvement des Gilets Jaunes a mis en lumière un certain nombre de fractures et problématiques vécues au quotidien par des millions de citoyennes et citoyens. En vertu de sa mission d’éclairage des décisions publiques, de conseil du Gouvernement et du Parlement, le CESE entend cet appel (sic !) et souhaite y apporter des solutions (re-sic !). À travers cette consultation, le Conseil sollicite l’expression de chacune et chacun, afin de mieux cerner l’ensemble des attentes. Par souci de cohérence, et afin d’en faciliter l’analyse, les citoyennes et citoyens peuvent faire part de leurs aspirations autour de 6 thèmes : les inégalités sociales ; la justice fiscale ; les inégalités territoriales ; le pouvoir d'achat ; la participation des citoyens ; la transition écologique ».

La grande différence d’avec les cahiers de doléances des mairies, qui vient démultiplier la possibilité offerte à des groupes de pression d’imposer leurs éléments, est ici qu’il s’agit d’une consultation par voie informatique, consultation part ailleurs peu ou très mal annoncée, les médias ne parlant que de ce futur « Grand débat » par lequel Emmanuel Macron prétend réconcilier le pays. Le résultat ne se fait pas attendre : dès le début du recueil des « aspirations », on voit différents groupes de pression structurés s’emparer de l’occasion qui leur est donnée d’agir, qu’il s’agisse de lutter contre les implantations d’éoliennes ou… contre le Mariage pour Tous, une question qui arrive finalement en tête des sujets évoqués.

Rappelons ici qu’un vieux contentieux oppose la Manif pour tous et le CESE, à l’époque dirigé par l’ineffable Jean-Paul Delevoye, caricatural représentant du « monde d’avant » rallié à Emmanuel Macron et maintenant « Haut-commissaire à la réforme des retraites ». Celui-ci – le bureau du CESE, mais son président ne faisait pas mystère de son avis - avait en effet refusé en février 2013 d’examiner la pétition présentée par La Manif pour Tous et rassemblant près de 700.000 signatures (694.428 bulletins), dirigée contre la loi dite Taubira ouvrant le mariage aux couples homosexuels. Le Conseil d’État lui a donné raison par un arrêt du 15 décembre 2017, considérant (si on ose encore utiliser ce terme maintenant rejeté par le juge administratif) de manière bien subtile qu’une telle pétition citoyenne devait porter sur une question, quand bien même y aurait-il un projet de loi qui ne serait « pas sans lien avec celle-ci », et que seul le gouvernement pouvait demander son avis au CESE sur le projet de loi lui-même…

Que dire pour les résultats de la consultation actuelle ? D’abord, qu’il ne s’agit pas d’une consultation des « Gilets jaunes » contrairement à ce qu’on lit parfois, pas plus d’ailleurs que le serait celle organisée par les maires ou que le sera demain le « Grand débat ». Il s’agit de consultations, locales ou nationales, qui visent à prendre le pouls de l’ensemble des Français. Il n’est donc pas surprenant que les résultats ne recoupent que partiellement les revendications plus spécifiques que l’on a cru pouvoir déceler chez les « Gilets jaunes » (RIC ou vote blanc par exemple). Certains groupes se seraient ensuite plus mobilisés que d’autre ? Oui, comme toujours, et c’est tout à leur honneur dans une démocratie, quand on ne cesse de se plaindre de son atonie, et, par exemple, de la montée de l’abstention élection après élection. Ce seraient plus des groupes de pression « de droite » ? Outre que cela reste à prouver, quand bien même, serait-ce le cas que nous nous trouverions, comme dans une élection, avec des personnes motivées qui vont voter et d’autres qui estiment pouvoir rester chez elles… Rien de choquant.

On peut, certes s’interroger sur la valeur d’une consultation en ligne peu médiatisée dans la France de 2019, et sur la manière dont elle permet de connaître les attentes des Français. Mais en dehors de cette réserve, les règles de la consultation du CESE étaient claires. Les réponses ne sont pas celles attendues ? Il faudra faire avec. Le CESE a maintenant une dizaine de jours pour rendre, à la mi-janvier si l’on en croit son site, une synthèse de cette consultation. Disons-le, un déni de démocratie qui conduirait à en travestir de manière par trop grossière les résultats augurerait mal du « Grand débat à venir », et serait politiquement très mal venu. Et restons sereins : le CESE aura peut-être plus de chance avec le tirage au sort des citoyens qui doivent, en sus de cette consultation, l’aider à rédiger son avis final…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

07.

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

Commentaires (17)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 07/01/2019 - 22:38
Le gouvernement comprend
Même ce pauvre Griveaux. Mais il veut pas tenir compte du peuple Français. Seulement des intérêts de ceux qui l’ont mis en place contre la France à la suite de l’élection la plus manipulée que je crois connaître avec l’aide massive des médias et de la justice
lasenorita
- 07/01/2019 - 11:21
Macron ne ''comprend pas''..
Macron a été élevé dans une ''bulle'', il ignore les soucis des Français: Macron n'est pas intelligent, il n'a été reçu à l'ENA qu' à la troisième fois et ''l'ENA ''n'est pas une référence parce que la plupart des énarques ne savent pas compter, ils dépensent plus que ce qu'ils possèdent!.. à l'ENA ,on ne leur apprend pas la géographie ni ''l'Histoire de France'': Hollande et Macron ignorent ''L'Histoire de la France et de ses colonies'', Macron croyait que la Guyane était une île...à l'ENA on ne leur apprend qu'à serrer des mains et à faire des discours.. d'ailleurs même ces ''discours'' ne sont pas écrits (souvent)par les énarques!...
AZKA
- 07/01/2019 - 06:32
En finir avec l'Etat parisien
Libérer la France de cette misère et de cette mise sous tutelle par les sachants des bords de Seine qui captent les ressources des Français et qui font disparaitre ce pays vieux de 1500 ans.